Municipales à Paris : candidats, sondages, actus... Suivez la campagne !

Municipales à Paris : candidats, sondages, actus... Suivez la campagne ! L'enjeu des élections municipales à Paris dépasse les frontières de la capitale : les principaux partis politiques veulent tous récupérer la mairie de Paris ! Qui est favori ? Toutes les infos.

L'essentiel

  • Qui sera maire de Paris en mars 2020 ? Le match devrait se jouer entre Anne Hidalgo (PS et alliés), Benjamin Griveaux (LREM) et Cédric Villani (LREM dissident). Mais EELV compte peser et jouer les arbitres.
  • Le dernier sondage en date, effectué par Ipsos Sopra Steria pour Le Figaro et LCI, publié le 23 septembre, donne Anne Hidalgo en tête du premier tour (24%), devant Benjamin Griveaux (19%) et Cédric Villani (15%). (voir la partie sondages des municipales à Paris).
  • Suivez sur cette page infos pratiques et dernières actus de campagne des municipales à Paris.

Les dernières actus des municipales à Paris

Le maire LR du VIe renonce mais tacle Rachida Dati

L'actualité du 22 octobre 2019 - Jean-Pierre Lecoq jette l'éponge : il ne briguera pas la tête de liste LR pour les municipales dans la capitale. Le maire LR du VIe l'a indiqué dans une lettre, adressée à Christian Jacob et communiquée à l'AFP. Il regrette que le choix de Rachida Dati ait été fait "dès cet été", avant même le choix de la commission d'investiture du parti et fustige cette décision. "Ce choix conduira selon moi à un échec. [...] seule une grande alliance de renouveau correspond à la réalité de la situation politique à Paris", écrit l'édile.

Anne Hidalgo "très probablement" candidate dans le XIe arrondissement de Paris

L'actualité du 21 octobre 2019 - La maire de Paris ne sera pas candidate dans le XVe arrondissement de la capitale, comme le rapporte Le Parisien. "Il fallait choisir un endroit où elle n'aura pas vraiment besoin de faire campagne sur le terrain", indique un proche de l'édile au journal, ajoutant qu'elle serait "très probablement" candidate dans le XVe, un arrondissement qui vote traditionnellement à gauche, alors que le XVe est plutôt une terre de droite. "Ce n'est pas la crainte de perdre qui lui a fait prendre cette décision. Après tout elle a perdu dans le XVe, en 2001, 2008 et 2014. Elle ne voulait pas être tête de liste car elle n'a pas de temps à consacrer à cette tâche. Une tête de liste à beaucoup de contraintes juridiques et administratives", insiste auprès du Parisien un proche d'Anne Hidalgo.

Audrey Pulvar fait partie de la liste d'Anne Hidalgo

L'actualité du 18 octobre 2019 - D'après le Parisien, Audrey Pulvar estime que "seule Anne Hidalgo est capable de poursuivre le travail engagé contre le dérèglement climatique". C'est la raison pour laquelle la journaliste a accepté d'être numéro 2 derrière l'économiste et maire du 4e arrondissement de Paris Ariel Weil sur la liste de la maire sortante, pour la zone centre de Paris regroupant les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements de la capitale. Une première pour Audrey Pulvar, après avoir refusé de se présenter comme tête de liste à ces municipales, ainsi que d'être candidate aux élections Européennes de 2019. Il y a six mois de ça, elle avait pourtant déclaré à l'Obs : " J'épaulerai [Anne Hidalgo] pour cette campagne qui va, je pense, être très dure, mais ça ne va pas plus loin que ça".

Les premières têtes de liste d'Hidalgo sont connues !

L'actualité du 17 octobre 2019 - La maire sortante n'est pas encore candidate à sa succession à Paris, mais la première liste de ses têtes de liste par arrondissement a déjà été dévoilée, comme le rapporte ce jeudi Le Parisien. L'association "Paris en mouvement", qui porte la candidature d'Anne Hidalgo, a rendu publics les noms des investis, les voici :  Ariel Weil dans le 1er/2e/3e/4e ;  Marie-Christine Lemardeley dans le 5e, Corinne Barlis dans le 8e, Alexandra Cordebard dans le 10e, François Vauglin dans le 11e, Emmanuel Grégoire dans le 12e, Jérôme Coumet dans le 13e, Carine Petit dans le 14e, Anouch Tonanian dans le 15e, Karen Taieb dans le 17e, Eric Lejoindre dans le 18e, François Dagnaud dans le 19e, Eric Pliez dans le 20e.

