Partager cet article

RSS
L'Internaute > Science  > Technologie > Chats > Hervé Arribart
CHAT
 
Octobre 2006

Bionique : copier pour mieux inventer !

Quel est le point commun entre le velcro, la tour Eiffel, la tôle ondulée et le sous-marin ? La bionique ou l'art de copier les êtres vivants. Hervé Arribart, directeur scientifique de Saint-Gobain vient nous parler de cette discipline qui relie nature et progrès.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

Nous n'avons (presque) rien inventé ! Eh oui, savez vous que le système velcro n'est qu'une imitation de ce que font les plantes dans la nature ? Que la structure des ponts recopie fidèlement l'ossature des oiseaux ? Que la forme de certains robots s'inspire de celle des insectes ?

Cet art, qui consiste à copier la nature et à reproduire artificiellement des propriétés d'un ou plusieurs systèmes biologiques, se nomme biomimétique. Et plus particulièrement bionique (contraction de biologie et de technique) quand il s'agit d'exploiter les mécanismes présents au naturel en vue d'applications directes dans différents domaines technologiques.

Chassez le naturel, il revient au galop

"Complémentaire de la technologie, la bionique est une source inépuisable de progrès et d'innovations"

La bionique est donc la science qui étudie la vie avec un objectif simple : comprendre les mécanismes de fonctionnement des organismes vivants et évolutifs afin de pouvoir les appliquer aux créations humaines. Complémentaire de la technologie, qui consiste à maîtriser la nature et non la comprendre, elle est une source inépuisable de progrès et d'innovations.

Hervé Arribart est physicien et directeur scientifique de Saint Gobain, spécialiste des nanomatérieux et en science des surfaces : l'adhésion, les surfaces fonctionnelles et la fracture des matériaux fragiles sont ses sujets de prédilection. Justement, la bionique est devenue une discipline incontournable pour l'innovation dans le domaine du revêtement : que ce soient les verres autonettoyants inspirés des études sur les feuilles de nénuphar, ou bien les surfaces aéro (ou hydro) dynamiques, créées à partir de l'observation de la peau des requins.

Pour créer du bionique, c'est en théorie simple : il suffit d'observer la nature, d'y repérer une caractéristique intéressante, de la comprendre et enfin de la reproduire. Et en pratique ? Comment passe-t-on de l'aile de papillon à un matériau chatoyant ? De la coquille d'un mollusque à un matériau résistant ?

Ces questions ne restent pas sans réponse puisqu'Hervé Arribart est venu en chat expliquer comment se déroule la démarche biomimétique, ses résultats et surtout, ses promesses. Aéronautique, robotique, intelligence artificielle, construction, nanotechnologies… nous avons encore beaucoup à attendre de la nature, et Hervé Arribart nous a expliqué pourquoi.

Magazine Science Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité