Patricia Cahuzac : une femme jalouse et des détectives derrière l'affaire

L'ex-ministre a-t-il été victime de ses mauvais rapports avec son ex-femme ? Patricia Cahuzac aurait enquêté sur son mari mais est elle aussi emportée par le tourbillon.

[Mis à jour le 27 novembre 2013 à 09h59] Quel est exactement le rôle de Patricia Cahuzac, l'ex-épouse de Jérôme Cahuzac, dans l'affaire qui a emporté le ministre du Budget au printemps 2013 ? C'est la question qui se pose de manière toujours plus pertinente depuis le début de cette affaire aux nombreux rebondissements. Le dernier en date : Patricia Cahuzac aurait, elle aussi, détenu un compte en Suisse selon un journal helvétique, qui rapporte qu'elle y aurait dissimulé 1 million d'euros. De l'argent qui n'aurait pour l'instant rien à voir cependant avec celui non déclaré au fisc par son époux. Le compte de Patricia Cahuzac était plus récent et alimenté régulièrement selon les premières informations.

La femme de l'ex-ministre avait été mise en examen le 30 août pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale". Elle avait déjà été placée en garde à vue le 3 juillet et avait été entendue par la division nationale d'investigations financières et fiscale (Dniff) avant d'être remise en liberté. Alors qu'en janvier 2013, elle déclarait aux enquêteurs ne jamais être intervenue dans la gestion des comptes de son mari, elle est soupçonnée elle aussi de blanchiment d'argent. Les deux affaires sont très proches, donc, mais sans lien a priori l'une avec l'autre.

Le divorce des Cahuzac, un déclencheur ? 

Restent des soupçons que la presse n'a pas manqué de faire émerger : l'ancien ministre du Budget serait-il victime de son ex-femme ? Une procédure de divorce entre Patricia et Jérôme Cahuzac a été révélée par le JDD le 9 décembre 2012 et depuis, la presse a plusieurs fois tenté d'en savoir plus sur l'éventuel conflit que pourrait provoquer la séparation des époux. Selon les informations du Canard Enchaîné, la femme de l'ancien ministre aurait engagé en octobre 2011 des détectives privés pour enquêter sur son mari. L'un de ces détectives, Alain Letellier, est toutefois affirmatif : il n'est payé, à l'époque, que pour assembler des éléments qui pourront être utiles pour appuyer les exigences de sa cliente le jour venu. "En ce qui nous concerne, nous ne nous sommes occupés que d'une banale affaire de divorce" affirme-t-il au Canard Enchaîné, avant d'ajouter : "Mais, très vite, nous avons découvert que des officines travaillaient à la recherche d'informations compromettantes".

L'affaire, qui a désormais valu à Jérôme Cahuzac son portefeuille ministériel est en effet digne d'un polar financier. Selon les révélations de Mediapart que semblent confirmer les aveux de Cahuzac au printemps 2013, l'épouse du socialiste n'aurait jamais eu accès au compte en Suisse transféré à Singapour. Mais selon Le Canard Enchaîné, Patricia Cahuzac aurait reçu en mai 2012 la visite à son cabinet médical spécialisé dans la greffe capillaire, d'un patient qui n'avait aucun problème de cheveux. La raison de sa visite : des informations sur le compte suisse de son époux, qu'il mettait à sa disposition contre 3 000 euros. Toujours selon Le Canard Enchaîné, Patricia Cahuzac l'aurait alors mis à la porte.

Autre détail qui semble mettre le divorce au cœur de l'affaire : Mediapart a mis en avant dans son enquête le travail clandestin d'un fonctionnaire du fisc et un enregistrement longtemps jugé douteux. Deux éléments qui, selon les spécialistes, n'étaient pas suffisants avant les aveux et l'enquête judiciaire, pour affirmer que Jérôme Cahuzac détenait un compte à l'étranger. Il y avait donc d'autres sources et d'autres preuves plus fiables... Des preuves qui venaient probablement de proches ou de détectives qui en savaient plus car liés à la procédure conjugale.

Un compte parmi les découvertes des détectives ?

Selon les informations de Paris-Match, les détectives chargés d'enquêter sur le patrimoine de Jérôme Cahuzac auraient eu accès à certains éléments leur permettant de suivre la piste d'un éventuel compte ouvert à l'UBS de Genève. "L'officine" évoquée par Le Canard Enchaîné serait rapidement arrivée à contacter Rémy Garnier, inspecteur des Impôts à la retraite, l'auteur d'une lettre de dénonciation évoquant la possession d'un compte occulte en Suisse par l'ex ministre du Budget. Un compte qui lui aurait permis, selon Rémy Garnier, de ne pas déclarer cet argent au fisc français.

