Attentat à Saint-Quentin-Fallavier : l'homme décapité est l'ancien employeur du terroriste présumé

Attentat à Saint-Quentin-Fallavier : l'homme décapité est l'ancien employeur du terroriste présumé L'homme décapité était bien l'employeur de Yassin Salhi. Ce dernier est soupçonné d'être responsable de l'attentat perpétré à Saint-Quentin-Fallavier et d'être l'auteur de la décapitation.

[Mis à jour le 26 juin 2015 à 19h28] Ce que l'on sait de l'attentat à Saint-Quentin-Fallavier - L'essentiel : Le terroriste a été interpellé vers 11 heures par les services de la DGSI, il a 35 ans, habite Saint-Priest et est connu des services des renseignements français. Son nom a été communiqué par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve à la mi-journée : "L'identité du criminel est en cours de précision nous savons d'ores et déjà qu'il pourrait s'agir de Yassin Salhi, qui avait fait l'objet d'une fiche "S" pour radicalisation, non renouvelée en 2008". L'homme n'a pas de casier judiciaire, il est né en mars 1980. Il a été placé en garde à vue, mais a gardé le silence. Il n'a pas de papier sur lui, mais a bien été identifié, notamment par les employés de l'usine Air Products a affirmé le procureur de la République, pusiqu'il était déjà venu effectuer des livraisons dans l'établissement. Au cours de l'après-midi, deux autres personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête sur l'attentat en Isère. L'AFP a confirmé que l'homme décapité était bien l'ancien employeur de Yassine Salhi.

C'est un peu avant 10 heures que l'attentat a été perpétré en Isère. Le parquet antiterroriste a été saisi très rapidement, en fin de matinée. L'homme suspecté d'avoir commis l'acte terrorriste aurait décapité un individu. Son cadavre a été retrouvé dans l'usine d'Air Products, à Saint-Quentin-Fallavier, entre Lyon et Bourgoin-Jallieu. L'auteur de l'attaque a fait irruption sur le site de l'usine de gaz avant de percuter des bombonnes de gaz, selon le Dauphiné Libéré. Le bilan de l'attaque fait état d'un mort et de deux blessés. Il pourrait avoir été accompagné par un autre individu sur le site de l'usine. Le plan Vigipirate est poussé à son niveau maximum pour 3 jours dans la région Rhône-Alpes.

16h15 - Selon une information de France Info, confirmée par l'AFP, le présumé terroriste aurait assassiné son ancien employeur, le gérant d'une société de transport, qui était venu effectuer une livraison dans la matinée sur le site d'Air Products, à Saint-Quentin-Fallavier

16h12 - Le suspect, qui s'est installé il y a quelques mois à Saint-Priest, aurait déménagé de Besançon, commune dans laquelle il était auparavant domicilié.

15h42 - Un conseil de sécurité est en cours à l'Elysée.

15h38 - L'épouse de Yassine Salhi a été arrêtée.

15h25 - La femme de Yassine Salhi est actuellement interrogée par la police judiciaire. L'intervention dans le quartier où réside le quartier est plongée dans une atmosphère de lourde tension, raconte Le Monde. Le Raid a été déployé pour évacuer tout l'immeuble.

Un journaliste du Monde a posté sur son compte Twitter la photo de l'immeuble où réside Yassine Salhi :

15h01 - L'épouse de Yassine Salhi vient de livrer ses premières réactions sur Europe 1. Elle dit ne pas croire que son mari soit capable de tels actes : "On a une vie de famille normale. Il part au travail, il rentre. Nous sommes des musulmans normaux. On fait le ramadan. On a trois enfants et une vie de famille normale" a-t-elle expliqué.

14h50 - Le domicile du terroriste présumé, Yassine Salhi, est perquisitionné. La police judiciaire recherche tout élément qui viendrait confirmer l'intention du suspect de perpétrer un attentat en France et d'assassiner un homme par décapitation.

