Élections européennes 2014 : résultats et conséquences [EN DIRECT]

C'est un résultat sans appel qui est livré après l'élection européenne : le score historique du FN devrait laisser des traces bien après les élections de 2014. Première victime : Jean-François Copé, embourbé dans l'affaire Bygmalion, va démissionner de l'UMP.

[Mis à jour le 27 mai 2014 à 15h06] - RÉCAP Le bureau politique de l'UMP s'est achevé ce matin sur un nouveau choc. Moins de 48 heures après l'annonce des résultats et la percée du Front national, Jean-François Copé a convenu qu'il fallait partir. Il devrait démissionner le 15 juin et une direction collégiale composée de trois Premiers ministres, François Fillon, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin, devrait prendre le relais provisoirement. Le trio sera notamment chargé d'organiser un congrès de l'UMP en octobre qui donnera un nouveau chef au parti avant les départementales 2015, prochain rendez-vous électoral. Jean-François Copé ne devrait pas être candidat selon l'AFP.
L'affaire Bygmalion, qui a ressurgi au lendemain des européennes avec les aveux successifs de l'avocat de la société et de Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Copé, aura donc été fatale au patron de l'UMP, contesté depuis une élection rocambolesque fin 2012 et un duel sans merci contre François Fillon. L'UMP est soupçonnée d'avoir mis en place un système de fausses factures pour couvrir les dépassements de comptes de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle. Au-delà, la question d 'un éventuel enrichissement personnel de plusieurs cadres de l'UMP est posée, Bygmalion étant dirigée par deux amis très proches de Jean-François Copé. Nicolas Sarkozy pourrait à son tour être inquiété par cette nouvelle affaire dans les jours qui viennent.
11h38 - Les déclarations qui fuitent du bureau politique de l'UMP ce matin sont assassines pour Jean-François Copé qui a été vivement interpellé par plusieurs ténors. "Nous t'avons écouté avec attention Jean -François, mais comment avoir confiance ?", lui a ainsi demandé François Fillon selon iTélé. Xavier Bertrand quant à lui a tranché, face au député-maire de Meaux : "Tu ne peux pas rester président, c'est une question de survie". Plus tôt dans la matinée, NKM lançait à un jean-François Copé encore certain de pouvoir rester à la tête du parti : "Je ne peux pas te croire". Une véritable accusation sur l'affaire Bygmalion. Seule Nadine Morano a pris la défense du patron démissionnaire de l'UMP, estimant qu'il avait été "trahi" par ses proches.
11h30 - Jean-François Copé prendra la parole ce soir à 20 heures dans le JT de TF1. C'est Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de la première chaîne qui l'affirme sur son compte Twitter.
11h25 - Selon le Figaro, Valérie Pécresse confirme une démission collégiale à la tête de l'UMP. C'est une nouvelle direction assurée par un triumvirat qui devrait être mise en place. Trois anciens Premiers ministres seront chargés d'organiser le congrès d'octobre prochain. Jean-Pierre Raffarin, François Fillon et Alain Juppé.
11h03 -  Jean-François Copé démissionnera de la présidence de l'UMP le 15 juin selon Le Monde.
10h39 - Selon plusieurs sources, François Fillon réclamerait une direction collégiale pour l'UMP, incluant Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin. Jean-François Copé n'aurait pas pour l'instant accepté de quitter la présidence avant le congrès anticipé qui pourrait avoir lieu en octobre 2014.
10h18 - Selon des sources internes à l'UMP, Jean-François Copé accepterait le principe d'un congrès anticipé en octobre 2014. Il ne se représentera pas à la tête du parti à cette occasion. Pour l'instant, les discussions du congrès tourneraient autour de l'intérim et la forme que pourrait prendre une direction provisoire.
9h32 - Rebondissement au bureau politique de l'UMP. L'ancien Premier ministre François Fillon a demandé à Jean-François Copé de "se mettre en réserve" de l'UMP suite aux révélations sur l'affaire Bygmalion. Faute de quoi, François Fillon pourrait se retirer de la direction du parti. C'est donc un ultimatum.
8h30 - Les principaux responsables de l'UMP se réunissent ce matin à l'Assemblée nationale au lendemain des révélations fracassantes sur l'affaire Bygmalion. Des ténors du parti comme Patrick Devedjian ont appelé à la la démission collective de l'équipe dirigeante, tandis que Jean-Pierre Raffarin appelle à la mise en place d'un "conseil d'éthique".
RÉCAP de la journée du 26 mai -
Après le séisme des européennes provoqué par le FN, c'est donc un tsunami politique qui semble se préparer tant au PS qu'à l'UMP. Après une réunion de crise à l'Elysée tôt dans la matinée, l'exécutif semblait s'être muré dans le silence jusqu'à ce que la rumeur d'une intervention télévisée à 20 heures se propage sur Twitter. François Hollande s'est finalement exprimé à la télévision à l'ouverture des JT, dans un message enregistré. Un message dans lequel le chef de l'Etat a maintenu le cap fixé après les municipales. François Hollande est attendu à Bruxelles demain où il devrait aussi s'exprimer. A Matignon, Manuel Valls a quant a lui esquissé de "nouvelles baisses d'impôts" dans la matinée. Une contre-attaque de l'exécutif semble indispensable aujourd'hui pour rebondir.
A l'UMP, la situation est sans doute plus grave encore. L'affaire Bygmalion, en retenue pendant la campagne des européennes, est en train d'exploser, menaçant la survie même du parti, dont le siège a été perquisitionné dans la journée. Premier visé : Jean-François Copé qui est soupçonné d'avoir mis en place un système de facturation frauduleuse lors de la campagne présidentielle de 2012 pour couvrir les dépassements des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. La société Bygmalion elle-même a accusé l'UMP de lui avoir imposé un système de "fausses factures" dont le montant s'élèverait à 10 millions d'euros. En fin de journée, Jérôme Lavrilleux, bras droit de Copé et ancien directeur de campagne adjoint de Nicolas Sarkozy, a assumé des "dérives" et a affirmé que ni Sarkozy ni Copé n'en étaient informés. Le bureau politique fixé demain matin promet donc d'être extrêmement tendu et pourrait aboutir à la démission du député-maire de Meaux.
20h11 - Le président de la République François Hollande s'est exprimé, 24 heures après le résultat des élections européennes : "Ce vote doit être regardé en face" a-t-il affirmé, l'interprétant comme une "défiance à l'égard de l'Europe, des partis de gouvernement". Dans son discours télévisé, le président de la République a redonné les objectifs du gouvernement Valls : "emploi", "pouvoir d'achat", "justice sociale". "Cette ligne de conduite ne peut pas dévier en fonction des circonstances" a jugé François Hollande, réaffirmant sa confiance dans les institutions de la République et de l'Europe.
19h38 - Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé, reconnaît des "dérapages" dans le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy.
Invité sur BFMTV, il a admis des irrégularités, mais a assuré ne pas avoir mis le patron de l'UMP au courant, ni le président de la République sortant. Au bord des larmes, il a déclaré "ne pas avoir eu le courage de dire stop". En 2012, Jérôme Lavrilleux était directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy.
19h04 - François Hollande s'exprimera à la télévision à 20 heures dans une déclaration. Le chef de l'Etat va faire une allocution, après la défaite des élections européennes. L'allocution télévisée de François Hollande a été enregistrée dans l'après-midi.
18h02 - Des perquisitions auraient actuellement lieu au siège de l'UMP et chez Bygmalion selon une information d'Europe 1. Ces dernières auraient commencé "quelques minutes" après les déclarations de Me Maisonneuve, l'avocat de Bygmalion.
17h43 - Alain Juppé, grand ami de François Bayrou dans le civil, devrait demander demain lors du bureau politique de l'UMP un rapprochement avec le centre. Le maire de Bordeaux cite directement l'UDI et le MoDem comme partenaires potentiels. Une "plateforme commune" pourrait être mise en place. "Nous avons sans doute des divergences avec eux, mais nous avons aussi beaucoup de points de convergence", estime Alain Juppé.
17h22 - ALERTE :
La société Bygmalion vient de jeter un pavé dans la marre à son tour en accusant ouvertement l'UMP. Selon Bygmalion, c'est l'UMP qui aurait imposé des "factures litigieuses" pour dissimuler des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy. Après le cataclysme des européennes, le caractère explosif de l'affaire pour l'UMP se confirme donc un peu plus.
C'est lors d'une conférence de presse que les accusations ont été mises sur la table. L'avocat de la société, Me Maisonneuve, a chiffré à 10 millions d'euros le montant des "factures litigieuses". Il a par ailleurs tenu l'UMP pour entière responsable, Bygmalion ayant été obligée selon lui de suivre un schéma "imposé" par le parti de Jean-François Copé.
16h25 - A l'UMP aussi le séisme provoqué par la victoire du FN fait des dégâts. Alors qu'un bureau du parti est programmé demain matin, Jean-François Copé est plus que jamais sur la sellette. L'affaire Bygmalion est revenue sur le devant de la scène dès les premiers chiffres publiés hier soir. Le président de l'UMP est soupçonné d'avoir favorisé cette société de communication, fondée par des proches, pour les contrats passés avec son parti en 2012. Copé, qui estime de "rien savoir du tout", mais reconnait des "questions", annonce une plainte contre X. Un autre membre de l'UMP, Pierre Lellouche va porter plainte pour "usurpation d'identité" et pointe la présidence du parti qui doit, selon lui, "changer". Quant à François Fillon qui a mené son analyse du scrutin en solitaire hier, il dénonce des "problèmes de transparence" et vise lui aussi Jean-François Copé.
15h52 - A peine élue, déjà désavouée. Joëlle Bergeron, qui figurait en deuxième position sur la liste FN dans l'ouest a été contrainte de démissionner par la direction du parti, nous apprend Le Télégramme. Alors qu'elle devait siéger au Parlement européen, elle laissera sa place au numéro trois, Gilles Pennelle. L'intéressée a évoqué un "diktat" de la hiérarchie du parti d'extrême-droite.
14h15 - Nice, Toulon, Hénin-Beaumont, mais aussi Pont-à-Vendin. Quelles sont les communes qui ont le plus voté Front national ? A l'aide des résultats officiels du ministère de l'Intérieur, nous avons déterminé les villes où le FN a effectué ses meilleurs scores.
14h03 - RÉSULTATS DÉFINITIFS - Le ministère de l'Intérieur vient de dévoiler les résultats officiels définitifs des élections européennes au niveau national.
Des chiffres repris par Le Figaro. Le FN obtient 24,85 %, l'UMP 20,80 %, le PS 13,98 %. L'abstention est élevée: 57,57 %, bien qu'en baisse comparée aux 59,37 % de 2009.
13h02 -
Ils sont 74. Découvrez la liste complète des nouveaux députés européens désignés par l'élection de dimanche soir. Parmi eux, 24 représentants du FN, 20 de l'UMP et 13 de l'alliance PS-PRG.
12h21 -
C'est dans l'Aisne (40,02%), le Pas-de-Calais (38,87%) et l'Oise (38,22%) que le Front national a obtenu ses scores les plus élevés. En tout, le FN l'a emporté dans 71 départements de France métropolitaine.
11h32
- La réunion de crise organisée par François Hollande à l'Elysée s'est terminée vers 9h30. Autour de la table, Manuel Valls, Laurent Fabius, Bernard Cazeneuve, Michel Sapin, Stéphane Le Foll et Harlem Désir. L'exécutif aurait évoqué le résultat des élections européennes, le conseil européen qui se tient demain et la stratégie à suivre au cours des prochaines semaines. François Hollande, qui doit s'exprimer demain à Bruxelles, hésiterait à prendre la parole dès aujourd'hui en France. En savoir plus sur ce qu'il s'est dit à la réunion de crise.
08h45 - Manuel Valls sur RTL : "Nous devons continuer, expliquer. Mais tant qu'il n'y aura pas de résultats concrets, les Français ne nous croiront pas. Il faut du temps et moi, je demande du temps". Pour lui, il "faudra de nouvelles baisses d'impôt, notamment de l'impôt sur le revenu".

