Débarquement en Normandie : Macron rend hommage au commando Kieffer

Débarquement en Normandie : Macron rend hommage au commando Kieffer 75 ans après le débarquement allié en Normandie, de nombreux chefs d'État étaient présents dans la région jeudi 6 juin. Le président français a rendu hommage au commando Kieffer et à la Résistance dans une cérémonie à Colleville-Montgomery.

L'essentiel

  • Ce 6 juin ont eu lieu des commémorations en l'honneur du 75e anniversaire du débarquement des alliés en Normandie. Des événements et hommages se sont tenues toute la journée en présence de nombreuses figures politiques.
  • Emmanuel Macron a présidé une cérémonie à Colleville-Montgomery. Il a rendu hommage à la Résistance, ainsi qu'au commando Kieffer. Formé par 177 Français, celui-ci a participé au débarquement aux côtés des troupes britanniques et a joué un rôle déterminant dans cette opération décisive de la Seconde Guerre mondiale en Europe de l'ouest.
  • De nombreuses personnalités politique assistaient à ces célébrations du fameux "D-Day". Theresa May, la Première ministre britannique, et Donald Trump, le président américain, étaient présents. À 11 heures, une cérémonie impressionnante s'est tenue au cimetière américain de Colleville-sur-mer (Calvados). Elle était co-présidée par Emmanuel Macron et Donald Trump. Consultez le programme du D-Day 2019.
  • Suivez en direct les cérémonies de ce 75e anniversaire du débarquement en Normandie.

En direct

23:04 - Séquence émotion à Juno Beach jeudi 6 juin lors de la cérémonie internationale des commémorations du "D-Day"

FIN DU DIRECT - C'était le dernier grand rendez-vous de la journée. Ce jeudi 6 juin, 75 ans jour pour jour après le débarquement des Alliés en Normandie, une cérémonie internationale présidée par le Premier ministre français Édouard Philippe était organisée à Juno Beach, l'une des plages du "D-Day". Sur le sable, après le discours d'Édouard Philippe, des gerbes de fleurs ont été déposées en silence. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau était aux côtés d'Édouard Philippe pour l'occasion. Les hymnes des différents pays impliqués dans le débarquement en Normandie ont ensuite été joués sur la plage, non sans une certaine émotion. 

22:24 - En quelques chiffres, retour sur le débarquement en Normandie

C'est une armada de 6 936 bâtiments alliés qui a traversé les 150 kilomètres de la Manche séparant les côtes britanniques et françaises le 6 juin 1945. Cette armada embarquait à son bord 130 000 soldats et 20 000 véhicules. Elle avait été divisée en deux "task forces" : la "Western" était composée de troupes américaines et s'est dirigée vers les plages Omaha et Utah ; tandis que l"'Eastern" composée de troupes majoritairement britanniques et canadiennes, avait pris les plages Juno, Gold et Sword.

21:58 - Le clin d’œil d'Édouard Philippe aux Havrais, son hommage aux "jeunes Allemands".. Retour sur son discours

Lors de son discours ce jeudi soir à Juno Beach, à l'occasion de la cérémonie internationale du débarquement en Normandie, le Premier ministre Édouard Philippe a remarqué que "ce débarquement continue à marquer nos paysages et notre mémoire". L'ex-maire du Havre a par ailleurs fait un clin d'œil à son ancien fief, évoquant dans son discours les bombes qui sont tombées, trois mois après le débarquement, sur la commune. "Le Havre sera écrasé par plus de bombes, en deux jours, qu’il n’en était tombé sur Londres pendant le Blitz. Les Havrais connaissent le prix de la Victoire", a-t-il déclaré. Enfin, le Premier ministre français a également tenu à rendre hommage aux "jeunes Allemands tombés sur ces plages", estimant que "leurs enfants, ou leurs petits-enfants, ne sont pas seulement nos alliés, ils sont aussi nos amis".

21:12 - Un vétéran amérindien se remémore le débarquement en Normandie

Charles Shay avait 19 ans lorsqu'il a été enrôlé dans l'armée américaine. C'est en tant qu'infirmier qu'il a participé au jour du Débarquement le 6 juin 1944, à Omaha Beach, dans le Calvados. Aujourd'hui âgé de 94 ans, il est revenu sur place à l'occasion des commémorations du 75e anniversaire du "D-Day". Il est le symbole des 500 Amérindiens dont la participation au Débarquement n'a probablement jamais été reconnue à sa juste valeur. Interviewé par France 3, il déclare avoir été "paralysé" par la tristesse à la vue de tous ces morts et blessés. "J'ai dû m’asseoir pour endiguer toute la tristesse que je ressentais et qui me paralysait", a-t-il ainsi expliqué à nos confrères. 

