Champs-Elysées, Société Générale, Libération, BFM : le même tireur ?

Champs-Elysées, Société Générale, Libération, BFM : le même tireur ? Après une fusillade à Libération ce matin, un tireur a provoqué la panique à la Défense, près de la Société Générale, avant une prise d'otages sur les Champs-Elysées. Ces événements pourraient être l'oeuvre d'un même forcené.

Plusieurs fusillades ont eu lieu à Paris dans la matinée de ce lundi 18 novembre 2013. Un tireur a fait irruption ce matin, peu après 10 heures, dans les locaux de Libération, dans le IIIe arrondissement de Paris, ouvrant le feu dans l'accueil du bâtiment. L'assistant du photographe Laurent Bochet, prénommé César et âgé de 27 ans, a été grièvement blessé au thorax. Quelques minutes après la fusillade de Libé, on apprenait qu'une autre série de tirs avait eu lieu à Paris, dans le quartier de la Défense cette fois, devant les locaux de la Société Générale. La banque a confirmé qu'un tireur avait effectivement fait irruption près de ses locaux et "titré en direction des tours", sans faire de victime.

Une prise d'otages a ensuite eu lieu entre 12 et 13 heures sur les Champs Élysées. L'information a d'abord été diffusée sur Twitter, notamment via le compte d'un journaliste de France 2, Hugo Clément, (@hugoclement). Elle a ensuite été reprise par le Parisien qui parlait d'un "tireur fou" semant "la terreur dans la capitale". On en sait peu actuellement sur la prise d'otages des Champs-Elysées, si ce n'est qu'un seul otage aurait été concerné et qu'il serait actuellement libre. L'homme, un automobiliste, aurait été menacé près du quartier de la Défense quelques minutes plus tôt et forcé de prendre son ravisseur à bord.

Après avoir libéré son otage, le forcené aurait enfin pris la fuite en direction des quais de Seine. Selon l'automobiliste agressé, il détiendrait un sac dans lequel il dissimule son arme et qui pourrait contenir des grenades. Les forces de l'ordre semblent avoir depuis perdu sa trace.

Un homme d'une quarantaine d'années avec une casquette et une parka kaki

D'après les premières informations, à confirmer, les descriptions du tireur de Libération et de celui de la Défense concordent. C'est ce même homme qui a vraisemblablement pris en otage un automobiliste avant de se rendre sur les Champs. Il s'agirait d'un "homme d'une quarantaine d'années aux cheveux courts". Une "casquette", un "long manteau vert" ou une "parka kaki" sont aussi évoquées par plusieurs témoins sur Twitter. L'homme aurait utilisé un "fusil de chasse" ou un "fusil à pompes" selon les différentes versions des témoins. Des informations à prendre encore avec des pincettes.

Vendredi, un tireur avait aussi fait irruption dans les locaux de BFM TV avec "un fusil à pompes", menaçant un rédacteur en chef en éjectant deux cartouches. On ne sait pas encore avec certitude si les fusillades d'aujourd'hui ont un lien avec ce précédent. Selon LCI, les balles retrouvées à BFM la semaine dernière seraient les mêmes que celles retrouvées à Libération ce matin. BFM et le Parisien ont d'ores et déjà diffusé les photographies du tireur, prises par des caméras de vidéo surveillance.

EN VIDÉO - Une chasse à l'homme s'est engagée dans Paris après les coups de feu à "Libération" et la Société Générale

Chargement de votre vidéo
"Chasse à l'homme dans Paris après des coups de feu à "Libération" et la Société Générale"