Mort de Margerie : chauffeur ivre, météo... Les mystérieuses circonstances de l'accident

Mort de Margerie : chauffeur ivre, météo... Les mystérieuses circonstances de l'accident La mort brutale de Chistophe de Margerie nourrit les théories du complot les plus folles. Une enquête est ouverte sur les circonstances du tragique accident de l'aéroport de Moscou.

La disparition tragique de Christophe de Margerie, l'un des patrons les plus influents de l'industrie française, a été causée par un tragique accident. Son avion s'apprêtait à décoller lorsque il a été percuté par un chasse-neige. L'importance du PDG et les invraisemblables circonstances du drame, qui aurait probablement pu être éviter, nourrissent les théories les plus folles sur les "véritables" causes de son décès. Sur les réseaux sociaux, les twittos sont nombreux à imaginer des conspirations mises en oeuvre pour éliminer le PDG du groupe pétrolier Total (voir vidéo-ci-desous). D'aucuns s'interrogent par exemple sur son dernier rendez-vous à Moscou avec le Premier ministre Medvedev quelques heures avant sa mort. 

Le comité d'enquête russe a déjà donné les premiers éléments de l'enquête. Fait avancé : la personne qui conduisait la déneigeuse "était en état d'ivresse". L'avocat de l'homme accusé a contesté dans les heures qui ont suivi ces allégations, indiquant à la chaîne russe RT que son "client souffre d'une grave maladie de coeur, il ne boit pas du tout et ses proches et amis peuvent en attester". L'homme a été interpellé pour 48 heures. L'enquête se concentre surtout sur "les mauvaises conditions météorologiques et une erreur de pilotage". Les conditions climatiques étaient en effet précaires sur l'aéroport de Vnoukovo, près de Moscou, un épais brouillard couvrant les pistes de décollage. Le service de communication de l'aéroport a fait savoir que le Falcon dans lequel se trouvait le PDG de Total s'apprêtait à s'élancer avec une visibilité de 350 mètres.

Quant à l'erreur de pilote, elle pourrait être due à un défaut d'informations de la part des aiguilleurs du ciel. Selon le comité d'enquête, tout indique en effet que les personnes chargées de la circulation des avions et de tous les appareils sur les pistes ont une lourde responsabilité : "Il ne s'agit pas d'un tragique concours de circonstances, mais d'une négligence criminelle des fonctionnaires". peut-on lire. Les autorités sur place ont indiqué que l'appareil de déneigement, qui a percuté l'avion lancé à 300 km/h, était vide. Le pilote du Falcon l'ignorait.

Sur Twitter, les rumeurs vont bon train :

Article le plus lu - Mélenchon se moque d'une journaliste › Voir les actualités

Annonces Google