Disparition de Peng Shuai : la WTA menace la Chine, Serena Williams "choquée"

Disparition de Peng Shuai : la WTA menace la Chine, Serena Williams "choquée" PENG SHUAI. "Where is Peng Shuai ?" Sur les réseaux sociaux, ce message est partagé en boucle pour retrouver la joueuse de tennis.

Les jours passent et le mystère reste entier. Peng Shuai, joueuse de tennis reconnue dans le monde professionnel (ancienne n°1 mondiale en double et vainqueur de Roland-Garros et Wimbledon) a "disparu" depuis le 2 novembre dernier. À cette date, la joueuse de tennis a posté un long message sur le réseau social Weibo, accusant l'ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli de lui avoir imposé un rapport sexuel... Si l'accusé n'a pas eu de réaction, le message a très vite été censuré. Un risque que la joueuse de tennis avait conscience. "Je sais que grâce à votre rang élevé de vice-premier ministre, vous dites que vous n'avez pas peur, mais même si c'est jeter un œuf sur un rocher, même si je dois aller à ma perte en le faisant, je dirai la vérité à votre sujet". 

Disparition de Peng Shuai

Depuis, la joueuse n'a plus donné de signe de vie. Dans un premier temps très discrète, la WTA a demandé des explications le 14 novembre. "Nous attendons que cette question soit traitée correctement, ce qui signifie que les allégations doivent faire l'objet d'une enquête complète, équitable, transparente et sans censure" a expliqué Steve Simon, patron de la WTA. Ce dernier demande également que "justice soit faite". Suite à ce communiqué, un autre a été publié par Peng Shuai, mais émanant de la chaîne d'État chinoise CGTN, mettant sérieusement en doute la véracité de ce dernier. "Concernant le récent communiqué de la WTA, il a été publié sans mon accord et sans que je puisse vérifier ou confirmer le contenu. Les informations, notamment concernant l'accusation d'agression sexuelle, sont fausses, affirmerait la joueuse. Je ne suis ni disparue ni en danger. J'étais juste au repos chez moi, tout va bien. Merci encore d'avoir pris de mes nouvelles."

Suite à ce nouvel élément, le patron de la WTA a menacé de retirer les compétitions de Chine. "Le communiqué publié par les médias officiels chinois concernant Peng Shuai ne fait qu'augmenter mon inquiétude quant à sa sécurité et sa localisation. J'ai du mal à croire qu'elle ait effectivement écrit l'email que nous avons reçu et qu'elle puisse penser les mots qui lui sont attribués. Nous sommes tout à fait prêts à retirer [de Chine] nos activités et à faire face à toutes les complications qui en découlent", a affirmé le dirigeant mondial du tennis féminin. "Parce que c'est (les accusations de viols) plus important que les affaires", martèle-t-il, lors d'une interview accordée à CNN. "Si elle a été contrainte de l'écrire [le mail suspect, ndlr], si quelqu'un l'a écrit pour elle, nous ne le savons pas [...] mais tant que nous ne lui aurons pas parlé en personne nous ne serons pas rassurés".

Un faux mail publié ?

Un communiqué émanant de la joueuse elle-même ce mercredi 17 novembre. Problème, le média qui a diffusé ce communiqué est la chaîne d'État chinoise CGTN, mettant en doute l'authenticité des mots. "Bonjour à tous, c'est Peng Shuai, aurait écrit l'ancienne 14e joueuse mondiale, "

Des mots étranges qui ne fait qu'augmenter l'inquiétude de la WTA. "Le communiqué publié aujourd'hui [mercredi] par les médias officiels chinois concernant Peng Shuai ne fait qu'augmenter mon inquiétude quant à sa sécurité et sa localisation. (…) J'ai du mal à croire que Peng Shuai ait effectivement écrit l'e-mail que nous avons reçu et qu'elle puisse penser les mots qui lui sont attribués".

Le monde du tennis affiche son soutien

Outre la WTA, de nombreux joueurs et joueuses s'inquiètent du sort de la joueuse de tennis. "Oui, ces accusations sont très inquiétantes. Je connais Peng depuis qu'elle a 14 ans, nous devrions tous être inquiets, c'est grave, où est-elle ? Est-elle en sécurité ? Toute information serait appréciée", a réagi l'ex-championne américaine Chris Evert sur Twitter.

"Ce n'est pas seulement un problème de la WTA. Nous sommes tous concernés" a lancé Nicolas Mahut alors que la Française Alizé Cornet a également relayé sur son compte le message #WhereIsPengShuai. "Ne restons pas silencieux". 

Interrogé sur le sujet, Novak Djokovic a fait part de son inquiétude le 15 novembre dernier. "Je n'ai pas beaucoup d'informations sur le sujet, j'en ai entendu parler il y a une semaine et honnêtement, c'est choquant qu'elle ait disparu. Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire. Espérons qu'elle sera (re)trouvée, qu'elle va bien. C'est terrible, je peux juste imaginer ce que doit ressentir sa famille."

Sur Twitter, Serena Williams s'est dite "dévastée" par la tournure des événements. "Je suis dévastée et choquée d'entendre ces nouvelles à propos de ma collègue, Peng Shuai, écrit l'ex-n°1 mondiale J'espère qu'elle est en sécurité et qu'elle va être retrouvée le plus vite possible. Ça doit faire l'objet d'une enquête et nous ne devons pas rester silencieux. J'envoie de l'amour à elle et sa famille pendant ces moments terriblement difficiles. "

Qui est Zang Gaoli ?

Accusé par Peng Shuai, Zang Gaoli est l'ancien vice Premier ministre chinois, membre du parti communiste. De 1997 à 2002, il occupe des postes de premier plan dans la zone économique spéciale de Shenzhen et au gouvernement provincial du Guangdong et joue un rôle dans le développement économique de la région. Il est élu secrétaire du comité du PCC de Tianjin de 2007 à 2012 puis est nommé membre du Comité permanent du bureau politique en 2012. C'est en mars 2013 qu'il est nommé premier vice-Premier ministre de la république populaire de Chine.

Tennis