Adopter une alimentation bio

Fruits et légumes bios. © YANN BOHAC / SIPA
Pour limiter son exposition aux PE, Santé publique France, l'établissement public rattaché au ministère de la Santé qui a réalisé la dernière étude sur les perturbateurs endocriniens, recommande tout d'abord de privilégier une alimentation d'origine biologique. Les produits bios contiennent en effet moins de pesticides, des substances potentiellement perturbateurs endocriniens. A défaut de bio, éplucher les végétaux non-bios quand c'est possible réduit aussi l'impact des pesticides. Qu'ils soient biologiques ou non, il est conseillé de bien laver les fruits et légumes avant consommation.