DIRECT. Coronavirus en France : le seuil des 100 000 morts atteint, tous les indicateurs à la hausse

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : le seuil des 100 000 morts atteint, tous les indicateurs à la hausse"

DIRECT. Coronavirus en France : le seuil des 100 000 morts atteint, tous les indicateurs à la hausse CORONAVIRUS. La barre des 100 000 morts est franchie et les indicateurs sanitaires ne montrent aucune amélioration avec plus 38 000 nouvelles contaminations et 5900 patients en réanimation. Le gouvernement compte sur la vaccination pour inverser la courbe épidémique et venir à bout du virus.

Les infos du vendredi 16 avril

  • "Cette troisième vague est loin d'être terminée", a déclaré Jean Castex, ce vendredi 16 avril, lors d'un déplacement dans le Calvados. Malgré "un certain nombre d’évolutions favorables", "nous devons tenir", a indiqué le Premier ministre. 
  • Le cap symbolique des 100 000 morts liés à l'épidémie de coronavirus en France a officiellement été dépassé hier selon le bilan quotidien de Santé publique France. Le centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès de l’Inserm (CépiDc), qui dispose de données plus complètes, soutenait depuis plusieurs semaines que cette étape avait déjà été franchie.
  • Emmanuel Macron a réagi dans la foulée de l'annonce du nouveau bilan : "Depuis le début de la pandémie, 100 000 Françaises et Français ont succombé au virus. Nous avons tous une pensée pour leurs familles, leurs proches, pour les enfants qui ont perdu un parent ou un grand-parent, les fratries endeuillées, les amitiés fauchées." Et le président d'insister : "Nous n’oublierons aucun visage, aucun nom."
  • L'épidémie continue de faire des victimes, avec plus de 38 000 nouvelles contaminations enregistrées en 24 heures. De leur côté, les services de réanimation accueillent plus de 5900 patients.
  • Le gouvernement maintient l'objectif de rouvrir les lieux de culture, les restaurants et les commerces à la mi-mai. Emmanuel Macron a présidé deux réunions jeudi 15 avril, une avec plusieurs maires de France pour prendre la température et une seconde en présence des ministres pour définir le déroulé du déconfinement. Gabriel Attal a confirmé dans un entretien accordé aux Echos, publié hier soir, que certains lieux rouvriraient dès mi-mai. Le maire de Charleville-Mézières précise que la réouverture s'organisera en quatre phases progressives, la première permettra dès mi-mai les réouvertures des musées, et des terrasses. Le président de la République devrait s'exprimer publiquement à la fin du mois pour rendre compte des dates, des étapes et des protocoles sanitaires déployés pour la réouverture des lieux fermés depuis le 30 octobre. 
  • Dès ce week-end des créneaux de vaccination vont être mis en place pour les professionnels de l'éducation et de l'enfance, âgés de plus de 55 ans, ainsi que pour les policiers, gendarmes et surveillants pénitentiaires, comme indiqué hier par Jean Castex, en déplacement à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines).

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de Covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Voir

14:47 - Peu de médicaments efficaces contre le Covid-19

D'après un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe peu de nouveaux médicaments efficaces dans les projets des laboratoires pharmaceutiques. Dans ce rapport, dont se fait l'écho Le Parisien ce jeudi, l'OMS estime que les progrès réalisés dans la recherche contre le Covid-19 doivent permettre de lutter contre un fléau : la résistance aux antibiotiques. Si les recherches ne sont pas encore probantes pour un traitement contre le virus, cette mobilisation mondiale a tout de même permis de réaliser des progrès rapides, notamment dans la production des vaccins.

14:28 - Qui sont les victimes du Covid-19 ?

