Les sondages de juillet 2015

30 juillet 2015 : Hollande, Valls et Sarkozy remontent (Ipsos)

Selon le baromètre Ipsos-Le Point de juillet, François Hollande gagne 6 points pour atteindre plus d'un quart d'opinions favorables (26 %). Le chef de l'Etat voit également ses avis "très négatifs" baisser sensiblement, ce qui semble lui donner un espoir pour 2017, mais est encore loin du compte. Le ciel semble aussi se dégager pour Manuel Valls qui engrange 4 points et pour Nicolas Sarkozy, qui prend 5 points et atteint 36 % de bonnes opinions. Juppé reste le grand chouchou du classement avec 55 % de bonnes opinions malgré une légère baisse. Marine Le Pen termine une chute ininterrompue de 4 mois en gagnant 2 points et en arrivant à 27 % d'avis positifs. Lire sur le site d'Ipsos

28 juillet 2015 : Christine Lagarde dans la course ? (BVA)

Christine Lagarde est-elle ou non une potentielle prétendante à la présidentielle ? Assez invraisemblable, cette idée reste à l'esprit en voyant la cote de popularité de la directrice du FMI et ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Christine Lagarde dispose d'une bonne image chez 53 % des Français selon un sondage BVA. Et elle a le soutien des "leaders d'opinions" qui sont même 60 % à lui accorder un bon jugement (64 % des leaders politiques et 57 % des leaders médiatiques distingue l'institut). Son passage à Bercy est jugé positivement par 58 % de ces "leaders d'opinion". Lire sur le site  de BVA

27 juillet 2015 : Juppé écrase Sarkozy et prend des voix à Hollande (Ifop - INTENTIONS DE VOTE)

Selon une enquête Ifop pour RTL, Alain Juppé reste le grand favori de la présidentielle avec 28 % des intentions de vote devant Marine Le Pen à 27 % et François Hollande à 18 %. Juppé devance aussi largement Nicolas Sarkozy (à 23 %) en rognant sur l'électorat de gauche et donc celui de l'actuel chef de l'Etat. Si on analyse son résultat à la présidentielle, le maire de Bordeaux séduit en effet 22 % des électeurs de François Hollande en 2012. Dans une telle configuration, le président sortant comme son prédécesseur semblent en position délicate pour se qualifier au second tour. Lire sur le site de l'Ifop

27 juillet 2015 : Hollande perd les enseignants (bis) (OpinionWay)

Selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro, François Hollande aurait perdu beaucoup de crédit chez les enseignants, segment particulièrement important de son électorat. Après les débats sur la réforme du collège, ces derniers sont 21 % à se dire prêts à voter pour lui en 2017 alors que 44 % des profs avaient opté pour le candidat socialiste en 2012. De quoi anticiper une baisse vertigineuse de 23 points. Hollande est-il en train de perdre les enseignants comme l'indiquait déjà un sondage Ifop du 18 juin dernier ? OpinionWay indique en tout cas que 77 % des profs condamnent la politique de leur ministre Najat Vallaud-Belkacem. Lire sur le site d'OpinionWay

27 juillet 2015 : Hollande et Valls stables, mais... (Harris)

Selon le baromètre Harris Interactive, la cote de popularité de l'exécutif se maintient avec un point pour François Hollande et un taux similaire au précédent baromètre pour Manuel Valls. Une tendance qui reste dans la lignée des derniers mois indique l'institut de sondage et qui masque une réalité : François hollande a perdu beaucoup de crédit chez les personnes âgées (65 ans et +) en gagnant des points dans les classes populaires. Son Premier ministre laisse de plus en plus sceptique à sa gauche (sympathisants du Front de gauche) alors qu'il convainc chez les jeunes (moins de 35 ans) et à sa droite (sympathisants Les Républicains). Lire sur le site d'Harris

21 juillet 2015 : Hollande ne convainc pas Twitter pour le 14 juillet (OpinionWay)

Selon un sondage OpinionWay pour l'Express avec Vigiglobe, François Hollande a laissé sceptique le réseau social Twitter lors de son intervention du 14 juillet. En analysant "plus de 10 000 tweets émanant de 3000 auteurs", l'institut indique d'abord que le volume de messages a été plus faible que lors de précédentes interventions ou interviews télévisées. L'analyse, doublée d'un sondage réalisé sur un échantillon représentatif, indique également que chaque pic constaté sur la courbe correspond à une  formule  forte du chef de l'Etat, mais mesure un sentiment d'adhésion de seulement 9 % sur Twitter. Lire sur le site d'OpinionWay

19 juillet 2015 : les Français ne croient pas à la "pause fiscale" (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour Les Echos?, Radio Classique et FTI Consulting,  près des trois quarts des Français sont sceptiques sur la promesse de "pause fiscale" du chef de l'Etat. 74 % des sondés indiquent ne pas croire à cette promesse de ne pas augmenter les impôts d'ici à 2017. Un chiffre stable par rapport aux précédentes mesures. Ils sont par ailleurs une majorité à considérer que les impôts sont trop élevés et que la politique économique du chef de l'Etat favorise les chefs d'entreprise. Lire sur le site d'Odoxa

