Charlie Hebdo : la tête du prophète en forme de sexe ? Des musulmans indignés

Charlie Hebdo : la tête du prophète en forme de sexe ? Des musulmans indignés POLÉMIQUE - Malgré le cataclysme, le nouveau numéro de Charlie Hebdo ne plaît pas à tout le monde. Les réactions des musulmans ne sont pas unanimes face à la nouvelle représentation du prophète Mahomet.

Certains le regrettent déjà, mais d'autres se réjouiront que l'irrévérence gêne et bouscule encore : le nouveau numéro de Charlie Hebdo, tiré à plus de 3 millions d'exemplaires, suscite déjà la polémique. En représentant le prophète Mahomet tenant un panneau "Je suis Charlie", Luz - l'auteur du dessin - et l'équipe de l'hebdomadaire satirique savaient que bon nombre de musulmans n'apprécieraient pas l'initiative. En France, par anticipation, le Conseil français du culte musulman (CFCM) et l'UOIF ont appelé dans un communiqué la communauté musulmane "à garder son calme en évitant les réactions émotives ou incongrues incompatibles avec sa dignité et sa réserve, tout en respectant la liberté d'expression".

Mais, déjà, des voix s'élèvent contre cette une, à commencer par un autre haut responsable du CFCM, Abdallah Zekri. Dans le Figaro, celui qui est aussi président de l'Observatoire contre l'islamophobie, dénonce le dessin de Luz : "Je ne veux pas être désobligeant avec ces journalistes, mais ils continuent la provocation (...) Mahomet, Mahomet, toujours Mahomet...". A l'international, en revanche, la condamnation est bien plus sévère. L'instance représentant l'islam en Egypte, Dar Al-Ifta, a publié un communiqué de mise en garde ce mardi après-midi : "Cette édition entraînera une nouvelle vague de haine dans les sociétés française et occidentales, et ce que le magazine fait ne sert pas la co-existence et le dialogue culturel auxquels les musulmans aspirent", ajoutant "Cette action est une provocation injustifiée pour les sentiments d'1,5 milliard de musulmans à travers le monde".

Un prophète avec une tête de pénis ?

Sur Twitter et les réseaux sociaux, des internautes s'écharpent pour une autre raison. Luz est soupçonné d'avoir dessiné la tête du prophète et sa coiffe en forme de pénis. Ce qui amuse beaucoup et indigne également. Le débat sur le droit à la caricature du prophète et du blasphème de manière plus générale devrait donc à nouveau s'ouvrir ces prochains jours. Contrairement à ce que pourrait laisser penser la mobilisation de ces derniers jours et le succès du slogan "Je suis Charlie", le soutien à la ligne éditoriale de l'hebdomadaire n'est pas unanime et totale en France. Heureusement pour Charlie Hebdo, dont l'ADN est la subversion et l'irrévérence. Reste que la critique et l'indignation peuvent s'accompagner d'un esprit voltairien de tolérance vis-à-vis de la liberté d'expression.

Article le plus lu - Un proche de Jacques Chirac fait le point sur sa santé › Voir les actualités

Annonces Google