La France a désormais dépassé le cap significatif des 100 000 morts. Mais qui sont ces disparus du Covid-19 ? Selon L'Express, la majorité des décès liés au coronavirus sont survenus à l'hôpital, soit trois Français sur quatre. D'après les statistiques des hôpitaux, les hommes représenteraient une grande moitié des victimes du coronavirus (57%). Au niveau de l'âge, les 80-89 restent surreprésentés parmi les morts du Covid-19. Santé publique France fixe à 85 ans l'âge médian des personnes décédées des suites du virus. Les décès liés au coronavirus surviendraient surtout chez les personnes atteintes de comorbidités, surtout de pathologies cardiaques (35%), contre 22% pour les patients atteints d'hypertension artérielle. À l'échelle de la Métropole, c'est Paris qui dénombre le plus de décès, avec 3 874 morts, suivi par le Nord (3 261) et les Bouches-du-Rhône (3 161).

14:06 - "Un retour à la vie normale possible à l'automne en Europe", estime le PDG de Pfizer

Dans un entretien-fleuve accordé aux Échos et publié ce jeudi 15 avril en soirée, Albert Bourla, le patron du géant pharmaceutique américain Pfizer, s'est montré particulièrement optimiste au sujet de l'épidémie de coronavirus, envisageant sérieusement un retour à la vie normale dès l'automne prochain. "Une fois qu'une proportion significative de la population a été vaccinée, il est possible de revenir à la vie presque comme avant. Tout dépend de la vitesse à laquelle on vaccine", a-t-il estimé. Et l'homme d'affaire de remarquer : "Je pense que cette épidémie va devenir comme la grippe. Nous serons vaccinés et nous aurons une vie normale. Bien sûr, ce n'est que mon estimation. Les choses peuvent évoluer. Mais d'après tout ce que j'ai vu, c'est le scénario le plus probable."

13:41 - La surmortalité est deux fois plus élevée chez les étrangers en France

En 2020, la surmortalité était de 9% par rapport à 2019, à cause de l’épidémie de Covid-19. Pour les personnes nées à l’étranger, les décès ont augmenté de 17%. "En mars et avril 2020, toutes causes confondues, les décès de personnes nées à l’étranger ont augmenté de 49 % par rapport à la même période en 2019, contre + 23 % pour les décès de personnes nées en France", précise l’Insee. Cette surmortalité est plus forte pour les personnes nées en Afrique ou en Asie. 

13:20 - Vaccination : des créneaux pour 25 000 policiers et gendarmes

D’après les informations de Franceinfo, 25 000 policiers et gendarmes vont pouvoir être vaccinés à la suite de l’annonce de Jean Castex de l’ouverture de créneaux dédiés à partir de ce week-end. Il s’agit de 9 800 policiers actifs et de 4 000 réservistes, 5 500 gendarmes actifs et 6 000 réservistes.
 

13:01 - Un nouveau confinement en Martinique

Le préfet a annoncé jeudi 15 avril de nouvelles mesures pour faire face à une nouvelle flambée de l’épidémie en Martinique. Un troisième confinement est instauré à partir du samedi 17 avril au matin. Les déplacements sont autorisés dans un rayon de 10 km sans motif impérieux et un couvre-feu est maintenu de 19h à 5h. 

12:43 - Pour Alain Fischer, il est "plausible" que le coronavirus fasse partie de notre quotidien

La possibilité que le Covid-19 devienne une maladie endémique est "hautement plausible" pour le président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale Alain Fischer, sur RMC. Le "scénario" pourrait alors être "d’avoir chaque année une vaccination" . "Les autorités de l'État s'y préparent aussi en termes de préachats de vaccins, c'est évident", ajoute le médecin. 

12:22 - Pas de nouveaux contrats avec AstraZeneca et Johnson & Johnson ?

"La décision n'est pas tranchée aujourd'hui, mais je peux vous dire que nous n'avons pas amorcé de discussions avec AstraZeneca et avec Johnson & Johnson pour un nouveau contrat, là où nous avons d'ores et déjà amorcé des discussions pour des contrats avec BioNTech/Pfizer et avec Moderna", a précisé la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, sur BFMTV et RMC, ce vendredi matin. 

