Confinement en Europe : Allemagne, Espagne, Italie, ces pays qui ont durci ou allégé les restrictions

Confinement en Europe : Allemagne, Espagne, Italie, ces pays qui ont durci ou allégé les restrictions Durcissement ou allègement des restrictions, reconfinement, couvre-feu, on fait le point sur les dernières mesures mises en place dans les principaux pays d'Europe face à l'épidémie de Covid-19.

[Mis à jour le 22 février 2021 à 11h15] Face à une baisse du nombre de cas, d'autres pays ont pris la décision d'alléger les restrictions en annonçant la réouverture de certains établissements. C'est notamment le cas de l'Italie, de l'Espagne ou encore de la Pologne. Les bars, restaurants, hôtels, discothèques et clubs de gymnastique ainsi que la plupart des écoles resteront fermés en Pologne mais Varsovie a tout de même choisi de rouvrir musées, bibliothèques, galeries d'art et centres commerciaux. En Autriche, les écoles, les musées et les magasins ont rouvert avec tout de même un renforcement de la distanciation sociale dans les commerces. Retrouvez les dernières infos sur les nouvelles mesures mises en place dans les principaux pays d'Europe face à la pandémie de coronavirus.

Gérée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), une carte unique de zones rouges, vertes, oranges et grises en fonction du taux de contamination permet aux voyageurs de mieux s'y retrouver (disponible ICI et mise à jour le 18 février 2021). Au total, une vingtaine de pays de l'UE, dont la France, l'Espagne, la Belgique, le Portugal, les Pays-Bas ou encore l'Italie apparaissent en rouge en raison de leur situation sanitaire. Seule l'Islande apparait en vert à la mi-janvier et la Norvège apparait en orange avec quelques zones vertes.

carte restrictions europe covid 19
Carte des restrictions de voyages de l’UE © ECDC

A noter : pour des informations plus complètes sur trois pays très prisés - Espagne, Italie et Portugal - n'hésitez pas à consulter nos focus dédiés. Ils comprennent toutes les informations pratiques pour préparer votre voyage et vivre des vacances sereines, même en cette période délicate :

En Espagne, nouvel état d'alerte sanitaire et test PCR obligatoire

Le gouvernement espagnol a décrété, pour l'ensemble du territoire national à l'exception des Canaries, un nouvel état d'alerte sanitaire jusqu'au 9 mai 2021. Dans ce contexte, il est fortement déconseillé de se rendre en Espagne depuis la France pour des activités de loisirs. Des contrôles aléatoires à la frontière franco-espagnole sont mis en place côté français, afin de réduire la mobilité vers les stations de ski espagnoles. Des contrôles sont également effectués en Espagne.

Aucune mise en quarantaine à l'entrée sur le territoire espagnol n'est en vigueur. L'Espagne oblige toutefois les voyageurs provenant de 65 "pays à risque", dont la France, à présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures à leur arrivée sur le territoire espagnol. Cette mesure s'applique "dans les points d'entrée" dans le pays, c'est-à-dire les aéroports et les ports, les frontières terrestres n'étant actuellement pas soumises à des contrôles comme lors de la première vague de la pandémie. Les enfants âgés de moins de six ans et les voyageurs en transit ne sont pas concernés par cette mesure.

  • . À Madrid, tout est ouvert : les bars, les restaurants, les lieux culturels et les musées. Toutefois, tout ferme à 21h le soir et un couvre-feu est décrété à 22h.
  • Le port du masque est obligatoire pour toute personne de plus de 6 ans, dans les transports publics, dans les espaces publics ou dans les lieux recevant du public, y compris les hôtels et les commerces, lorsqu'une distance d'un mètre cinquante ne peut être respectée entre deux personnes.
  •  Tout passager souhaitant se rendre en Espagne par avion devra compléter un formulaire personnel et non transférable : une fois ce formulaire complété et signé, le voyageur recevra un QR code associé à son voyage qu'il devra conserver sur son téléphone portable ou imprimer afin de pouvoir passer le contrôle sanitaire aéroportuaire.