La maire du XXe se rallie à Benjamin Griveaux

L'actualité du 17 octobre 2019 - "Je reste fidèle à mes convictions de gauche, mais je ne crois plus la majorité parisienne actuelle capable de les défendre". Frédérique Calandra, ancienne membre du PS, à la tête de la mairie du XXe arrondissement, a envoyé une lettres à tous les habitants de l'arrondissement pour expliquer pourquoi elle choisit de rejoindre le candidat LREM, en ciblant directement Anne Hidalgo. "Prisonnière de ses alliances (communistes, Génération. s, Verts), […] elle n'a pas d'autre choix que de porter un projet qui n'est pas conforme à l'idée que je me fais de la solidarité, l'équité et la fraternité", estime-t-elle. Benjamin Griveaux a réagi auprès du Parisien : "Je connais Frédérique depuis longtemps. C'est une femme engagée, avec du caractère, une maire courage dans un des arrondissements les plus difficiles. Et politiquement, cela marque l'élargissement de notre équipe".

Le candidat d'EELV souhaite interdire la création de nouveaux hôtels à Paris

L'actualité du 16 octobre 2019 - David Belliard, qui porte la candidature EELV dans la capitale, a dévoilé une série de propositions ce mercredi, consacré aux enjeux du tourisme. Dans son dossier de presse, il indique ainsi "interdire la construction de nouveaux hôtels". Faisant le constat que "17 233 chambres d'hôtel sont vides à Paris chaque soir", il assure que la priorité est pour lui de "rentabiliser d'abord l'offre hôtelière existante". L'écologiste cible aussi AirBnB et souhaite exiger de l'Etat "l'interdiction de la location de meublés touristiques professionnels" et "la réduction à 45 du nombre de jours de location autorisés pour les résidences principales".

Cédric Villani ouvre les hostilités avec Benjamin Griveaux et Anne Hidalgo

L'actualité du 15 octobre 2019 - Dans une interview au Parisien, le candidat dissident LREM considère que "décréter un moratoire pur et simple sur les travaux, c'est absurde." Cédric Villani s'en prend directement à son rival de la majorité présidentielle, qui a formulé cette promesse il y a quelques semaines. Pour le député de l'Essonne, "certains travaux ont au contraire besoin d'être lancés au plus vite pour que l'on puisse transformer la ville". Et d'assurer par ailleurs que la propreté de Paris sera l'une de ses priorités, considérant que les propos de la maire du Paris sur le "manque d'éducation" de certains habitants sont déplacés. "Se défausser sur ses administrés quand on est en responsabilité, ce n'est pas très élégant… Moi, maire de Paris, il sera de ma responsabilité que les rues soient propres".

Une candidature MoDem de Borloo ou Buzyn à Paris ?

L'actualité du 14 octobre 2019 - LREM se déchire à Paris et l'autre grand parti de la majorité aimerait renverser la table avec une autre candidature. C'est en substance ce que révèle Le Monde, qui indique que le parti de François Bayrou aurait commandé un sondage, pour tester les candidatures à Paris de deux des siens : Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Jean-Louis Borloo. Et le patron du MoDem, pas convaincu par Benjamin Griveaux, serait à la manoeuvre. "François pense que c'est mal barré, qu'il faut trouver une porte de sortie. On ne peut pas rester dans une impasse à six mois d'une élection", glisse un proche au quotidien du soir. Au MoDem, on dément être à l'origine de cette enquête, d'autant que François Bayrou et Jean-Louis Borloo n'entretiennent pas vraiment de relations chaleureuses... Le MoDem doit se prononcer sur le candidat qu'il compte soutenir à Paris d'ici deux semaines.

