Manifestation pour l'hôpital : des milliers de personnes dans la rue

Manifestation pour l'hôpital : des milliers de personnes dans la rue Le personnel hospitalier a manifesté ce jeudi 14 novembre, à Paris, mais aussi un peu partout en France. Des manifestations organisées pour dénoncer le manque de moyens alloués à l'hôpital public par le gouvernement.

L'essentiel

  • Suite à l'appel du collectif Inter-Hôpitaux, qui a trouvé un écho considérable auprès d'un pan très large du monde hospitalier, des manifestations se sont tenues un peu partout en France ce jeudi 14 novembre. A Paris, le rassemblement a été d'envergure, les organisateurs ont compté près de 10 000 manifestants. 300 personnes ont défilé à Toulouse, 300 à Bordeaux, 220 à Lille.
  • Les revendications exprimées dans les cortèges n'ont pas varié depuis que la crise a débuté il y a huit mois, avec les premières grèves des urgentistes : augmentation des salaires de 300 euros, hausse des effectifs, réouverture des lits supprimés. Un plan de soutien doit prochainement être présenté par la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

En direct

17:52 - La journée de mobilisation s'achève

FIN DU DIRECT - Les derniers manifestants parisiens sont arrivés sur l'esplanade des Invalides vers 17h45. Le défilé s'achève, les personnes mobilisées pour demander plus de moyens pour l'hôpital public étaient plusieurs milliers dans la capitale.

17:26 - Crise de l'hôpital : le discours complet d'Emmanuel Macron

En déplacement dans la Marne, Emmanuel Macron a prononcé un discours dans lequel il évoque la crise que subissent les hôpitaux publics depuis plusieurs mois. Voici son discours en intégralité :

17:21 - "J'ai entendu votre colère", dit Macron

Sur Twitter cette fois, Emmanuel Macron a évoqué la manifestation et surtout la colère du personnel hospitalier, en nombre dans les rues de France ce jeudi 14 novembre. "Nous, Français, savons ce que nous devons aux personnels soignants, médecins, sages-femmes, infirmiers et aides-soignants. J'ai entendu votre colère face à des conditions de travail devenues parfois impossibles : salaires compressés, rythmes effrénés et difficultés matérielles", écrit le chef de l'Etat.

16:26 - Macron annonce des "décisions fortes" à venir

En déplacement dans la Marne, le chef de l'Etat a pris la parole et a évoqué la crise des hôpitaux publics. Emmanuel Macron a fait savoir qu'Edouard Philippe, le Premier ministre, annoncerait des "décisions fortes" le 20 novembre, au lendemain du vote au Sénat sur le budget 2020 de la Sécu. Macron a promis "plus de moyens et pas seulement".

16:08 - "Des années qu’il n’y a pas eu autant de soignants dans la rue"

Si les chiffres officiels ne viendront que plus tard, la manifestation de ce 14 novembre semble d'ores et déjà être un succès pour les organisateurs. "Des années qu’il n’y a pas eu autant de soignants dans la rue", twitte par exemple le journaliste du Monde présent sur place dans le cortège parisien. L'AFP évoque de son côté "quelques milliers de participants".

16:01 - Salaire des infirmiers : la France très mal classée

L'AFP publie ce graphique qui n'est clairement pas à l'avantage de la France. En prenant comme indice le salaire moyen par pays, il en ressort que les salaires des infirmiers français est 5% inférieur à la moyenne nationale. Ce qui place le pays loin, très loin derrière les premières places du classement.

15:47 - Emmanuel Macron attendu sur l'hôpital

En déplacement dans la Marne, Emmanuel Macron doit prendre la parole ce jeudi après-midi. Le chef de l'Etat abordera, selon franceinfo, la question de la crise de l'hôpital public dans son discours, alors que des milliers de personnes défilent en ce moment même dans la plupart des villes de France.

15:26 - "La pénurie de lits", sujet sensible de la manifestation

C'est l'une des revendications des manifestants de ce 14 novembre : la suppression continue de lits dans les hôpitaux. Pierre, cardiologue et urgentiste à l’hôpital Saint-Louis, s'est confié au Figaro sur ce phénomène, qu'il qualifie de "pénurie".

