Mis à jour le 

Oppidum de Bibracte

Oppidum de Bibracte Photo : Maryse ROZEROT

Un voyage à : Oppidum de Bibracte

Oppidum de Bibracte sur nos forums
Monuments
Le Mont Beuvray, du haut de ses 821 m, abrite les vestiges de la célèbre Bibracte, l'ancienne capitale économique, politique et religieuse des Eduens, l'un des peuples gaulois les plus puissants.
C'est l'occasion de découvrir le métier passionnant des archéologues qui opèrent sur place du printemps à l'automne, et de profiter du panorama exceptionnel sur le Morvan et Autun.

Mais pour arpenter les 200 hectares de cette cité enfouie, joignez-vous aux visites guidées car la visite peut être décevante pour les amateurs. En effet, il ne reste quasiment plus rien de l'époque gauloise.
Vous pourrez accéder au site en voiture en basse saison et en navette l'été. A pied, il vous faudra du courage pour arpenter la forêt à la découverte des vestiges gaulois (qui sont très mal indiqués, attention à ne pas vous perdre).

Visite du site
Bien qu'aujourd'hui recouverte de forêts épaisses, Bibracte était une ville densément peuplée, protégée par d'énormes remparts.

Il faut remonter vingt siècles en arrière pour imaginer la vie au temps des Gaulois. Il existait deux types de fortifications : internes et externes.
Aujourd'hui, il ne reste qu'un tout petit bout que l'on voit en empruntant la route principale à 200 m du départ.

La population s'installe dans la ville à la fin du IIe siècle av. J. C. Même si les habitants n'y résidèrent que quelques dizaines d'années, on peut encore observer les réseaux des rues, les fondations des maisons et le mode de vie de l'époque grâce aux objets retrouvés sur place.

Les familles habitent dans des maisons en terre et en bois. La présence de nombreux artisans a permis des innovations technologiques notamment pour les outils du quotidien et pour l'agriculture.
La dimension commerciale de Bibracte s'est vérifiée grâce à la présence de nombreuses amphores en terre cuite provenant d'Italie.
Des pièces de monnaie en or, en bronze ou en argent prouvent qu'un atelier monétaire était présent dans la ville.
La ville s'enrichit rapidement créant une classe aristocratique reconnue par César qui décrit Bibracte comme « le plus grand et le plus riche oppidum des Eduens ».

En partant du musée en contrebas, vous arpenterez les différents vestiges du site par la route principale goudronnée. Vous pouvez commencer par visiter le musée de la civilisation celtique ou le réserver pour la fin. La nécropole du Col du Rebout est située à l'extérieur des remparts. On y voit les tombes, à incinération, de forme carrée. Après 200 m sur la route, vous verrez la plus ancienne ligne de fortification de l'oppidum. Longue de 7 km à l'origine, elle ceinturait les 200 hectares de la ville.

Quittez la route au virage suivant pour rejoindre un petit chemin qui vous mènera à la Porte du Rebout, une des entrées principales de Bibracte. Large de 19 m, elle a été reconstituée selon les principes fidèles de construction gauloise : poutres horizontales croisées. Passez la porte et pénétrez dans un ancien quartier animé desservi par l'avenue principale de la cité. Les bâtiments la bordant étaient essentiellement des ateliers métallurgiques.
Si vous allez vers la droite, vous verrez un monticule rocheux appelé Pierre de la Wivre.

En reprenant la route, vous accéderez à la Pâture du Couvent, grande clairière où étaient dressées des habitations. Ce lieu est en cours active de fouilles.

Le bassin, au centre, a été découvert en 1987.
Long de 11 m, il est d'une perfection déconcertante tracé grâce au théorème de Pythagore. Toutes les explications sont fournies sur place.

Encore un peu plus haut, toujours en suivant la route, on trouve le Parc aux Chevaux, une vaste maison à la romaine. La plus grande maison fait 3800 m²! Elle contenait un atrium, un jardin à péristyle, des bains privés, etc.
La petite maisonnette que vous voyez est l'Hôtel des Gaules, nom donné par Bulliot, le premier fouilleur au Mont Beuvray, à sa demeure dans laquelle il résida 35 ans. Elle a été reconstruite à l'identique en 2001.

En continuant sur la droite, bien que mal indiquée, vous arriverez à la Fontaine Saint-Pierre.
C'est l'un des monuments les plus impressionnants et le mieux conservé. La route s'arrête : c'est le sommet du mont Beuvray, la Chaume, qui permet de bénéficier d'une vue sur le Morvan et peut-être même, si le temps est dégagé, sur le Mont Blanc.

Histoire de Bibracte
C'est au IIIe siècle que nait le peuple Eduens dans la Bourgogne du sud. Ils sont considérés à l'époque comme l'un des peuples les plus puissants de Gaule. Ils construisent alors des oppidum (villes fortifiées) pour stabiliser leur territoire. Ce sont les premières villes européennes.

Bien que la plupart des cités deviennent des capitales de région célèbres, Bibracte est abandonnée après quelques décennies au profit d'une ville neuve, Autun. Mais Bibracte connaîtra aussi la gloire : Jules César y séjournera deux fois (il y écrira une partie des livres de La guerre des Gaules) et Vercingétorix y fut même proclamé chef de l'armée gauloise contre César en 52 av. J. C.

Le changement de capitale à Autun et les rares traces écrites ont peu à peu effacé le souvenir de cette ville immense. Personne ne savait exactement où était située Bibracte. Le rapprochement orthographique semblait orienter les historiens vers le Mont Beuvray mais il faudra attendre la volonté de Jacques-Gabriel Bulliot, négociant en vin et humaniste, qui explora le Mont à partir de 1867.

Il y passera près de trente ans à dégager des maisons, des bâtiments publics, à recueillir des milliers d'objets gaulois, des fragments, etc. Le neveu de Bulliot, Joseph Déchelette, prit le relais des fouilles et, en échangeant ses travaux avec ses homologues européens, découvrit qu'une civilisation entière s'étendait sur cette partie Est de l'Europe.
A sa mort, en 1914, Bibracte retomba une nouvelle fois dans l'oubli. Grâce à François Mitterrand, ancien maire de Château-Chinon, à quelques dizaines de kilomètres, le site de Bibracte sur le Mont Beuvray revit grâce au travail intense des archéologues sur place.

L'ouverture du parc archéologique au public et son classement comme site national en 1985, ont fait de l'ancienne capitale des Eduens un passage incontournable dans le parc naturel régional du Morvan.

Partir à : Oppidum de Bibracte

Carte Oppidum de Bibracte

Latitude : 46.92 - Longitude : 4.04

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

Magazine