Tom Simpson, mort sur le Ventoux

La tragédie du Tour de France s'est également écrite sur les pentes du Mont Ventoux, le 13 juillet 1967.  Ce jour-là, Tom Simpson, éreinté par la chaleur, la déshydratation, la fatigue mais aussi (on l'apprendra peu après) par la prise d'amphétamines, titube dans la montée du "mot Chauve" et finit par s'évanouir sur le bas-côté. Le bouche-à-bouche d'une infirmière n'y fera rien : le coureur anglais décède quelques minutes plus tard dans l'hélicoptère le transportant vers l'hôpital d'Avignon.
©  ARCHIVES AFP

Suggestions de contenus