En Italie, réouverture des restaurants mais maintien du couvre-feu

Le gouvernement a assoupli les mesures de restrictions anti-Covid en permettant la réouverture des bars et restaurants en journée et les musées en semaine. En revanche, le couvre-feu reste en vigueur sur tout le territoire national de 22 heures à 5 heures du matin. Plus aucune région italienne n'est classée " rouge ", le niveau de risque le plus élevé. La grande majorité des régions italiennes sont désormais classées au niveau " jaune ", c'est-à-dire à risque modéré, à l'exception du Haut-Adige (nord), de l'Ombrie (centre), des Pouilles, de la Sardaigne et de la Sicile (sud), classées en " orange " (risque moyen).

Les bars et restaurants, qui ne pouvaient jusqu'ici faire que de la vente à emporter, pourront accueillir des clients à leurs tables jusqu'à 18 heures, mais en nombre limité et en respectant les règles de distanciation. Les musées peuvent aussi rouvrir, mais seulement en semaine, pas le week-end, pour éviter les concentrations de personnes. Le Colisée ou encore les Musées du Vatican ont ainsi rouvert leurs portes au public.

Confinement prolongé et fermeture des frontières en Allemagne

L'Allemagne a fermé dimanche ses frontières avec la République tchèque et le Tyrol autrichien pour tenter de contenir la diffusion des très contagieux variants du coronavirus. Des "points de contrôle fixes" aux frontières concernées sont ainsi mis en place, à l'instar de celui installé à Kiefersfelden (Bavière), à la frontière avec l'Autriche. Un important dispositif d'un millier de policiers est mobilisé pour assurer ces contrôles. La compagnie ferroviaire Deutsche Bahn a suspendu ses liaisons avec ces zones. Le gouvernement allemand envisage de renforcer ce lundi ses mises en garde liées au Covid concernant le département frontalier de la La Moselle, l'un des plus touchés actuellement par la pandémie en France.

L'Allemagne, au prix de restrictions drastiques depuis de nombreuses semaines, est parvenue à faire baisser le taux d'incidence dans tout le pays et à limiter la hausse des contaminations. La population doit désormais porter des masques médicaux dans les magasins et les transports en commun, et une interdiction de se déplacer à plus de 15 km de chez soi est imposée dans les villes dépassant le taux d'incidence de 200 nouveaux cas pour 100 000 habitants en une semaine.

Un confinement et de nouvelles mesures en Belgique

La Belgique a durci le ton face à la recrudescence de la pandémie. Depuis le mercredi 27 janvier et jusqu'au 1er avril 2021, le pays interdit à sa population les voyages non essentiels à l'étranger -y compris au sein de l'Union européenne. Des contrôles avec des amendes seront mis en place aux frontières. Les travailleurs frontaliers ne sont pas concernés par l'interdiction.

Les passagers arrivants dans les aéroports belges depuis la France sont soumis à une quarantaine de sept jours, avec tests obligatoires de dépistage de la Covid-19 le premier et le septième jour. Des exceptions sont prévues pour les travailleurs essentiels, les étudiants devant passer des examens ainsi que pour les résidants partis à l'étranger pour des raisons professionnelles. Tous les voyageurs se rendant en Belgique, quel que soit le moyen de transport utilisé, doivent remplir le Formulaire de Localisation du Passager.

Reconfinement total et renforcement des contrôles aux frontières au Royaume-Uni

Déplorant près de 113 000 morts, le pire bilan d'Europe, le Royaume-Uni a annoncé un nouveau tour de vis à ses frontières, assorti de lourdes sanctions pour les contrevenants. Dès le 15 février, tous les voyageurs arrivant en Angleterre devront se soumettre à deux tests PCR, aux deuxième et huitième jours d'une quarantaine obligatoire de dix jours, a annoncé au Parlement le ministre de la Santé Matt Hancock. Tout test positif sera soumis à une analyse de génome pour identifier un éventuel variant, et remettra à zéro le compteur de la quarantaine, a-t-il ajouté. Cette mesure s'ajoute à l'obligation, pour tous les voyageurs, de présenter un test négatif réalisé dans les 72 heures avant leur départ. Les contrevenants encourent de lourdes sanctions, allant de 1000 livres d'amende pour un test négatif manquant à l'arrivée jusqu'à 10 000 livres pour ceux qui tentent d'échapper à la quarantaine à l'hôtel.