19 juillet 2015 : Valls remonte, Hollande stable (Ifop)

Selon le dernier baromètre de l'Ifop, François Hollande atteint en juillet 22 % de satisfaits pour 77 % des sondés qui ne sont pas convaincus par son action. Des taux qui sont, selon l'institut, "parfaitement stables" par rapport à juin. Si la crise grecque a plutôt amélioré l'image du chef de l'Etat, le manque de résultats sur le front économique et social en France reste son principal boulet. Manuel Valls remonte quant à lui de 5 points pour atteindre un taux de satisfaction de 40 % après l'affaire de Berlin. Une remontée liée selon l'Ifop à son image d'homme fiable face à la menace terroriste. Lire sur le site de l'Ifop

18 juillet 2015 : Marine Le Pen n'est plus la préférée des sympathisants FN (BVA)

Selon l'observatoire BVA pour Orange et iTélé, François Hollande et Manuel Valls remontent de 5 et 3 points de popularité en juillet, à la faveur de la gestion de la crise grecque et de l'attentat en Isère. Seuls 24 % des sondés en revanche se disent favorable à une candidature de François Hollande à l'élection présidentielle de 2017, même en cas de baisse significative du chômage. A droite, les sympathisants des Républicains mettent sur un pied d'égalité les différents ténors, les cotes d'avenir de Sarkozy, Juppé, Le Maire ou encore Christine Lagarde étant toutes aux environs de 75 %. Au FN en revanche, Marine le Pen perd pas moins de 15 points (79 % de cote d'influence) chez les sympathisants du FN et cède sa première place à sa nièce Marion Maréchal-Le Pen sur ce segment (à 86 %). Lire sur le site de BVA

16 juillet 2015 : Juppé écrase la concurrence, sauf chez les Républicains (Ifop)

Selon le baromètre Ifop pour Paris Match et Sud Radio, Alain Juppé reste la personnalité préférée des Français. Le maire de Bordeaux atteint désormais les 70 % d'opinions favorable. Il grappille même 3 points en ce début de vacances d'été. François Bayrou arrive en seconde positions à 61 % de bonnes opinions devant Manuel Valls, à égalité avec le maire de Pau. La primaire des Républicains resterait en revanche en faveur de Nicolas Sarkozy : si celui-ci est loin derrière sur l'ensemble des sondés (40 % de bonnes opinions), il devance son principal rival chez les sympathisants LR (52 % contre 48 % pour Juppé). François hollande, lui, est en baisse de 3 points à 33 % de bonnes opinions. Lire sur le site de l'Ifop

14 juillet 2015 : Hollande pas vraiment revigoré par le dossier grec (Elabe)

Selon un sondage Elabe pour BFM TV, le poids de François Hollande dans la résolution de la crise grecque n'est pas si évident pour les Français. Ils ne sont qu'une courte majorité – 51 % des sondés dont 76 % à gauche - à estimer que le chef de l'Etat a "a su faire entendre la voix de la France" dans ce dossier. Les sondés restent très largement sceptiques en revanche sur la capacité de la Grèce à se sortir de la crise avec cet accord. 68 % pensent qu'Athènes ne sera pas sauvée contre seulement 31 % qui pensent le contraire. Lire sur le site d'Elabe

10 juillet 2015 : la Grèce n'est pas la priorité des Français (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour la chaîne iTélé, les Français privilégient à 45 % les sujets économiques et sociaux pour l'intervention du chef de l'Etat lors du 14 juillet. Ils ne sont en revanche que 10 % à souhaiter que François Hollande aborde en priorité la crise grecque. Ce dossier qui monopolise médias et classe politique depuis des jours est devancé par l'immigration et la sécurité intérieure dans les priorités listées par les sondés. Lire sur le site d'Odoxa

9 juillet 2015 : Sarkozy au fond du trou (OpinionWay)

Selon le baromètre OpinionWay pour Metronews et LCI, Nicolas Sarkozy enregistre sa cote de popularité la plus faible depuis sa défaite de 2012 à la présidentielle. Le président des Républicains perd 2 points depuis la précédente mesure et atteint à peine 30 % de "satisfaits" de son action politique. Il est ainsi 12e et dernier des personnalités de l'opposition dans ce baromètre, loin derrière Alain Juppé en tête (58 %, +6 points), suivi par Bruno Le Maire (46 %, +6 points) qui le devancent largement, même chez ses sympathisants. Nicolas Sarkozy, don le ton lors de ses meetings est cité par OpinionWay pour expliquer ce désamour, est devancé également par Marine Le Pen, avant dernière avec 31 % de bonnes opinions (+4 points). Lire sur le site d'OpinionWay

9 juillet 2015 : la crédibilité de l'opposition en prend un coup (Ifop)

Selon le tableau de bord politique Ifop-Fiducial, François Hollande reste malaimé dans l'opinion, seuls 27 % des sondés approuvant son action (en baisse de 1 point) après pourtant deux mois d'amélioration. Manuel Valls se redresse d'un point à 47 % de bonnes opinions. L'opposition quant à elle perd des points, sa crédibilité étant mise en doute par les personnes interrogées. 33 % d'entre elles pensent qu'elle obtiendrait de meilleurs résultats que l'actuel gouvernement si ses dirigeants étaient aux manettes, en baisse de 6 points par rapport à juin. C'est son plus bas niveau depuis 2012. Lire sur le site de l'Ifop

8 juillet 2015 : la voix de Hollande dans le dossier grec peu puissante vue de France  (Elabe)

Selon un sondage Elabe pour BFM TV, 38 % des Français pensent que François Hollande a su faire entendre la voix de la France au cours des dernières semaines à propos de la crise grecque contre 62 % qui pensent le contraire. Quant à l'échec actuel des négociations, il est surtout imputable à l'ensemble des participants, renvoyés dos à dos par 59 % des sondés, quand 23 % citent Alexis Tsipras, 11 % Angela Merkel et 3 % Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et François Hollande. Lire sur le site d'Elabe

2 juillet 2015 : le sondage qui suggère un retour de DSK  (ViaVoice)

Selon un sondage ViaVoice pour Libération, Dominique Strauss-Kahn serait le meilleur candidat pour la gauche en 2017 derrière Manuel Valls. L'actuel Premier ministre est "souhaité" par 47 % des sondés et l'ancien directeur du FMI, relaxé désormais dans toutes ses affaires, récolte dix points de moins. Mais sa position est significative dans une période où son retour est suggéré par d'autres enquêtes (lire ci-dessous). DSK devance ainsi Ségolène Royal (31,9 % la verraient comme une "bonne candidate"), Martine Aubry  (28 %), Arnaud Montebourg (23,8 %) et François Hollande (22,7 %). Lire sur le site de ViaVoice

2 juillet 2015 : Valls dégringole, DSK dans les 10 personnalités préférées (TNS)

Selon le baromètre politique de TNS Sofres pour Le Figaro Magazine, Manuel Valls enregistre une baisse importante de popularité tandis que François Hollande se stabilise à un niveau qui reste très bas. Le Premier ministre récolte 36 % de satisfaction, en baisse de quatre points en comparaison du baromètre de juin. Le chef de l'Etat est à 19 % de bonnes opinions. Dans l'opposition, le début de la guerre des chefs pour la primaire laisse des traces. Nicolas Sarkozy cède 4 points (25 % d'opinions favorable), François Fillon trois (26 %) et Alain Juppé 4 points (39 %, toujours en tête du baromètre). On note également que DSK fait son retour dans les dix premiers avec 25 % de bonnes opinions en hausse de 5 points. Lire sur le site de TNS 

2 juillet 2015 : Valls en difficultés (YouGov)

Selon le baromètre YouGov pour le Huffington Post et iTélé, François Hollande gagne en juillet 4 points de popularité à 21 % d'opinions positives tandis que Manuel Valls perd deux points et descend à 28 % de bonnes opinions. Le Premier ministre semble avoir perdu des points, notamment chez les sympathisants de gauche qui auraient peu goûté son voyage à Berlin. Toujours favori à gauche de la course à la présidentielle, le Premier ministre n'a pour autant jamais été autant en difficulté dans l'opinion. Lire sur le site de YouGov

2 juillet 2015 : Xavier Bertrand revient dans la course (CSA)

Selon le baromètre CSA pour Les Echos et Radio Classique, la droite ne tire pas partie de la refondation de l'UMP dans les Républicains. Alain Juppé, leader du baromètre, perd 1 point, mais décroche tout de même 56 % d'opinion favorable. Nicolas Sarkozy est loin derrière à 35 % de bonnes opinions (stable). Bruno Le Maire est lui aussi en stagnation. CSA note que c'est Xavier Bertrand qui tire son épingle du jeu en grappillant 4 points, le résultat de son engagement face à Marine Le Pen dans le Nord pour les régionales. Lire sur le site de CSA

1er juillet 2015 : 73 % des Français ne croient plus Hollande sur l'économie (Elabe)

Selon un sondage Elabe pour BFM TV, une large majorité des Français ne croit pas aux déclarations rassurantes de François Hollande sur l'économie française. Signe de la défiance tenace qui s'est installée entre les Français et le locataire de l'Elysée, 73 % des sondés sont "en désaccord" avec le chef de l'Etat qui a jugé l'économie hexagonale "robuste", estimant qu'elle n'avait "rien à craindre de ce qui pourrait se produire" en Grèce. Parmi les personnes interrogées, un quart sont même "pas d'accord du tout" avec le président de la République. Lire sur le site d'Elabe

Suggestions de contenus