Au Phare de Tévennec (Finistère) : une lourde solitude

Au large du Finistère, le phare semble perdu dans le lointain © Patrice Le Stunff / Galerie photo Linternaute.com

Non, personne ne voulait rester là. Le phare de Tévennec, situé en avant de la Pointe du Van a été construit en 1885 pour guider les navires entre l'île de Sein et le continent. La tour de 14 mètres, balayée par les embruns, surplombe le petit logement... qui demeure vide. On entendrait ici la voix du premier gardien, hululant ses "kerz kuit" ("va-t'en" en langue bretonne). On dit aussi que le lieu est hanté par les appels désespérés d'un naufragé mort de faim sur l'île il y a des siècles. Les plus rationalistes accusent un siphon naturel sous-marin de provoquer les bruits étonnants voire la solitude d'avoir pesé sur la santé mentale des 23 gardiens qui se sont succédés dans le phare. Les candidats fuyaient tellement la lanterne qu'elle fut la première de Bretagne a être automatisée en 1910 !

Suggestions de contenus