Les sondages de novembre 2014

 30 novembre 2014 : Juppé mieux placé que Sarkozy pour gagner (Ifop)

Les sondages se suivent et se ressemblent. Alain Juppé devance Nicolas Sarkozy dans les chances estimées de victoires lors de la présidentielle. Ils sont 40 % dans un sondage Ifop pour le JDD à estimer que le maire de Bordeaux a plus de chances de l'emporter que l'ancien chef de l'Etat. Comme lors des précédentes enquêtes, le constat s'inverse chez les sympathisants UMP, toujours attachés à Nicolas Sarkozy (43 % pensent qu'il a plus de chances que Juppé de gagner). Lire sur le site de l'Ifop

 28 novembre 2014 : Le Maire devant Sarkozy chez les sympathisants (BVA)

Avant même l'élection à l'UMP du 29 novembre, Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP, dépasse son rival Nicolas Sarkozy. Selon BVA pour Orange, la "cote d'influence" du premier chez les sympathisants UMP (67 %) dépasse celle du second (65 %). On ne parle donc pas ici d'opinions favorables ni même de cote de confiance, mais la progression du député de l'Eure est significative. Chez les Français, Bruno le maire arrive second du classement BVA avec 40 % de cote d'influence. Alain Juppé reste premier et de loin avec 57 %. Nicolas Sarkozy n'est que 18e avec 23 %. Lire sur le site de BVA

 28 novembre 2014 : L'UMP peut-il imploser avant la présidentielle ? (Odoxa)

Le constat est pessimiste à quelques jours du scrutin qui déterminera le nom du futur président de l'UMP. Plus de la moitié (56 %) des Français estiment que Sarkozy et Juppé ne pourront pas travailler ensemble à l'avenir après les huées de l'ancien premier ministre à un meeting du candidat à la présidence du parti, selon un sondage Odoxa. L'avis est certes moins partagé par les sympathisants de l'UMP (30 %), mais la guerre des chefs à droite est bien anticipée par la majorité des sondés. Guerre qui préfigurerait une implosion de l'UMP déjà appelée à changer de nom et de fonctionnement si Nicolas Sarkozy est élu. Lire sur le site d'Odoxa

 27 novembre 2017 : un rapprochement UMP-FN souhaité par les militants des deux camps (Harris)

Des alliances entre UMP et FN ne sont plus à exclure si l'on en croit un sondage Harris Interactive pour Marianne, réalisé auprès des militants des deux camps. 64 % des sympathisants du FN se disent favorables à cette éventualité et 55 % des sympathisants de l'UMP pensent la même chose. Certes le sondage porte sur une alliance locale, lors des régionales, pour "battre une personnalité socialiste". Mais l'enquête tend à démontrer que des digues cèdent entre la droite et l'extrême droite et que des électeurs UMP pourraient voter directement pour Marine Le Pen aux régionales dans le Nord-Pas-de-Calais. Lire sur le site de Harris Interactive

 27 novembre 2014 : Jean-Marie Le Pen, le boulet de Marine Le Pen (YouGov)

On sentait poindre les tensions depuis déjà plusieurs mois si ce n'est depuis plusieurs années entre la ligne traditionnelle du FN et la ligne de dédiabolisation du parti en vue d'en faire un parti de gouvernement. Un sondage (YouGov) indique désormais que le président d'honneur du FN, Jean-Marie le Pen, "nuit" à sa fille Marine dans sa marche vers le pouvoir. 58 % des sondés indiquent ainsi que Jean-Marie le Pen, fondateur du FN, est désormais un obstacle. Et ils sont plus nombreux encore chez les sympathisants du FN (71,9 %) qui semblent clairement préférer désormais la fille au père : 91,4 % jugent qu'elle a une image plus sympathique que lui (65,6 % dans l'ensemble des sondés). Lire sur le site de YouGov

 22 novembre 2014 : même la gauche ne veut plus de Hollande

Ils sont 73 % à gauche à rejeter une candidature de François Hollande en 2017. C'est l'enseignement du sondage OpinionWay pour Le Figaro publié ce samedi. Seulement 13 % des personnes interrogées et 27 % des répondants de gauche ont voté pour l'actuel chef de l'Etat dans cette enquête sur les primaires socialistes. Manuel Valls arrive en tête des candidats potentiels du PS que les Français plébiscitent devant Martine Aubry, mais dans le cas d'une primaire opposant François Hollande, Martine Aubry et Arnaud Montebourg (Manuel Valls ayant indiqué qu'il soutenait une candidature de François Hollande), c'est la maire de Lille qui s'imposerait et largement. Lire sur le site d'OpinionWay

 22 novembre 2014 : Jean-Luc Mélenchon trop agressif

Selon un sondage Odoxa, les deux-tiers des Français ont une mauvaise opinion de Jean-Luc Mélenchon. Le leader du Front de gauche garde une bonne image à gauche et particulièrement à l'extrême gauche, mais il reste critiqué par la majorité des sondés pour son mauvais caractère. "Impulsif", "agressif" voire "sectaire" et "populiste" sont les termes adoptés dans l'enquête pour qualifier le leader de la gauche du PS qui reste pourtant loué pour son "courage", et sa "sincérité". Lire sur le site d'Odoxa
 16 novembre 2014 : Alain Juppé candidat favori des Français (Ifop)

Selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest-France, Alain Juppé est le candidat préféré des Français qui aimeraient à 36 % qu'il soit le candidat de l'UMP devant Nicolas Sarkozy à 21 %. Le maire de Bordeaux gagne 7 points par rapport à la précédente étude quand l'ancien chef de l'Etat perd un point. Effet de la position tranchée de Juppé sur le mariage pour tous quand Sarkozy semble naviguer à vue ? Les deux concurrents sont désormais séparés de 15 points. Un écart conséquent à plus d'un an de la primaire pour désigner le candidat de la droite. Lire sur le site de l'Ifop

 15 novembre 2014 : Fillon très mal parti pour 2017 (Odoxa)

Selon un double sondage Odoxa pour iTélé et le Parisien/Aujourd'hui en France, François Fillon semble mal parti pour la présidentielle. L'ancien Premier ministre cumule 58 % de mauvaises opinions dans le dernier baromètre de l'institut et ils ne sont que 8 % à souhaiter qu'il soit le candidat de l'UMP en 2017. Pire, son bilan à Matignon est mitigé selon les personnes interrogées qui sont 48 % à le juger positivement contre 51 % négativement. Beaucoup de sondés déclarent par ailleurs que l'affaire Jouyet a changé leur opinion sur lui. Lire sur le site d'Odoxa

 15 novembre 2014 : les Français ne savent pas ce qu'ils veulent pour 2017 (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa, 79 % des Français s'intéresseraient à la présidentielle, mais ils sont aussi 53 % à estimer qu'on en parle trop dans les médias. Un jugement un brin contradictoire a première vue mais que l'on peur nuancer. On peut en effet s'intéresser à une élection et estimer que la campagne (médiatique comprise) commence trop tôt. Ainsi 41 % des sondés disent s'intéresser " beaucoup " à l'élection. Lire sur le site d'Odoxa

 10 novembre 2014 : remontée inespérée pour Hollande (Ifop)

Dans le "tableau de bord politique" de l'Ifop pour Paris Match, François Hollande gagne trois points et remonte à 29% de popularité. Un score quasi-inespéré après son interview télévisée de mi-mandat jugée peu convaincante par les éditorialistes. Manuel Valls est également en progression avec 61 % d'opinions favorables, soit 6 points supplémentaires par rapport au précédent baromètre. Sur 50 personnalités politiques jugées, François Hollande se classe 42e et Manuel Valls est 4e. Lire sur le site de l'Ifop

 8 novembre 2014 : Valls, Juppé et Sarkozy meilleurs que Hollande (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour iTélé, trois prétendants à l'Elysée feraient mieux que François Hollande : Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Manuel Valls seraient ainsi de meilleurs présidents de la république que l'actuel locataire du palais selon les sondés. 49 % d'entre eux pensent qu'Alain Juppé "ferait plutôt mieux". Ils sont 38 % pour Nicolas Sarkozy et 31 % pour l'actuel Premier ministre Manuel Valls. Marine Le Pen, en revanche, ne ferait pas mieux que François Hollande selon 45 % des sondés. Lire sur le site d'Odoxa

 7 novembre 2014 : mauvaise prestation de François Hollande à la télévision (Odoxa)

Malgré le succès d'audience (8 millions de téléspectateurs), l'interview télévisée de François Hollande jeudi 6 novembre est un échec d'estime selon un sondage Odoxa. 78 % des Français interrogés et qui ont vu l'émission ne seraient pas convaincus par le président de la République. La conférence de presse de septembre avait un peu plus convaincu. Ils étaient 74 % à se déclarer sceptiques. Chez les sympathisants de droite, le jugement est évidemment le plus sévère avec 95 % de non convaincus. Chez les socialistes 56 % des sondés ont tout de même été convaincus par la prestation du chef de l'Etat. Lire sur le site d'Odoxa

 6 novembre 2014 : François Hollande baisse encore : 12 % (YouGov)

Un nouveau sondage vient accabler François Hollande alors que le chef de l'Etat va prendre la parole sur TF1 ce soir. Selon cette enquête menée par l'institut YouGov France pour le Huffington Post et i-Télé, le président de la république n'est plus qu'à 12 % d'opinions favorables. Autre camouflet pour l'exécutif : Manuel Valls, qui semblait jusqu'à présent épargné par l'impopularité de masse, est descendu à 22 % de bonnes opinions. Pour les deux personnalités à la tête de l'Etat, c'est une perte de soutien dans leur propre camp, à gauche et chez les sympathisants écologistes, qui est constatée. YouGov a interrogé les sondés sur les motifs de leur rejet : la lutte contre le chômage est citée en premier, suivie de la réforme des rythmes scolaires et de l'intervention française au Mali. Un point notable quand on sait que le chef de l'Etat était jusqu'à présent épargné sur sa politique internationale. Lire sur YouGov

 5 novembre 2014 : François Hollande a fait 83 % de déçus (BVA)