20:25 - Qu'est ce que le commando Kieffer honoré à l'occasion du débarquement ?

Qu'est-ce que le commandant Kieffer mis à l'honneur par la cérémonie que présidait ce jeudi Emmanuel Macron ? Composé de Français, il a été créé au Royaume-Uni. Le 6 juin, il débarque aux côtés des Britanniques à Juno Beach et a deux missions précises : participer à la reprise du pont de Bénouville, renommé a posteriori Pegasus bridge. Leur autre cible était le casino de Ouistreham, qui constituait en fait un point fondamental de la défense allemande sur la côte normande. 10 des 177 commandos sont morts lors de ces opérations.

19:47 - Que s'est-il passé à Juno Beach, lieu de la dernière cérémonie des commémorations du débarquement ce 6 juin ?

Chargé de la dernière cérémonie des commémorations du 75e anniversaire du débarquement en Normandie ce 6 juin, Édouard Philippe s'est rendu à Juno Beach, dans le Calvados. Lieu de la cérémonie internationale en 2019, Juno Beach est une plage où, le jour du débarquement, pas moins de 14 000 Canadiens ont foulé le sol. Parmi eux, des agriculteurs et pêcheurs du Nouveau-Brunswick, des ouvriers du Québec, ainsi que des Ontariens, rapporte LCI. À l'exception des officiers supérieurs, ces soldats étaient des amateurs qui n'avaient pas la moindre expérience de combat outre, pour une majorité tout de même, leurs entraînements des derniers mois, pendant lesquels ils avaient répété le débarquement ainsi que le jour suivant. 

19:15 - Édouard Philippe aux commandes de la dernière cérémonie de commémorations du débarquement ce 6 juin

Le Premier ministre a été chargé de présider la dernière cérémonie de cette journée de commémorations du débarquement en Normandie. C'est à Courseulles-sur-Mer, dans le Calvados que ce tient cet ultime événement officiel, très exactement à Juno Beach. Il s'agit d'une cérémonie internationale du D-Day à laquelle le président Emmanuel Macron ne s'est toutefois pas rendu, pour une question d'agenda. Le rendez-vous était fixé à 18 heures sur place.  

18:44 - Kate Middleton grande absente des commémorations du débarquement ?

Alors que les commémorations du 75e anniversaire du débarquement en Normandie battent leur plein, Closer constate une absence non négligeable du côté de la famille royale britannique. En effet, Kate Middleton semble avoir manqué à l'appel. Ainsi mercredi, la reine Elizabeth II était présente à Portsmouth, tandis que le prince Charles et son épouse Camilla Parker Bowles se sont, eux, rendus en Normandie. De son côté, le prince Harry est allé à l'hôpital Royal de Chelsea, un établissement qui accueille des vétérans de guerre parmi sa patientèle. Enfin, le prince William a été aperçu au National Memorial Arboretum (au Royaume-Uni) puis au mémorial de la bataille de Normandie, à Bayeux. Selon Closer, l'agenda officiel de Kate Middleton ne ferait pourtant état d'aucun engagement particulier. Sa dernière apparition publique remonte quant à elle au lundi 3 juin. 

18:26 - Chiffres chocs du D-Day : 27.. le nombre de cimetières militaires en Normandie

En Normandie, on compte 27 cimetières militaires, dans lesquels 97 378 soldats reposent après être tombés au combat soit le jour du débarquement, soit lors de la bataille qui a suivi. Le plus grand de ces cimetières militaires, allemand, est à La Cambe et abrite au total 21 222 tombes, sur deux hectares. Quant au plus grand, il est américain. Dans la commune de Colleville-sur-Mer où aura lieu la cérémonie co-présidée par Emmanuel Macron et Donald Trump à 11 heures, 9 386 soldats sont enterrés, et leur moyenne d'âge s'établit à 23 ans.

