Les pires équipes de l'histoire du football

Par Jérôme Desmas

Les pires équipes de l'histoire du football

Scores fleuves, interminables séries de matchs sans victoire, incapacité à marquer des buts... Certains clubs ou sélections nationales atteignent des records de médiocrité.

L'Ibis Sport Club, autoproclamé plus mauvais club du monde

C'est au Brésil que sont nées certaines des plus belles équipes mais c'est aussi là-bas que l'on trouve le supposé pire club du monde, l'Ibis Sport Club, à Recife. Ce titre n'a rien d'officiel mais le club enregistre tout de même des statistiques "impressionnantes" : en 70 ans d'existence, l'équipe a encaissé 3 550 buts et n'en a marqué que 62 (moins d'un but par an...). Les dirigeants ont décidé de faire de ces résultats une fierté, parvenant même à entrer dans le Guiness Book des records. Aujourd'hui, l'appellation de "pire équipe du monde" figure même sur le blason du club.

Une défaite 31 à 0 pour les Samoa américaines

Le mardi 22 novembre 2011 restera une date historique pour l'équipe de football des Samoas américaines : ce jour-là, en s'imposant (2-1) face à l'équipe des Tonga, elle brise une affreuse série de 30 défaites sur les... 30 matchs disputés dans son histoire.

En 2001, l'équipe des Samoas américaines avait également fait fort en perdant 31 à 0 face à l'Australie, le record du monde du plus gros écart de buts dans un match international.

San Marin : 5 ans sans marquer de but

En Europe, les groupes de qualifications pour les championnats d'Europe ou les Coupes du monde donnent parfois lieu à des matchs déséquilibrés dans lesquels certaines équipes ont bien du mal à exister.

C'est le cas de la sélection nationale de San Marin qui lors d'un match contre la Pologne (perdu 5 à 1), en septembre 2013, a réussi une "performance" qu'elle n'avait plus accomplie depuis cinq ans : marquer un but ! Prochain défi : gagner un match, ce qui ne lui est pas arrivé depuis avril 2004, la seule victoire de San Marin de l'histoire de la sélection à ce jour...

40 défaites consécutives pour l'AFC Aldermaston

C'est en 2010 que la petite équipe de l'AFC Aldermaston (9e division anglaise), de la ville de Berkshire, en Angleterre, a fait parler d'elle en 2010. Avec 40 défaites d'affilée et 150 buts encaissés, elle a en effet été élue pire équipe de l'histoire du pays cette année-là.

En apprenant cette nouvelle, l'entraîneur de l'époque, Adie Health, avait eu une réaction nuancée : "C'est le genre de record qu'aucune équipe n'aimerait avoir, mais je suppose que cela apporte un peu d'attention au club". Et des moqueries, aussi...

225 buts encaisés en 11 matchs pour le Madron FC

55-0, 22-0... En 2010, le début de saison du Madron FC, petit club régional anglais, fut un véritable cauchemar, au point d'attirer l'attention de nombreux médias.

Accumulant les raclées, elle présentait un bilan, après onze journées, de 225 buts encaissés, soit une moyenne de 20 buts par match !

A cette période, l'attention s'est focalisée sur cette équipe qui avait parfois du mal à aligner onze joueurs sur le terrain mais elle n'était pourtant pas dernière de sa division. Elle devançait en effet le Storm FC de trois petits points.

Les Iles Turques et Caïques, dernières du classement FIFA

Parmi les sélections nationales les plus faibles, impossible de ne pas citer l'équipe des îles Turques et Caïques, qui navigue entre l'avant-dernière et la dernière place du classement FIFA.

Pour ce pays de 30 000 habitants, la victoire est un véritable évènement, la dernière remontant à 2008 contre l'île de Sainte-Lucie. Il faut dire que dans ce petit coin de paradis, coincé entre la mer turquoise et les palmiers, dans une température moyenne de 29°C, il doit être bien difficile de se concentrer sur le football.

Bertry Clary, l'équipe la plus nulle de France ?

La ville de Bertry Clary, située dans le département du Nord, serait sans doute restée anonyme si le magazine Téléfoot, de TF1, ne s'était pas intéressée à son équipe de football en janvier 2011.

La raison de cet intérêt médiatique ? La dernière place occupée par le club au 18e échelon national, le plus bas niveau en France. A l'époque, avec 52 buts encaissés en sept matchs disputés et autant de défaites, elle est la plus faible équipe recensée par la FFF.

Ile de Sercq : aucune défaite par moins de 15 buts d'écart

L'équipe de l'île de Sercq, proche de Guernesey, possède un statut un peu particulier puisqu'elle n'est membre ni de la FIFA, ni de l'UEFA. 

La seule compétition à laquelle elle a participé, les Jeux des îles, en 2003, lui a tout de même permis de s'étalonner face à des sélections de l'île de Wight, du Groënland ou de Gibraltar, assez éloignées de l'élite mondiale ! Mais le résultat fut loin d'être probant : quatre matchs, quatre défaites, 70 buts encaissés, aucun but marqué, et aucun match avec moins de quinze buts d'écart. Une sérieuse concurrente, donc, au titre de pire équipe de foot du monde.

RC Lens, plus mauvaise équipe de l'histoire de la Ligue 1

Dans le championnat français, certains clubs ont marqué les esprits par leur difficulté à exister en première division. On se souvient, dans un passé récent, des saisons laborieuses de Grenoble, Arles-Avignon...

Mais c'est une équipe de plus grand standing, le RC Lens, qui détient le triste record du plus petit nombre de points marqués sur une saison avec 17 points au total en 1988-1989, soit 27 défaites, 8 matchs nuls et seulement trois victoires. Le club s'est bien rattrapé les années suivantes en remportant notamment un titre de champion de France en 1998 et une coupe de la Ligue en 1999.

A Pohnpei, les joueurs ne connaissaient pas les règles

L'équipe de football de Pohnpei, une île d'Océanie de l'archipel des îles Carolines en Micronésie, s'est fait connaître par le témoignage de son entraîneur, Paul Watson, en 2012. Dans son livre "Up Pohnpei", il expliquait ainsi avoir entraîné "l'une des pires équipes de foot du monde".

Un récit plutôt tendre où il revenait sur les difficultés de mettre en place une équipe de football dans un pays où 90 % de la population est touché par l'obésité, où les rares joueurs de football ne connaissent pas tous les règles du football, et auquel la FIFA ne s'intéresse pas du tout. Mais au moins aujourd'hui, le football a une vie à Pohnpei.