Le risque du viager

Le viager n'est pas une opération sans risque. © MDrr MFrommherz / stock.adobe.com
"Le viager est fondé sur l'aléa", rappelle Sophie Richard, fondatrice du réseau immobilier Viagimmo. Sans aléa, il ne peut y avoir de vente viagère. Si le vendeur décède d'une maladie - qu'il avait déjà au moment de la vente - dans les 20 jours qui suivent la réalisation de l'acte, le contrat est annulé. De même, si l'acheteur a connaissance que le vendeur est atteint d'une grave maladie et que celui-ci décède, même 20 jours après la signature de la vente, le tribunal cassera très probablement le contrat.
Suggestions de contenus