Partager cet article

RSS
L'Internaute > Science  > Biologie > Vrai ou faux ? > Les antibiotiques guérissent toujours
VRAI OU FAUX
 
Avril 2006

Vrai ou faux ? Les antibiotiques guérissent à tous les coups

Slogan entêtant qu'on nous a rebattu tout l'hiver : vous êtes fiévreux ? Enrhumé ? Malade quoi. Eh bien ne vous précipitez pas sur les antibiotiques : contrairement à l'idée reçue, ce ne sont pas des médicaments miracles et vous risqueriez, à terme, d'empirer la situation.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

Si vous vous sentez "grippé", deux possibilités : soit vous êtes infecté par une bactérie, soit par un virus. Les deux sont des "microbes", invisibles à l'œil nu, mais c'est là leur seul point commun.

Maladie virale ou bactérienne ?

Quand vous êtes enrhumé, inutile de prendre des antibiotiques. Comme 60% des maladies, le rhume est dû à un virus. Photo ©

Les bactéries sont des êtres vivants, unicellulaires, mais autonomes : elles puisent leur énergie dans le milieu où elles vivent, dupliquent toutes seules leur matériel génétique et se reproduisent par division cellulaire. Une reproduction efficace et rapide : les bactéries, dans des conditions optimales, prolifèrent vite. Autre particularité, les bactéries sont entourées d'une sorte d'enveloppe appelée paroi, qui les caractérise.

Les virus, eux, ne sont pas vivants. Les responsables du rhume ou de la grippe sont juste des génomes protégés dans leur "boîte". Sans l'aide de cellules vivantes, ils ne peuvent rien faire. Ce sont des parasites obligatoires. Voilà pourquoi ils pénètrent dans les cellules, utilisent le matériel de leur hôte pour dupliquer leur génome et créer de nouveaux virus qui à leur tour, vont coloniser d'autres cellules.

Action ciblée des antibiotiques

"Les antibiotiques ont été créés pour s'attaquer aux bactéries. Ils sont inefficaces contre les virus. "

Or, les antibiotiques ont été créés pour s'attaquer aux bactéries. Ces molécules, comme la pénicilline, détruisent leurs parois ou les empêchent de se répliquer. Ils sont inefficaces contre les virus.

Oui mais voilà : vous êtes grippé et vous êtes prêt à tout pour que ça aille mieux. Au pire, vous dites-vous, même si votre mal est du à un virus, un antibiotique ne peut pas vous faire de mal. Grosse erreur.

D'abord, parce que c'est inutile : 60 % des maladies sont d'origine virale. Rhume, grippe et la plupart des angines sont dues à des virus. pour guérir, il faut attendre que votre système immunitaire fasse le ménage et élimine les cellules infectées.

Quand la résistance vient aux bactéries

Ensuite parce que c'est dangereux, à terme. Chaque traitement détruit des bactéries sans distinction : les plus sensibles meurent toutes, les plus solides, dites résistantes, survivent. Lors de l'infection suivante, il y a dans la population bactérienne, plus de "résistantes" que de sensibles : on voit que les antibiotiques favorisent la survie des bactéries résistantes.

Et une fois les bactéries devenues résistantes, on est obligé d'utiliser une nouvelle classe d'antibiotique pour les éradiquer, qui est efficace jusqu'à l'apparition d'une nouvelle résistance. Et ainsi de suite. Inquiets, les chercheurs explorent aujourd'hui d'autres pistes pour stopper les infections bactériennes.

On comprend donc mieux pourquoi il est impératif de ne consommer les antibiotiques qu'à bon escient : les réserver aux seules infections dues aux bactéries, uniquement sur prescription médicale et en respectant doses et durée du traitement. Vraiment, la consommation d'antibiotiques ne doit pas devenir automatique.

Autour du même sujet
Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité