Front national : qui seront les députés élus ?

Front national : qui seront les députés élus ? Plusieurs candidats du Front national sont bien placés pour décrocher un siège à l'Assemblée nationale.

Ils n'avaient pas été élus dans l'hémicycle depuis 1986 : les candidats FN pourraient bien faire le come-back au Palais Bourbon dans quelques jours. C'est à 20 heures, avec la diffusion des résultats des législatives, que les noms de ces potentiels nouveaux députés frontistes seront connus. Qui est bien placé, dans les rangs du FN, pour bientôt siéger ? D'abord, il y a la patronne du Front national elle-même. Marine Le Pen pourrait ainsi battre le socialiste Philippe Kemel à Hénin-Beaumont, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, et entrer à l'Assemblée, sur les traces de son père Jean-Marie Le Pen. Mais elle n'est pas la seule, dans la famille, à avoir ses chances : Marion Maréchal-Le Pen, petite-fille de Jean-Marie et nièce de Marine, se présente à Carpentras. Si Marion Maréchal-Le Pen, étudiante de 22 ans, gagne ce soir les législatives dans cette troisième circonscription du Vaucluse à la faveur d'une triangulaire, elle sera la benjamine de l'Assemblée, comme l'a été, en 1957 son grand-père, alors âgé de 27 ans.
Dans les rangs du Front national, d'autres prétendants au Palais Bourbon pourraient être en bonne position pour ce second tour des législatives. Ainsi, le médiatique avocat Gilbert Collard, pourrait bénéficier de la triangulaire dans sa circonscription du Gard. Au premier tour, ce dernier a devancé les candidats PS et UMP, il pourrait continuer sur cette voie pour ce second round. Outre l'avocat télégénique, la patronne du FN a aussi placé de l'espoir dans la candidature de Florian Philippot, dans la 6e circonscription de Moselle, en Lorraine. Dans son duel face au candidat PS, l'énarque frontiste pourrait ressortir victorieux. Autre membre de l'extrême droite en bonne position, l'ex-frontiste Jacques Bompard, le maire d'Orange, dispose de très bonnes chances de gagner dans la quatrième circonscription du Vaucluse et retourner ainsi sur les bancs de l'Assemblée, qu'il a quittés en 1988 avec la dissolution. Enfin, Valérie Laupies, dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, et Stéphane Ravier, dans la 3e circonscription du même département, font partie des candidats FN sur lesquels mise Marine Le Pen