Variole du singe : transmission, symptômes, vers une stratégie "zéro monkeypox" ?

"Variole du singe : transmission, symptômes, vers une stratégie "zéro monkeypox" ?"

Variole du singe : transmission, symptômes, vers une stratégie "zéro monkeypox" ? MONKEYPOX. Selon le dernier point de Santé publique France, publié le 16 août 2022, 2 749 cas de variole du singe ont été recensés dans l'Hexagone. Suivez la progression de l'épidémie et les infos clés sur cette maladie.

[Mis à jour le 18 août 2022 à 12h58] Selon le bilan de Santé publique France, publié le 16 août 2022, la France compte 2 749 cas de variole du singe. L'Île-de-France concentre 60% des cas, soit 1642. Dans les autres régions de France, 244 cas ont été recensés en Occitanie et 213 en Auvergne-Rhône-Alpes. La plupart des cas concerne des hommes adultes, seuls 29 malades sont des femmes (soit 1,1% des cas). Quatre enfants de moins de 15 ans ont également été recensés. Afin de faire face à l'épidémie, il est indiqué que 79 405 doses de vaccin de 3ème génération ont été mises à disposition.

Dans une interview accordée au Parisien le 16 août 2022, Brigitte Autran, nommée à la tête du Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires, préconise d'intensifier la campagne de vaccination contre la variole du singe et de faciliter l'accès aux vaccins. Elle demande que davantage de centres de vaccination soient ouverts (il y en a 150 actuellement). Selon Brigitte Autran, il est encore possible de maîtriser ce virus. "Une stratégie 'zéro monkeypox' est possible, contrairement à celle du 'zéro Covid'. Il y a donc une nécessité absolue à vacciner les populations cibles", explique-t-elle lors de l'entretien. Il est toujours impossible de connaître le nombre de doses exact de vaccins contre la variole du singe. Le ministère de la Santé évoque le secret-défense. En effet, la variole pouvant servir d'arme biologique, la quantité de doses et la capacité de la France à pouvoir faire face, sont tenues secrètes. Un nombre limité de vaccins est nécessaire puisque seules les personnes à risques peuvent recevoir une ou deux doses, selon si elles ont été vaccinées contre la variole étant enfant.

Combien y a-t-il de cas de variole du singe en France ?

Au 16 août 2022, 2 749 cas confirmés ont été recensés en France. Les cas résidaient le plus fréquemment en Île-de-France, en Occitanie et en Auvergne-Rhône-Alpes. Selon le dernier point du situation de Santé publique France. Tous les cas recensés à ce jour sont des adultes de sexe masculin, sauf 29 adultes de sexe féminin et 4 enfants de moins de 15 ans. L'autorité sanitaire ajoute que 95% des cas de variole du singe en France concerne des hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes dont la plupart ont eu plusieurs partenaires les semaines précédant leur contamination.

Comment la variole du singe est-elle transmise ?

La variole du singe est une maladie qui se transmet par contact direct ou indirect avec une peau lésée ou des fluides corporels infectés. La transmission du virus entre humains demande donc un contact étroit avec une personne positive ou avec des textiles infectés comme des vêtements ou des draps. Les observations des autorités sanitaires dont Santé publique France et une étude publiée dans le New England Journal of Médecine, montrent que la transmission du virus se fait en grande partie lors de rapports sexuels. La variole du singe n'est toutefois pas considérée comme une maladie sexuellement transmissible car d'autres voies de transmission sont aussi responsables, à moindre échelle, de la propagation du virus. Par mesure de précaution, le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, a recommandé le 27 juillet aux personnes à risque de "réduire le nombre de partenaires sexuels".

Mais il faut rappeler que la variole du singe peut aussi se transmettre par un contact prolongé (à moins de 2 mètres d'une personne infectée pendant 3 heures) à cause des sécrétions respiratoires volatiles. Aussi tout le monde pour contracter la variole du singe et est donc appelé à faire preuve de précaution.

Face à la variole du singe les personnes immunodéprimées et les enfants sont plus vulnérables mais l'épidémie concerne pour le moment essentiellement les hommes homosexuels. Il ne faut toutefois pas considérer que tous les autres profils sont épargnés par le virus qui peut toucher chaque personne entrée en contact avec un malade. Certaines personnes, notamment celles de plus de 50 ans, bénéficient d'une première protection contre la variole du singe permise par leur vaccination contre la variole faite dans les années 1970 ou avant et encore capable de faciliter la production d'anticorps contre le virus, selon le professeur Jean-Daniel Lelièvre, chef des maladies infectieuses de l'hôpital Henri-Mondor, interviewé par le Parisien. Une protection qui n'empêche pas à 100% la contraction de la maladie. Les mesures de précaution contre la transmission de la variole du singe concernent donc tout le monde.