RÉCAP de la journée du 25 mai - Le FN confirme donc sa percée aux élections européennes. Le parti de Marine Le Pen obtient 25 % des suffrages et environ le même nombre de sièges au parlement européen. L'UMP est deuxième avec 20 %, le PS loin derrière avec à peine 14 %. Tous les résultats officiels au niveau local sont désormais en ligne : découvrez les résultats dans toutes les circonscription et par départements sur notre page spéciale Européennes.

00h04- Voici les résultats des européennes au niveau national et la répartition des sièges selon un dernier décompte (Ipsos).

graf
Les résultats des élections européennes 2014. © Linternaute.com

23h58 - Le Parlement européen a mis en ligne un widget permettant de connaitre en temps réel le nombre d'élus de chaque parti au parlement européen.

23h58 - Nadine Morano est sèchement battue dans son département, la Meurthe-et-Moselle (résultats définitifs). Elle est devancée de près de neuf points par la liste du candidat FN Florian Philippot.

23h49 - Résultats définitifs annoncés par le ministère de l'Intérieur : le FN est en tête dans la Loire, le Haut-Rhin, le Nord, le Bas-Rhin.

23h38 - Dans le département du Nord, le FN arrive en tête avec 32,78 % des voix. La liste UMP de Jérôme Lavrieux arrive très loin derrière avec 17,1 % des suffrages. L'alliance UDI-Modem de Dominique Riquet prend la troisième place avec 11,53 %. Le PS déçoit avec 11,28 % des voix.

23h27 - Harlem Désir s'est exprimé sur BFM-TV : "Je suis aux affaires européennes depuis 8 semaines, ce résultat ne m'incombe pas !" Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes évoque une "crise de confiance". Selon lui, "la priorité de l'agenda, ça doit être de se concentrer sur la relance."

23h11 - Les réjouissances se poursuivent pour le Front national : les cadres du parti devraient se rejoindre dans un restaurant du VIIIe arrondissement de Paris. Florian Philippot s'est encore une fois exprimé : "C'est un formidable cri d'amour pour la France et les Nations qui a été porté ce soir."

22h58 - Le centriste Hervé Morin a égratigné le président de la République sur son compte Twitter : "En démissionnant, François Hollande rendrait service à la France" a-t-il réagi. Rappelons que Marine Le Pen a déjà appelé le chef de l'Etat à dissoudre l'Assemblée nationale.

22h49 - Selon Le Figaro, le président de la République François Hollande a décidé de convoquer demain matin à 8h30 plusieurs des ministres du gouvernement pour évoquer les résultats des Européennes. Parmi eux : Manuel Valls, Laurent Fabius, Michel Sapin, Bernard Cazeneuve, Stéphane Le Foll et Harlem Désir.

22h39 - Une première estimation sur l'état des forces au Parlement européen a été publiée. Le PPE (droite conservatrice) de Jean-Claude Junker disposerait de 211 sièges, contre 193 aux socialistes du PSE.

22h33 - Le Front national continue de célébrer son résultat. Selon les estimations, le parti d'extrême-droite aurait recueilli près de 25 % des voix. Sur le plateau d'iTélé, Florian Philippot (candidat FN dans la circonscription Est) s'est exprimé : "Nous ne sommes pas europhobes, nous luttons contre les franco-sceptiques".

22h24 - Le FN totalise 5,4 millions de voix. C'est moins qu'aux élections présidentielles de 2012 (6,4 millions de voix) (iTélé).

22h08 - Selon les dernières estimations Ifop pour iTélé, le FN obtient 25 % des suffrages, l'UMP 20,6 %, le PS 14,2 % l'Alternative (UDI-Modem) 10,4 %, EELV 9,3 % et le Front de gauche 6 %. Selon CSA pour BFM, le FN serait à 24,70 %, l'UMP à 20,70 %, le PS à 14,30 %, l'UDI-Modem à 9,90 %, les écologistes à 9,30 %, le Front de Gauche à 6,30 %. Le Front national obtiendrait 21 à 24 sièges, l'UMP 18 à 21 sièges, le PS 13 à 15 sièges, le Modem 6 à 10 sièges, EELV 5 à 7 sièges, le Front de gauche 3 à 7 sièges. Selon iTélé, le FN totalise 5,4 millions de voix, moins qu'aux élections présidentielles. C'est donc bien l'abstention qui gonfle son résultat.

22h02 - Si le FN est sans conteste le vainqueur de l'élection en France selon les estimations des instituts de sondage, c'est le PPE, autrement dit les conservateurs (dont l'UMP est affiliée), qui l'emportent à l'échelle européenne. Le Parti Populaire Européen serait "en marche pour la victoire" selon Jean-Claude Juncker, son chef de file.

21h56 - Selon Marine Le Pen, qui a pris la parole sur iTélé, les populistes aux Pays-Bas ne seraient pas en 4e position mais en 2e position. Le PVV de Geert Wielders, qui était donné vainqueur des élections en Hollande, est crédité jusqu'à présent de 12,2 % des suffrages en attendant les résultats définitifs. Une contre-performance alors que cet allié du FN en France était donné largement vainqueur des européennes. Selon un cadre du FN, le parti serait en train de "préparer des réseaux" pour "s'apprêter à gouverner".

21h30 - Les ténors du FN ont jubilé sur les plateaux de télévision et demandé une dissolution à François Hollande. "C'est un grand honneur, une grande responsabilité, le gouvernement doit en tirer des conclusions sur le plan institutionnel", a ainsi indiqué Marion Maréchal-Le Pen sur le plateau de BFM. "La dissolution serait une conclusion normale" pour la députée du Vaucluse. Un peu plus tôt au micro de France 2, Jean-Marie Le Pen évoquait lui aussi la "déroute pour le PS". "C'est un désaveu dont devra tenir compte le gouvernement. François Hollande devra aller devant le peuple, c'est à dire dissoudre l'Assemblée nationale et mettre en place un scrutin proportionnel, comme le fît Mitterrand en 86".

21h18 - Les résultats en Ile-de-France sont tombés. C'est l'UMP Alain Lamassourre qui arrive en tête des suffrages dans cette circonscription avec 21,3 % des voix selon une estimation divulguée par le journal Le Monde. Il prive ainsi le FN d'une autre circonscription après l'Ouest. Le FN arrive second avec 17,4 % des suffrages suivi par le PS. La liste emmenée par Pervenche Berès n'a obtenu que 14,3 % des voix. La liste UDI-Modem de Marielle de Sarnez a obtenu 11,9 %.

21h14 - Une estimation des sièges à l'échelle nationale vient d'être publiée. Le Front national obtient 23 à 25 sièges, l'UMP enverra 18 à 21 eurodéputés au Parlement européen, le PS enverra 13 parlementaires seulement à Strasbourg, l'Alternative (UDI-Modem) occupera 6 à 8 sièges, Europe-Ecologie-Les Verts aurait 6 élus et le Front de Gauche 3 à 5 élus.