15:05 - "C'est pas dans nos gènes de manifester"

L'appel à manifester ce jeudi 14 novembre a trouvé écho auprès d'un pan très large du personnel médical. Ainsi, on retrouve dans les rues aussi bien infirmiers, internes, étudiants... Vincent Audard professeur au service de néphrologie de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil, a accepté de répondre au Monde, lui qui manifeste pour la première fois. "C'est pas dans nos gènes de manifester. Mais la dégradation des conditions de travail nous oblige à nous porter grévistes. Il faut que les pouvoirs publics prennent conscience de ce qu'il se passe ! Depuis quinze ans, les réformes ont transformé l'hôpital en une entreprise. Mais l'hôpital public accueille tout le monde, 24 heures sur 24, 365 jours par an", regrette-t-il.

14:43 - Les représentants attendus au Sénat

S'il n'est pas certains que les représentants de collectifs de personnel hospitalier à l'origine des manifestations du jour ne soient reçus à Matignon, ils trouveront en revanche un interlocuteur au Sénat. C'est en tout cas ce qui est prévu car il est annoncé qu'une délégation doit être accueillie par la commission sénatoriale des Affaires sociales.

14:31 - Manifestation pour l'hôpital à Paris : les premières images

La manifestation nationale pour l'hôpital public se tient à Paris. Le cortège s'est élancé depuis Port-Royal à 14 heures et doit rejoindre les Invalides. Découvrez les premières images du rassemblement parisien.

13:50 - L'hôpital public a du mal à rivaliser avec le privé

"Garder à l’hôpital public pour 4 500 euros mensuels des chirurgiens de niveau international devient difficile alors que le double leur est proposé dans le privé non lucratif et cinq fois plus dans le privé. Comment voulez-vous qu’ils résistent ?", lance Marc-Olivier Bitker, chef de service en uro-néphrologie et transplantations rénales à la Pitié-Salpêtrière auprès du Monde. De fait, le fait que le public ne puisse s'aligner sur les salaires du privé constitue l'une des raisons de la crise.

13:33 - Le gouvernement reconnaît "très grandes difficultés" de l'hôpital public

Invitée ce jeudi matin dans la matinale de France Inter, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a reconnu les "très grandes difficultés" rencontrées par l'hôpital public, qui manifeste en masse cet après-midi. Les manifestants "ont raison de pointer les très grandes difficultés dans lesquelles se trouve aujourd'hui l'hôpital public", a-t-elle déclaré, évoquant des maux qui "perdurent depuis très longtemps" et un "déficit d'investissement" et "d'attractivité des professions médicales".

13:12 - Matignon embarrassé par la mobilisation dans les hôpitaux

Auprès du Monde, un proche du Premier ministre concède que les mesures prises jusque-là par le gouvernement pour répondre au mouvement social qui a débuté en mars dans les hôpitaux peinent à porter leurs fruits. "Il y a beaucoup d’endroits où ça craque parce que rien n’a été fait ces dernières années et l’hôpital en fait partie. On essaie d’y répondre par des réformes de long terme, mais on se rend compte que cela ne suffit pas et qu’il y a besoin de mesures d’urgence", dit ce conseiller d'Edouard Philippe.

12:59 - "On a des difficultés à recruter et à faire tourner les services", dit le directeur de l'AP-HP

Martin Hirsch, le directeur général de l’AP-HP, indique au Monde que les difficultés que connaissent les personnels hospitaliers sont directement liés, selon lui, aux problèmes de recrutement. Il y a trois ans, c’était un problème moral que les infirmières aient une telle charge de travail et une rémunération aussi modeste comparée aux autres pays européens, mais ça n’avait pas de répercussion directe sur le fonctionnement de l’hôpital. Si ça se transforme en crise aujourd’hui, c’est parce qu’on a des difficultés à recruter et à faire tourner les services", confie-t-il au journal du soir.

LIRE PLUS

Article le plus lu - Manifestation du 14 novembre : l'hôpital en crise ! › Voir les actualités