Mis à jour le 

Château des ducs de Bretagne

Un voyage à : Château des ducs de Bretagne

Château des ducs de Bretagne sur nos forums

Après 15 années de travaux de rénovation, le Château des Ducs de Bretagne, plus majestueux que jamais, se présente comme le lieu de promenade des Nantais. La cour mais aussi les douves du château sont en accès libre et gratuit. L'édifice phare de Nantes s'est également doté d'un nouveau musée d'art et d'histoire de Nantes, qui affiche une muséographie résolument contemporaine.



Retour sur l'histoire du château des Ducs de Bretagne


Construit sur la muraille gallo-romaine de la cité des Namnètes, le Château des Ducs de Bretagne devient au XVe siècle, le lieu de résidence de la cour bretonne. A cette époque, François II, le dernier duc de la Bretagne indépendante est un seigneur très puissant. Alors que la construction de la nouvelle cathédrale a déjà commencé, notamment pour manifester la prospérité du duché, François II décide d'agrandir le château de la Tour Neuve construite au XIIIe siècle par Guy de Thouars sur la rive droite de la Loire.

Il sent que l'indépendance de son duché est menacée et souhaite donc faire du château une forteresse militaire majeure face au royaume de France. Pour cela il élève quatre tours. La Tour du Pied de Biche et la Tour de la Boulangerie encadrent le pont-levis. La Tour des Espagnols et la Tour des Jacobins complètent la muraille nord-ouest du château. A l'est, le château bénéficie déjà de la protection des tours de l'ancien château. Au sud, le bras de Loire qui traverse la ville jusqu'à la forteresse offre déjà une certaine sécurité.

Mais les changements ne s'arrêtent pas là, François II désire une demeure plus agréable et s'inspire des influences italiennes et françaises pour construire de nouveaux bâtiments derrière les fortifications comme le Grand gouvernement et le Grand Logis. L'architecture gothique à l'extérieur se marie alors avec le style Renaissance à l'intérieur.

A la mort de son père, Anne de Bretagne devient duchesse puis Reine de France en épousant Charles VIII en 1491. Elle termine aussitôt l'œuvre de son père en ajoutant la Tour du Port et la Tour de la Rivière sur le côté sud bordé par la Loire. A l'est, elle agrandit le château en faisant construire la Tour du Fer à Cheval. A la mort de Charles VIII, Anne de Bretagne épouse Louis XII. La Renaissance italienne a commencé et l'aspect esthétique des châteaux commence à prendre le pas sur l'aspect défensif. Influencée par cette nouvelle tendance, Anne de Bretagne fait rehausser le Grand Logis et la Tour de la Couronne d'Or et entame la construction du Petit Gouvernement.

En 1514, à la mort de la Reine Anne, c'est sa fille, Claude de Bretagne, qui hérite du Duché. Elle épouse le comte François d'Angoulême, qui deviendra François 1er un an plus tard, à la mort de Louis XII. Plus intéressée par la religion que par la politique, elle cède la Bretagne à son mari. L'union perpétuelle entre le duché de Bretagne et le royaume de France sera signée en 1532. Dès lors, le château des Ducs de Bretagne devient l'une des demeures des rois de France. Il accueillera notamment Henry IV venu à Nantes en 1598 pour la signature de l'édit du même nom. Selon la légende, à la vue de l'imposante forteresse, ce dernier se serait écrié : "Ventre Saint gris ! Ce n'était pas de petits compagnons ces ducs de Bretagne !".

La suite de l'histoire du château fut moins intéressante. Au XVIIe siècle, un incendie ravagea une partie du Palais Ducal, reconstruite à l'identique depuis. Au XVIIIe siècle, le château devint une caserne. Cette époque connut notamment l'explosion de la Tour des Espagnols, utilisée alors comme entrepôt à munitions. Le terrible souffle endommagea même la cathédrale située pourtant à plus de 500 mètres ! En 1862, le château fut classé monument historique avant de devenir propriété de la ville en 1915. Il hébergea différents musées avant que de gigantesques travaux de rénovation soient entrepris en 1992.

En février 2007, après 15 longues années de rénovation, le Château des Ducs de Bretagne rouvre enfin ses portes au public.


Visite du musée


Installé dans les murs du château, le musée d'histoire de Nantes propose un parcours, à la fois chronologique et thématique, se déployant sur 32 salles des sous-sols aux combles. Jalonné de nombreux dispositifs multimédias, il s'appuie sur la présentation de plus de 800 objets de collection. Peintures, sculptures, plans-relief, modèles de navires, cartes et plans, affiches, gravures, photographies, films, outils, instruments scientifiques, mobilier, objets d'art, documents d'archives, mettent en écho l'histoire du site et celle de la ville.


Sept grandes séquences, chronologiques et thématiques, rythment le parcours muséographique.

 

  • Le Château, Nantes et la Bretagne jusqu'au XVIIe siècle

De la ville close dans ses remparts à l’ouverture progressive au commerce maritime... L’histoire de la ville est accompagnée d’un film d’animation de 6 minutes qui fait revivre le personnage emblématique d’Anne de Bretagne en jouant d’un graphisme contemporain et de documents médiévaux et renaissance.

  • Nantes, fille du fleuve et de l'océan

Les représentations de Nantes, ville bretonne et estuarienne à travers une sélection d’objets, de lieux et de symboles... Les salles intitulées « Une ville sirène » et « Une ville ouverte » dressent les grands traits de caractère de Nantes comme carrefour et frontière, ainsi que la manière dont les peintres, écrivains, poètes ou cinéastes l’ont perçue.

  • Le négoce et l'or noir au XVIIIe siècle

Grand pôle français de la "traite négrière", Nantes connait son apogée du commerce colonial au XVIIIe siècle. Une séquence qui revient sur les mécanismes économiques du premier port négrier de France et ses conséquences sur le développement de la ville.

  • Nantes en Révolution

En 1789, Nantes semble au sommet de sa prospérité. La ville adhère avec enthousiasme aux principes de la révolution. Mais la question de la traite des Noirs divise. L’idée d’égalité, inscrite dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, est contestée par les négociants nantais, qui craignent pour leur commerce. A partir de 1793, la guerre de Vendée va opposer les Bleus républicains qui tiennent Nantes et les Blancs, maîtres des campagnes. Ceux-ci ne réussissent pas à faire tomber la ville.

  • Un port colonial et industriel (1815-1940)

Les armateurs nantais recherchent de nouvelles routes commerciales mais pratiquent la traite illégale au XIXe siècle. Malgré les difficultés de navigation dans l’estuaire et la création du port de Saint-Nazaire, le port est prospère à la fin du XIXe siècle. Le développement de grandes industries marque cette période : construction navale, conserveries, biscuiteries, savonneries... Les années 1920-1930 sont le temps des grands travaux de comblements des bras de Loire.

  • La nouvelle forme d'une ville (1940-1990)

Occupée, bombardée, sinistrée, la Seconde guerre mondiale marque Nantes profondément. La reconstruction de la ville et du port débute en 1948. La reprise économique permet à ce dernier de retrouver son rang. Une salle intitulée « Une mémoire ouvrière » est consacrée aux conflits sociaux à Nantes, à travers un film d’archives, des années 1950 au milieu des années 1980, les visiteurs assistent à la naissance d’une métropole atlantique.

 

Le parcours s'achève par une création multimédia d'un artiste contemporain qui occupe l'ensemble du volume de la 32e salle. Un espace qui a donné carte blanche à l’artiste Pierrick Sorin qui y dresse un portrait de la ville à travers une vidéo-projection à 180° en s’inspirant des collections du musée.

 


Supports multimédia


Conçues en même temps que les salles d’expositions, les installations multimédia complètent, enrichissent et éclairent la muséographie. Des bornes interactives qui rendent la visite plus ludique pour les plus petits comme ce film sur Anne de Bretagne, une cartographie interactive avec trois dispositifs différents, une reconstitution 3D temps réel de Nantes en 1756 ou une projection immersive à 180° par le vidéaste Pierrick Sorin.

 

Parcours thématique traite des Noirs et esclavage


En explorant douze salles du musée, le public découvre quel rôle Nantes a joué dans l’Europe négrière et comment s’organise une campagne de traite, qui sont les armateurs et négociants à l’origine de ce commerce, comment se déroulent la vente des esclaves et leur vie dans les plantations. Pour faciliter le repérage de ce parcours thématique, un logo spécifique est placé à côté des objets, des vitrines et des multimédias en lien avec ce thème.

Informations pratiques

  • Horaires

Cour et remparts en accès libre

Tous les jours de 10h à 19h. Du 28 juin au 1er septembre de 9h à 20h avec nocturnes le samedi soir jusqu’à 23h.


Intérieurs du château, musée et exposition

De 10h à 18h, fermé le lundi

Du 28 juin au 1er septembre, tous les jours de 10h à 19h

Dernier accès billetterie 1/2 heure avant la fermeture


Fermeture du site : 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 décembre

  • Tarifs

Les intérieurs du château, musée en visite libre, exposition :

Plein tarif : 5 €. Tarif réduit : 3 €

Musée + Exposition : Plein tarif : 8 €. Tarif réduit : 4,80 €

 

En savoir plus : www.chateau-nantes.fr

Partir à : Château des ducs de Bretagne

Carte Château des ducs de Bretagne

Latitude : 47.22 - Longitude : -1.55

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

classement lycée 2016

Retrouvez gratuitement et en intégralité le classement des lycées à NANTES ou à proximité, mais aussi le classement des lycées en Loire-Atlantique.

Magazine