21h12 - Manuel Valls a pris la parole dans la soirée sur TF1. "Le moment que nous vivons est très grave pour la France et l'Europe", a clamé le Premier ministre. "L'Europe a déçu, mais elle doit vous redonner de l'espoir. Nous avons d'une Europe plus forte, plus solidaire, plus généreuse." De son côté, Jean-Luc Mélenchon a évoqué une "information suffocante" pour lui. "Tout le Vieux continent court à une crise de civilisation majeure", selon le leader du Front de Gauche, candidat dans le Sud-Ouest. Mélenchon se dit ce soir "très triste" pour sa patrie.

21h05 - Voici les détails des résultats par circonscription : Dans la circonscription Centre-Massif central, les résultats sont affinés (estimations Ipsos/Steria) : 24,2 % pour la liste FN de Bernard Monot (2 sièges), 20,5 % pour l'UMP emmenée par Brice Hortefeux (1 à 2 sièges), 16 % pour le PS-PRG (1 siège) et 10,5 % pour l'UDI-Modem (0 à 1 siège).

Le détail des résultats dans la circonscription Est : Florian Philippot est crédité de 29,2 % des suffrages, l'UMP de 23,7 % et le PS emmené par l'ancien syndicaliste Edouard Martin de 12,8 % (Ipsos/Steria).

Les scores dans l'Ouest en détail : L'UMP Alain Cadec obtient 19,7 % (2 à 3 sièges), le FN arrive second à 18,2 % (2 sièges), le PS avec le PRG obtient 16 % des suffrages (2 sièges), l'Alternative UDI-Modem est à 13 % (1 à 2 sièges).

Les résultats des européennes dans le Nord-Ouest : Marine Le Pen obtient un score de 32,60 % sur sa liste, le plus important du FN à l'échelle nationale. L'UMP obtient 17,80 % des voix. La liste PS-PRG obtient 12,1 % des suffrages la liste UDI-Modem est créditée de 10 % (estimation CSA/BFM).

Les européennes dans le Sud-Ouest en détail (Ipsos-Steria) : la liste de Louis Alliot (FN) est créditée de 23,7 % quand l'UMP, emmenée par Michèle Alliot-Marie, n'obtient que 18,8 %.Le PS glane 17,2 % des suffrages, EELV, emmené par José Bové, est crédité de 11,2 %. 

Les scores détaillés dans le Sud-Est : Jean-Marie Le Pen obtient 28,9 % des suffrages pour sa liste (soit 5 sièges), l'UMP de Renaud Muselier 21,1 % (3 à 4 sièges), le PS de Vincent Peillon est à 12,2 % (2 sièges) et EELV est à 9,6 % (1 siège).

Les scores des "petits partis" au niveau national sont de 3,7 % pour Debout La République, 3 % pour Nouvelle Donne, 1 % pour Lutte ouvrière 1 % pour Nous Citoyens(TNS Sofres/TF1).

20h35 - Voici les circonscriptions où le FN fait son meilleur score. Marine Le Pen obtient 32,6 % des voix dans le Nord-Ouest, Jean-Marie Le Pen gagne 28,9 % des voix dans le Sud-Est et écrase Vincent Peillon, dans le Sud-Ouest, le FN glane 23,7 % des voix avec Louis Alliot. La seule circonscription qui n'est pas remportée par le FN est la circonscription Ouest où c'est l'UMP qui devance le FN.

20h12 - Selon les estimations diffusées sur TF1, par TNS Sofres, le FN obtient 25,4 %, l'UMP 21 % et le PS 14,5 %. L'UDI Modem est à 10,3 %, Europe écologie les Verts à 9,4 % et le Front de gauche 6,5 %. La projection en sièges donne 24 sièges au FN soit près d'un tiers des sièges français au Parlement européen.