Mediapart affirme de son côté qu'Alain Letellier, l'un des détectives engagés par Patricia Cahuzac, a été entendu comme témoin par les enquêteurs. Selon le site d'informations, à l'origine de l'affaire, Patricia Cahuzac lui aurait bien parlé de ce fameux compte, mais, elle, affirme de son côté ne pas se souvenir de cette conversation.

Quoi qu'il en soit, la découverte de l'enregistrement par la presse s'est faite alors que la procédure de divorce antre l'ancien ministre et son épouse s'ouvrait à peine. Coïncidence ? En tout cas, le timing est étonnamment très embêtant pour Jérôme Cahuzac...

Patricia Cahuzac savait-elle que son mari cachait un compte en Suisse ?

L'épouse du ministre n'a jamais nié l'existence de ce compte, préférant botter en touche lorsqu'elle a pu être interrogée à ce sujet. Lorsqu'on lui demandait, avant les aveux, si son mari détenait un compte caché à l'étranger, elle répondait, selon les propos rapportés par Sud-Ouest : "Vous n'avez qu'à le lui demander !". 

Dans le cadre de la procédure de divorce, indique L'Express, Patricia Cahuzac avait averti son mari lors d'une nouvelle réunion de conciliation qui s'est tenu en janvier 2013 : des documents faisant mention du fameux compte suisse ont été transmis, à son initiative, à deux notaires différents. C'est en tout cas ce qu'elle aurait confié à des amis, toujours selon L'Express.

Or, lorsqu'elle a été interrogée par la Direction nationale des investigations financières et fiscales, dans le cadre de l'enquête ouverte par le parquet pour blanchiment de fraude fiscale, Patricia Cahuzac n'a fourni aucun élément qui pourrait compromettre son époux. La femme de l'ancien ministre préfère rester silencieuse. Une discrétion dont elle fait preuve depuis le début de l'affaire, notamment en refusant de répondre à la presse.

Un divorce pas vraiment "banal"

A l'époque de l'enquête des détectives, au début de la procédure de divorce, l'ex-socialiste était un président de la commission des finances de l'Assemblée nationale très en vue, favori pour assurer des hautes fonctions dans un éventuel gouvernement Hollande. L'homme politique, décrit comme talentueux et ambitieux par ses proches, avait rapidement fait fortune grâce à ses activités de chirurgien. Avec son épouse, dermatologue de métier, ils ont accumulé ensemble un patrimoine important avant d'ouvrir une clinique à leur nom, près des Champs-Elysées. L'affaire, spécialisée dans la greffe des cheveux, marche très bien. Les stars du show-bizz et de la politique sont nombreuses à venir s'offrir ses services. En 1994, avant que le cabinet n'ouvre, les époux Cahuzac avaient aussi acheté un appartement de 210 mètres carrés dans le VIIe arrondissement de Paris.

Par ailleurs, l'ancien ministre exerçait également dans les années 1990 des très lucratives activités de conseil auprès de laboratoires pharmaceutiques. Une activité évoquée lors de l'interview de Jérôme Cahuzac sur BFM TV le 16 avril. Jérôme Cahuzac affirmait avoir travaillé avec les laboratoires "en toute légalité", après avoir quitté le cabinet de Claude Evin, ministre de la Santé jusqu'en 1991. Il assurait également avoir arrêté ces activités en 1997, au moment où il entrait à l'Assemblée nationale. Tout en écartant le soupçon de conflit d'intérêt, il n'a cependant pas nié que sa fortune puisse venir de ces quelques années de conseil.

La procédure de divorce n'est donc pas aussi "banale" que ça. Le patrimoine en jeu est suffisamment important pour que les dossiers de chacun des époux soient bien préparés et que les avocats recrutés soient de fins connaisseurs des séparations conjugales. Le JDD confirme que Patricia Cahuzac et Jérôme Cahuzac son bel et bien opposés sur le partage de leur clinique capillaire privée ainsi que sur leur appartement, situé rue de Breteuil, à Paris. De quoi s'interroger encore une fois sur la volonté des deux époux de disposer du maximum d'informations sur leurs situations financières respectives.

Patricia Cahuzac, Isabelle Copé, Philippe Péninque

Autre révélation qui relie Patricia Cahuzac à l'affaire : le compte de Jérôme Cahuzac a été ouvert par un certain Philippe Péninque, avocat fiscaliste et ancien de l'organisation d'extrême droite "Groupe union défense" (GUD). Ce dernier travaillait alors dans le cabinet d'un autre ancien "Gudard", Jean-Pierre Eymié. Les deux avocats étaient très proches de la famille Cahuzac, Jean-Pierre Eymié étant marié à Dorothée, la cousine de Patricia Cahuzac. Sur BFM, Jérôme Cahuzac a effectivement confirmé avoir connu Péninque "pour des raisons familiales". Aujourd'hui Philippe Péninque, avec qui Jérôme Cahuzac a pu jouer au golf, faire du vélo ou encore partir en week-end au vert, est présenté comme un proche de Marine Le Pen. Ce qui a amené l'ancien ministre à nier toute affinité avec l'extrême droite : "Tout ce que j'ai pu dire ou faire a toujours été en totale contradiction avec le FN".

Philippe Péninque est cependant décrit comme un ami des époux Cahuzac avant qu'ils n'entament une procédure de divorce. Patricia Cahuzac connait très bien Philippe Péninque, ce qui renforce l'idée selon laquelle elle ne pouvait pas ignorer l'existence du compte ouvert et alimenté frauduleusement.

Coïncidence dans ce décor déjà complexe : la personne chargée des intérêts de Patricia Cahuzac n'est autre que Me Isabelle Copé, la soeur de Jean-François Copé, la patron de l'UMP. L'avocate est inscrite au barreau de Paris et dispose d'un cabinet rue de l'Université, dans la capitale. Va-t-on bientôt ajouter à cette affaire très compliquée des suspicions politiques ? Pour l'instant, la presse s'est bien gardée de tout amalgame.

Les coulisses de l'affaire dans les médias

Que vise exactement l'enquête menée par les détectives privés ? Les limiers ont-ils découvert des liaisons extraconjugales ? La presse people a déjà prêté plusieurs aventures à Jérôme Cahuzac, parfois sans aucun fondement, se basant simplement sur sa réputation de séducteur, allant même jusqu'à annoncer en janvier 2012 un remariage avec une autre femme... Remariage non avéré.

Malgré sa fermeté à l'Assemblée nationale et dans les médias, Jérôme Cahuzac a toujours été très embarrassé par les écrits de Mediapart et la tournure qu'ont pris les événements dès le début de l'affaire. La presse, qui lui a consacré de nombreux articles, a mis au jour les coulisses privées qui sous-tendent les accusations de fraude fiscale. L'ex-ministre, qui était par ailleurs l'homme du gouvernement chargé de lutter contre cette fraude fiscale, s'est dit très affecté auprès de ses proches, comme lors de son interviex sur BFMTV, d'autant qu'il nourrissait certaines ambitions politiques - il aurait envisagé Matignon - désormais plus que compromises par cette histoire.

Malgré sa démission, Jérôme Cahuzac a longtemps clamé son "innocence" affirmant dans un communiqué rédigé lors de sa démission : "Cela ne change rien, ni à mon innocence, ni au caractère calomniateur des accusations lancées contre moi et c'est à le démontrer que je vais désormais consacrer toute mon énergie".
L'ancien ministre devra désormais "consacrer toute son énergie" à expliquer pourquoi il a menti à ses proches et aux Français devant l'Assemblée nationale.

Jérôme Cahuzac : ancien ministre pestiféré

Jérôme Cahuzac, accusé par le site Mediapart d'avoir possédé un compte occulte en Suisse, est mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. Après avoir été entendu, le 2 avril, pendant 1h30 par les juges du pôle financier du Tribunal de Grande Instance de Paris, Jérôme Cahuzac a avoué avoir possédé un compte à l'étranger sur son blog, s'excusant d'avoir été "pris dans une spirale du mensonge". Depuis, la procédure est en cours et Jérôme Cahuzac a plusieurs fois été entendu par les parlementaires qui ont ouvert une commission d'enquête sur les responsabilités éventuelles du gouvernement.

Jérôme Cahuzac avait été contraint de quitter le gouvernement le 19 mars 2013 après l'ouverture d'une enquête judiciaire à son endroit. Un enregistrement sur lequel un homme affirme, embarrassé, avoir un compte en Suisse en est la cause principale. Quelques heures avant la démission du ministre, en effet, on apprenait que la voix enregistrée était "probablement" celle de Jérôme Cahuzac, selon les experts de la police cités par le parquet.

EN PHOTO : Patricia Cahuzac a lancé un site internet (www.cahuzac.com) pour présenter son cabinet médical :

patricia cahuzac
Patricia Cahuzac - www.cahuzac.com © Capture d'écran - www.cahuzac.com

EN VIDEO : Pour Mediapart, la démission de Jérôme Cahuzac sonne comme une victoire :

Jérôme Cahuzac

Dernière minute