Impôt sur le revenu 2021 : les premiers avis d'impôt envoyés

Impôt sur le revenu 2021 : les premiers avis d'impôt envoyés IMPOT SUR LE REVENU. Les avis d'impôt sur le revenu sont transmis par l'administration fiscale depuis le 26 juillet.

[Mis à jour le 27 juillet 2021 à 09h01] Avez-vous reçu un courriel de la DGFIP vous informant de l'arrivée de votre avis d'imposition ou avez-vous consulté de vous-même votre espace personnel sur le site impots.gouv.fr ? Si vous avez déclaré vos revenus en ligne cette année, il est fort probable que votre avis d'impôt sur le revenu ait déjà été mis à votre disposition. Les avis d'imposition sont transmis depuis le 26 juillet 2021. L'échéance diffère en fonction de votre situation. Voici ce qui a été acté : 

  • Entre le 26 juillet 2021 et le 6 août 2021 si vous avez déclaré en ligne et vous bénéficiez d'un remboursement (ou vous n'avez rien à payer). 
  • Entre le 30 juillet et le 7 septembre : si vous avez opté pour le formulaire papier, et vous bénéficiez d'un remboursement. 
  • Entre le 4 août et le 7 septembre : si vous avez déclaré via le papier, et vous n'avez rien à payer. 
  • Entre le 30 juillet et le 6 août : si vous êtes redevable d'un solde d'impôt sur le revenu au titre de l'année 2020 (entre le 5 août et le 1er septembre pour la déclaration papier). Cela signifie sûrement que votre taux de prélèvement à la source s'est révélé insuffisant par rapport à ce que vous deviez réellement au titre de l'année d'imposition. Vous devez donc vous attendre à un prélèvement du solde d'impôt sur le revenu en septembre - voire plusieurs, échelonnés entre septembre et décembre 2021, si le montant d'impôt est supérieur à 300 euros - et à un éventuel changement de taux d'impôt à la source. Le mois de septembre risque donc d'être particulièrement salé ! 

Et concrètement quelles sont les informations que vous allez retrouver sur votre avis d'impôt sur le revenu ? Pour rappel, la déclaration de revenus a permis au fisc de déterminer le montant exact de votre impôt. Au regard de ce dont vous vous êtes acquitté via le prélèvement à la source, l'administration a également calculé si vous êtes redevable d'un solde d'impôt sur le revenu - ou si elle doit, à l'inverse, vous rembourser - et peut également réviser votre taux de prélèvement à la source. Sur votre avis, vous allez donc pouvoir vérifier les informations suivantes : 

  1. La somme qu'il vous reste à payer (solde d'impôt sur le revenu) ou la somme qui doit vous être remboursée. 
  2. Votre revenu fiscal de référence et le nombre de parts
  3. Le détail de votre imposition avec le montant d'impôt sur le revenu net dont vous êtes redevable au titre de l'année d'imposition et vos retenues à la source. 

Depuis le 20 juillet dernier, certains foyers fiscaux bénéficient d'un remboursement du fisc. Cette décision résulte de la dernière déclaration de revenus, remplie au printemps dernier. Deux situations peuvent donner lieu à un remboursement : un trop-perçu par l'administration fiscale (En clair, que les retenues à la source se révèlent supérieures à ce que vous deviez réellement) ou vous percevez l'acompte restant de crédit d'impôt régulier. Frais de garde hors du domicile, emploi d'un salarié à domicile... Les crédits d'impôt réguliers donnent lieu au versement d'un acompte à la mi-janvier. Si vos dépenses n'ont pas évolué, en fonction de ce que vous avez mentionné dans votre déclaration de revenus, vous percevez l'acompte restant à compter de fin juillet. 

Il n'y a aucune démarche à faire, puisque le remboursement se fait de manière automatique par virement bancaire. Vous pouvez le repérer avec le libellé "REMB IMPOT REVENUS" sur votre relevé bancaire, provenant de "DGFIP FINANCES PUBLIQUES". Si vous n'avez pas transmis vos coordonnées bancaires à temps, vous recevrez le remboursement par lettre chèque. Depuis le 1er janvier 2019, l'impôt sur le revenu est prélevé à la source, directement sur votre salaire ou votre retraite, par votre employeur ou votre caisse de retraite. Un taux de prélèvement est appliqué à tous les contribuables en fonction de leurs revenus. Les contribuables restent tenus de remplir une déclaration de revenus chaque année au printemps. Celle-ci permet de déterminer s'ils sont redevables ou non d'un solde d'impôt sur le revenu au regard de ce dont ils se sont acquittés via le prélèvement à la source et d'éventuellement ajuster leur taux d'impôt à la source. 