Le Royaume-Uni est entré dans la phase 3 du confinement avec un durcissement des restrictions pour faire face à la diffusion rapide d'une nouvelle souche du coronavirus, baptisée B117, l'obligeant à fermer les bars et restaurants, les commerces non-essentiels et les écoles. Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé le reconfinement total de l'Angleterre jusqu'à la mi-février. 

Les Pays-Bas mettent en place un couvre-feu

Les Pays-Bas ont entamé leur premier couvre-feu. Depuis 21 heures, il est interdit de sortir de chez soi, et ce jusqu'à 4h30, le couvre-feu devant être renouvelé tous les soirs au moins jusqu'au 9 février. Cette mesure, justifiée par le gouvernement par la crainte du variant britannique, doit éviter un confinement obligatoire de jour.

Les passagers se rendant aux Pays-Bas par voie aérienne doivent remplir un formulaire de déclaration de santé avant l'embarquement. Dans le cas où un voyageur présente l'un des symptômes énumérés dans le formulaire de déclaration de santé, il ne sera pas accepté sur le vol. Ceci est également applicable pour les passagers en transit.

Un reconfinement généralisé au Portugal

Le Portugal est soumis à un deuxième confinement " généralisé " pour freiner l'épidémie de Covid-19, qui a atteint de nouveaux records dans le pays, a annoncé mercredi le Premier ministre Antonio Costa. Les nouvelles restrictions sanitaires, qui resteront en vigueur pendant au moins un mois, correspondent à celles qui avaient été décidées en mars et avril. Cette fois, les écoles restent toutefois ouvertes, au même titre que les tribunaux et les églises.

  • Dans les aéroports, la prise de température des passagers à leur arrivée est obligatoire.
  • Une règle de distanciation sociale de 2 mètres est à respecter dans l'espace public.
  • Le port du masque est obligatoire dans les transports, les services publics, les commerces et supermarchés, les espaces fermés et les lieux touristiques ou accueillant du public.
  • Un label "Clean & Safe" a été créé par l'organisme chargé du tourisme, Turismo de Portugal. L'obtention de ce label par un établissement hôtelier ou un site touristique doit garantir que les gérants respectent toutes les mesures de sécurité.
  • Les restaurants sont ouverts, avec une capacité d'accueil limitée à 50% et une fermeture au plus tard à 23h.
  • Pour les plages, une signalétique sur l'occupation des plages a été mise en place (vert : occupation faible, jaune : occupation élevée, rouge : occupation saturée). Vous pouvez trouver toutes les informations sur l'application Info Praia ou sur le site Apambiente.

Quelles conditions à respecter en Grèce ?

Un confinement plus strict sera imposé en Grèce et surtout en Attique, la région d'Athènes, à partir de jeudi et jusqu'au 28 février, entraînant la fermeture des écoles et des magasins à l'exception des commerces nécessaires, a annoncé mardi soir le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis.

Tous les voyageurs, quelle que soit leur nationalité et provenance, doivent remplir un formulaire en ligne au moins 48h avant le voyage. Surtout, la Grèce exige qu'ils présentent à l'embarquement les résultats rédigés en anglais d'un test négatif au coronavirus (RT-PCR) de moins de 72h pour toutes les arrivées. Le test PCR Covid-19 n'est pas exigé pour les enfants nés en 2011 et après. Un dépistage aléatoire au virus peut être demandé à l'arrivée des voyageurs qui, s'il est positif, entraîne une quarantaine de 14 jours (au moins 7 jours pour les cas contacts) dans une structure désignée par les autorités sanitaires.