Le nombre de déçus de la politique de François Hollande aurait explosé ces dernières semaines selon un sondage BVA pour l'Obs. 81 % des sondés se disent ainsi déçus du "hollandisme" contre 68 % en mars dernier. Plus généralement, le sondage donne 13 % d'opinions favorables pour le chef de l'Etat (Français jugeant positif son bilan à mi-mandat). A la même période rappelle l'Obs, ils étaient 38 % à juger positif le bilan de Nicolas Sarkozy. 78 % des personnes interrogées jugent que François Hollande n'est "pas compétent", 83 % ne le pensent pas "capable de prendre les décisions qui s'imposent". Pire : il ne semble plus y avoir d'espoir, 81 % des sondés estimant qu'il ne sera pas capable de redresser le pays avant 2017. Lire sur BVA

 4 novembre 2014 : Hollande éjecté du 1er tour, Marine Le Pen gagnante à tous les coups (Ifop)

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour i>TELE et Sud Radio, la gauche en général et François Hollande en particulier ont de fortes chances de ne pas figurer au second tour de l'élection présidentielle de 2017. Si le premier tour de l'élection avait lieu ce dimanche, Hollande n'obtiendrait jamais plus de 15 % selon les adversaires qui lui seraient opposés. Mais ses rivaux, Valls et Aubry par exemple, ne feraient pas mieux selon le sondage. La présidente du FN Marine Le Pen serait en revanche en tête dans la majorité des scénarios proposés par l'Ifop à son échantillon. Juppé est préféré à Sarkozy pour l'UMP, François Bayrou n'arriverait que 4e dans la majorité des cas. Mélenchon resterait toujours sous les 10 % et Cécile Duflot ne dépasserait jamais les 4 %. Lire sur le site de l'Ifop

 4 novembre 2014 : 9 Français sur 10 insatisfaits de la politique de François Hollande (Harris)

Selon un sondage Harris Interactive pour LCP-Assemblée nationale, 92 % des Français jugeraient le bilan de François Hollande insatisfaisant à mi-mandat. 96 % estiment que le président de la République n'a pas tenu ses promesses de campagne. 17 % jugent qu'il les réalisera avant la fin de son mandat contre 79 % qui n'y croient plus. Ils sont environ 70 % à juger que la situation de la France s'est dégradée depuis le début de mandat du socialiste. Lire sur le site Harris Interactive

 3 novembre 2014 : Manuel Valls meilleur que François Hollande (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa publié le lundi 3 novembre, Manuel Valls serait plebiscité pour être le candidat de la gauche à la présidentielle 2017. L'étude, qui porte plus largement sur le bilan de François Hollande à mi-mandat, indique ainsi que 71 % des sondés font plus confiance à l'actuel Premier ministre qu'au chef de l'Etat "pour décider des grandes orientations économiques et sociales". Si François Hollande gagne toujours la préférence des sympathisants de gauche, c'est à droite que Valls est le plus apprécié, puisqu'il recueille 87% des voix des sondés contre 6 % à François Hollande. Autre conclusion de ce sondage : le bilan de mi-mandat de François Hollande est un "échec total, tant sur le chômage que sur la fiscalité ou la politique familiale". Sur l'emploi, le constat d'échec est quasi-unanime puisqu'il regroupe 97 % des sondés. Lire sur le site d'Odoxa

 2 novembre 2014 : Marine Le Pen, opposante la plus efficace à François Hollande (Ifop)

Dans un sondage exclusif pour le JDD, Marine Le Pen est désignée comme la candidate la plus efficace à droite. 60 % des sondés considèrent que la présidente du Front national incarne le mieux l'opposition contre 21 % seulement à Nicolas Sarkozy, second. Alain Juppé, présenté depuis des mois comme le grand favori de la droite pour l'élection présidentielle de 2017, n'est que troisième avec 8 %, suivi par François Bayrou et François Fillon. A gauche, c'est Jean-Luc Mélenchon qui arrive en tête de la liste des opposants cités par les sondés avec 41 % des vote. Suivent Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Cécile Duflot et Benoît Hamon, à des taux cependant relativement faibles, malgré les récentes frondes contre le gouvernement. Lire sur le site du JDD

 25 octobre 2014 : 84 % des Français ne veulent pas de Hollande candidat (Odoxa)

Selon un sondage Odoxa pour I>Télé, Le Parisien et Aujourd'hui en France, les Français seraient plus de 8 sur 10 à ne pas souhaiter que François Hollande soit candidat à la présidentielle 2017. Parmi eux, près de deux tiers des sympathisants socialistes seraient contre cette candidature. (71 % des sympathisants de gauche dans son ensemble et 65 % des sympathisants du PS). Manuel Valls est le premier du classement publié par l'institut, Martine Aubry occupe la seconde place. Le premier séduit 47 % des sondés contre 28 % pour la seconde. Arnaud Montebourg obtient 17 % des préférences. François Hollande n'est crédité que de 4 % dans ce sondage (et de 8 % par les sympathisants socialistes). Lire sur le site d'Odoxa

Suggestions de contenus