Plan de sobriété énergétique : chauffage, télétravail, écogestes... Ce qu'il faut retenir des annonces

Plan de sobriété énergétique : chauffage, télétravail, écogestes... Ce qu'il faut retenir des annonces PLAN DE SOBRIETE. Les mesures du plan de sobriété énergétique pour réduire la consommation d'énergie ont été détaillées le 6 octobre par le gouvernement. Voici ce qu'il faut retenir par secteur d'activité et pour les ménages.

[Mis à jour le 7 octobre 2022 à 9h50] Face à la crise énergétique, le gouvernement a déballé son plan de sobriété, le jeudi 6 octobre. Après avoir égrainé les mesures envisagées, le détail de tous les moyens mis en oeuvre pour atteindre l'objectif de réduire la consommation d'énergie de 10% dans les deux prochaines années a été dévoilé par neuf ministres et toute une assemblée d'acteurs issus des secteurs concernés.

De l'Etat aux entreprises privées en passant par les collectivités et les particuliers, tout le monde est appelé à jouer un rôle dans le plan de sobriété énergétique. La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher a présenté la sobriété comme un projet à long terme face aux enjeux du réchauffement climatique, un "combat" qui "ne s'arrêtera pas à l'hiver 2022-2023". Une idée répétée par la Première ministre Elisabeth Borne : "La sobriété s'est imposée comme une nécessité". La locataire de Matignon a également indiqué que pour suivre la consommation énergétique en France et se rendre compte de l'efficacité des efforts fournis par tous, le gouvernement publiera "chaque semaine l'évolution de notre consommation d'électricité" et "reviendra régulièrement devant les Français pour leur rendre compte de la situation". Mais quels efforts sont demandés ? Que prévoit le plan de sobriété pour les particuliers ? Les entreprises ou les collectivités ? On fait le point.

Quelles sont mesures du plan de sobriété pour les administrations et l'Etat ?

L'Etat et les administrations publiques se doivent d'être exemplaires en matière de sobriété énergétique et sont soumises à 30 mesures prévues par la plan de sobriété. Le ministre de la Fonction publique Stanislas Guérini a insisté sur certaines d'entre elles :

  • Ne pas utiliser le chauffage au-dessus de 19 degrés, 18 lors des pics de consommation et lorsque le signal Ecowatt sera rouge
  • Supprimer l'obligation d'eau chaude dans les sanitaires à l'exception des douches
  • Limiter la vitesse à 110 km/h au lieu de 130 lors des déplacements professionnels réalisés avec un véhicule de service
  • Limiter l'usage des écrans en débranchant voire en supprimant tous les écrans non essentiels
  • Recourir à des travaux "à gain rapide" de rénovation des bâtiments publics
  • Favoriser le télétravail à raison de trois ou quatre jours par semaine

Ce dernier point a soulevé beaucoup de questions. Pour l'heure le télétravail ne concerne que l'administration mais peut être mis en place dans le secteur privé sur décision de la direction. Agnès Pannier-Runacher et Stanislas Guérini ont expliqué mener une expérimentation pour déterminer si la consommation d'énergie est plus importante lorsque les salariés sont en présentiels ou lorsqu'ils travaillent à domicile.

Les agents administratifs accompagnés et formés grâce au plan de sobriété

Les mesures concernant les administrations sont centrales dans le plan de sobriété mais elles viennent avec de différents moyens d'accompagnement a précisé le ministre Stanislas Guérini dont les principaux : l'incitation au télétravail avec l'augmentation de l'indemnité journalière de télétravail de 15%, soit de 2,50€/jour à 2,85€/jour et la formation de 25 000 cadres de la fonction publique d'Etat à la transition écologique d'ici 2024. Cette formation durera trois demi-journées selon les informations de Franceinfo : une dédiée à la théorie et à la sensibilisation sur les effets du réchauffement climatique avec les explications du GIEC ; une sur le terrain dans une ferme bio ou une administration rénovée avec des ateliers pour savoir comment agir en faveur de l'environnement ; enfin une troisième demi-journée pour définir les plans d'actions et les solutions à mettre en œuvre.