Barème, taux et tranches... Comment fonctionne l'impôt sur le revenu 2021 ?

L'impôt sur le revenu fonctionne avec un barème d'imposition. Ainsi, un taux compris entre 0 et 45% s'applique à chaque tranche de revenus du barème de l'impôt sur le revenu. Très concrètement, si votre revenu net imposable est inférieur à un certain seuil, un taux nul est appliqué. Ces fameux taux s'appliquent à une fraction du revenu du ménage. Le montant total de l'impôt découle de l'addition des différentes tranches. Voici le barème de l'impôt sur le revenu qui s'applique : 

Tranches de revenus annuels  Taux applicable
jusqu'à 10 084 euros 0%
de 10 085 euros à 25 710 euros 11%
de 25 711 euros à 73 516 euros 30%
de  73 517 euros à 158 122 euros 41%
à partir de 158 123 euros 45%

Quel est le calcul de l'impôt sur le revenu 2021 ?

L'intégralité des revenus (salaires, pensions, retraites, revenus fonciers) que vous percevez sur l'année d'imposition sont étudiées par le fisc. Dans un premier temps, il est nécessaire de déterminer le revenu net imposable - information que vous pouvez retrouver sur votre fiche de paie si vous êtes salarié. Pour rappel, une déduction forfaitaire de 10% est appliquée, au titre des frais professionnels. Si cet abattement est inférieur au total de vos frais professionnels, vous pouvez alors déduire le montant de vos frais réels

Vous avez déterminé votre revenu net imposable ? Vous devez le diviser par le nombre de parts de votre foyer fiscal. Vous obtenez ainsi votre quotient familial. Le quotient familial sert à déterminer un revenu imposable pour le foyer fiscal. Appliquez la somme obtenue au barème d'imposition. En 2021 pour l'imposition des revenus de l'année 2020, la réduction d'impôt liée au quotient familial est limitée à 1 570 euros pour chaque demi-part supplémentaire. 

Dans quels cas peut-on bénéficier d'une décote ou d'une réduction ?

Certains foyers fiscaux peuvent bénéficier d'une décote sur les revenus de 2020, si le montant brut de leur impôt sur le revenu ne dépasse pas un certain seuil. Voici les plafonds à ne pas dépasser : 

  • Pour une personne seule :  1 722 euros. "La décote est égale à la différence entre 779 € et 45,25 % du montant de votre impôt", explique-t-on sur le site service-public.fr
  • Pour un couple soumis à une imposition commune (marié ou pacsé) : 2 849 euros. "La décote est égale à la différence entre 1 289 € et 45,25 % du montant de votre impôt", complète-t-on. 

Avez-vous des dépenses éligibles à des crédits ou réductions d'impôt : des travaux ? Des frais de garde ? De jardinage ? C'est le moment de faire le point. Vous souhaitez en savoir plus sur les avantages fiscaux auxquels vous pouvez prétendre ? Consultez notre dossier dédié : 

Quelle date retenir pour l'avis d'impôt sur le revenu 2021 ?

En 2021, la période déclarative de l'impôt sur le revenu a démarré au 8 avril. Les dates limite, elles, dépendaient du mode de déclaration et de votre numéro de département. La première échéance était fixée au jeudi 20 mai pour le formulaire papier. Pour la déclaration sur Internet, la date limite dépend de votre numéro de département : mercredi 26 mai (zone 1, départements de 01 à 19), mardi 1er juin (zone 2, départements 20 à 54) et mardi 8 juin (zone 3, départements 55 à 976).

Comment faire une simulation de son impôt sur le revenu 2021 ? 

