The Interview : streaming et torrent à la rescousse pour voir le film ?

The Interview : streaming et torrent à la rescousse pour voir le film ? La sortie du film "The Interview" (ou "L'Interview qui tue" en français) a été annulée par les studios Sony à cause d'un risque d'attentat terroriste. Le film sera-t-il disponible sur les plateformes de streaming ?

Un critique du Time l'a vivement conseillé aux studios Sony : il faut rendre disponible le film The Interview (ou "L'Interview qui tue" en français) sur Internet. La diffusion de cette comédie américaine, qui se moque ouvertement de la dictature de Kim Jong-Un en Corée du Nord, a été annulée après le piratage massif de données du distributeur et la propagation d'importantes menaces terroristes. Sony avait d'abord décidé d'annuler l'avant-première, mais la déprogrammation de ce dernier par les plus grands circuits de salles outre-Atlantique (AMC, Carmike, Cineplex...) a poussé la société à annuler purement et simplement sa sortie en salles, prévue pour Noël.

Sony a annoncé qu'en plus des salles de cinéma, The Interview serait privé de diffusion en VOD sur Internet, sur les plateformes légales. Ce sont donc le streaming, le téléchargement illégal ou le torrent qui pourraient finalement sauver la comédie. Plusieurs liens sont d'ores et déjà proposés sur le Web américain et sur le Web français proposant de voir l'intégralité du long métrage. Des vidéos ont été supprimées sur YouTube, mais difficile de vérifier (sans tomber nous-mêmes dans l'illégalité) si le film est actuellement visible ou non sur ces plateformes de streaming et de téléchargement. La fuite d'une version studio est envisageable, cependant comme toutes sorties officielles en DVD ont aussi été annulées, il est improbable que des particuliers partagent une copie privée du film dans les prochaines semaines.

L'Interview qui tue, des menaces de morts

Les menaces des hackers avaient de quoi effrayer à la fois le distributeur et les circuits de salles : au total, ce sont 100 téraoctets d'informations sensibles qui auraient été dérobées par les pirates, agissant sous le nom "The Guardians of Peace" ("Les Gardiens de la Paix"). Des documents financiers, des dossiers médicaux des salariés, leurs mots de passe et même des mails confidentiels des dirigeants de Sony feraient partie des documents volés. Les menaces proférées, elles aussi, ont de quoi faire peur : une référence au 11 septembre a été établie, un "sombre destin" était promis à "ceux qui cherchent le divertissement dans la terreur" et les pirates conseillaient de "rester éloigné des salles de cinéma"... NBC et CNN ont d'ores et déjà indiqué que des pirates nord-coréens étaient à l'origine de ce qui est qualifié comme le premier "acte de guerre culturelle" de l'histoire aux Etats-Unis.

La Corée du Nord derrière l'annulation d'une grosse production américaine par le biais d'une attaque informatique ? Il s'agirait en effet d'une première. Il faut dire que Pyongyang avait de quoi être courroucé par le contenu de L'Interview qui tue. Dans le film, Seth Rogen et James Franco y jouent des journalistes (un reporter et un animateur de talk-show) partis assassiner Kim Jong-Un pour la CIA sous couvert d'une interview.

EN VIDÉO - La bande-annonce (VOST 2) de "L'Interview qui tue".

Article le plus lu - Eric Zemmour : le clash avec Hapsatou Sy se durcit › Voir les actualités

Annonces Google