Qui peut se faire vacciner contre la variole du singe ?

Pour se protéger de la variole du singe, la vaccination n'est pas obligatoire mais fortement recommandée en particulier aux personnes à risque et aux profils qui selon les observations sont plus exposés aux contaminations. En France, la Haute Autorité de santé a dressé la liste des personnes concernées par la campagne de vaccination. D'abord ce sont uniquement les personnes ayant au un contact à risque avec un individu malade qui étaient appelés à se protéger mais depuis le 11 juillet, la vaccination préventive s'est étendue à d'autres profils :

  • Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, en particulier ceux ayant plusieurs partenaires
  • Les personnes trans ayant différents partenaires sexuels
  • Les travailleurs et travailleuses du sexe
  • Les professionnels exerçant dans les lieux de consommation sexuelle.

A noter que la vaccination protège contre la variole du singe l'OMS a précisé que cette protection n'est se fait "pas instantanément contre l'infection ou la maladie et cela peut prendre plusieurs semaines". Les précautions sont toujours de mise même pour les personnes vaccinées.

Comment prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre la variole du singe ?

Pour se faire vacciner contre la variole du singe il faut avant tout trouver un centre de vaccination. Inutile de se rendre dans une pharmacie pour recevoir les injections de vaccin. Contre le virus seuls les hôpitaux, les centres dédiés et les centres gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) des infections sexuellement transmissibles, disposent des doses pour les vaccinations. La totalité de ces établissements est listée par région sur les différents sites des Agences régionales de santé (ARS) ou directement sur le site internet Monkey Pox info service. Il suffit de se rendre dans l'onglet "point de vaccination" pour trouver le centre le plus proche de chez vous.

L'adresse, le contact et la disponibilité des rendez-vous de vaccination contre la variole du singe sont précisés pour chaque établissement. À vous ensuite de bloquer une date et un horaire pour recevoir l'injection de vaccin en téléphonant au centre ou, lorsque cela est possible, en réservant un rendez-vous en ligne depuis la plateforme Doctolib. Le lien est alors renseigné dans le tableau. Dans ce cas, il suffit de renseigner le motif du rendez-vous, à savoir la première ou deuxième injection du vaccin contre la variole du singe.

Où trouver un rendez-vous de vaccination contre la variole du singe ?

Une fois la démarche pour obtenir un rendez-vous connue et appliquée, la date et la disponibilité du créneau dépend uniquement du centre de vaccination. Le vaccinodrome qui a ouvert ce mardi 26 juillet à Paris avec l'objectif de réaliser "200 à 300 vaccinations par jours" selon l'adjointe à la mairie de Paris, Anne Souyris contactée par ActuParis, a déjà vu tous ses créneaux de la semaine réservés. Avec l'augmentation des cas, la demande de vaccination est plus importante mais le ministre de la Santé a promis de renforcer davantage la campagne vaccinale et de faire appel à "des bras supplémentaires" pour vacciner. Il doit notamment publier un arrêté au Journal officiel le 26 juillet pour permettre aux étudiants en médecine de réaliser des vaccinations.

Si les rendez-vous sont par endroit des denrées rares, en particulier en Ile-de-France, région la plus touchée par le virus d'après le dernier bilan de Santé publique France en date du 26 juillet, le ministre François Braun s'est voulu rassurant sur la quantité de doses de vaccin disponibles. Selon lui, la France est correctement dotée et c'est uniquement le manque de main d'œuvre qui fait défaut. Un avis que ne partage pas l'élue écologiste de Paris, Anne Souyris : "L'État a comptabilisé 30 000 doses en France, alors que nous estimons à 300 000 le besoin en Ile-de-France. Il y a une omerta sur les commandes, alors que cette information est primordiale pour planifier la vaccination et enrayer l'épidémie".

Quel est le vaccin contre la variole du singe ?

Les autorités sanitaires invitent les personnes à risque, les cas contacts et les professionnels de santé à se faire vacciner contre la variole du singe pour éviter la propagation du virus. Santé publique France a mis au point des protocoles sanitaires à destination des personnes infectées par la variole du singe, les cas suspects et les cas contacts. Aucun vaccin n'existe pour se protéger contre la variole du singe mais les études de l'Institut Pasteur montrent que les vaccins contre la variole humaine restent très efficaces contre le virus rare qui se propage. Les vaccins varioliques sont connus depuis les années 1970 mais le plus efficace et celui présentant le moins d'effets secondaires est le vaccin danois de troisième génération : Imvanex. Il fonctionne à 85% contre la variole du singe.

Existe-il un traitement contre la variole du singe ?