17:54 - Cérémonie en l'hommage du débarquement : après le discours de Macron, remise des bérets verts

Après le discours d'Emmanuel Macron rendant hommage aux membres du commando Kieffer, la cérémonie laisse place à une remise des "bérets verts" en présence de vétérans. Ce couvre-chef est le symbole de l'obtention du brevet élémentaire commando, obtenu après un stage de 12 semaines. Le président de la République et Léon Gautier, vétéran membre du commandant Kieffer, remettent les bérets verts.

LIRE PLUS

En savoir plus

Programme du D-Day 2019

Ce sont plus de 280 événements en tout qui ont été labellisés spécialement pour le 75e anniversaire du débarquement en Normandie, ou D-Day du 6 juin 1944. Au menu, beaucoup de bals populaires, mais aussi des sauts de parachutistes, ou encore des feux d'artifices. 5 à 6 millions de touristes sont prévus en 2019 sur les sites de mémoire de la bataille de Normandie. Voici les événements les plus emblématiques du programme du D-Day 2019 : 

  • Les commémorations des 75 ans du débarquement en Normandie ont débuté dès le 5 juin 2019, à Portsmouth en Angleterre, avec une cérémonie britannique et en présence du président de la république Emmanuel Macron et de la reine d'Angleterre. Les chefs d'Etats de l'ensemble des pays y sont conviés, selon la presse locale britannique. 300 vétérans britanniques ont embarqué alors dans des bateaux pour rejoindre la France, rapporte l'AFP. Emmanuel Macron a rendu hommage à la résistance normande mercredi soir.
  • Co-présidée par Emmanuel Macron et Donald Trump, la cérémonie phare du 75e anniversaire du D-Day a eu lieu jeudi 6 juin à 11h, au cimetière américain de Colleville-sur-mer, dans le Calvados. Près de 12 000 personnes étaient présentes, parmi lesquelles 160 vétérans de la Seconde Guerre mondiale et 45 du jour J, parmi les 9 387 croix blanches qui surplombent Omaha Beach. D'une ampleur inédite, la cérémonie doit durer 75 minutes et comporter un défilé aérien.
  • Le 6 juin, Emmanuel Macron a assisté à trois événements dans le Calvados : à 8h30, à Ver-sur-mer, la pose de la première pierre d'un mémorial britannique ; vers 11h, au cimetière américain de Colleville-sur-mer, une cérémonie franco-américaine avec le président Donald Trump) ; et à 16h30, à Colleville-Montgoméry, une cérémonie française qu'il a présidée, en hommage aux 177 français du commando Kieffer ayant débarqué le 6 juin 1944. Le chef de l'Etat a aussi rendu hommage ce jeudi 6 juin à deux vétérans français, Léon Gautier et Jacques Lewis.
  • Toujours le 6 juin, dans un contexte de tensions diplomatiques et commerciales entre Washington et l'Europe, une rencontre bilatérale Macron / Trump doit a eu lieu à Caen à 13h30, via un entretien puis un déjeuner dans la préfecture de la ville. D'après l'Elysée, y ont été abordées des questions de lutte anti-terrorisme, de sécurité, de crise au Moyen-Orient, de politiques commerciales, de l'Iran et de la préparation du prochain G7.
  • Le 6 juin également, le Premier ministre Edouard Philippe préside lui, à 18h à Courseulles-sur-mer (Calvados) la cérémonie internationale de commémoration du D-Day. Le président français n'y est pas présent "pour une question d'agenda", dixit Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées. Edouard Philippe doit également recevoir les chefs d'Etat autres que Donald Trump à Bayeux ou à Caen.

Débarquement de Normandie : résumé

Le débarquement en Normandie a eu lieu le 6 juin 1944. Son objectif : récupérer la France, alors occupée par les troupes allemandes. Le débarquement de Normandie est une opération militaire des Alliés, baptisée "Overlord", et lors de laquelle ils ont, comme le nom de l'événement l'indique, débarqué sur les plages de Normandie. La Seconde Guerre mondiale vit alors un véritable tournant, puisque le débarquement a permis d'affaiblir de manière puissante l'armée allemande, déjà occupée à combattre l'armée de l'URSS à l'est : les Alliés viennent d'ouvrir un deuxième front à l'est, ce qui va obliger l'état-major allemand à disperser ses troupes sur les deux fronts. Avec le débarquement de Provence [le 15 août 1944, également à l'initiative des Alliés et deux mois après le débarquement de Normandie, lorsque sont reconquis les ports de Toulon et Marseille], le débarquement de Normandie permet à terme aux Alliés la libération de l'Europe occidentale et a accélérer la défaite des Nazis.

