DIRECT. Coronavirus en France : une sortie de crise durable, mais encore "un an" à tenir ?

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : une sortie de crise durable, mais encore "un an" à tenir ?"

DIRECT. Coronavirus en France : une sortie de crise durable, mais encore "un an" à tenir ? CORONAVIRUS. Les chiffres continuent de baisser mais le coronavirus pourrait rester dans nos vies pendant encore au "moins un an" comme l'a rappelé le Premier ministre Jean Castex citant certains spécialistes.

Les infos Covid du mardi 11 mai

  • L'évolution de 'épidémie du coronavirus en France est favorable avec des chiffres toujours à la baisse. Dans une longue interview au Parisien, le Premier ministre Jean Castex a fait part de son optimisme évoquant une "sortie durable". "Évidemment, cette sortie va se faire de façon progressive, prudente et accompagnée. Mais la tendance est claire, nous touchons au but et c’est une bonne nouvelle". Malgré les points positifs, Jean Castex explique que "certains scientifiques nous disent que" nous ne pourrions être débarrassés de cette crise que "d’ici un an environ".
  • Questionné sur le port du masque obligatoire, le chef du gouvernement a expliqué que le sujet n'était pas encore à l'ordre du jour. "Le port du masque sera sans doute, à l’avenir à un moyen de protection naturel au-delà de la Covid. Évidemment, pas de façon permanente, obligatoire, partout et tout le temps, comme aujourd’hui. Mais il pourrait entrer dans les habitudes en occident, notamment en période de grippe hivernale".
  • Côté vaccination, la plateforme Doctolib annonce sur RMC que dès ce mardi la prise de rendez-vous pour les plus de 18 ans sans comorbidité, pour les créneaux du jour et du lendemain restés vacants est désormais ouverte. Autre bonne nouvelle, aux Etats-Unis, le vaccin Pfizer a reçu l'autorisation d'administration pour les 12-15ans. Une annonce qui pourrait suivre en Europe comme l'annonce l'Agence européenne du médicament. "Pour le moment, nous nous sommes fixé comme objectif une approbation en juin. Nous sommes en train de voir si nous pouvons accélérer à la fin mai."
Lire aussi

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de Covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Lire

En direct

14:42 - Bilan mondial de l'épidémie du coronavirus

Petit zoom sur la situation de l'épidémie du coronavirus au niveau mondial, dans ce live consacré à l'épidémie en France. Le Covid-19 a fait au moins 3 306 037 morts depuis le début de l'épidémie, dont 10 375 ont été recensés au cours des dernières 24 heures. L'Inde, le Brésil et l'Argentine sont actuellement les pays avec les nombres de décès journaliers les plus élevés.

14:13 - Quelle est la situation de l'épidémie sur l'île de la Réunion ?

Selon le dernier bilan du Covid en La Réunion daté d'hier, 167 personnes sont hospitalisées sur l'île du fait du coronavirus, dont 18 nouveaux admis dans les dernières 24 heures, et 39 malades en réanimation. contrairement à la plupart des territoires français de métropole, le taux de positivité des tests est en hausse, mesuré à 5,1% à la date du 7 mai.

13:55 - Pour le moment, le vaccin Pfizer n'a pas besoin de modification

"A ce jour, rien n’indique qu’une adaptation du vaccin actuel de BioNTech contre les principaux variants émergents identifiés soit nécessaire," a déclaré le laboratoire allemand dans un communiqué publié ce mardi. Toutefois, le laboratoire travaille à "une stratégie complète pour faire face à ces variants si le besoin s’en faisait sentir à l’avenir", et développe depuis le mois de mars des tests sur "une version modifiée [du vaccin], spécifique aux variants," au cas où cela soit nécessaire à l'avenir.

13:35 - Le spectre d'une quatrième vague, une "équation à paramètres multiples"

Lila Bouadma, réanimatrice et membre du conseil scientifique était ce mardi l'invitée de Franceinfo. Selon elle, le déconfinement, tel qu'il est prévu par le gouvernement, est risqué actuellement : "Il va y avoir des cas cet été. Après, est-ce que cela fait une grosse vague, une petite vague, est-ce que c'est absorbable par l'hôpital ? C'est une grande question. En fait, c'est une équation à multiples paramètres." Selon elle, pour éviter une quatrième vague, il faudrait vacciner quotidiennement 500 000 personnes contre le Covid-19, soit 200 000 de plus chaque jour par rapport au rythme actuel. Selon Lila Bouadma, sans accélération du rythme, la situation pourrait être "vraiment catastrophique", avec "une vague probablement très importante".

13:17 - Un vaccin français pour lutter contre l'épidémie du coronavirus

Les autorités françaises ont réservé 30 000 doses d'un futur vaccin, XAV-19, mis au point par l'entreprise nantaise Xenothera. A priori, ce vaccin devrait être utilisé pour les patients qui ont déjà contracté le virus, afin de maintenir le Covid-19 sous une forme modérée et éviter que le patient ne développe une forme grave de la maladie. Toutefois, le vaccin XAV-19 n'a pas encore reçu l'aval de l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), ni finalisé son essai clinique, baptisé Polycor. Ces recherches font parties des 15 études considérées par la France comme des "priorités nationales de recherche", pour lesquelles l'Etat a investi.

12:47 - Epidémie du coronavirus dans l'Ain, les derniers chiffres

À la date du 10 mai 2021, 184 patients atteints du coronavirus étaient hospitalisés dans l'Ain, dont 20 en réanimation. En Rhône-Alpes, le taux d'occupation des lits de réanimation reste très élevé, à 96,6%. Le taux de positivité des tests est en baisse (5,1%), de même que le taux d'incidence (152,1 cas pour 100 000 habitants), mesurés dernièrement à la date du 7 mai 2021. 597 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie dans le département, dont 2 au cours des dernières 24 heures.

12:35 - Transmission du coronavirus en extérieur : quelle proportion des infections ?

Différentes études suggèrent que la part des infections qui ont lieu en extérieur est infime, et serait compris entre 0,1 et 1%. Sur Twitter, la médecin Monica Gandhi, spécialiste en maladies infectieuses, en a citées plusieurs. Le New York Times en a profité pour ironiser sur le chiffre de "moins de 10%" qu'avaient donné les autorités de santé publique américaines : "Dire que moins de 10% de la transmission de Covid se produit à l'extérieur revient à dire que les requins attaquent moins de 20 000 nageurs par an. (Le nombre réel dans le monde est d'environ 150.) C'est à la fois vrai et trompeur."

11:58 - Point chiffres : où en est l'épidémie du coronavirus en Lozère ?

Selon le dernier bilan du Covid en Lozère daté du 10 mai 2021, le nombre de personnes hospitalisées est de 19 patients, avec 1 nouvel admis au cours des dernières 24 heures. 3 malades sont en réanimation actuellement. Le taux d'occupation des lits de réanimation au 10 mai 2021, à l'échelle régionale, était de 65,8%. Le taux de positivité des tests, mesuré à la date du 7 mai 2021, était de 6,4% et le taux d'incidence était de 186,1 cas pour 100 000 habitants. 117 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie en Lozère.

11:38 - Les moins de 55 ans pourront-ils être vaccinés avec AstraZeneca ?

Les recommandations concernant le vaccin AstraZeneca et son utilisation n'ont cessé de varier depuis plusieurs mois. Dans l'entretien qu'il a accordé au Parisien, le Premier ministre Jean Castex rappelait s'être lui-même fait vacciner avec ce produit, et exhortait les Français âgés à faire confiance à ce vaccin, tandis que la méfiance à son égard ne faiblit pas. Demain, la Haute autorité de santé rendra un avis sur une éventuelle vaccination des moins de 55 ans avec le vaccin AstraZeneca, contre la signature d'une décharge. Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, "n'est pas favorable" à cette autorisation, tandis que le ministre de la Santé Olivier Véran n'a pas exclu cette option, bien qu'il soit peu probable qu'elle soit validée. Pour Alain Fischer, l'avantage d'une vaccination par AstraZeneca avant 55 ans "n'est pas évident, alors qu'il est massif au-delà", ce qui explique sa position. (Voir cet article détaillé dans le JDD)

