Couvre-feu : c'est fini et supprimé le 20 juin ! Castex fait d'importantes annonces

Couvre-feu : c'est fini et supprimé le 20 juin ! Castex fait d'importantes annonces COUVRE FEU. Dans un point presse surprise, le Premier ministre Jean Castex a annoncé la fin du couvre-feu dès dimanche au lieu du 30 juin.

[Mis à jour le 16 juin 2021 à 14h23] C'est la fin d'une ère, qui a semblé interminable à beaucoup de Français. A partir de ce dimanche 20 juin, le couvre-feu en vigueur en France cessera de s'appliquer. "Nous vivons un moment heureux de retour à la vie normale", a déclaré, manifestement un peu ému, le Premier ministre. Et de justifier cette décision : "Nous le devons à l'effort de tous, les résultats sont là sur le plan sanitaire. La situation sanitaire s'améliore, plus vite que nous l'avions espéré. Nous n'avons pas connu un niveau de circulation virale aussi bas depuis le mois d'août dernier. Cette amélioration concerne l'ensemble du territoire. La pression hospitalière a enfin baissé. Cette évolution est particulièrement positive, elle va permettre à nos soignants de souffler". 

Jean Castex a fait une autre annonce d'importance : "Nous allons lever l'obligation générale du port du masque en extérieur. Le port du masque ne sera plus obligatoire, sauf dans certaines circonstances. Les arrêtés préfectoraux seront modifiés dès demain. Le port du masque restera obligatoire dans les lieux clos".

Pour le Premier ministre, "ces évolutions positives sont à mettre sur le compte de la mobilisation des Français et de la campagne de vaccination. La vaccination va se poursuivre à une cadence soutenue, fait savoir le ministre, qui annonce un objectif de 35 millions de Français complètement vaccinés fin août. "A fin août nous devons avoir atteint 3 cibles : 40 millions de primo-vaccinés, 35 millions de personnes ayant reçu une vaccination complète, 80% des enfants et adultes ayant des comorbidités ayant reçu au moins une première dose. "

Le couvre-feu de plus en plus mal vécu

Le couvre-feu avait-il, de toutes manières, encore une raison d'être ? Manifestement, la question le plus prégnante et la plus partagée du moment est arrivée jusqu'à l'Elysée et jusqu'à Matignon ce mercredi. Selon les informations du toujours très bien informé Canard Enchaîné, Emmanuel Macron songeait depuis quelques jours à mettre un terme au couvre-feu avant la date initialement fixée. De plus en plus de Français, en terrasse ou avec quelques amis dans les parcs et jardins, se montraient contrariés à l'idée de devoir rentrer chez eux à 23h. Et des épidémiologistes développaient aussi des argumentaires pointant le fait qu'à l'extérieur, dans le respect des gestes barrière, les risques de contamination sont faibles. D'autant que de nombreuses personnes poursuivent en effet leur moment de convivialité en recevant chez eux leurs amis, à l'intérieur, là où les conditions de transmission de la maladie sont plus favorables au Covid-19.

Les infos pratiques

Couvre-feu à 23h depuis le 9 juin

Le début du couvre-feu va être repoussé à 23 heures le 9 juin. Cette nouveauté s'accompagnera cette fois de la réouverture des salles intérieures des bars et restaurants (avec des tables de six maximum), ainsi que des salles de sport. Les règles de télétravail seront également assouplies à partir de cette date.

La fin du couvre-feu dès le 20 juin

Le couvre-feu va quitter le quotidien des Français le 20 juin, avec la levée complète de cette restriction, comme annoncé par le chef du gouvernement le 16 juin.

Quelles sont les règles du couvre-feu ?

Le pays est soumis à la règle du couvre-feu afin de contrôler au mieux l'épidémie de coronavirus. Durant le couvre-feu, il est interdit de sortir de chez soi, de se trouver sur l'espace public. Bien sûr, des dérogations existent, toutes mentionnées sur l'attestation de dérogation.

Quelles sont les dérogations au couvre-feu ? 

Voici les sorties autorisées pendant les heures du couvre-feu (et qui doivent être justifiées via l'attestation) :

  • Aller et retour vers et depuis son lieu de travail s'il s'agit d'un travail de nuit ou imposant un retour à domicile après 20 heures (ou un déplacement professionnel ne pouvant être reporté)
  • Motifs familiaux impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables et précaires, notamment aux personnes en situation de handicap ou pour la garde d'enfants
  • Motifs médicaux : aller à l'hôpital, rendez-vous pour des examens et soins ne pouvant être assurés à distance et achat de médicaments
  • Participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative (maraudes des associations de lutte contre la pauvreté ou distributions d'aides alimentaires à domicile, par exemple)
  • Aide aux personnes en situation de handicap et leur accompagnant
  • Promenade d'un animal domestique autour de son domicile

L'attestation de déplacement est-elle nécessaire durant le couvre-feu ? 

Malgré la fin du confinement, une attestation de déplacement est toujours en vigueur lors du couvre-feu. Ce document est nécessaire pour toute sortie prévue dans les motifs dérogatoires.

Quelles sanctions et quelle amende pour non respect du couvre-feu ? 

Les règles sont les mêmes que pour le confinement : une amende de 135 euros peut être infligée en cas de non-respect des mesures instaurées. "Et si jamais il devait y avoir réitération, c'est-à-dire si, au bout de trois fois, [...] une peine de 6 mois d'emprisonnement est possible ainsi que 3750 euros d'amende", avait précisé le ministre de l'Intérieur lors du premier couvre-feu. 

L'amende pour contravention peut être infligée par : les agents de la police nationale et de la police municipale ; les gendarmes ; les agents de la ville de Paris ; les gardes champêtres. Il est possible de contester la contravention, des délais doivent être respectés : 45 jours à partir de la date d'envoi de l'avis de contravention ; 30 jours à partir de l'envoi de l'avis d'amende forfaitaire majorée.

Coronavirus