Benjamin Griveaux veut penser local

L'actualité du 11 octobre 2019 - Benjamin Griveaux, candidat LREM, a décidé de reprendre l'idée de son ex-concurrent Mounir Mahjoubi, qui le soutient désormais. Le projet consiste à quadriller Paris et à diviser la capitale en 240 micro-quartiers, d'une dizaine de rues maximum. Chacun de ces micro-quartiers serait pris en charge en permanence par deux policiers sur place, afin de permettre une intervention rapide en cas de besoin. L'objectif serait de placer la vie de proximité au coeur des préoccupations de la mairie. Mounir Mahjoubi avait également proposé que chacun de ces micro-quartiers dispose d'un drone pour en faciliter la surveillance.
 

LREM toujours déchirée à Paris

L'actualité du 10 octobre 2019 - Alors que Cédric Villani et Benjamin Griveaux ont prévu tous les deux un meeting ce samedi, leurs équipes de campagne livrent quelques confidences au Monde. Les proches de l'ancien ministre taclent sans surprise le mathématicien. "Villani n'a pas de programme, pas d'idée, il serait temps qu'on puisse saisir le sens de sa démarche ", lance un conseiller. Un autre ajoute : " Son équipe est composée de beaucoup d'ex-socialistes et de militants frustrés de ne pas avoir eu le poste qu'ils visaient". "Son équipe le surprotège, ils ont peur de ce qu'il peut lâcher en public" surenchérit un troisième. Les tensions sont manifestes, d'autant qu'à croire Le Monde, Benjamin Griveaux ne croirait plus désormais à un ralliement de son rival LREM, et envisagerait même une triangulaire au second tour.

Anne Hidalgo fait durer le suspense sur sa candidature

L'actualité du 9 octobre - Interrogée par BFMTV au sujet de sa probable candidature à un deuxième mandat, l'édile a botté en touches : "Ne soyez pas impatients. La plupart des maires qui sont en fonction aujourd'hui en France sont à la tâche, ils livrent les engagements qu'ils ont pris". Et d'ajouter : "Je suis maire de Paris, présidente du C40, je vous parle depuis Copenhague. Vous imaginez bien que le sujet d'une candidature viendra en son temps. Mais pas depuis Copenhague".

Christophe Berkani veut être candidat aux élections municipales à Paris

L'actualité du 7 octobre - "J'ai la faiblesse de penser que beaucoup de Parisiens vont se reconnaître dans ma démarche hors partis. Surtout quand l'on voit l'étonnante pauvreté des propositions formulées jusqu'ici", lance aujourd'hui dans Le Parisien l'homme d'affaires Christophe Berkani, qui dirige la société de télécom Scipio. Le néo-candidat assure qu'il présentera des listes dans tous les arrondissements de la capitale et a présenté les premières priorités de son programme : "La circulation dans Paris, le logement et le cadre de vie au sens large".  Et d'ajouter : "J'ai bien conscience que je serai le Petit Chose de cette élection mais c'est une position que j'assume pleinement. Avec humilité, discernement et détermination".

Griveaux s'agace de l'attitude de Villani

L'actualité du 6 octobre - Le candidat investi officiellement par LREM a fait part de son impatience dans le Grand Rendez-vous d'Europe 1 / CNews / Les Echos. Interrogé sur ses velléités de rapprochement avec le mathématicien, l'ancien porte-parole du gouvernement s'est agacé. "C'est pas faute d'avoir essayé. Mais pour dialoguer il faut être deux, et pour l'instant Cédric Villani n'est pas dans une attitude de dialogue. J'ouvre les bras et je tends la main depuis des mois", a-t-il rappelé, précisant : "Je lui ai fait des propositions concrètes cet été de copilotage de la campagne sur les grands choix stratégiques et les équipes". Pour autant, l'ancien porte-parole du gouvernement tient à rester courtois avec son rival. "Je suis certain que des problèmes de personnes passeront derrière l'intérêt général des Parisiens. En tout cas, c'est ce à quoi je vais m'atteler inlassablement pendant les mois qui viennent", a-t-il lancé.

Bientôt des "rues-jardins" à Paris ?