11:18 - Nouvelle étude sur le mode de transmission du coronavirus

Le CDC (Centers for Disease Control and Prevention), instance américain en matière de santé publique, a publié un avis dans lequel il reconnaît que les risques liées à une transmission du Covid-19 par contact avec des surfaces infectées est très faible. De la même façon, l'Organisation mondiale de la santé a légèrement modifié ses recommandations sur le sujet, allant dans le même sens. Voici la conclusion du CDC : "Les personnes peuvent être infectées par le SRAS-CoV-2 par contact avec des surfaces. Cependant, sur la base des données épidémiologiques disponibles et des études des facteurs de transmission environnementaux, la transmission de surface n'est pas la principale voie de propagation du SRAS-CoV-2 et le risque est considéré comme faible. Le principal mode par lequel les gens sont infectés par le SRAS-CoV-2 est l'exposition à des gouttelettes respiratoires porteuses de virus infectieux. Dans la plupart des situations, le nettoyage des surfaces à l'aide de savon ou de détergent, et non de désinfection, suffit à réduire les risques. La désinfection est recommandée dans les milieux fermés où il y a eu un cas suspect ou confirmé de COVID-19 au cours des dernières 24 heures. Le risque de transmission peut être réduit en portant des masques de manière cohérente et correcte, en pratiquant l'hygiène des mains, en nettoyant et en prenant d'autres mesures pour maintenir des installations saines."

10:59 - Derniers chiffres de l'épidémie du coronavirus à Paris

Selon le dernier bilan du Covid à Paris daté du 10 mai 2021, le nombre de personnes hospitalisées est de 1500 patients, avec 52 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 453 malades sont en réanimation, avec 16 nouvelles entrées dans la journée. Le taux d'occupation des lits de réanimation au 10 mai 2021, à l'échelle régionale, était de 129,6%. Le taux de positivité des tests, mesuré à la date du 7 mai 2021, était de 4,8% alors que le taux d'incidence était de 286,4 cas pour 100 000 habitants, tous deux en baisse. 4284 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie dans le département, dont 16 décès dans les dernières 24 heures. Pour rappel, le département reste classé en vulnérabilité élevée.

10:40 - Inquiétude sur le critère du taux d'incidence "trop élevé"

Selon Lila Bouadma, du conseil scientifique, le taux d'incidence fixé par Emmanuel Macron à 400 cas pour 100 000 personnes est "très très élevé, c'est ce qui va probablement causer problème". Cette inquiétude vient des dates fixes des étapes du déconfinement, sans lien avec une réalité épistémologique caractérisée par des indicateurs chiffrés. "Est-ce que le 19 mai, ça aura baissé suffisamment ? Auquel cas, le fait de réouvrir le 19 mai, si ça a beaucoup baissé, que [l'on est] dans des critères acceptables, ça ne cause aucun problème. On peut voir juste, mais on peut aussi se tromper."

10:23 - Déconfinement précipité ? Inquiétudes du conseil scientifique

Invitée ce matin sur Franceinfo, la réanimatrice et membre du conseil scientifique Lila Bouadma a exprimé ses inquiétudes quant au calendrier du déconfinement et ses dates précises dictées à l'avance : "Ces réouvertures sont [programmées] à des dates extrêmement précises, c'est rythmé et c'est ça qui nous rend inquiets. On aurait préféré que ces réouvertures soient guidées par des critères sanitaires. On peut être inquiets et il peut se passer quelque chose". Comme elle, une vingtaine de scientifiques du conseil avaient exprimé ces craintes dans un avis rendu public la semaine dernière.

10:15 - Une étude suggère que le soleil peut réduire la mortalité due au Covid

Une étude réalisée par des scientifiques de l'Université d'Edimbourg, en Ecosse, suggère "qu'une exposition plus élevée aux rayons UV de type A ambiants est associée à une mortalité plus faible spécifique au Covid-19. Des recherches plus poussées sur ce mécanisme pourraient indiquer de nouveaux traitements." Cette étude a été menée à partir de données de différents Etats américains, ainsi qu'à partir de données britanniques et italiennes. Ces analyses de données estiment (sans lien de causalité démontré) que l'exposition au soleil coïncide aux Etats-Unis avec une mortalité inférieure de 29% par rapport aux Etats moins ensoleillés, et une baisse similaire, de 32%, sur les chiffres de l'Angleterre et l'Italie. Cela pourrait être dû à un effet des rayons UV sur la réplication du virus, ou encore à une substance émise par la peau lorsqu'elle est exposée au soleil, le monoxyde d'azote.