Vous souhaitez calculer le montant de votre impôt sur le revenu afin de prévoir ce qui vous attend à la fin de l'été ? Le plus simple reste d'utiliser le simulateur de l'impôt sur le revenu mis à disposition par le fisc. Avant d'entamer la simulation, mettez la main sur les éléments suivants : revenu net imposable, chargesavantages fiscaux et retenues à la source. Plus vous apporterez d'éléments précis, plus votre simulation d'impôt sur le revenu sera juste. Vous obtiendrez alors une estimation de votre impôt sur le revenu au titre de l'année 2020, avec l'application d'une décote ou non, et vous saurez si vous êtes redevable d'un solde à l'été au regard de ce que vous avez déjà payé. 

Vous préférez le calculer vous-même ? Le calcul de l'impôt sur le revenu va vous prendre un peu plus de temps. Vous devrez mettre la main sur votre revenu net imposable, puis déterminer le nombre de parts de votre foyer fiscal, déduire vos charges puis appliquer le barème de l'impôt sur le revenu (lire plus bas), sans oublier vos avantages fiscaux (crédits et réductions d'impôt). Vous êtes prêt à franchir le pas ? Consultez notre dossier dédié sans plus attendre pour connaître le montant de votre impôt sur le revenu dès à présent : 

A l'issue de votre déclaration, vous estimez encore trop d'impôt sur le revenu cette année : et si vous anticipiez d'ores et déjà 2022 ? Consultez notre dossier dédié : 

Frais réels et impôt sur le revenu, comment ça marche ? 

A défaut d'initiative de votre part, l'administration fiscale applique une déduction forfaitaire de 10% à tous les salariés au titre des frais professionnels. Si vous estimez que cet abattement ne permet pas de couvrir l'intégralité de vos dépenses, vous avez la possibilité de déduire ces frais pour leur montant réel. 

Si vous décidez de déduire vos frais réels, ayez à l'esprit que la démarche peut être fastidieuse : vous devez répertorier l'intégralité de vos frais professionnels au cours de l'année d'imposition, ce qui impose une comptabilité rigoureuse. Vous devez conserver tous les justificatifs de vos dépenses, et ce, durant trois ans en cas de contrôle fiscal. Les frais engagés doivent répondre à une véritable nécessité pour votre activité professionnelle. 

Impôt sur le revenu et télétravail, comment faire ?

L'année 2020 a été marquée par la crise sanitaire du coronavirus, et l'essor du télétravail. Si le télétravail a généré des frais professionnels importants au cours de l'année d'imposition, il est légitime que vous vous interrogiez sur la possibilité de déduire vos frais pour leur montant réel. Attention toutefois, car tout n'est pas déductible. Les repas pris à domicile par exemple ne sont pas éligibles. 

L'administration fiscale a réalisé une Foire aux questions (FAQ) dédiée à la crise sanitaire, que vous pouvez retrouvez sur le site du ministre de l'Economie. Elle y liste l'intégralité des frais éligibles :

  • Frais de communication, autres que les frais de téléphone portable : comme l'abonnement ou la souscription d'une offre Internet
  • Frais de téléphone portable : abonnement, acquisition d'un téléphone portable
  • Frais de fournitures et d'imprimés : cartouches d'encre par exemple ou ramettes de papier
  • Frais liés à l'utilisation d'un local privé (eau, électricité...) calculé au prorata "de la surface utilisée à titre professionnel par rapport à la surface totale du logement ET du temps de travail télétravaillé" et frais d'acquisition de mobilier et de matériel informatique. 

Je suis autoentrepreneur, quid de mon impôt sur le revenu ?

Votre régime fiscal est celui de la micro-entreprise. Pour rappel, il faut respecter trois conditions pour bénéficier de ce régime. On vous les résume : 

  • Votre revenu fiscal de référence N-2, ne doit pas dépasser un certain seuil
  •  Votre chiffre d'affaires sur douze mois de l'année précédente ne doit pas dépasser : 170 000 euros (si votre commerce vend des marchandises, des objets, de la fourniture de logement) ou 70 000 euros "pour les autres prestataires de services relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et les professionnels libéraux relevant des bénéfices non commerciaux (BNC), 
  • Vous choisissez le régime micro-social. 

Dans ce cas, il va falloir utiliser la déclaration n°2042-C PRO et indiquer le montant de votre CA ou recettes brutes annuelles. Vous souhaitez connaître le taux qui va vous être appliqué ? Consultez la page dédiée des impôts pour en savoir plus.