12:00 - "Cette troisième vague est loin d’être terminée", selon Jean Castex

Le Premier ministre, en déplacement dans le Calvados ce vendredi matin, a évoqué "un certain nombre d’évolutions favorables" de l’épidémie. Cependant, Jean Castex a déclaré : "Cette troisième vague est loin d’être terminée". "On sait bien qu’il y a toujours un décalage avec la situation hospitalière. Nous devons tenir", a-t-il ajouté. 

11:41 - Jean Castex a rendu visite aux soignants du CHU de Caen

Ce vendredi matin, le Premier ministre s’est rendu au centre hospitalier universitaire de Caen où il a discuté avec les équipes de soignants. Jean Castex a annoncé la création de 140 postes supplémentaires. Le chef du gouvernement a également promis une enveloppe supplémentaire de 50 millions d’euros pour la construction du futur CHU de Caen. 

11:20 - Les Américains pourront aller en Polynésie française dès le mois de mai

La Polynésie française va accueillir les touristes américains dès le 1er mai, mais restera fermée aux visiteurs français. "Nous avons fait le choix de n'ouvrir à ce stade qu'aux voyageurs en provenance des Etats-Unis et y ayant séjourné plus d'un mois, principalement, car la vaccination est désormais ouverte à tous et 3 millions de doses sont administrées chaque jour aux Etats-Unis", a indiqué le haut-commissaire de Polynésie Dominique Sorain jeudi, cité par LCI. 

11:02 - Plus de 2 millions de personnes de plus de 75 ans toujours pas vaccinées

À la mi-avril, il y a toujours plus de 2 millions de Français de plus de 75 ans qui n’ont toujours pas reçu d’injection, selon le directeur général de l’Assurance-maladie, qui s’est exprimé au micro de Franceinfo. "Quand on les appelle, on a une diversité de situations. Des gens qui n'y pensent plus. Des gens qui ne savent plus s'ils ont droit ou pas, qui ont pu essayer d'appeler et essayer d'aller sur les plateformes", précise Thomas Fatome.

10:41 - "Un début de stabilisation" de l’épidémie, selon Gabriel Attal

Le porte-parole du gouvernement voit des signes encourageants dans l’évolution de l’épidémie. "Nous observons un début de stabilisation au niveau national et une légère amélioration dans les 16 premiers départements concernés par les mesures", explique-t-il dans un entretien aux Échos, publié jeudi. "Entre nos efforts et l'accélération de la vaccination, il y a toutes les raisons d'espérer que cette dynamique se confirme et se traduise par une baisse, peut-être dès la semaine prochaine", ajoute Gabriel Attal. 

10:23 - En Pays de la Loire "la vague est devant nous"

"La vague est devant nous. L'incidence continue d'augmenter, le pic n'est pas franchi", a déclaré Pierre Blaise le directeur scientifique de l'ARS Pays de la Loire, hier lors de la conférence de presse hebdomadaire, rapporte France Bleu. Les indicateurs sanitaires augmentent dans la région et oscillent entre 248 en Mayenne, département le moins touché, et jusqu'à 461 dans la Sarthe. La variant britannique continue de proliférer et représente 85,4% des cas, quant aux variants sud-africains et brésiliens ils restent minoritaires avec 4,5%. Le directeur de l'ARS affirme que les jours à venir seront décisifs. "A compter de la semaine prochaine, mardi ou jeudi, nous verrons si les mesures prises au niveau national ont des effets".

09:58 - Où en est l'épidémie en Ile-de-France ?

En Ile-de-France, les taux d'incidence remontent, ceux du Val-d'Oise et du Val-de-Marne dépassent les 700 cas sur la semaine glissante du 5 au 12 avril, celui de la Seine-Saint-Denis plafonne à 802. A l'échelle de la région, les hôpitaux saturent, le dernier bilan de Santé publique France compte 7982 patients dont 502 admis le 15 avril. En réanimation, 1773 lits sont occupés et 134 nouveaux malades ont rejoint les services hier. Les professionnels de santé déplorent 17869 décès liés au coronavirus, c'est 89 de plus en 24 heures, 81676 personnes sont quant à elles sorties des hôpitaux, soit 460 de plus.

09:37 - La quarantaine obligatoire à l'étude pour lutter contre les variants

L'arrivée du variant brésilien en métropole inquiète et a poussé le gouvernement à suspendre les vols directs en provenance du Brésil, où l'épidémie échappe à tout contrôle. La question qui se pose désormais est celle de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs. Pour l'heure l'exécutif demande un auto-isolement avec un engagement sur l'honneur, mais le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a indiqué ce matin sur France Info que de nouvelles mesures étaient à l'étude "pour que le cadre soit encore plus protecteur". Des annonces sur le sujet doivent être faites en début de semaine.

09:16 - 16% de variants sud-africains et/ou brésiliens dans la Creuse

La situation sanitaire a dégénéré en l'espace d'une semaine dans la Creuse. Le département de Nouvelle-Aquitaine jusque là épargné, avec un taux d'incidence de 50 cas et passé à 137 cas pour 100 000 habitants, rapporte la directrice de l'ARS à La Montagne. L'inquiétude de l'autorité sanitaire est due à la présence des variants, qui représentent la quasi-totalité des cas recensés. Le virus britannique est, comme partout en France, largement majoritaire ave 81,5% mais à la différence des autres départements les variants sud-africains et brésiliens sont présents en grand nombre avec 16% des cas, contre 3% en moyenne en région Nouvelle-Aquitaine. L'ARS n'est pas en mesure d'expliquer la prolifération des variants, ni d'établir avec précision la proportion de cas sud-africains et de cas brésiliens. Pour ce faire "il faut demander un séquençage spécifique" explique la directrice, qui indique que ce sera fait "si on détecte une cinétique forte sur un cluster, c’est-à-dire plusieurs personnes concernées au même endroit."

08:58 - La limite à la coopération entre les établissements de santé

La coopération des soignants se poursuit et permet, notamment en Ile-de-France d'assurer les soins des nombreux patients. L'AP-HP a précisé au Monde que depuis le 1er mars, 243 soignants étaient venus en renfort dans ses établissements, dont un tiers d'autres régions. Mais le dispositif revient à déshabiller l'un pour rhabiller l'autre. A l'hôpital marin d'Hendaye une quinzaine de soignants sont partis en renfort à l'automne, une dizaine pour la troisième vague, en contrepartie les capacités de certaines unités de l'hôpital basque ont été revues à la baisse. La crise sanitaire a soulevé un point : le besoin pour les départements d'être auto-suffisants en matière de santé. L'idée est défendue par François-René Pruvot, président de la commission médicale d’établissement du CHU de Lille. Il explique au journal : "A l’intérieur d’un département (...) on doit pouvoir redistribuer du personnel qui n’est pas complètement délocalisé de sa géographie".

08:46 - La probabilité de recevoir une troisième dose de Pfizer

Le PDG du laboratoire Pfizer a indiqué hier, que le vaccin pourrait "probablement" nécessiter une troisième dose entre six mois et un an après la seconde injection, puis une piqûre de rappel tous les ans, "mais tout cela doit être confirmé" a-t-il précisé. Invité de RMC ce matin, Alain Fischer estime que "c'est une scénario possible" et acceptable. Selon "Monsieur Vaccin" il faut se préparer à l'éventualité de devoir organiser une nouvelle campagne de vaccination.

Cas, morts... Dernier bilan du Covid en France

Le dernier bilan de l’épidémie de coronavirus, en date du jeudi 15 avril 2021, fait état de 300 nouveaux décès liés au Covid-19. La France atteint la tant redoutée barre des 100 000 morts. Voici l'ensemble des chiffres :

  • 5 187 879 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 38 045 de plus
  • 100 073 décès au total (Ehpad compris), soit 296 de plus
  • 73 928 décès à l'hôpital, soit 296 de plus
  • 30 668 personnes actuellement hospitalisées, soit 200 de moins
  • 5 924 personnes actuellement en réanimation, soit 22 de plus
  • 2 062 nouveaux admis à l'hôpital (-10) et 501 en réanimation (+60)
  • 317 036 personnes sorties de l'hôpital, soit 1 884 de plus
  • Taux de positivité des tests : 9,6%, soit 0,41 point de plus
  • Taux d'incidence : 407,52 cas/100 000, soit 63,68 point de plus

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Santé publique France a publié dans la soirée du jeudi 1er avril son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus dans le pays pour la semaine 12 (du 22 au 28 mars 2021). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés chaque soir, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, on note une augmentation de la circulation du Covid-19 particulièrement prononcée chez les enfants et les jeunes adultes, au moment où la fermeture des écoles a été décidée. La pression à l'hôpital continue d'augmenter, avec une confirmation du retour à la hausse des nouvelles hospitalisations chez les 75 ans et plus, après plusieurs semaines de baisse. Découvrez ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique :

  • La circulation du Covid-19 continue d'augmenter en semaine 12, en témoigne les indicateurs de suivi. On observe une hausse continue du taux d'incidence national, avec désormais 386 cas de coronavirus pour 100 000 habitants en France (+22% par rapport à S11). A noter que ce taux d'incidence augmente pour toutes les classes d'âges. Le taux de positivité des tests réalisés en semaine 12 est en légère augmentation, passant de 8% en S11 à 8,2% en S12. Un total de 258 830 nouveaux cas confirmés a été rapporté, en augmentation (+22%) par rapport à la semaine 11, ce qui revient à une moyenne de 37 000 nouveaux cas journaliers.
  • L'inquiétude sur la propagation du Covid-19 chez les enfants se confirme. Alors que le gouvernement a décidé de fermer les écoles, les chiffres peuvent tendre vers une compréhension de cette décision. L'augmentation du taux d'incidence est générale, mais particulièrement aiguë chez les 0-14 ans (+31%). Si l'on resserre les classes d'âges, on observe un taux d'incidence très inquiétant chez les 15-17 ans (569/100 000), mais aussi chez les 11-14 ans (487/100 000). Un total de 50 702 nouveaux cas confirmés chez les patients mineurs a été rapporté, en augmentation (+31%) par rapport à la semaine 11. Les moins de 18 ans représentent désormais 20% de l’ensemble des nouveaux cas observés dans la population générale, note Santé publique France.
  • Les variants du Covid-19 poursuivent leur propagation. La souche découverte au Royaume-Uni est largement majoritaire et parmi les tests criblés en semaine 12, près de 80% correspondaient à une suspicion de variant UK (contre 76,3% en S11). Les variants sud-africain et brésilien n'explosent pas et restent à des niveaux de circulation assez bas, avec 4,4% de suspicion parmi les tests criblés.
  • La pression hospitalière continue d'augmenter. L’augmentation des déclarations de nouvelles hospitalisations pour Covid-19 observée depuis la semaine 10 s’est poursuivie en S12 : 12 572 contre 10 881 en S11, soit +16%. Cette augmentation concerne toutes les classes d'âges, mais chez les 75 ans et plus, on avait noté une diminution entre S03 et S10. En S12, les nouvelles hospitalisations chez les 75 ans et plus a de nouveau augmenté, confirmant le retour à la hausse initié en semaine 11. En réanimation, les nouvelles admissions sont aussi en augmentation (+11% en semaine 12, données non consolidées), particulièrement en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France et dans la région PACA.
  • Le nombre de décès liés au Covid-19 est stable. Santé publique France a recensé 1 738 décès en semaine 12 contre 1 789 en semaine, soit une diminution de 3%. Les plus forts taux hebdomadaires de décès en métropole étaient encore rapportés en Hauts-de-France (3,9 pour 100 000 habitants), Grand Est (3,7), Provence-Alpes-Côte d'Azur (3,6) et Ile-de-France (3,5). 

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus