DIRECT. Confinement en France : le reconfinement confirmé, quelles nouveautés ?

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Confinement en France : le reconfinement confirmé, quelles nouveautés ?"

DIRECT. Confinement en France : le reconfinement confirmé, quelles nouveautés ? RECONFINEMENT. Le confinement a donc été annoncé par Emmanuel Macron, mais il comporte quelques différences par rapport à celui du printemps. Le détail des mesures.

L'essentiel
  • Comme prévu, Emmanuel Macron a annoncé le retour du confinement. Le chef de l'Etat a jugé que les mesures déjà en place ne suffisaient plus et qu'il convenait d'imposer un reconfinement.
  • Quand débute le reconfinement ? Alors que des précisions vont être apportées ce jeudi par le Premier ministre Jean Castex, on sait d'ores et déjà que le confinement va débuter dans la nuit de jeudi à vendredi à minuit.
  • Combien de temps va durer le confinement ? Emmanuel Macron a fait savoir que le confinement allait durer un peu plus de quatre semaines, jusqu'au 1er décembre au moins.
  • Les écoles et collèges ouverts  "Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées demeureront bien ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés. Les facultés et établissements d'enseignement supérieur assureront à l'inverse des cours en ligne", a précisé Emmanuel Macron.
  • Le télétravail est-il imposé ? Le télétravail n'a pas été imposé par Emmanuel Macron lors de son annonce du reconfinement. Le chef de l'Etat a malgré tout insisté pour sa "généralisation" partout où cela est possible. Pour le reste, Emmanuel Macron a encouragé la poursuite du travail, autre grande différence avec le confinement du printemps. "Les guichets des services publics resteront ouverts. Les usines, les exploitations agricoles, les bâtiments et travaux publics continueront de fonctionner", a-t-il indiqué. Lisez notre article sur ce qui se profile en matière de télétravail.
  • Les restaurants et commerces tous fermés ? Les restaurants et les bars vont fermer pendant le confinement, a fait savoir Emmanuel Macron. De manière générale, les établissements non-essentiels recevant du public vont fermer leurs portes La liste des commerces considérés comme "non essentiels", établie le 23 mars, fera de nouveau référence, avec quelques aménagements indique Bercy mercredi soir.
  • Les déplacements limités à 1 km. "Vous ne pourrez pas vous déplacer d'une région à l'autre", a indiqué Emmanuel Macron. Les déplacement seront limités à 1km autour de son domicile. Une exception sera faite ce week-end pour les retours de vacances. Les retours de l'étranger seront aussi possibles, avec des tests rapide aux aéroports.
  • Une nouvelle attestation obligatoire Une nouvelle attestation va voir le jour pour les dérogations du confinement. Elle sera obligatoire notamment pour emmener ses enfants à l'école. Les autres exceptions au confinement restent les mêmes qu'au printemps : rendez-vous médical, assistance à un proche dépendant, courses... Il sera aussi possible de "sortir prendre l'air". L'attestation de sortie sera valable dans la limite d'une heure par jour. Lisez notre article sur ce qu'il faut savoir sur l'attestation.
Lire aussi
En direct

28/10/20 - 23:14 - La liste des exceptions / dérogations au confinement

FIN DU DIRECT - Voici la liste des exceptions et dérogations qui pourront permettre aux Français de sortir de chez eux, pendant le deuxième confinement : les courses de "première nécessité", se rendre sur son lieu de travail - le télétravail étant cependant privilégié -, "prendre l'air" près de chez soi, les rendez-vous médicaux ne pouvant être réalisés à domicile, accompagner son enfant à l'école ou à la crèche, porter assistance à une personne vulnérable.

28/10/20 - 23:12 - Les commerces qui pourront rester ouverts

Selon le décret du 23 mars, voici les commerces "essentiels" qui pourront rester ouverts pendant le confinement annoncé par Emmanuel Macron ce mercredi : les supermarchés et commerces d'alimentation, les boulangeries, les blanchisseries et teintureries, les services funéraires, les commerces de bouche, les banques, les magasins favorisant le télétravail tels que les commerces d'équipement informatique, les pompes à essence, les pharmacies, les hôtels, les campings et hébergements similaires, les opticiens, les associations caritatives pour les distributions alimentaires, et les commerces de journaux et tabac.

28/10/20 - 23:08 - La liste des commerces fermés

Lors de son allocution, Emmanuel Macron a précisé que les "commerces qui ont été définis au printemps comme non-essentiels" resteront fermés pendant le confinement. Des arrêtés avaient été publiés, lors du premier confinement, au printemps dernier, pour distinguer les activités "indispensables à la vie de la Nation" des autres. Le décret du 23 mars dernier citait plusieurs commerces devant fermer leurs portes, tels que les débits de boisson, les bars, les centres commerciaux, les magasins de vente. D'autres espaces, comme les bibliothèques, les salles d'exposition, les musées, les chapiteaux, les tentes et structures, les salles de danse, les salles de jeux étaient également mentionnés.

28/10/20 - 22:57 - La fermeture des commerces non-essentiels "constitue une vraie injustice"

Eric Chevée, vice-président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, a réagi à la fermeture des commerces non-essentiels, cité par Le Monde. Pour lui, cela "constitue une vraie injustice". Il a ajouté : "C’est une véritable catastrophe pour les entreprises concernées, d’autant que l’annonce du président de la République intervient à une période de l’année où beaucoup d’entre elles réalisent une part substantielle de leur chiffre d’affaires, à quelques semaines des fêtes de Noël." Et de conclure : "De nombreux dirigeants de sociétés vont mettre un genou à terre. Les aides qui leur sont proposées pour absorber le choc ne sont pas à la hauteur des pertes d’exploitation potentielles."

28/10/20 - 22:46 - Point sur les fermetures et événements interdits

A partir de vendredi, les Français devront respecter un confinement, plus léger qu'au printemps dernier. Voici un récapitulatif des lieux qui devront rester fermés : les universités, les bars, cafés et restaurants, les commerces non-essentiels (la liste reste à définir), les cinémas, théâtres, salles de concerts. Par ailleurs, voici la liste des événements qui seront proscrits : les mariages, les réunions privées, les grands événements publics, les foires, les salons, ainsi que les voyages hors de sa région, a précisé le gouvernement, comme le souligne BFMTV.

28/10/20 - 22:31 -  "C'est une soirée triste pour la France et les Français"

Cité par Le Monde, Hervé Morin a réagi à la mesure de confinement annoncée par Emmanuel Macron. "C'est une soirée triste pour la France et les Français", a-t-il déploré, évoquant "des parcours humains qui se brisent". Le président du conseil régional de Normandie a accusé Olivier Véran de "mensonge" sur le nombre de lits de réanimations supposés être disponibles au moment de la deuxième vague. "L'engagement d'en avoir 12 000 en tout date du printemps alors que là on nous parle de 9000", a-t-il cinglé.

28/10/20 - 22:15 - Le deuxième confinement "est un échec" pour Jean-Luc Mélenchon

Pour Jean-Luc Mélenchon, ce deuxième confinement "est un échec". Sur Twitter, le président de la France Insoumise a fustigé l'exécutif : "L'épidémie est hors de contrôle. Le président aussi. Aucune leçon tirée. Tous les foyers de contamination restent ouverts." Et d'ajouter : "Mais que reste-t-il de nos vies ? Nous respecterons la discipline sanitaire. Mais sans cautionner ce pilotage incohérent."

28/10/20 - 22:00 - Le reconfinement annule-t-il le couvre-feu ?

La réponse est non. D'ici l'entrée en vigueur du confinement, le couvre-feu reste la norme dans les 54 départements où il a été instauré. Cela signifie que pour les habitants de ces départements, il conviendra de regagner son domicile à 21 heures ce jeudi.

28/10/20 - 21:52 - "Un défaut d'anticipation de cette deuxième vague"

Interrogé par Franceinfo, Julien Bayou a critiqué le manque d'anticipation de la deuxième vague de Covid-19 par le gouvernement, ce qui eu pour conséquence le retour du confinement. "On a tout fait reposer finalement sur l'individu en disant, c'est les fêtes, c'est le soir, c'est le couvre-feu, comme s'il n'y avait pas de contamination dans le travail, dans les transports, dans les écoles, dans les collèges, dans les lycées, les facultés. Le gouvernement a tardé à prendre des mesures qui, si elles avaient été prises plus tôt, auraient permis peut-être ce freinage et éviter ce mur du confinement", a estimé le secrétaire générale d'EELV.

28/10/20 - 21:46 - "Il y a un déséquilibre qui a été créé dans le commerce"

Pour ce nouveau confinement, les commerces non-essentiels vont donc fermer leurs portes. Cela concerne notamment les magasins de jouet, ce qui a poussé le porte-parole de JouéClub, l'un des leaders du secteurs, a dénoncé un "déséquilibre" dans les mesures, qui n'imposent pas de fermeture pour les hypermarchés, qui vendent pourtant des jouets. "Il y a un déséquilibre qui a été créé dans le commerce et notamment dans le commerce du jouet en autorisant le grand commerce alimentaire de vendre à la fois des produits alimentaires mais aussi du non alimentaire et particulièrement du jouet dont on sait que c'est un produit d'appel important pour eux", critique ainsi sur BFM Business Franck Mathais. Et de s'interroger : "Pourquoi serait-on plus en sécurité dans un rayon d'hypermarché que dans un rayon de magasin de jouets ?"

28/10/20 - 21:41 - Le Pen fustige "la gestion erratique de la crise et l’absence d’anticipation"

Sur Twitter, Marine Le Pen a réagi au retour du confinement imposé par Emmanuel Macron. "Nous respecterons bien sûr les consignes, mais je persiste à dire que la gestion erratique de la crise et l’absence d’anticipation de cette 2ème vague sont la raison de décisions qui seront très dures à surmonter pour beaucoup de nos compatriotes et de nos entreprises", écrit la présidente du Rassemblement national.

28/10/20 - 21:38 - Plus de précisions sur le confinement ce jeudi

"Après m'être exprimé devant l'Assemblée nationale et le Sénat, je détaillerai demain devant vous les nouvelles mesures qui seront mises en place par le Gouvernement pour lutter contre la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19", a expliqué le Premier ministre Jean Castex sur Twitter.

28/10/20 - 21:18 - Des détails sur l'attestation

Selon les informations de BFM TV, l'attestation de sortie spéciale confinement va permettre la promenade, dans la limite de 1 km du domicile dans la limite d'une heure par jour. Une dérogation sera prévue pour les parents qui emmènent leurs enfants à l'école.

28/10/20 - 21:16 - Ce confinement, "pas une surprise"

Boris Vallaud, cité par Le Monde, a réagi à la décision d'Emmanuel Macron de remettre en place le confinement. "Ce reconfinement n’est malheureusement pas une surprise. Il est rendu tristement nécessaire pour protéger notre santé et épargner autant que possible nos soignants à nouveau mis à rude épreuve. Le gouvernement a perdu le contrôle du virus", a estimé le député PS des Landes.

28/10/20 - 21:13 - Le reconfinement, "conséquence directe de l'échec du déconfinement"

Les réactions de l'opposition suite à l'annonce du retour du confinement affluent. Damien Abad, chef des députés Les Républicains à l'Assemblée, a estimé que le reconfinement décidé par le gouvernement était la "conséquence directe de l'échec du déconfinement". "Face à une deuxième vague non maîtrisée, il n'y a que des solutions difficiles. Le reconfinement est la conséquence directe de l'échec du déconfinement. Malgré tout, la santé des Français doit être notre priorité", a-t-il détaillé.

LIRE PLUS
En savoir plus

Un reconfinement "nécessaire" contre le Covid selon plusieurs scientifiques

Pour les médecins, il y avait en tout cas urgence désormais à reconfiner la population. Éric Caumes, chef du service infectiologie de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière avait déclaré sur l'antenne de France Info le 26 octobre qu'il n'y avait même "plus le choix". Face à la sensible augmentation des cas et la tension hospitalière qui se rapproche dangereusement de celle de la première vague, l'Union régionale des professionnels de santé libéraux (URPS) d'Auvergne-Rhône-Alpes réclamait un "reconfinement le week-end et un couvre-feu à 19h". "On a perdu le fil de la circulation du virus, probablement dès le mois d'août. Il faut laisser de côté l'économie. L'économie, c'est rattrapable, la réanimation loupée c'est pas rattrapable", abondait le professeur Gilles Pialoux, le chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Tenon à Paris, qui s'est exprimé ce mardi 27 octobre sur BFMTV. Pour le spécialiste, c'est très clair, il était nécessaire de "reconfiner le pays". Même constat pour l'épidémiologiste Catherine Hill pour qui il était urgent de confiner le pays, "ne pas le faire serait la garantie d'aller droit dans le mur", estimait-elle.

Lire aussi

L'état d'urgence prolongé jusqu'en février 2021

Le Conseil scientifique avait, dès le mois d'août, sommé les vingt plus grandes métropoles de France de préparer "des protocoles" afin de prévoir un reconfinement territorial. "Un confinement local plus ou moins important en fonction de l'épidémie doit faire l'objet d'une préparation dans les métropoles, zones de forte densité de population dans lesquelles les risques de propagation sont importants", avait précisé le Conseil scientifique. Dans l'un de leurs derniers avis, publié le 22 septembre, les scientifiques en charge de conseiller le gouvernement sur l'épidémie semblaient a première vue encore écarter cette hypothèse, mais soulignaient dans un des pires scénarios (le scénario 4) "l'intérêt d'un confinement territorial, que les métropoles doivent se tenir prêtes à mettre en oeuvre en cas de nécessité". Le Conseil nuançait même en dernier recours sa position sur un confinement généralisé : ce dernier était alors jugé "pas souhaitable" mais il était encore mentionné en cas d'"échec de la maîtrise de l'épidémie".