Radars : le défaut d'assurance verbalisé ? Le top 10 de ceux qui flashent le plus

Radars : le défaut d'assurance verbalisé ? Le top 10 de ceux qui flashent le plus RADARS - Le bilan 2018 des radars est tombé. Quels sont les radars qui ont le plus flashé en 2018 ? Le Figaro annonce par ailleurs de nouvelles fonctions avec la possibilité de contrôler également le défaut d'assurance sur un véhicule flashé.

[Mis à jour le 15 octobre 2019 à 18h37] Le bilan 2018 des radars automatiques est tombé et les premières infos sur les nouveautés à venir ces prochains mois sur le parc de radars automatiques commencent à filtrer. Le site du journal Le Figaro annonce ainsi dans un article publié ce 15 octobre qu'un automobiliste flashé pour un excès de vitesse sera également prochainement contrôlé sur sa situation de police d'assurance.

Comment ? Tout simplement en croisant sa plaque d'immatriculation avec le nouveau fichier des véhicules assurés (FVA) créé au début de l'année 2019. Le quotidien précise qu'une période de clémence sera accordée, le conducteur non assuré et flashé se voyant averti par courrier mais pas verbalisé pour cette autre infraction. Cela changera vite avec à terme une amende forfaitaire de 500 euros,  minorée à 400 euros si le règlement est effectué dans les 15 jours ou majorée à 1000 euros au bout de 45 jours. L'objectif est de lutter contre ce fléau qui coûte cher puisque 700 000 conducteurs circuleraient aujourd'hui sans assurance !

Le bilan 2018 des radars automatique fait part d'une autre urgence les recettes engendrées par les radars automatiques sur les routes de France en 2018 s'élèvent à 864,4 millions d'euros, contre 1,013 milliards d'euros en 2017. Une baisse qui, selon le ministère de l'Intérieur, résulte de l'obligation donnée aux employeurs de dénoncer leurs salariés qui commettent des infractions sur la route. Le vandalisme et la destruction de certains radars à la fin de l'année 2018 vient également entacher ce bilan 2018 des radars, faisant perdre environ 300 millions d'euros à l'Etat selon la Sécurité routière, comme la réduction liée à "la dépénalisation du stationnement payant, décidée en 2015 et entrée en vigueur le 1er janvier 2018".

L'amende a en effet été remplacée par le forfait post-stationnement (FPS). Enfin, le gouvernement explique que les 864,4 millions d'euros engrangés par les radars automatiques en 2018 ont à 20,9% ("près de 180 millions d'euros") servi "au désendettement de l'Etat", tandis que 79,1% (684 millions d'euros) ont été "affectés à la lutte contre l'insécurité routière, avec des actions d'aménagement, d'entretien et de prévention" déployées sur les plans nationaux et locaux. Le gouvernement souligne que la baisse des recettes des radars est "largement compensée par l'augmentation constante des dépenses globales de l'Etat consacrées à la sécurité routière", avec une hausse de "88,7 milliards d'euros entre 2017 et 2018". Retrouvez ci-dessous le palmarès des dix radars qui ont le plus flashé l'année passée.

Carte des radars : les radars qui flashent le plus

Chaque année, la Sécurité routière publie le classement des radars qui flashent le plus en France l'année passée. En 2018, c'est le radar de Cagnes-sur-Mer, sur l'autoroute A8, qui a le plus verbalisé d'automobilistes avec au total 115 558 flashs. Il détrône celui d'Etrembières sur l'autoroute A40 dans le sens Chamonix-Mâcon, qui arrive cette année en seconde position avec 112 684 flashs. Retrouvez le classement des dix radars ayant le plus flashé en 2018 ci-dessous !

Top 10 des radars ayant le plus flashé en 2018 :

  1. Radar sur l'autoroute A8 dans le sens Nice-Cannes à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) : 115 558 flashs
  2. Radar sur l'autoroute A40 dans le sens Chamonix-Mâcon à Etrembières (Haute-Savoie) : 112 684 flashs
  3. Radar sur l'autoroute A10 dans le sens province-Paris à Janvry (Essonne) : 111 728 flashs
  4. Radar sur l'autoroute A31 dans le sens Metz-Toul à Maxéville (Meurthe-et-Moselle) : 105 134 flashs
  5. Radar sur l'autoroute A709 dans le sens Nîmes-Béziers à Montpellier (Hérault) : 104 876 flashs
  6. Radar sur l'autoroute A10 dans le sens Paris-Chartres à Massy (Essonne) : 103 954 flashs
  7. Radar sur l'autoroute A10 dans le sens Paris-Chartres à Briis-sous-Forges (Essonne) : 90 823 flashs
  8. Radar sur l'autoroute A35 dans le sens Colmar-Strasbourg à Geispolsheim (Bas-Rhin) : 89 099 flashs
  9. Radar sur la RD 907 dans le sens Cavaillon-Avignon à Avignon (Vaucluse) : 87 836 flashs
  10. Radar sur l'autoroute A8 dans le sens Puget-sur-Argens-Mandelieu-la-Napoule aux Adrets de l'Estérel (Var) : 80 753 flashs

Nouveaux radars : ce à quoi il faut s'attendre

L'arsenal de radar promet de s'étoffer encore ces prochaines années. Si l'hypothèse de contrôles par des drones naviguant au-dessus des autoroutes paraît encore ambitieuse voire saugrenue, d'autres solutions s'apprêtent à voir le jour grâce à des progrès techniques impressionnants. Parmi les nouvelles armes, le radar tout en un, le redoutable Mesta Fusion conçu par l'entreprise Safran, promet de faire son apparition très prochainement sur le bord de nos routes. Ce radar tourelle pourrait permettre de multiplier le nombre d'infractions visées : défaut d'assurance mais aussi port de la ceinture de sécurité ou téléphone au volant sont cités ! 

La modernisation passe aussi par l'arrivée de nouveaux radars miniaturisés pour remplacer les fameuses jumelles des forces de l'ordre. Nous y avons consacré un sujet explicatif via le nouveau radar Truspeed.

Radars privés : où en est-on ?

La privatisation des radars a bien débuté ! Après les premières expérimentations, le radar privé embarqué dans une voiture confiée à des opérateurs privés arrive. Les voitures ont commencé à flasher le 23 avril 2018. La Normandie est le territoire choisi pour lancer l'opération mais toutes les régions devraient en être équipées d'ici 2019-2020. Ces voitures radars seront bientôt partout conduites par des chauffeurs mandatés par une entreprise privée, agréée par l'Etat. Ces entreprises auront pour mission de respecter des itinéraires pré-établis. Vous pouvez retrouver toutes les infos en cliquant ci-dessous.

Tous les radars en France

La loi de finances 2017 prévoit d'augmenter le nombre de radars automatiques en France : de 4450 fin 2016, le parc est passé à 4600 appareils fin 2017 et même 4700 en 2018. Mais surtout, les radars fixes sont peu à peu remplacés par des appareils plus modernes, incluant notamment la fonction double sens pour contrôler les deux axes de circulation. De quoi être donc plus efficace. L'Etat se targue d'ailleurs d'une augmentation des recettes liées aux contrôles radars : +25% soit 844 millions d'euros en 2017 contre 672 millions en 2016. Au fil des années, le parc des radars s'est enrichi de nombreux appareils pour diversifier le type de contrôles. Aux côtés des radars fixes, on retrouve désormais de nombreux appareils :

  • Les radars de chantier sont désormais appelés officiellement radars autonomes. Il s'agit d'appareils mobiles, facilement déplaçables pour être installés aux bords des routes et flasher automatiquement les automobilistes en excès de vitesse.
  • Les radars de feu rouge : Apparus en 2009, les radars de feu rouge ont été installés en ville aux carrefours, passages à niveaux ou sur des grands axes. Etre flashé pour avoir franchi un feu rouge est une infraction grave, passible de la perte de quatre points sur le permis de conduire et une amende forfaitaire de 135 euros.
  • Radar embarqué ou radar mobile : Le radar embarqué a beaucoup progressé ces dernières années. Leur nombre s'est accru mais, surtout, la technologie a évolué. On parle aujourd'hui de "radars mobiles mobiles". Ils sont intégrés à des voitures banalisées et invisibles des automobilistes. Jusque-là conduites par des policiers en uniforme, elles seront confiées à partir de 2017 à des opérateurs de sociétés privées, agrées par l'Etat et circulant sur des itinéraires programmés. Les sanctions sont les mêmes que pour des excès de vitesse constatés par un radar fixe.
  • Radar leurre : C'est la dernière trouvaille des autorités : les zones leurre. Sur un itinéraire où les accidents sont jugés fréquents, il sera possible d'installer un radar autonome déplaçable régulièrement et épaulé, dans un second temps, par de fausses cabines radars. L'automobiliste ne saura pas le positionnement exact du radar susceptible de le flasher. Les premiers appareils ont été installés en 2016 dans le Pas-de-Calais.
  • Radar piéton : Les premiers appareils sont en phase de tests. Selon Auto-Plus, un premier radar piéton sera installé à Lyon. Sous la forme d'un mât et de plusieurs caméras discernant piétons et véhicules, ce radar peut lire les plaques en approche et filmer les automobilistes ne donnant pas la priorité aux piétons. La scène est transmise à la police municipale qui décidera ensuite après visionnage de verbaliser ou non l'automobiliste.

Article le plus lu - Gilets jaunes : c'est reparti ! › Voir les actualités