En plus d'être formés à la transition écologique, les agents de la fonction publique doivent être formés à l'écoconduite pour réduire la consommation d'énergie sur les routes lors des trajets professionnels. Pour ajouter de l'enjeu à atteindre les objectifs du plan de sobriété, certains hauts fonctionnaires pourraient voir leur rémunération conditionnée à la réduction effective de la consommation d'énergie.

Que prévoit le plan de sobriété pour les entreprises ?

Pour les entreprises sur qui une grande partie du plan de sobriété pèse, une charte a été rédigée par les principaux syndicats et remise au gouvernement. Le texte prévoit seize actions concrètes réparties sur quatre axes majeurs :

  • La lutte contre le gaspillage énergétique
  • L'automatisation du chauffage
  • La mobilité des employés
  • L'optimisation de l'organisation du travail

Dans le monde de l'entreprise deux mesures reviennent souvent : la baisse du chauffage à 19 degrés voire 17 lorsque les locaux sont vides et l'extinction des éclairages nocturnes ou dès la fermeture des locaux. Selon les secteurs d'activités d'autres mesures s'ajoutent comme la baisse de la température de l'eau notamment dans les établissements d'hôtellerie qui prêteront aussi beaucoup d'attention à l'extinction complète des équipement de cuisson, qui représentent une forte consommation d'énergie aussi bien en gaz qu'en électricité.

Quelles sont les mesures qu'impose plan de sobriété aux collectivités ?

Des efforts sont aussi demandés aux collectivités territoriales dans le cadre du plan de sobriété énergétique. Là aussi des grandes mesures adaptées aux collectivités se détachent :

  • Baisser le chauffage de 2 degrés dans les gymnases et le mettre "hors-gel" lors des pics de consommation
  • Baisser d'un degré la température de l'eau dans les piscines et trouver des systèmes moins énergivores et gourmands en eau pour faire fonctionner les centres nautiques
  • Diminuer l'éclairage public par des équipements basse consommation et la réduction du temps d'éclairage en éteignant plus tôt les lampadaires ou en installant des détecteurs de mouvement. A noter que les enseignes lumineuses doivent être éteintes de 1h à 6h du matin selon un décret publié dans la Journal officiel ce jeudi 6 octobre 2022.
  • Réduire l'éclairage des stades "de 50% avant et après les matchs en journée, et de 30% en soirée"

S'il est demandé des efforts aux collectivités publiques, le ministre Christophe Béchu a aussi annoncé le déblocage d'un fond vert d'1,5 milliards d'euros à partir de l'année prochaine pour aider les territoires à lutter contre le réchauffement climatique.

Les particuliers concernés par le plan de sobriété ?

Les particuliers doivent aussi faire des efforts pour participer à la stratégie de sobriété énergétique. Agnès Pannier-Runacher a répété que les Français en situation de précarité énergétique ne seraient pas appelés à se priver davantage d'énergie, en revanche elle a invité tout ceux que le peuvent à adopter les écogestes pour réduire la consommation d'énergie. Et pour éduquer les particuliers aux bons gestes, la ministre a présenté la campagne publicitaire : "Chaque geste compte". La campagne fonctionne sur un slogan : "Je baisse, j'éteins, je décale". Trois idées traduites par cinq gestes principaux :

  • Régler le chauffage à 19 degrés
  • Régler le chauffe-eau à 55 degrés et réduire la durée des douches
  • Débrancher les appareils électroniques lorsqu'ils ne sont pas utilisés
  • Eteindre les appareils électroniques non utilisés
  • Installer un thermostat programmable, cette dernier mesure étant facilité par une aide financière de 65€ versée par l'Etat.

Cinq spots publicitaires d'une trentaine de secondes formeront la campagne et seront diffusés largement sur les écrans à partir du 10 octobre et jusqu'en février 2023 a précisé Agnès Pannier-Runacher. En plus de cette aide pour mieux agir, les particuliers seront aussi incités à réduire leur consommation ou à agir selon les consignes du plan de sobriété. Le gouvernement a prévu d'inciter à recourir au covoiturage en proposant à partir de janvier 2023 un bonus de 100 euros délivré à tous les nouveaux covoitureurs. Une autre aide de 65€ sera délivrée à tous les ménages qui prévoient d'installer des thermostat programmables sur leurs chaudières.