Giec : le scénario terrifiant envisagé par les scientifiques

Giec : le scénario terrifiant envisagé par les scientifiques GIEC - Un rapport publié ce lundi par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) alerte sur les conséquences du réchauffement climatique si les Etats ne se mobilisent pas contre ce phénomène.

Le rapport, long de 400 pages, est alarmant, pour ne pas dire terrifiant. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), auteur de ce véritable cri d'alerte, est catégorique : les Etats doivent se mobiliser au plus vite pour contrer l'évolution du réchauffement climatique, qui se développe de façon dramatique, en faisant baisser leurs émissions de gaz à effet de serre. Ces scientifiques ont fixé à 1,5 degré Celsius la limite de l'augmentation de la température moyenne sur Terre, qui a augmenté de 0,8 degrés depuis la fin du XIXe siècle.

Au-delà de ce seuil des 1,5 degrés, les conséquences seraient nombreuses et surtout très néfastes : multiplication de vagues de fortes chaleur, extinctions d'espèces, ou encore montée drastique du niveau des océans, qui pourrait, à terme, faire disparaître des îles comme les Maldives. "Chaque petit accès de réchauffement supplémentaire compte, d'autant que passer 1,5°C accroît le risque de changements profonds voire irréversibles", abonde Hans-Otto Pörtner, qui a co-présidé la session du Giec la semaine dernière en Corée du Sud, où s'étaient réunis chercheurs et représentants des Etats.

Le rapport enjoint notamment les pays à réduire drastiquement leurs émissions de CO2, en mettant le doigt principalement sur le charbon, le gaz et le pétrole, principaux responsables de la dérégulation de l'effet de serre. "Le rapport donne aux décideurs politiques l'information qu'il leur faut pour prendre des décisions tout en considérant aussi les besoins des populations", Debra Roberts, elle aussi coprésidente de la session à Incheon. Le Giec, toujours à propos de ce fameux seuil des 1,5 degré, a fait savoir que si rien n'était fait pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre, la hausse de la température moyenne du globe atteindrait 5,5 degrés d'ici à 2100.

Article le plus lu - Attentat de Strasbourg : comment Cherif Chekatt est mort › Voir les actualités

Annonces Google