20h05 - Le FN l'emporte notamment dans l'Est, le Sud-Est (Jean-Marie Le Pen devant Renaud Muselier à 28,9 %) et le Massif central. L'UMP est en revanche devant le FN dans l'Ouest à 19,7 % selon Ipsos/Steria. Dans le Nord-Ouest aussi le FN s'impose, sans doute le plus largement. Marine Le Pen obtient sur son nom plus de 32 % des suffrages.

Rumeurs à 19h59 : Le Front national à 25,7 %, l'UMP à 20,7 %, le PS à 15 %, l'UDI-Modem à 9,3 %, les Verts à 8,8 % et le Front de gauche à 6,3 %. Voici le résultat des élections européennes selon des rumeurs qui circulent sur Twitter. Des dizaines de messages plus ou moins codés ont afflué sur les réseaux sociaux pour donner des indices sur les estimations des résultats de l'élection en fin d'après-midi. Sur Twitter, le hashtag #Radiolondres est très utilisé par les internautes souhaitant donner quelques informations sur le scrutin. Il ne s'agit bien sûr que de rumeurs, mais certains posts peuvent laisser songeurs : "Les mécontents qui se dirigent vers Strasbourg crieraient à un niveau sonore compris entre 20 et 25 décibels". Un autre, manifestement sur le même sujet : "La Flotte pourrait posséder plus de 25 navires sur les 100 disponibles dans le port", "la flamme brule 4 fois plus qu'en 2009...". Et que dire de ce message très énigmatique, peut-être sur de plus petits partis : "Promotion : le prix des pommes vertes et des cerises rouges ardentes semblerait chuter en-dessous de 10 €. À confirmer."

La synthèse des résultats

Le FN arrive largement en tête des élections européennes, rassemblant un quart des électeurs selon les premières estimations. Le Front national obtient 25 % des suffrages selon une estimation CSA/BFMTV, l'UMP 20,60 %, le PS 14,19 %, l'UDI 9,80 % (UDI-Modem 10,4 % selon Ipsos), les Verts 9 % et le Front de gauche 6,5 %.

Voici le vote FN dans chacune des circonscriptions. Marine Le Pen l'emporte très largement dans la circonscription Nord-Ouest avec 32,6 % des voix. Le FN l'emporte aussi largement dans l'Est avec 29 % des suffrages pour la liste emmenée par Florian Philippot. Dans le Sud-Est, Jean-Marie Le Pen rassemble 28,9 % des votes sur son nom. Dans le Centre, le FN arrive aussi en tête avec 24,2 %. Dans le Sud-Ouest Louis Alliot obtient 23,7 % des voix. L'Ouest est la seule circonscription qui n'est pas remportée par le FN. C'est l'UMP Alain Cadec qui l'emporte.
Le nombre de sièges par circonscriptions. Dans la circonscription de l'Ouest, l'UMP aura entre 2 et 3 sièges, le FN 2 sièges, le Parti socialiste 2 sièges, les centristes UDI-Modem 1 à 2 sièges. Dans la circonscription du Centre-Massif central, le FN décrocherait 2 sièges, l'UMP 1 à 2 sièges, le PS seulement 1 et l'UDI-Modem 0 ou 1 siège. Dans le Sud-Est, le FN recueillerait 5 sièges, l'UMP 3 à 4 sièges, le PS n'aurait que 2 sièges et les écologistes 1 seul siège. Dans le Nord-Ouest, le FN aurait entre 4 et 5 sièges, l'UMP 3 à 4, le PS 1 siège, tout comme l'UDI-Modem. Dans le Sud-Ouest, le FN prendrait 3 sièges, l'UMP 2 sièges, tout comme le PS.
Au total, le Front national obtiendrait 21 à 24 sièges, l'UMP 18 à 21 sièges, le PS 13 à 15 sièges, le Modem 6 à 10 sièges, EELV 5 à 7 sièges, le Front de gauche 3 à 7 sièges.

Article le plus lu : Edouard Philippe : les petits secrets d'un Premier ministre : voir les actualités

Nadine Morano / Stéphane Le Foll

Annonces Google