09:52 - Jean Castex au sujet d'une éventuelle quatrième vague

Dans un entretien accordé au Parisien au sujet du calendrier du déconfinement, le Premier ministre évoque l'éventualité d'une quatrième vague en France : "Il ne faut jamais rien exclure et rester hyper vigilants. En maîtrisant notamment la diffusion des variants par des mesures de contrôle, aux frontières et au domicile des personnes en quarantaine, qui nous situent parmi les pays les plus exigeants d'Europe."

09:43 - L'OMS alerte contre l'apparition future de nouveaux variants

Maria Van Kerkhove, médecin responsable technique de la lutte contre le Covid-19 au sein de l'Organisation mondiale de la santé, alerte sur l'apparition de nouveaux variants à l'avenir : "Nous allons continuer à voir des variants préoccupants et il faut faire tout ce qui est possible pour limiter la transmission, limiter les infections, prévenir la contagion et réduire la gravité de la maladie".

09:30 - L'OMS classe le variant découvert en Inde comme "préoccupant"

Les premières études conduisent l'Organisation mondiale de la santé à classer le variant B.1.617, découvert en Inde, comme "variant préoccupant au niveau mondial". Selon le Dr Maria Van Kerkhove, de l'OMS, il y a des raisons de penser que ce variant du coronavirus est plus contagieux, et qu'il est peut-être également moins impacté par les vaccins, qui pourraient continuer d'être efficaces pour atténuer les formes les plus graves de la maladie uniquement. Elle déclare : "nous n'avons rien qui suggère pour le moment que nos diagnostics, nos médicaments et nos vaccins ne marchent pas. Et ça c'est important." Des études basées sur le séquençage accru vont être menées afin de préciser l'efficacité des vaccin contre cette forme du coronavirus.

09:23 - Le vaccin Pfizer autorisé pour les 12-15ans aux Etats-Unis

C'était attendu, c'est désormais acté. Aux Etats-Unis, le vaccin Pfizer est désormais accessible aux 12-15ans. "Il s'agit "d'un pas important dans la lutte contre la pandémie de Covid-19", a déclaré Janet Woodcock, la cheffe par intérim de la FDA, dans un communiqué. "Notre action d'aujourd'hui permet à une population plus jeune d'être protégée contre le Covid-19".

08:55 - Les plus de 18 ans peuvent déjà prendre rendez-vous sur Doctolib

Si vous voulez vous faire vacciner rapidement, sachez que Doctolib a annoncé sur l'antenne de RMC ce 11 mai que la prise de rendez-vous pour les plus de 18ans est désormais accessible dès aujourd'hui pour les créneaux du jour et du lendemain restés vacants.

08:32 - Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Peut être une prochaine bonne nouvelle dans la lutte contre le covid avec un traitement français ? Dans un communiqué, la biotech nantaise Xenothera a indiqué que le gouvernement a réalisé une précommande sur 30 000 doses du candidat-médicament XAV-19. "Cette signature illustre l’engagement du gouvernement français pour garantir notre indépendance sanitaire face à l’épidémie de COVID-19. Je me réjouis de la réponse favorable du Ministère de la Santé à notre proposition de réserver les premières productions de notre traitement aux patients français, ce qui nous semblait logique compte-tenu des soutiens reçus depuis le départ. Ce contrat démontre aussi qu’il est possible d’entreprendre en France" explique la présidente dans le communiqué. Pour rappel, le XAV-19 est un anticorps polyclonal anti-SARS-CoV-2 développé par la biotech sur la base de sa technologie d'anticorps glyco-humanisés, c'est-à-dire des anticorps à l'origine porcins, qui ont été modifiés. Ce traitement est destiné aux patients atteints de Covid modéré, pour éviter l'aggravation de la maladie et un transfert en réanimation.