14h30 - La famille du terroriste a été interpellée par la police judicière de Lyon à Saint-Priest, selon les informations du Monde.fr. Selon le témoignage d'une voisine interrogée sur France Info, la famille de Yassine Salhi est arrivée dans leur nouveau domocile "il y a sept mois", et invoquait "une mutation" récente. Elle est décrite comme une famille musulmane n'affichant aucun signe de radicalisation.

EN VIDEO - Bernard Cazeneuve a indiqué que le suspect serait "en lien avec la mouvance salafiste" :

Un complice présumé de Yassine Salhi arrêté

Toujours selon le Dauphine Libéré, un complice du terroriste présumé interpellé sur le site d'Air Products a été arrêté à son domicile de Saint-Priest, près de Lyon. Il s'agit de l'individu que le ministre de l'Intérieur a identifié dans son discours comme "second suspect". Bernard Cazeneuse a par ailleurs indiqué que l'enquête était déjà très avancée, et parle de plusieurs individus arrêtés, en lien avec l'attentat. Le ministre évoque ainsi "plusieurs gardes à vue". Selon les informations du Monde, un homme "soupçonné d'avoir fait des repérages sur le site" est actuellement en garde à vue.

EN VIDEO - Attentat à Saint-Quentin-Fallavier : que s'est-il passé ?

Selon le journal régional, présumé terroriste Yassine Salhi aurait revendiqué être un membre de Daesh et aurait tenu en mains des drapeaux de l'Etat Islamique. La tête de la victime décapitée a été retrouvée acrochée au grillage du site. Elle serait, selon l'AFP, recouverte d'un drapeau sur lequel ont été retrouvées des inscriptions écrites en arabe. Il ne s'agirait pas d'un employé de l'usine, l'hypothèse que la victime ait été apportée par son assassin a été avancée. Le secteur est bouclé, un dispositif très important composé de forces de l'ordre et de pompiers a été mis sur pied.

François Hollande confirme la nature terroriste de l'attaque

"Cet attentat c'est un véhicule conduit par une personne, peut-être accompagnée d'une autre, et qui à vive allure se projette sur cet établissement classé Seveso contenant des bouteilles de gaz" a déclaré à la mi-jouréne François Hollande. "L'intention ne fait pas de doute : provoquer une explosion" pour le président de la République. Le président de la République a décidé de quitter le Conseil européen pour suivre les événements depuis l'Elysée. Le chef de l'Etat a révélée que l'identité du terroriste a été identifiée.

Air Products, Seveso "seuil bas"

Le site d'Air Products est actuellement survolé par un hélicoptère de la gendarmerie. Manuel Valls, qui est ce vendredi matin en Amérique latine, a donné l'ordre de mettre en place une "vigilance renforcée" sur l'ensemble des "sites sensibles" du département voisin de Rhône-Alpes. L'usine produit du gaz et des produits chimiques pour l'industie alimentaire. Elle est classée "Seveso seuil bas", ce qui signifie qu'il existe un danger interne à la nature du site, mais que les risques liés aux matières utilisées sur place restent limités. La société Air Products emploie près de 400 personnes en France. Elle dispose d'une usine à Saint-Quentin-Fallavier, mais elle est propriétaire de trois usines de production de gaz en France (à Strasbourg et Beauvais).

Deux terroristes à Saint-Quentin-Fallavier ?

Selon les informations du Point, deux personnes étaient ce matin dans le véhicule qui s'est introduit sur le site Seveso. Si l'un d'eux a été très rapidement interpellé, il se pourrait que ce second individu, si sa présence est bien confirmé, soit en liberté et recherché par les forces de l'ordre.

EN VIDEO - Selon Chems Akrouf, spécialiste du terrorisme interrogé sur LCI, il pourrait s'agir d'une première attaque en vue d'en déclencher d'autres :

Légende par défaut © Parquet du TGI de Paris

Plus d'infos à suivre dans quelques instants...

Article le plus lu - Mélenchon se moque d'une journaliste › Voir les actualités

Annonces Google