Laura Flessel : coupes budgétaires, ennuis fiscaux... Que cache sa démission ?

Laura Flessel : coupes budgétaires, ennuis fiscaux... Que cache sa démission ? LAURA FLESSEL - Alors que Laura Flessel prétend avoir démissionné pour "raisons personnelles", il semblerait que d'autres éléments l'aient poussée à claquer la porte du ministère des Sports...

[Mis à jour le 5 septembre 2018 à 11h54] Drôle de mardi pour le gouvernement. Déjà bien chargée avec la nomination du nouveau ministre de l'Ecologie - François de Rugy en l'occurrence - et la décision sur le prélèvement à la source, cette journée aura également connu la démission de Laura Flessel. L'ancienne ministre des Sports a donc imité son ancien collègue à l'Ecologie, Nicolas Hulot, mais en invoquant des raisons beaucoup plus floues - "personnelles", prétend la championne d'escrime.

"Je prends aujourd'hui la décision de poursuivre mon action par d'autres voies", ajoute-t-elle dans le communiqué annonçant sa démission. Soit. Mais il se trouve que Mediapart et le Canard Enchaîné ont avancé des pistes pour préciser ces fameuses "raisons personnelles". Laura Flessel aurait quelques ennuis avec le fisc, à en croire les deux médias, qui ont mis en lumière de prétendus irrégularités sur les déclarations de revenus de la ministre démissionnaire. Son mari, Denis Colovic, serait également concerné.

Laura Flessel, condamnée à voir le budget de son ministère baisser de 7%

Une situation qui créé visiblement un malaise au gouvernement, Benjamin Griveaux, porte-parole de ce même gouvernement, refusant de "commenter les affaires personnelles" ce mercredi matin sur RTL. L'entourage de la médaillée d'or à Atlanta en 1996, lui, campe sur ses positions : son départ n'est pas lié à des ennuis fiscaux. Mais le départ surprise de Laura Flessel cacherait également un problème moins personnel et pas vraiment reluisant, ni encourageant, pour le sport français.

Le ministère des Sports va connaître de sérieuses coupes budgétaires d'ici 2019, avec une réduction de son budget à hauteur de 7%, passant de 480,7 millions à 450,6 millions d'euros. De plus, dans un tweet, Regis Juanico, co-président du groupe de travail de l'organisation Paris 2024, révèle d'autres chiffres. Le député Nouvelle gauche annonce, pour le portefeuille désormais dirigé par Roxana Maracineanu, "-7% du budget des sports en 2018 et 2019, -136M€ de taxes affectées pour le sport pour tous, -80% de contrats aidés en 4 ans". Des prévisions qui n'auraient donc pas vraiment été du goût de Laura Flessel...

Laura Flessel, pas assez politisée ?

Certains observateurs politiques ont également cru voir dans cette démission le geste naturel d'une personnalité sans expérience politique face aux difficultés qui se sont amoncelées ces derniers mois. Laura Flessel aurait eu du mal à faire face aux mécontentements de plusieurs instances sportives, agacées que le budget consacré à son périmètre ait fondu comme neige au soleil depuis sa prise de fonction. Selon les informations de M6, des divergences d'opinions avec les conseillers du président auraient eu raison de la ministre démissionnaire, qui ne se serait pas sentie totalement libre sur ses dossiers durant sa mission. Toujours selon M6, Laura Flessel aurait également eu du mal à collaborer avec le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), censé représenter le sport français auprès des pouvoirs publics

Article le plus lu - Les gilets jaunes veulent continuer ! › Voir les actualités

Annonces Google