LIRE PLUS

Cas, morts... Dernier bilan du Covid en France

Le dernier bilan du coronavirus en France, daté de ce lundi 10 mai, semble prolonger la tendance positive.. 3 292 nouveaux cas ont été confirmés en 24 heures. Attention néanmoins à ce chiffre, puisqu’il est lié au week-end, qui a enchaîné un jour férié et un dimanche. Cela représente néanmoins 5 836 cas de moins qu'hier et 468 de moins que lundi dernier. La moyenne 7 jours passe à 17 767 cas contre 17 834 hier, soit 3 948,43 de moins que la semaine dernière. Du côté des décès, 292 sont à déplorer ce lundi (hors Ehpad), soit 177 de plus qu'hier et 18 de moins que lundi dernier. 1 125 personnes ont été admises à l'hôpital en 24h, soit 598 de plus que la veille et 370 de moins comparé à lundi dernier. Enfin, 265 admissions en réanimation sont recensées, soit 141 de plus qu'hier et 121 de moins que lundi dernier. L’intégralité de ce bilan :

  • 5 780 379 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 3 292 de plus
  • 106 684 décès au total (Ehpad compris), soit 292 de plus 
  • 80 392 décès à l'hôpital, soit 292 de plus 
  • 25 666 personnes actuellement hospitalisées, soit 131 de moins 
  • 4870 personnes actuellement en réanimation, soit 101 de moins 
  • 1125 nouveaux admis à l'hôpital (+598) et 265 en réanimation (+141)
  • 351 795 personnes sorties de l'hôpital, soit 922 de plus 
  • Taux de positivité des tests : 5,44%, soit 0,33 point de moins 
  • Taux d'incidence : 183,05 cas/100 000, soit 8,68 points de moins 

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Santé publique France a publié dans la soirée du jeudi 6 mai son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus dans le pays pour la semaine 17 (du 26 avril au 2 mai 2021). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés tous les soirs, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, on note une poursuite de la baisse des indicateurs et de la pression hospitalière. Santé publique France insiste malgré tout sur la prudence à observer à la lecture de ces chiffres, alors qu'a débuté la levée des restrictions. Découvrez ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique :

  • La circulation du Covid-19 continue de diminuer en France. Les deux indicateurs naturellement retenus sont en diminution d'une semaine à l'autre. En S17, le taux de positivité des tests était de 7,4% (-2,5 points par rapport à S16) et le taux d'incidence faisait état de 241 cas de contaminations pour 100 000 habitants (302/100 000 en S16, soit -20%). De fortes disparités territoriales subsistent encore néanmoins, avec encore plusieurs départements encore au-dessus du seuil de 250 cas pour 100 000 habitants, dont certains encore au-dessus de 300.
  • La pression hospitalière est également en baisse, avec 10 748 nouvelles admissions à l'hôpital en semaine 17, contre 12 397 en semaine 16. En réanimation, on note également une baisse, après une stabilisation en S16. 1 678 nouveaux patients ont intégré ces services en S17, contre 1 996 en S16, soit -16%. Après une hausse la semaine passée, le nombre de décès à l'hôpital et en ESMS est en diminution.
  • La situation reste fragile. Santé publique France insiste sur la nécessité de maintenir une forte vigilance aux mesures de prévention, malgré ces baisses, alors qu'a débuté le déconfinement. "L’épidémie reste à un niveau toujours élevé, supérieur à celui observé une semaine avant la levée du deuxième confinement", note par exemple SPF, qui alerte également sur le besoin d'une accélération de la vaccination.
  • En milieu scolaire, la réouverture des écoles maternelles et primaires le 26 avril a eu un impact à la hausse sur le nombre de cas ayant fréquenté le milieu scolaire, ainsi que sur le nombre de contacts à risque chez les moins de 10 ans, explique Santé publique France. Cela se ressent dans la baisse du taux d'incidence chez les 0-14 ans, qui reste la plus faible si l'on se penche sur les classes d'âges, avec -6%. En comparaison, chez les 65-74 ans, cette baisse se situe autour des -24%.
  • Concernant les variants, si la souche d'origine britannique continue de circuler avec intensité et confirme une fois de plus son caractère majoritaire sur la souche originelle, les variants sud-africain et brésilien n'explosent toujours pas en France. En témoignent les suspicions de contaminations parmi les tests criblés en semaine 17, qui stagne autour de 5%, comme en semaine 16.

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus