Réforme des retraites : ce qui fait vraiment peur aux retraités

Réforme des retraites : ce qui fait vraiment peur aux retraités REFORME RETRAITES - Les retraités ont manifesté, ce jeudi, partout en France pour crier leur exaspération face aux mesures prises par le gouvernement ces derniers mois.

L'essentiel

Ils se sont mobilisés. A l'appel de neuf syndicats et associations, les retraités ont défilé, hier, partout dans l'Hexagone. En colère contre le gouvernement, ils n'ont pas digéré la hausse de la CSG (contribution sociale généralisée) et la désindexation des pensions de retraite de l'inflation pour les deux prochaines années. Après avoir exonéré environ 300 000 retraités de hausse de la CSG après l'été, le gouvernement serait-il prêt à revoir sa copie ? En parallèle, le gouvernement prépare une grande réforme des retraites pour 2019 qui devrait aboutir à la mise en place d'un régime universel à tous les Français.

En direct

17:57 - La réforme des retraites est loin d'être bouclée

FIN DU DIRECT - Le vaste chantier de la réforme des retraites est loin d'être achevé. Durant les six prochains mois, les partenaires sociaux vont participer avec le gouvernement à l'élaboration de réforme. Celle-ci devrait être débattue et votée au parlement au cours de l'année 2019. 

17:35 - Xavier Bertrand : "Une réforme des retraites qui manque de courage"

Invité sur Public Sénat, mercredi 17 octobre, Xavier Bertrand, président (ex- Les Républicains) de la Région Hauts-de-France n’a pas pris de pincettes pour dire tout le mal qu’il pense de la réforme des retraites imaginée par le gouvernement. "Plutôt que de faire les poches [aux retraités], il y une autre possibilité. Si on relève de deux mois l’âge légal de départ à la retraite […], vous n’avez plus besoin de demander cet effort [CSG et désindexation des pensions de l'inflation] aux retraités." En 2018, le gouvernement d’Edouard Philippe a relevé le taux de CSG (contribution sociale généralisée) des retraités de 1,7 point. Le taux s'élève désormais à 8,3%. Parallèlement, les pensions des retraités ne seront revalorisées que de 0,3% entre 2019 et 2020. En clair, le gouvernement a désindexé les pensions de l'inflation.

16:26 - "La retraite par points permet de diminuer les pensions", expliquait François Fillon en 2016

En 2016, dans le cadre de la campagne de la primaire de la droite, François Fillon, alors candidat à l’investiture chez Les Républicains, expliquait : "Le système par points j’y suis favorable, mais il ne faut pas faire croire aux Français que cela va régler le système des retraites. Le système par points, en réalité, cela permet une chose qu’aucun homme politique n’avoue... ça permet de baisser chaque année la valeur des points et donc de diminuer le niveau des pensions."

15:21 - En 1991, la CSG était de.. 1,1%

La CSG (contribution sociale généralisée) a été mise en place sous Michel Rocard dans le projet de loi de finances 1991. Son taux initial était de 1,1%. Depuis, le taux n'a cessé de grimper... Elle est passée à 2,4% en 1993 à 3,4% en 1997 puis à 8,2% en 2005. Elle est aujourd'hui de 9,2% sur les revenus d'activité ou de remplacement. Et même de 9,9% sur les revenus du patrimoine ou de placements. Elle est devenue la première ressource fiscale de l'Etat et rapporte environ 90 milliards d'euros par an aux finances publiques. A titre de comparaison, l'impôt sur le revenu rapporte à l'Etat aux alentours de 60 milliards d'euros chaque année.

14:20 - Quelle est le montant moyen des pensions de retraites ?

Selon la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DRESS), le montant moyen des pensions de retraite, en France, s'élève à 1 376 euros bruts par mois. Ce qui revient à 1 283 euros nets tous régimes confondus. Les retraités sont 16 millions en France et leurs poids ne va cesser de s'accroître dans les prochaines années avec le départ massif à la retraite de baby-boomers. 

12:44 - Pour les Français, la retraite "c'est enfin la vraie vie"

La CFDT a dévoilé, hier, les résultats de sa grande enquête "Parlons Retraites". Parmi les résultats, pour 65% des sondés, la retraite "c'est enfin la vraie vie". Ce résultat interroge sur le monde du travail et prouve une fois de plus l'importance que les Français attachent à la période de la retraite.

12:18 - Les moins de 20 craignent de ne pas avoir de retraite

Parallèlement à la journée de mobilisation des retraités, la CFDT a publié, hier, les résultats de son enquête "Parlons Retraites" qui a recueilli les réponses de 120 000 personnes. Il apparaît que les jeunes français sont particulièrement pessimistes sur le futur des retraites. 60% des sondés disent "ne pas être sûrs" de toucher une retraite. Cela traduit une profonde crise de confiance dans le régime fondé après la Seconde guerre mondiale.

11:18 - Le gouvernement ne supprimera pas les pensions de réversion

C'est une idée qui a surgi dans les débats aux printemps dernier et qui fait trembler les retraités. Le gouvernement aurait réfléchi à supprimer les pensions de réversion. Pour rappel, la pension de réversion est la partie de la retraite dont peuvent bénéficier les personnes veuves qui ont été mariées. Ces pensions sont loin d'être anecdotiques. Elles représentent 36 milliards d’euros et bénéficient à 4,4 millions de retraités. Ce sont principalement les femmes qui en bénéficient. Le montant moyen des pensions de réversion versées aux femmes est de 642 euros par mois. Le 16 octobre, sur France Info, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a confirmé que les pensions de réversion ne seront pas supprimées avec la réforme des retraites. Au Figaro, Jean-Paul Delevoye, Haut-Commissaire à a réforme des retraites a martelé : "On ne supprime pas la réversion, je l'ai toujours dit."

10:18 - Les régimes spéciaux de retraite vont disparaître

Interrogé par Le Figaro, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye a confirmé que la réforme des retraites va mettre fin aux régimes spéciaux. "La totalité des professions du privé et du public sont concernées. Chacun sera embarqué dans le régime universel, qu'il soit parlementaire ou qu'il relève d'un régime spécial", a-t-il expliqué. Pour l'anecdote, Jean-Paul Delevoye préfère parler de "convergence" plutôt que de disparition. 

10:06 - L'âge moyen de départ à la retraite est de 61 ans et demi

En France, l'âge minimum pour partir à la retraite est de 62 ans. Toutefois, à certaines conditions, il est possible de partir en départ anticipé pour carrière longue notamment. Selon la DRESS (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), l'age moyen de départ à la retraite est de 61 ans et demi. De 2004 à 2008, il a beaucoup baissé "en raison de l'instauration des départs anticipés pour carrière longue" puis "s'est fortement accru" à partir de 2009 quand les conditions de départ se sont durcies. Depuis 2012, il est relativement stable. 

10:00 - Un régime universel à points verra le jour avec la réforme des retraites

Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a présenté, le 10 octobre, à l’ensemble des partenaires sociaux - pour la première fois - les premières pistes retenues pour la future réforme des retraites. Parmi celles-ci, le futur régime de retraite devrait être à points. "Un euro cotisé donnera les mêmes droits à tous les Français", a plusieurs fois expliqué Jean-Paul Delevoye. Les cotisations des Français leur donneront un certain nombre de points. La somme des points déterminera le niveau de leur retraite.

09:49 - Qui est Jean-Paul Delevoye ?

Jean-Paul Delevoye a été nommé par Emmanuel Macron, Haut-Commissaire à la réforme des retraites. Âgé de 71 ans, Chiraquien, Jean-Paul Delevoye a exercé beaucoup de fonctions électives. Il fut maire de Bapaume, député du Pas-de-Calais de 1986 à 1988. On le retrouve aussi comme sénateur du Pas-de-Calais entre 1992 et 2002. Jean-Paul Delevoye a également été ministre de la Fonction Publique, de la réforme de l'Etat et de l'aménagement du territoire sous Jacques Chirac de 2002 à 2004. Fin connaisseur des rouages de l'Etat, homme de dialogue, il devra mener à bien l'immense chantier de la réforme des retraites avec les partenaires sociaux.

09:36 - Jean-Paul Delevoye réaffirme que les pensions ne baisseront pas avec la réforme

Dans un entretien accordé au Figaro, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a réaffirmé que, malgré le changement de mode de calcul, les pensions ne baisseront pas avec la future réforme des retraites. "Aujourd'hui, il y a trois facteurs qui jouent : le taux, le salaire de référence - les 25 meilleures années ou les 6 derniers mois en fonction de votre statut - et la durée d'assurance. Ne prendre en compte les évolutions que sur un seul facteur, comme si on gardait la même formule, est une erreur de raisonnement. Même si c'est contre-intuitif, il n'est donc pas exact de dire que le passage des 25 années à la carrière complète sera défavorable. En réalité, ça peut même être l'inverse", a-t-il plaidé. 

09:12 - Que va t-il se passer dans les prochains mois ?

Jusqu’en mars, voire avril, les partenaires sociaux vont préparer la future réforme des retraites avec le gouvernement et en priorité avec le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye. Les élections européennes, qui se tiendront au printemps (le 26 mai 2019), viennent quelque peu parasiter le calendrier de la réforme. Le texte sera très probablement présenté au parlement après les élection européennes. Le gouvernement espère faire adopter la réforme des retraites avant la fin de l'année 2019.

09:08 - La CSG va-t-elle devenir progressive ?

