Aux origines de l'affaire, un médecin sceptique

Jeanne Calment à 120 ans le 21 février 1995. © TSCHAEN / SIPA
C'est un expert du vieillissement russe, Valery Novoselov, directeur de la section gérontologique au sein de la Société des naturalistes de Moscou, qui a été le premier à émettre des soupçons quant à l'âge réel de la doyenne de l'humanité. "En tant que médecin, j'ai toujours eu des doutes sur son âge. L'état de ses muscles était différent de celui des autres doyens. Elle se tenait assise sans aucun soutien. Elle n'avait aucun signe de démence", souligne-t-il dans Le Monde. L'homme réclame alors une enquête indépendante auprès du doctorant en mathématiques et physique Nikolay Zak. Le doctorant présente l'enquête début décembre 2018 lors d'une conférence de gérontologues moscovites. Ses conclusions sont les suivantes : ce n'est pas Jeanne Calment qui est morte en 1997 à 122 ans, mais Yvonne Calment, sa fille, qui n'avait alors en fait "que" 99 ans.
Suggestions de contenus