L'actualité du 4 octobre - Les programmes des candidats aux municipales à Paris s'affinent, y compris celui de Benjamin Griveaux. La tête de liste LREM pour le scrutin, dans le cadre de son Conseil parisien de l'urgence climatique, a dévoilé une nouvelle mesure, qui serait mise en place en 2021 ou 2022 s'il venait à prendre la place d'Anne Hidalgo. "Pour faire baisser la température à Paris en cas de fortes chaleurs, nous voulons créer des rues-jardins dans chaque quartier, c'est-à-dire des rues entièrement végétalisées", peut-on lire dans le communiqué du Conseil parisien de l'urgence climatique, cité par BFM TV. Objectif également : inciter plus de Parisiens à la marche, "mode de déplacement le plus écologique". 

Jean-Marie Bigard rejoint le comité de soutien de Marcel Campion

L'actualité du 3 octobre - L'humoriste a indiqué sur son compte Twitter qu'il soutenait Marcel Campion pour les municipales à Paris. Son message est dénué de tout code qui sied à ce genre d'annonce, avec un ton pour le moins très éloigné des convenances habituelles. "Les amis, j'ai rejoint le comité de soutien de Marcel Campion parce que nous avons un point commun : comme les forains, mon seul but est de divertir le peuple. C'est tout. Rien à foutre de la politique. Je vous laisse, je vais faire la sieste et me gratter les couilles devant la TV". Pas sûr que le principal intéressé apprécie.

Claude Goasgen devrait soutenir la candidature de Rachida Dati

L'actualité du 2 octobre - Le député LR du XVIe arrondissement est manifestement prêt à enterrer la hache de guerre. "En toute hypothèse, je soutiendrai le candidat LR et il semble que ce soit bien parti pour que ce soit Rachida Dati. On fera avec, c'est comme ça", a-t-il confié au Parisien, ajoutant : "On est dans la même barque : pas la peine de la couler". Claude Goasgen avait ces dernières semaines observé d'un bon oeil le lancement de campagne de l'ex-LR Pierre-Yves Bournazel avec son mouvement Agir. Le soutien de l'ancien maire du XVIe arrondissement à Rachida Dati et à sa formation politique sera sans doute diversement appréciée au sein de l'équipe de campagne du jeune candidat.

En savoir plus sur les municipales à Paris

Les prochaines élections municipales n'auront lieu qu'en mars 2020 (les dimanches 15 et 22 mars), mais à Paris, la campagne est déjà lancée depuis longtemps. Il faut reconnaître que l'enjeu est considérable pour les partis et acteurs engagés dans ce scrutin si spécial, qui revêt une dimension nationale. Prendre Paris, pour n'importe quelle formation politique, c'est une démonstration de force. Pour le candidat qui remporte une telle élection, au-delà de l'ampleur des responsabilités, c'est aussi accéder à des fonctions parmi les plus prestigieuses du pays. Retrouvez sur cette page spéciale toutes les informations pratiques sur l'élection municipale à Paris, et les dernières actualités majeures de ce scrutin dans la capitale.

Municipales à Paris : candidats

Voici les principales formations politiques engagées dans les élections municipales à Paris, avec le candidat engagé dans la campagne :

Parti socialiste et alliés - Anne Hidalgo

La maire sortante n'a pas encore officialisé sa candidature à sa succession, mais elle ne fait aucun doute. La socialiste entend défendre son bilan à la tête de la capitale ces 6 dernières années et lancer les projets que la majorité à la municipalité a déjà dessinés pour les 6 prochaines.

La République en Marche - Benjamin Griveaux 

Le député de la cinquième circonscription parisienne Benjamin Griveaux a été désigné candidat par la commission d'investiture de LREM le 10 juillet 2019. Il briguait l'investiture face à Hugues Renson et Cédric Villani, qui a annoncé sa défaite via un communiqué publié sur son compte Twitter.

Candidature dissidente de Cédric Villani

Le député LREM de l'Essonne considère que l'investiture de Benjamin Griveaux par son parti ne s'est pas fait dans un cadre juste, équitable et approprié. Il a donc décidé de se lancer aussi dans la course à l'élection municipale le 4 septembre. Cette candidature dissidente fait évidemment des remous au parti de la majorité. Plusieurs responsables craignent une "jurisprudence Villani". Autrement dit, que d'autres membres du parti, qui n'ont pas été investis par le parti à l'image de Cédric Villani, ne se lancent à la conquête des municipales.