Comme il n'existe pas de vaccin attitré, il n'y a pas de non plus de traitement pour les personnes atteintes de la variole du singe, les malades guérissent spontanément au bout de deux à trois semaines. Mais depuis janvier 2022, l''Agence européenne du médicament reconnaît le médicament Tecovirimat comme "efficace pour réduire la mortalité due à la variole, la variole du singe et la variole bovine sur la base d'études réalisées sur des animaux". Toutefois, le médicament ne peut être autorisé sur le marché et donc à la vente que dans des circonstances exceptionnelles. L'EMA a également précisé qu''il n'est pas possible "d'obtenir des informations complètes concernant Tecovirimat en raison de la rareté de ces maladies".

Quels sont les symptômes de la variole du singe ?

Les symptômes ressemblent à ceux des patients atteints de variole, mais en plus légers. Dans les cinq premiers jours, l'infection provoque plusieurs symptômes : de la fièvre, des maux de tête, un gonflement des ganglions lymphatiques (adénopathie), des douleurs dorsales, des douleurs musculaires (myalgies) et de l'épuisement (asthénie).

Dans les un à trois jours (parfois plus) suivant l'apparition de la fièvre, le patient développe des symptômes d'éruption cutanée qui commencent souvent sur le visage puis s'étendent à d'autres parties du corps, dont les paumes des mains, les plantes des pieds et les muqueuses (bouche et région génitale). Des démangeaisons sont fréquentes. Les lésions passent par différents stades successifs : macules, papules, vésicules, pustules et croûtes. Lorsque les croûtes tombent, les personnes ne sont plus contagieuses. Les autres muqueuses (ORL, conjonctives) peuvent également être concernées. "L'incubation de la maladie peut aller de 5 à 21 jours. La phase de fièvre dure environ 1 à 3 jours. La maladie, généralement bénigne, guérit le plus souvent spontanément, au bout de 2 à 3 semaines" souligne Santé Publique France.

Que faire lorsqu'on est cas contact de la variole du singe ?

Si vous avez été en contact rapproché avec une personne contaminée à la variole du singe, ou même un cas probable, alors vous êtes déclaré cas contact. Santé publique France indique que par contact rapproché, il faut comprendre "contact physique et direct non protégé", c'est à dire tout un contact avec une peau lésée, des actes sexuels, des soins médicaux ou encore des fluides corporels.

Les personnes cas contact sont concernées par la vaccination contre la variole du singe. Dans ce cas la Haute autorité de santé recommande de recevoir le vaccin dans les quatre jours suivant le contact à risque de préférence ou alors sous quatorze jours maximum. Ensuite selon le profil le nombre de doses nécessaires n'est pas le même. Une personne déjà vaccinée contre la variole avant 1980 n'a besoin que d'une seule dose, pour tous les autres deux doses sont nécessaires à part pour les personnes immunodéprimées qui doivent recevoir trois injections. Lorsque les cas contact sont des mineurs la vaccination doit être envisagée au cas par cas.

Quelles précautions contre la transmission de la variole du singe ?

La France a dès les premières inquiétudes sur la propagations de la variole du singe envisagé la vaccination préventive. L'accès au vaccin a été ouvert de manière préventive aux personnes à risque et plus vulnérables face à la maladie notamment les personnes immunodéprimées. Ce n'est que le 11 juillet, après un avis de la Haute autorité de santé (HAS), que la vaccination s'est élargie aux profils les plus touchés par l'épidémie notamment les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes, les travailleurs du sexe et les personnes fréquentant des lieux de consommation sexuelle. La vaccination préventive est considéré comme le moyen le plus efficace d'enrayer la propagation du virus.

Au début de l'épidémie, la France avait mis en place un système de contact tracing semblable à celui pensé pour le coronavirus mais il a été abandonné le 18 juillet. Une décision prise et justifié par la Direction générale de santé qui a expliqué à BFMTV que "seuls 40% à 45% des cas sont en capacités d'identifier leurs contacts à risque" rendant en partie inefficace le contact tracing. L'Agence régionale de santé d'Ile-de-France a indiqué en revanche que le contact warning et prévenir son entourage ou les personnes qu'on suspecte à risque reste fortement recommandé. Aussi, la variole du singe se transmettant essentiellement lors des rapports sexuelles en particulier au sein de la communauté gay le recours aux préservatifs pendant les rapports est lui aussi recommandé.

À toutes ces mesures préventives s'ajoutent les mesures penser pour limiter la transmission de la variole du singe lorsqu'une personnes est positive. Cela passe par un isolement très strict sans aucun contact avec d'autres personnes (détails ci-après).

Quels sont les protocoles sanitaires pour les cas positifs à la variole du singe ?

