Michèle Alliot-Marie : Juppé, Sarkozy... "Les Français en ont ras-le-bol" des ambitions présidentielles

Michèle Alliot-Marie : Juppé, Sarkozy... "Les Français en ont ras-le-bol" des ambitions présidentielles Michèle Alliot-Marie était l'invitée de #DirectPolitique ce mardi. UMP, Hollande, Ukraine, Daech, téléréalité... L'ancien ministre s'est longuement confié.

Sur le plateau de #DirectPolitique, l'émission politique de Linternaute.com, Ouest-France et 20 Minutes, Michèle Alliot-Marie a tapé du poing sur la table pour rappeler à sa famille politique que les Français n'ont pas l'esprit à l'élection présidentielle de 2017. "Tous ceux qui se déclarent candidats aujourd'hui se tirent une balle dans le pied. Avant de se prononcer candidat, il faut d'abord savoir ce qu'on propose aux Français" a-t-elle estimé sur notre plateau. Un tacle pour Nicolas Sarkozy, François Fillon et Alain Juppé qui affichent ouvertement leurs ambitions. Et l'ancien ministre d'asséner : "Les Français en ont ras-le-bol de voir des hommes et des femmes politiques qui ne pensent qu'à leur carrière personnelle ! C'est valable pour tous ceux qui se déclarent aujourd'hui candidat à la présidentielle !"


 Voir aussi :
"Il faut recourir plus régulièrement au référendum"
"On a réussi à diminuer de 150 000 le nombre de fonctionnaires"
Pourquoi pas "un contrat de 5 ans pour les fonctionnaires" ?
L'UMP et l'Europe

La gauche "veut chercher à tout prix à garder le pouvoir"

L'ancien ministre d'Etat a développé dans #DirectPolitique ses analyses sur les "tentations totalitaires de la gauche" : "Des gens qui veulent modifier les valeurs sur lesquelles repose la démocratie française" a-t-elle prévenu. "Dans tous les remous au PS, vous avez des gens qui font partie de cette gauche qui se veut réformatrice et vous avez des gens qui ont une vision plus marxiste" a-t-elle jugé, en donnant quelques exemples, notamment au sujet du remplacement des préfets par François Hollande.


 Voir aussi :
"Le problème n'est pas l'excès de rigueur"

"L'EI a aujourd'hui une stratégie mondiale"

L'ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères connaît bien les dossiers irakien et syrien. Sur notre plateau, elle a constaté l'urgence de la situation : "C'est certainement l'un des points les plus dangereux, y compris pour nous, et on ne s'en rend pas forcément compte" ajoutant : "Nous devons donc tous nous sentir concernés tout en évitant une chose, c'est d'aller dans le sens des intégristes en créant les conditions d'une guerre entre le monde occidental et le monde islamique". Quant aux relations que la France pourrait renouer avec Bassar el-Assad, elle s'est montrée nuancée et lucide : "Bachar el-Assad a ses intérêts. Avoir quelqu'un qui lutte contre Daesh n'est pas avoir quelqu'un dont on approuve les méthodes"

 

L'Ukraine "n'a aucune chance d'être dans l'UE en 2020"

"Après la chute du Mur de Berlin on a tendu la main à un certain nombre de pays pour des raisons politique et économiques" analyse l'ancienne ministre des Affaires étrangères, qui se félicite de la victoire des pro-occidentaux en Ukraine. Pour autant, elle assure que le pays a de longues années devant lui pour songer à intégrer l'Union Européenne : "Pour 2020 il n'y a aucune chance, quand on voit les délais nécessaires"


 Voir aussi sur les questions internationales :
Palestine : "J'ai déjà dit depuis longtemps qu'il fallait deux Etats"
"Les Tunisiens ont commencé à ouvrir les yeux"

Jérôme Lavrilleux est "présumé innocent jusqu'à ce qu'il y ait une condamnation"

L'eurodéputé PPE Jérôme Lavrilleux doit-il démissionner de son siège de parlementaire à Strasbourg ? "Il faudrait que tous ceux qui sont mis en examen, voir condamnés, soient mis à l'écart de l'UMP" a insisté MAM, prenant le soin de préciser : "On est présumé innocent jusqu'à ce qu'il y ait une condamnation"


"Je suis contre la téléréalité pour les politiques"

Michèle Alliot-Marie a réagi à la une du Parisien qui en fait l'une des participantes à une émission de téléréalité de D8 en préparation. Celle-ci mettrait en scène des politiques grimés "dans la vraie vie". "Je suis contre la téléréalité pour les politiques, a affirmé l'ancienne ministre sur le plateau de #DirectPolitique estimant que "quand on vit une fonction, on respecte cette fonction". L'actuelle députée européenne confie avoir participé à des tests de la chaîne dans lesquels elle a été déguisée. "On m'a montré comment on pouvait changer le profil ou le visage", reconnait-elle. Son rôle prévu dans cette émission ? Celui d'une "journaliste" indique encore "MAM", alors que le Parisien écrit qu'elle "pourrait se glisser dans la peau d'un gardien de la paix". 

Mais Michèle Alliot-Marie coupe court aux spéculations affirmant que le concept qui lui avait été proposé n'avait rien à voir avec la téléréalité et était resté sans suite. "Il n'y a pas eu de suite à cela [...] En aucun cas je n'aurais participé à quelque chose qui relève de la téléréalité", indique l'intéressée. "Il n'y a jamais eu de tournage." 

L'intégralité de l'émission

Michèle Alliot-Marie invitée de #DirectPolitique

L'UMP semble sortir doucement de sa longue période de convalescence, après les déchirements provoqués par la confrontation des clans Fillon et Copé. Nouveau calendrier, nouvelles échéances : le calme est revenu au sein de la principale formation politique d'opposition, qui met tout en oeuvre pour préparer l'alternance en 2017. Mais ce regain de crédit auprès des Français et de visibilité demeure précaire, l'épée de Damoclès de l'affaire Bygmalion menaçant de trancher des têtes et des ambitions dans la course à l'Elysée.

Pour gagner en épaisseur, l'UMP a besoin de voix fortes et de choisir rapidement autour de quelles personnalités elle fondera son projet pour les départementales 2015 et pour 2017. D'autant que, pour le parti, la politique de François Hollande conduit le pays à l'échec. Michèle Alliot-Marie, comme de nombreux cadres de l'UMP, a des mots très durs à l'endroit du gouvernement, mais aussi à l'égard de sa propre formation : "Le moment est venu de faire éclater la vérité et l'immense manipulation dont la France et les Français sont victimes. J'ai décidé qu'il était temps de tirer une sonnette d'alarme, parce que j'ai trop le sentiment que les politiques de mon propre camp ont le nez dans le guidon, et l'œil fixé sur les prochaines échéances", écrit-elle dans son ouvrage, "La tentation totalitaire de la gauche", paru il y a quelques semaines.

Invitée de #DirectPolitique, Michèle Alliot-Marie a eu l'occasion de développer son analyse de la politique gouvernementale, mais aussi de commenter l'actualité, notamment internationale. L'ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères, membre de la commission Affaires étrangères du Parlement européen, et présidente de la DARP, est notamment très impliquée dans les dossiers européens, sur l'Irak et la Syrie. Elle a répondu aux questions des rédactions de Linternaute.com, 20 Minutes et Ouest-France, mais aussi à celles des internautes.

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d'actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 Abonnez-vous à nos alertes #DirectPolitique

Annonces Google