Les Républicains - Rachida Dati, Marie-Claire Carrère-Gée ou Jean-Pierre Lecoq ?

La grande formation politique de la droite républicaine n'a pas encore investi de candidat officiellement, mais des velléités se sont exprimées, avec plus ou moins d'intensité médiatique. La maire du VIIe arrondissement, Rachida Dati, a fait savoir le 8 juillet sur BFMTV qu'elle se présenterait aux municipales "quoi qu'il arrive" et a assuré qu'elle avait le soutien de Nicolas Sarkozy. D'autres personnalités de LR a Paris contestent cette candidature, comme Marie-Claire Carrère-Gée, élue du XIVe arrondissement elle-même candidate et Jean-Pierre Lecoq, maire du VIe arrondissement depuis 1994 également candidat.

EELV - David Belliard

Le parti écologiste a investi David Belliard, actuel président du groupe Europe Ecologie-Les Verts au Conseil de Paris, et journaliste au magazine Alternatives économiques. Il compte peser dans cette élection municipale en prenant "la tête d'une coalition écologiste et de gauche", en instaurant un rapport de forces avec Anne Hidalgo en vue du premier tour.

La France insoumise - Danielle Simonnet

C'est la conseillère de Paris Danielle Simonnet qui porte la candidature de formation de Jean-Luc Mélenchon aux municipales, même si La France Insoumise n'a pas encore validé les investitures. L'élue parisienne réclame déjà l'annulation des Jeux Olympiques de 2024.

Parti communiste - Ian Brossat

Actuellement adjoint à la maire de Paris en charge du Logement, Ian Brossat a été investi par son parti pour mener la campagne des municipales parisiennes. Après une campagne très réussie pour les européennes, le quarantenaire espère imposer dans la campagne ses deux propositions fortes : la gratuité transports en commun pour les mineurs et un référendum pour interdire Airbnb dans Paris.

"Aimer Paris" et Rassemblement national - Serge Federbusch

Ce magistrat de formation se présente hors des partis traditionnels, même s'il se revendique d'une droite libérale qui tend la main au Rassemblement national. C'est d'ailleurs à lui que s'est rallié, dans un premier temps, Wallerand de Saint-Just, trésorier du RN. Selon Le Figaro, Serge Federbusch tenterait de convaincre Nicolas Dupont-Aignan de lui apporter le soutien de son parti. Jean Messiha avait décidé de se porter candidat RN, mais les instances du parti d'extrême droite ont choisi Serge Federbusch.

"Agir" - Pierre-Yves Bournazel

Il briguait la candidature de l'UMP il y a 6 ans, face à Nathalie Kosciusko-Morizet, il est aujourd'hui candidat de la liste "Agir", formation de centre-droit créée par des transfuges de LR souhaitant se rapprocher de LREM. 

"Parisiennes, parisiens" - Gaspard Gantzer

L'ancien conseiller communication de François Hollande à l'Elysée a officialisé sa candidature aux municipales 2020 le 12 mars dernier. Il propose notamment de rendre gratuites les crèches municipales et souhaite ouvrir une réflexion sur la suppression du périphérique parisien.

"Libérons Paris" - Marcel Campion

Le forain le plus célèbre de France a décidé de présenter ses listes dans la capitale. L'homme d'affaires, que l'on sait très remonté contre Anne Hidalgo - qui l'a contraint notamment à désinstaller sa grande roue - a rendu publique sa candidature en août 2018.

Municipales à Paris : sondages

Prudence sur l'interprétation des études sur les intentions de vote et les projections de second tour. A Paris, il n'y a pas une, mais 20 élections, les Parisiens élisent en réalité les conseillers municipaux de leur arrondissement, qui composent le futur conseil municipal, qui élit in fine le maire de Paris. C'est le nombre de sièges attribués par arrondissement qui compte, davantage que le nombre de voix portées aux listes d'une formation politique sur la capitale !