La contribution sociale généralisée (CSG) a été mise en place par Michel Rocard en 1991. Son taux, à l'époque, était de 1,1%. La CSG est un impôt dit proportionnel. Comme l'explique le professeur d'économie Jean-Marc Daniel dans son ouvrage Les impôts, histoire d'une folie française (Tallandier) "on dit qu'un impôt est proportionnel si le contribuable est obligé de verser non pas un montant fixe mais un pourcentage fixe de son revenu". Ce mardi 16 octobre, les députés LREM ont adopté un amendement en commission et cela contre l'avis du gouvernement. Celui-ci viserait à appliquer un taux de CSG différent suivant la pension de retraite perçue. Entre 1 200 et 1 600 euros, un retraité se verrait appliqué un taux de CSG de 6,6%. Les retraités percevant une pension supérieure à 3 000 euros subiraient un taux de CSG de 9,2%. Actuellement, le taux de CSG est de 8,3%. La CSG a augmenté de 1,7 points pour une majorité de retraités en 2018. L'idée de rendre la CSG progressive à, a priori, peu de chances de passer le vote dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. 

09:05 - Le gouvernement fera-t-il un geste pour les retraités ?

 Les retraités se sont mobilisés, hier, pour afficher leur exaspération face aux mesures prises par le gouvernement depuis l'élection d'Emmanuel Macron en mai 2017. Hausse de la CSG (contribution sociale généralisée), désindexation des pensions de retraite en 2019 et 2020... l'année 2018 a été mauvaise pour les retraités. Pour autant, le gouvernement est-il prêt à revoir sa copie ?

Retraite à points

Le système de retraite français est par répartition. Les actifs cotisent pour les retraités d'aujourd'hui. Avec 42 régimes différents en fonction des métiers, le système est devenu trop complexe. C'est pourquoi, le Haut-Commissaire Jean-Paul Delevoye souhait mettre en place "un système universel de retraite qui remplacera les 42 régimes existant".  Le système sera universel, il n'y aura plus de différences entre les catégories professionnelles.

L'idée du "1 euro cotisé vaut les même droits pour tous les Français" est plus que jamais d'actualité. Les Français disposeront d'un compte unique de retraite où seront comptabilisés leur points. Les personnes qui seront à moins de 5 ans de la retraite en 2019 ne devraient pas être concernées par la réforme. Pour les autres, les droits acquis avant la réforme seront conservés dans le nouveau système.

Retraite et âge légal

Cette semaine, un débat est revenu en force. Celui sur l'âge minimum pour pouvoir prendre sa retraite. "Il restera fixé à 62 ans", est-il écrit sur le document édité par le ministère de la Santé et des Solidarités. L'idée d'instaurer un âge pivot à 63 ans, qui entraînerait une décote de la pension ne semble, pour le moment, pas réellement envisagée.

Retraite et fonctionnaire

Le calcul de la pension des fonctionnaires va être modifié. Exit la prise en compte des 6 derniers mois pour calculer le montant de la pension. Le calcul devrait se faire sur l'ensemble de la carrière. Mais, nouveauté, les primes que les fonctionnaires peuvent recevoir seront prises en compte dans le calcul de la pension. Si cette piste de la réforme se confirme, les enseignants pourraient être les agents de la fonction publique les plus pénalisés car ils touchent peu de primes.

Retraite et indépendant

Pour les indépendants, la système devrait être plus souple. Comme les indépendants payent les cotisations patronales et salariales, la réforme devrait prévoir un mécanisme qui ne leur fera pas subir une violente hausse de cotisations. Mais si les indépendants cotisent moins, ils devraient en toute logique gagner moins de points et donc avoir un montant de pension plus faible.

Retraite et régimes complémentaires 

Le nouveau système de retraites imaginé par Jean-Paul Delevoye devrait entraîner la fin des régimes complémentaires. En effet, le régime universel par points prendra en compte les revenus d'activité jusqu'à trois fois le plafond de la Sécurité sociale, c'est-à-dire 9 933 euros par mois. Actuellement, le régime de la Sécurité sociale limite le plafond des revenus pris en compte à 3 311 euros par mois. Que se passera-t-il pour les 300 000 salariés qui gagnent plus de 10 000 euros par mois ? Pour préparer leur retraite, ces derniers devront sans doute passer par des mécanismes de capitalisation.

Retraite et pension de réversion

Si peu de détails ont été donnés, les pensions de réversion devraient être conservées dans le nouveau système universel de retraite. L'évocation d'une possible suppression des pensions de réversion au printemps dernier avait provoqué une véritable angoisse chez les retraités.

Retraite et minimum vieillesse

Le minimum vieillesse existera toujours une fois la réforme mise en place. De plus, selon le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye : "Les personnes ayant travaillé toute leur vie à temps partiel ou avec des revenus modestes bénéficieront d'un minimum de pension."

Retraite et calendrier

La réunion du 10 octobre 2018 marque l'entrée dans la phase 2 de la réforme des retraites. Jusqu'en mars, de nombreuses discussions devraient avoir lieu avec les partenaires sociaux. Une période de six mois où la réforme des retraites devrait être âprement négociée. Pour rappel, Jean-Paul Delevoye a mené une grande consultation civique depuis le mois de mai. Celle-ci doit officiellement s'arrêter au 25 octobre.

Article le plus lu - Ecoutez l'album de Johnny Hallyday › Voir les actualités

Comptes épargne

Annonces Google