Pourquoi le débarquement en Normandie

Début juin 1944, au large de Weymouth, des rangers britanniques s'entraînent pour l'opération Neptune. C'est la phase d'assaut de l'opération Overlord. Les Alliés veulent créer une tête de pont en Normandie, s'emparer au plus vite de ports en eaux profondes comme Cherbourg (pour assurer l'approvisionnement), puis s'emparer de l'ouest de la France. Après plusieurs reports, le 6 juin devient le D-Day (ou Jour-J) du début du débarquement.

Débarquement de Normandie et combattants

Début juin 1944 - Au sud de l'Angleterre, les Alliés se préparent pour la plus grande opération logistique jamais vue. A Southampton, Newhaven ou Weymouth, camions, armes, munitions et hommes sont chargés à bord de milliers d'embarcations, du destroyer à la péniche.

Mardi 6 juin 1944, 1 heure du matin - Les hommes de la 101e division aéroportée américaine survolent la Manche à bord d'un C-47. A partir d'1h20, les parachutistes se jettent dans les ténèbres. Plus de 6 000 hommes atterrissent autour de Carentan et de Sainte-Mère-Eglise. Ils doivent détruire des ponts et s'emparer des routes pour protéger le débarquement marin à Utah beach, prévu pour le petit matin. Souvent mal largués, les hommes s'organisent en petites bandes et tentent de se regrouper avant le lever du jour.

Mardi 6 juin 1944, 5 heures - Le jour qui se lève est maussade. Les hommes se préparent pour l'Heure-H. En fin de nuit, beaucoup sont passés des navires de transports aux barges de débarquement. En tout, ce sont plus de 1200 vaisseaux de guerre et 700 bateaux de soutien qui stationnent à 10 milles nautiques puis s'avancent vers les côtes. D'ici la tombée de la nuit, 156 000 soldats américains, britanniques, canadiens, ou membres de la France libre poseront le pied sur le sable normand.  

Mardi 6 juin, petit matin - La bannière étoilée flotte au dessus de la Manche. Ce sont 59 000 soldats américains qui se préparent à mettre le pied sur le sol normand. Les navires se suivent en files régulières à l'approche des côtes. Chacun d'eux est relié à un ballon captif par un câble d'acier. Celui-ci permet d'éviter le passage des avions ennemis à basse-altitude.

Mardi 6 juin 1944, 6h30 - C'est l'heure-H. Navires et barges se précipitent vers Omaha et Utah Beach. Les premiers chars roulent sur le sable tandis que les soldats progressent dans l'eau froide.

Mardi 6 juin 1944, 7h30 - L'embarcation, un LCVP ("Landing craft, vehicule, personnel") approche à 12 noeuds de la côte avant de ralentir au contact du sable. Le feu ennemi gronde et les hommes avancent vers la plage. Les garde-côte ont de l'eau jusqu'à la taille et leur paquetage sur le dos.

Mardi 6 juin 1944, dans la matinée - Les canons du cuirassé USS Nevada tirent leurs lourdes charges en direction de la batterie d'Azeville, puissante casemate du Mur de Normandie située tout près d'Utah Beach (cette poche de résistance allemande ne tombera que le 9 juin). La précision des tirs du navire devient légendaire, en atteignant des cibles situées à plus de 30 kilomètres. 

Mardi 6 juin 1944, vers 11 heures - Un LCI (Landing Craft Infantry) débarque d'autres soldats. Les tirs allemands se sont calmés autour du Widerstandsnest 62, un élément du mur de l'Atlantique situé à proximité d'Omaha Beach. A cet instant, les combattants allemands manquent peut-être de munitions... 

Mardi 6 juin 1944, mi-journée - Les renforts arrivent à Omaha Beach, près de Saint-Laurent-sur-Mer. Trois LCVP débarquent, contenant chacun 200 hommes. La plage est constellée de combattants et couverte d'une fumée blanche. Elle naît des explosions et des incendies allumés dans l'herbe pour aveugler l'artillerie allemande. Quelques positions stratégiques situées le long de la côte ont déjà été prises. 

Mardi 6 juin, mi-journée - Les renforts continuent d'arriver à Omaha Beach mais les obstacles s'accumulent. La progression des véhicules est rendue difficile. Six heures après la marée basse, la mer est au plus haut : les soldats arrivent sur un monticule de galets puis doivent franchir une zone de 200 mètres de marécages. Au loin, on aperçoit les hommes grimpant en file indienne le talus d'une cinquantaine de mètres de hauteur qui domine la plage. Sur le plateau, ils doivent s'emparer des villages de Saint-Laurent, Vierville ou Colleville. Ce dernier est attaqué par les premiers groupes de soldats américains à 13 heures.

Mardi 6 juin 1944, 13h30 - "Caen sous les bombes". Les stratèges britanniques et américains sont unanimes : Caen doit tomber dès le premier jour. La cité est un important nœud ferroviaire vers Paris et possède un aérodrome vital pour les Alliés au moment d'établir une solide tête de pont sur le continent. Les bombardiers commencent à pilonner la ville en début d'après-midi. Mais il faudra près de deux mois pour conquérir Caen. 

Mardi 6 juin, après-midi - "Sword Beach, cible des Britanniques". Depuis le matin, la seconde armée britannique s'est battue à Sword Beach, une plage longue de huit kilomètres entre Ouistreham et Saint-Aubin-sur-Mer. C'est la plus à l'est des cinq plages du débarquement et c'est d'ici que les troupes doivent se diriger en direction de Caen.

Mercredi 7 juin, 9h40 - "Le naufrage de l'USS-Tide". Les soldats entendent une explosion retentir au large d'Utah Beach. Le dragueur de mines USS-Tide vient de sauter sur un des explosifs bordant la côte. Cinq hommes sont morts, le navire prend l'eau et penche dangereusement. Les hommes à bord parviennent à être transbordés sur d'autres bateaux avant que l'USS-Tide ne sombre au large de Barfleur.

Vendredi 9 juin 1944 - Des soldats de la Wehrmacht ont été surpris près de Ravenoville, dans la Manche, à quelques kilomètres d'Utah Beach. Les Allemands, qui attendaient une attaque sur le Pas-de-Calais, furent surpris par l'ampleur du débarquement. Mais leur résistance fut souvent désespérée et des exactions sont commises dans les deux camps. Il faudra près de deux mois aux Alliés pour s'assurer le contrôle de la Normandie.

Samedi 10 juin 1944 - Le plus dur commence peut-être pour les Alliés. Ils craignent en effet que l'Allemagne ne regroupe ses forces pour contrer leur offensive. Le ravitaillement et la construction d'un port provisoire débutent pendant que les soldats continuent de se battre dans le bocage. Des dizaines d'embarcations continuent d'accoster à Omaha Beach. 

Août 1944 - Saint-Lô, la préfecture de la Manche est une ville martyr. Comme la plupart des villes normandes, elle a subi batailles de rues et bombardements massifs. On estime que la Bataille de Normandie, décisive pour la Seconde guerre mondiale aurait causé la mort de plus de 50 000 civils.

Avec Juno Beach, le site d'Omaha Beach fut le plus meurtrier pour les soldats américains : le bilan reconstitué fait état de 850 tués, 2200 blessés et 720 disparus. Des cimetières provisoires sont improvisés pour les soldats dès le début de l'opération par les Alliés.  Les corps des parachutistes tués sont par exemple enveloppés dans leur toile de parachute, un aumônier américain se tenant auprès d'eux.

Plages du débarquement 

Il y a cinq plages du débarquement en Normandie : Omaha Beach (à Colleville-sur-Mer) ; Utah Beach (de Sainte-Marie-du-Mont à Quinéville) ; Gold Beach (à Arromanches) ; Juno Beach (à Courseulles-sur-Mer) et Sword Beach (à Ouistreham).

Débarquement de Normandie et carte

Le débarquement de Normandie, dont on visualise les plages sur cette carte, a fait partie d'une opération visant à réaliser dans le Nord-Ouest de la France une "tête de pont" des Alliés suffisamment étendue. En géostratégie militaire, une "tête de pont" représente un périmètre conquis dans lequel des troupes militaires peuvent manoeuvrer librement afin de poursuivre leurs conquête territoriale, et qui sert ensuite de base d'appui logistique ou de zone stratégique de repli. Les plages sur lesquelles ont débarqué les Alliés en Normandie ont ainsi servi de tête de pont afin de libérer l'Europe du joug nazi.

Carte du débarquement en Normandie
Carte des plages du débarquement © Normandie Tourisme

Article le plus lu - Raymond Poulidor est mort › Voir les actualités