Armstrong : le cancer à l'origine du dopage ?

Lance Armstrong a avoué que son "histoire parfaite", qui racontait comment un ancien malade devenait un champion, était fausse. Mais sans le cancer, le cycliste serait-il devenu accro au dopage ?

Il a donc avoué. Lance Armstrong, dans une interview où tout était manifestement sous contrôle, a avoué avoir pris des produits dopants durant des années. Devant la super star de télévision Oprah Winfray, il a reconnu avoir pris de l'EPO, des produits similaires à la testostérone, à la cortisone et aux hormones de croissance. Mais rapidement, l'ancien champion a aussi tenté de se dépeindre en homme imparfait, qui a ses propres blessures et des propres défauts. Avant d'aborder laborieusement le sujet de son cancer.

"Cette histoire était si parfaite, pendant si longtemps. Quand tu as vaincu la maladie, tu as remporté 7 fois le Tour de France, tu as eu un mariage heureux, des enfants... C'était une histoire parfaite, mythique, et c'était faux. [...] Je suis un personnage imparfait, j'en ai bien conscience" a-il concédé. Un aveux qui ressemble plus à une demande de pardon qu'à des regrets sincères. C'est d'ailleurs la stratégie que le champion déchu a adoptée tout au long de l'interview diffusée sur CBS : dans les grandes lignes, s'il a déçu beaucoup de monde, c'est parce qu'il n'était pas un sur-homme, hélas, mais bien un simple coureur, qui a succombé (comme les autres ?) aux sirènes du dopage : "Je ne suis pas là pour parler des autres coureurs de ma génération. Tout est déjà connu. Je n'ai pas construit cette culture, mais je n'ai pas essayé de la combattre : c'est là mon erreur".

Une fois le décor posé, Lance Armstrong a ainsi pu parler sans détour de son cancer. Il était très attendu sur ce sujet, lui qui a créé l'une des associations mondiales les plus puissantes et fortunées de lutte contre la maladie. Sa fondation, "Livestrong", s'est déclarée "décue par les informations selon lesquelles Lance Armstrong a trompé les gens pendant et après sa carrière de cycliste, y compris nous-mêmes". L'ex champion avait pris soin d'avertir les membres de la fondation avant d'enregistrer l'émission, sans doute pour que la pilule soit moins difficile à avaler et que les réactions à son égard soient moins dures et circonstanciées au "pathos" de l'interview.

Comment aborder le cancer, donc ? Lui qui a été un modèle et un espoir pour des millions de malades ? Lui qui en réalité a consommé, après sa guérison, et pendant des années, des produits très dangereux, le conduisant à prendre des risques considérables pour son corps ? 

Lance Armstrong n'y va pas par quatre chemins : là encore, il est probablement plus une victime des épreuves qu'il a traversées, qu'un réel coupable. "Avant qu'on me diagnostique le cancer, j'étais un compétiteur, mais pas si acharné. D'une manière assez curieuse, ce processus m'a transformé, il fallait vraiment que je gagne à tous les coups" assure-t-il. Voilà une conséquence assez inattendu de la maladie... "Pendant mon traitement, je me suis dit : 'je ferai tout ce qu'il faut pour survivre'. Cette attitude impitoyable, sans relâche, de gagner à tous les coups, je l'ai adoptée". Et de rajouter : "Je n'étais pas un tyran avant ça".

Considéré comme un homme arrogant et antipathique par bon nombre de coureurs, Lance Arsmtrong serait donc devenu une machine à gagner, laissant ses sentiments de côté pour devenir le champion que l'on sait. Le cancer est-il alors à l'origine du dopage ? Lance Armstrong aurait-il pris de l'EPO s'il n'avait pas été malade ? Selon le quotidien américain USA Today publié mardi dernier, l'Américain aurait commencé à utiliser des produits illicites pour améliorer ses performances "au milieu des années 1990", probablement avant le diagnostic de son cancer des testicules, en 1996. 

Cependant, la "transformation" qu'il évoque n'est pas anodine. En parlant ainsi de son cancer, il explique quelle personne il est devenu à cause de sa maladie. Le cancer ne l'aurait pas changé en grand champion, mais au contraire, en sportif "acharné", en quête de victoires et de performances. Sans limites et sans scrupules.

EN VIDEO : Oprah s'est elle déclarée "satisfaite" de son interview avec Armstrong :

Tour de France / Cancer