Le début des propos polémiques

© NANA PRODUCTIONS/SIPA
Dans l'article "Mon cri de colère", publié le 26 avril 1996, le président du tribunal note qu'il s'agit d'un "dérapage de l'ex-actrice sur la présence des musulmans en France" par ses écrits. "Et puis voilà que mon pays, la France, ma patrie, ma terre est de nouveau envahie, avec la bénédiction de nos gouvernements successifs, par une surpopulation étrangère, notamment musulmane, à laquelle nous faisons allégeance. De ce débordement islamique, nous devons subir à nos corps défendant, toutes les traditions. D'année en année, nous voyons fleurir les mosquées un peu partout en France alors que nos clochers d'églises se taisent faute de curés ".

Elle est de nouveau condamnée pour les mêmes faits l'année suivante pour ses écrits dans le second tome de ses mémoires, "Le Carré de Pluton", ainsi qu'une troisième fois en 2000 pour le pamphlet intitulé "Lettre ouverte à ma France perdue".
Suggestions de contenus