  • Un sondage Ipsos Sopra Steria publié le 23 septembre pour Le Figaro et LCI donne les intentions de vote suivantes : Anne Hidalgo 24% ; Benjamin Griveaux 19% ; Cédric Villani 15% ; Rachida Dati 13% ; David Belliard 11% ; Danielle Simonnet 6% ; Serge Federbusch 5% ; Pierre-Yves Bournazel 4% ; Gaspard Gantzer 1% ; Extrême gauche 1% ; Marcel Campion 1%.
  • Un sondage Ifop, publié le 15 septembre pour le JDD et Sud-Radio, donnait au premier tour Anne Hidalgo en tête (24%) devant Benjamin Griveaux (17%) et Cédric Villani (15%). Les deux candidats LREM sont dans cette étude "dans la marge d'erreur inhérente à tout sondage ", précisait l'Ifop dans le JDD.
  • L'institut de sondage Ifop a réalisé pour le JDD et Sud Radio une enquête du 9 au 12 septembre. Les intentions de vote au premier tour des municipales à Paris sont les suivantes : Anne Hidalgo (PS, RG et PC) : 24% ; Benjamain Griveaux (LREM) : 17% ; Cédric Villani (LREM - 'Vivons Paris') : 15% ; Rachida Dati (LR) : 14% ; David Belliard (EELV) : 13% ; Pierre-Yves Bournazel (Agir) : 5% ; Danielle Simonnet (LFI) : 5% ; Serge Federbusch (RN - Aimer Paris) : 4% ; Gaspard Gantzer (Parisiennes, Parisiens) : 1% ; une liste d'extrême gauche : 0,5% ; Marcel Campion : 0% ; une autre liste : 1,5%.
  • L'institut de sondage BVA a réalisé pour RTL, "La Tribune", Orange, et LCI un sondage sur les intentions de vote des Parisiens, effectué auprès de 1294 personnes du 6 au 11 juin. Deux hypothèses sont testées : que ce soit Cédric Villani ou Benjamin Griveaux qui porte la candidature macroniste, LREM obtient le même score. Le sondage donne les résultats suivants : Benjamin Griveaux ou Cédric Villani (LREM) : 25% ; Anne Hidalgo (PS et alliés) : 21% ; David Belliard (EELV) : 13% ; Rachida Dati (LR) : 15% ; Danielle Simonnet (LFI) : 5% ; Pierre-Yves Bournazel (Agir) : 5% ; Walleyrand de Saint-Just (RN) : 5% ; Gaspard Gantzer (Parisiennes, Parisiens) : 3% ; Extrême gauche : 1,5% ; Marcel Campion : 1% ; Autres : 5,5%.
  • Un sondage effectué par Ifop et commandé par Cédric Villani début juillet 2019 (avant l'investiture LREM de Benjamin Griveaux) donnait un résultat flatteur pour le député de l'Essonne. A la question : "Si dimanche prochain devait se dérouler le second tour des élections municipales à Paris, pour laquelle des listes suivantes auriez-vous le plus de chances de voter", 51% des sondés choisissaient la liste Villani face à la liste Hidalgo. Mais si le deuxième tour opposait la maire de Paris à Benjamin Griveaux, celui-ci était donné perdant (avec 49% des voix contre 51% pour Anne Hidalgo).
  • Un autre sondage commandé à l'Ifop par Cédric Villani, réalisé après l'investiture de Benjamin Griveaux, à la mi-juillet, donnait la "popularité" des impétrants. Et Cédric Villani recueillait 51% d'opinions favorables, contre Anne Hidalgo (41%) et Benjamin Griveaux (38%).

Municipales 2020 à Paris : fonctionnement

A Paris, chaque arrondissement constitue un "secteur électoral". Il y a donc en réalité non pas une, mais vingt élections différentes dans la capitale lors des municipales, puisqu'il y a vingt arrondissements. Dans chacun d'eux, les électeurs désignent par leur vote les conseillers municipaux et les conseillers d'arrondissements (qui désignent le maire d'arrondissement). A l'issue du vote, le camp qui dispose de la majorité absolue des sièges au conseil municipal désigne le maire de la capitale. Il faut donc une majorité ou un accord liant au moins 82 élus. Dans les faits, donc, un maire de Paris peut être élu sans être majoritaire en nombre de voix.

Article le plus lu - Macron à Mayotte : un show et des promesses › Voir les actualités