Pour éviter la propagation de la variole du singe, les autorités sanitaires préconisent un isolement strict des personnes contaminées par le virus et de celles dont la contamination est suspectée. Santé publique France précise que tous les malades dont la contamination est confirmée par un test PCR et celles qui présentent les symptômes du virus doivent s'isoler dans leur domicile pendant trois semaines à compter de l'apparition des symptômes et éviter tout contact avec les autres membres du ménage. Ni les vêtements et le linge de maison, ni la literie ou la vaisselle ne doivent être partagés. Le port d'un masque chirurgical est aussi de mise. La maladie pouvant se transmettre par contact avec les muqueuses, les déchets des plaies (comme les croutes) ou entrés en contact avec elles (pansements, etc) doivent être jetés dans un sac dédié. A l'issue de l'isolement, les pièces et tous les linges doivent être scrupuleusement nettoyés.

Les personnes cas contacts doivent également être vigilantes et respecter un protocole sanitaire essentiellement porté sur la vaccination. Santé publique France recommande l'injection d'un vaccin de troisième génération "idéalement dans les 4 jours après le contact à risque et au maximum 14 jours plus tard". Le schéma vaccinal doit compter deux doses espacées de 28 jours. La vaccination ne dispense pas d'être attentif aux symptômes et les cas contacts sont appelés à surveiller leur température, "la fièvre signant le début de la contagiosité et étant plus précoce que l'éruption" cutanée causée par la variole du singe. Si les symptômes de la maladie apparaissent, les cas contacts doivent s'isoler et appeler le SAMU et ne surtout pas se rendre aux urgences.

Quelle est la mortalité de la variole du singe ? 

Si les symptômes semblent virulents, surtout chez les hommes, le taux de mortalité reste faible. En effet, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) affirme "qu'en général, le taux de létalité s'est établi entre 1% et 10%, la plupart des décès survenant chez les plus jeunes". Deux ans après le début de l'épidémie de coronavirus, doit-on s'inquiéter de la propagation d'un nouveau virus ? Selon Antoine Gessain, responsable de l'unité d'épidémiologie et physiopathologie des virus oncogènes à l'Institut Pasteur, la variole du singe ne présente qu'une faible dangerosité, comme il l'a expliqué à BFM TV. Il se veut même rassurant : "il n'y a pas beaucoup de risque d'une grande pandémie."

Combien de cas de variole du singe dans le monde ?

Les nouveaux cas de variole du singe sont en progression dans le monde et l'OMS a prévenu les autorités sanitaires de tous les pays : il faut s'attendre à ce que la progression perdure. Ci-dessous, retrouvez les données mises en graphique par Ourworldindata, qui permettent de visualiser l'évolution de la circulation de la maladie.

Carte de la propagation de la variole du singe

Le nombre de contaminations demeure pour le moment assez circonscrit, on note en Europe un phénomène de transmission plus important au Royaume-Uni, à moins que les services des autorités sanitaires aient développé des moyens plus efficients pour identifier les nouveaux cas de variole du singe. La carte proposée par Ourdatainworld permet de mesurer les distorsions dans la propagation de la variole du singe dans les différents continents du monde.

Dans quels pays la variole du singe a-t-elle été détectée ?

L'Angleterre a été la première à tirer la sonnette d'alarme. Un premier malade de la variole du singe y a été recensé le 7 mai, il s'agissait d'une personne qui rentrait d'un voyage au Nigéria. L'agence britannique de sécurité sanitaire assure qu'à l'exception du premier cas détecté, la transmission entre les autres cas se serait faite au sein du pays. Depuis, le nombre de cas n'a cessé d'augmenter. L'Espagne, le Portugal, le Canada et les États-Unis ont, tour à tour, signalé avoir repéré la présence de la variole du singe, ou ce qui semble l'être, sur leur territoire. La Suède et l'Italie ont suivi. Près de 20 pays sont concernés.

Quelle est l'origine de la variole du singe ?

L'épidémie de variole du singe a, selon l'Organisation mondiale de la santé, commencé avec un patient zéro contaminé par la "consommation de viande d'animaux infectés pas suffisamment cuite". Cette maladie infectieuse est transmise principalement par les rongeurs aux animaux dont certaines peuvent être consommés par l'homme. 

Pour ce qui est de l'origine géographique de la variole du singe, l'OMS indique la maladie trouve son origine en Afrique du centre et de l'ouest. Des pays tels que le Nigéria ou le Cameroun seraient les principaux foyers d'origine. Connue depuis les années 1970, cette maladie tend habituellement à se développer dans les zones tropicales. La voir se développer dans des pays n'ayant pas ce climat est une surprise pour les scientifiques. 

Des cas de variole du singe ont été importés dans des pays occidentaux depuis sa découverte, notamment aux États-Unis, où ils sont restés "rares", selon le Centre américain de prévention et de lutte contre les maladies (CDC). En effet, au printemps 2003, des cas avaient été confirmés dans le pays, marquant ainsi la première apparition de cette maladie en dehors du continent africain.