Résultat du 2e tour des municipales pour le LREM LFI, le PS LR et le RN : quels enjeux et bilans ?

Chargement de votre vidéo
"Résultat du 2e tour des municipales pour le LREM LFI, le PS LR et le RN : quels enjeux et bilans ?"

Résultat du 2e tour des municipales pour le LREM LFI, le PS LR et le RN : quels enjeux et bilans ? Ce deuxième tour des élections municipales participe à offrir un éclairage nouveau sur les rapports de force actuels entre les différents partis politiques. Des indications précieuses, à deux ans de la prochaine élection présidentielle.

Si plus de trente mille communes ont dores et déjà trouvé leur maire pour les six années à venir, les couleurs politiques des maires de la majorité des grandes villes françaises seront tout de même bien connues ce dimanche. Le deuxième tour de ces élections municipales qui offrira un nouvel éclairage sur les rapports de force qui sous-tendent la vie politique, à moins de deux ans de la prochaine élection présidentielle. Ce dimanche, nous saurons quelles personnalités et quel parti politique dirigeront les plus grandes villes de France pour les six prochaines années. Après les dépouillements et les calculs du ministère de l'Intérieur, nous serons par ailleurs en mesure de compter le nombre d'élus - de la majorité ou d'opposition - de chaque formation politique du pays. Mais d'ores et déjà, il est possible d'établir un premier bilan, qui demandera à être affiné après les résultats de ce 2e tour des municipales.

Les statistiques des résultats du 2e tour des municipales seront aussi brouillés par le jeu des alliances et des fusions de liste. Les choix opérés par les différents partis de gauche, et entre les formations traditionnellement alliées à droite sont une chose, mais tout se complique avec les unions effectuées par les listes de La République en Marche. Dans la grande majorité des cas, lorsqu'il y a eu un accord pour des fusions de liste, le parti de la majorité présidentielle a choisi de s'allier aux Républicains. Sur France Info, il y a quelques jours, le Premier secrétaire du parti socialiste avait considéré que les macronistes avaient "clarifié leur position" : "Partout La République en marche fait alliance avec Les Républicains. C'est d'ailleurs logique car le Premier ministre en est issu. Et ceux qui dominent la scène du côté de La République en marche, ce sont M. Darmanin (ministre du Budget), M. Le Maire (ministre de l'Économie), qui portent des propositions que portait autrefois la droite".

A noter que le grand nombre de classifications politiques peuvent rendre le résultat de ces élections municipales assez illisible. Rappelons qu'au 1er tour de ces élections, 40,83% des suffrages exprimés dans les communes de plus  de 3 000 habitants étaient de listes "divers". Le ministère de l'Intérieur a ainsi compté 17,22% de voix pour les listes "divers droites", 15,19% pour des listes "divers gauche" et 8,42% pour des listes "divers centre". 33,03% des suffrages exprimés se sont portés sur une liste n'ayant absolument aucune étiquette. Par ailleurs, il est à noter que lors du premier tour, 53,5% des inscrits s'étaient abstenus d'aller voter.

Quel résultat des municipales pour LREM ?

Ce n'est pas vraiment une surprise, c'est déjà une déroute. Les grands espoirs de diriger Paris et Lyon se sont assez rapidement confrontés aux réalités du premier tour, même si un scrutin n'est jamais écrit d'avance. En réalité, les militants et lieutenants macronistes ne visent plus que Strasbourg parmi les métropoles de poids en Hexagone ce dimanche. Ailleurs, à Bordeaux, à Lille, à Besançon, LREM a fait le deuil d'une victoire sans alliance. Si la direction du parti de la majorité présidentielle assure que l'essentiel est de faire entrer des élus LREM dans les conseils municipaux, ces élections municipales pourraient bien démontrer que le parti macroniste est encore bien loin d'être un parti de terrain : il demeure une grande formation taillée pour des élections nationales, pas davantage. Le grand point chaud de la Macronie est bien entendu ce dimanche l'élection municipale au Havre : une défaite d'Edouard Philippe constituerait un tremblement de terre pour l'exécutif, qui enregistrerait un désaveu inédit.

Quel résultat pour LR ?

Le grand parti de la droite peut déjà se targuer d'avoir conservé plusieurs communes de poids dès le premier tour : Troyes, Reims, Meaux, Calais, Reims. Pour LR, ces élections municipales constituent une vraie étape dans la longue reconstruction du parti : elles démontrent qu'il peut encore compter sur un nombre important d'élus bien implantés dans les territoires, dans tous les conseils municipaux de villes de taille moyenne ou de grande taille. Les Républicains ont Bordeaux dans le viseur de ce 2e tour des municipales, mais aussi Marseille, Lyon, Toulouse, Strasbourg : dans toutes ces communes, les sondages ont prévu une élection très disputée. Nice semble en revanche promise à Christian Estrosi. Résultats à venir.

Quel résultat pour le PS ?

Comme Les Républicains, le Parti socialiste s'illustre dans ses élections municipales comme un parti qui compte dans les élections locales, compte tenu du poids historique de ses fédérations et de l'ancrage de ses maires. Stéphane Le Foll au Mans, François Rebsamen à Dijon, Nathalie Appéré à Rennes, Johanna Rolland à Nantes et François Cuillandre à Brest apparaissent en position de force, même si une surprise n'est pas à exclure aujourd'hui. C'est bien entendu sur Paris que la direction du PS portera ce soir sa plus grande attention : une victoire d'Anne Hidalgo serait un vrai motif de réjouissance pour ce parti en pleine résilience. 

Quel résultat pour le RN ?

Le parti de Marine Le Pen est parvenu à faire réélire ses maires, dès le premier tour, à Hénin-Beaumont, Hayange, Fréjus, Beaucaire, Villers-Cotterêts, Le Pontet. Béziers a réélu Robert Ménard. Le Rassemblement national vise très clairement ce dimanche une victoire de Louis Aliot à Perpignan, l'un des points chauds de cette grande journée d'élection. Mais le parti d'extrême droite n'est toujours pas une formation taillée pour les élections locales : lors de ce 2e tour, il n'est engagé que dans 136 communes de France.

Quel résultat pour EELV ?

Les écologistes ont effectué une percée électorale remarquable dans les grandes villes de France au 1er tour, même si le vote EELV est resté très urbain. A Grenoble, à Strasbourg, à Rennes, à Bordeaux, à Nantes, à Metz, les bons résultats des Verts ont surpris, mais c'est bien à Marseille et à Lyon que les écologistes jouent les premiers rôles ce dimanche. Dans les deux villes, les sondages ont donné les candidats en très bonne position de l'emporter au 2e tour des municipales, il s'agit d'un immense enjeu pour EELV.

Quel résultat pour LFI ?

Les Insoumis ont fait le choix de ne pas constituer de liste autonome pour ces élections municipales, mais de participer à des listes de gauche citoyenne. Une manière d'être présent sans vraiment s'exposer. Le parti de de Jean-Luc Mélenchon aura du mal à établir un bon bilan en nombre d'élus à l'issue du 2e tour des municipales, mais pourrait profiter de la victoire de Michèle Rubirola à Marseille, candidate EELV officiellement soutenue par LFI.

Pour les dernières infos sur le scrutin, rendez-vous sur notre grand direct consacré aux résultats des municipales 2020Plus d'infos sur le 2e tour des élections municipales :

Pour les dernières infos sur le scrutin, rendez-vous sur notre grand direct consacré aux résultats des municipales 2020. Pour plus d'infos sur le 2e tour des élections municipales, consultez tous nos articles :