Prix du carburant : un nouvel effort de Total souhaité par Bruno Le Maire ?

Prix du carburant : un nouvel effort de Total souhaité par Bruno Le Maire ? PRIX DE L'ESSENCE. Invité sur le plateau de BFMTV ce lundi 27 mai, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire envisage de demander un nouvel effort de Total sur les prix du carburant.

[Mis à jour le 27 juin 2022 à 10h23] Ce lundi 27 juin, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire était invité sur le plateau de BFMTV pour étayer les prochaines mesures du gouvernement concernant le pouvoir d'achat, et la lutte contre l'inflation galopante dont sont victimes les ménages modestes (5,2% en mai sur un an). Il a notamment annoncé vouloir demander à Patrick Pouyanné, PDG de TotalEenergies, un nouvel effort sur les prix du carburant (après la première remise de 10 centimes par litre appliqué dans toutes les stations essences Total : "Tout l'effort ne peut pas reposer sur l'Etat et la dépense publique (...) je vais demander au Président de Total Patrick Pouyanné de faire à nouveau un effort parce que le prix du carburant reste très élevé. Est-ce qu'il peut l'allonger ? Est-ce qu'il peut l'augmenter ? L'effort doit être équitablement réparti". 

Pas de répit pour les automobilistes ! Si la mise en place de la "ristourne" de 18 centimes par le gouvernement au début du printemps avait eu un effet sur les prix à la pompe, les tarifs du carburant ont à nouveau grimpé. Depuis le début du mois de juin, c'est même carrément la surchauffe avec des tarifs moyens enregistrés qui ont allégrement franchi la barre des 2 euros le litre. Lundi 13 juin, selon le dernier relevé du ministère de la Transition écologique, les tarifs moyens du litre de sans-plomb 95 en France étaient de 2,096 euros le litre contre 2,0694 euros le litre de gazole. A titre de comparaison, voici quelques chiffres qui témoignent de l'évolution des prix ces dernières semaines :

  • Lundi 28 mars : 1,89 euro le litre en gazole et 1,78 euro le litre de sans-plomb 95
  • Lundi 25 avril : 1,88 euro le litre de gazole et 1,76 euro le litre de sans-plomb 95
  • Lundi 16 mai : 1,85 euro le litre de gazole et 1,93 euro le litre de sans-plomb 95
  • Lundi 30 mai : 1,96 euro le litre de gazole et 2,06 le litre de sans-plomb 95

La raison ? Le contexte international surtout avec les sanctions prises contre la Russie suite au début de la guerre en Ukraine. L'Union Européenne a opté pour un progressif boycott du pétrole russe, ce qui conduit à une hausse de la demande sur le pétrole en provenance d'autres régions, notamment de la péninsule arabique et in fine des prix. Les cours du pétrole ont franchi régulièrement la barre des 100 dollars le baril depuis le début du mois de mars.

Quels prix pour les départs en vacances ?

Le prix du carburant se stabilisera-t-il à l'approche de l'été et avant les grands départs en vacances ? La ristourne de 18 centimes sur le prix du litre de carburant, instaurée par le gouvernement au 1er avril, doit prendre fin au 31 juillet. Cette date de fin a créé nombre de questions, notamment pour les vacanciers puisque les aoûtiens ne devaient donc pas bénéficier de la remise de 15 centimes/litre au contraire des juilletistes. Du côté de l'exécutif, on susurrait déjà au printemps que le dispositif, très coûteux pour les finances publiques (3 milliards d'euros sur 4 mois), n'avait pas forcément vocation à être prolongé. Toutefois, dans un entretien accordé à la presse régionale avant le premier tour des élections législatives, Emmanuel Macron avait confirmé une prolongation du dispositif au mois d'août. "Il faut qu'il y ait une visibilité pour nos compatriotes. Je vous la donne", avait répondu le président de la République à cette question, avant d'évoquer ensuite le remplacement de cette aide par un dispositif "plus ciblé" visant "les gros rouleurs dès cet automne".

Un premier geste a d'ailleurs été fait en ce sens. Certaines professions disposent d'un petit coup de pouce supplémentaire : les professionnels de santé conventionnés. Dentistes, infirmiers, kinés, médecins, orthophonistes ou encore sages-femmes seront concernés via un élargissement du remboursement des frais kilométriques par l'Assurance maladie. Concrètement, ils bénéficieront d'une remise de 15 centimes supplémentaires par litre via le remboursement de ces frais. Là aussi, la remise sera temporaire et devrait s'arrêter au 31 juillet 2022.

Comment trouver l'essence la moins chère ? Les cartes des stations services

Outre le fait de modérer vos déplacements, de pratiquer si vous le pouvez le covoiturage, le mieux est encore de comparer les prix pratiqués dans les stations-services autour de chez vous. Fastidieux ? Pas tant que ça puisque de nombreux sites proposent ce service sur internet. Vous pouvez également vous baser sur le site officiel du gouvernement, carburant.gouv.fr qui propose de retrouver les tarifs que doivent obligatoirement indiquer à l'Etat les gérants des stations-service.

Notre partenaire Essence&Co propose également ce service via des données collaboratives fournies par les internautes. Vous pouvez retrouver le moteur de recherche ci-dessous. Il est possible de comparer les prix des carburants dans les stations-services près de chez vous. Disponible sur Androïd ou iPhone, elle propose au quotidien les tarifs des carburants en s'appuyant sur les remontées des utilisateurs pour indiquer les tarifs en vigueur.

Le site gouvernemental "prix.carburant.gouv.fr" vous propose également des relevés de prix par département et type de carburant (Attention à bien différencier sans-plomb 95, 98 ou E10).  Les relevés de prix sont mis à jour de manière hebdomadaire. De quoi vous aider à trouver la ou les stations-service les moins chères à travers une carte interactive recensant les stations-service près de chez vous.

Quelles sont les différences sur l'essence entre les stations-service ?

Vous l'avez remarqué, il existe parfois des écarts parfois conséquents de prix selon la station-service : entre marques de distributeurs (supermarchés notamment) et stations de groupes pétroliers, la différence peut paraître parfois importante. Elle s'explique par différents paramètres dont l'image de marque mais aussi les fameux additifs. Vous les connaissez peut-être par leur nom commercial. Le carburant Excellium par exemple dans le réseau Total comporte de nombreux additifs. Incorporés au carburant, elles servent à en améliorer la qualité donc le rendement. Destinés aussi à protéger le moteur ou le réservoir, ils agissent également sur les prix, plus élevés, ce qui fait parfois naître la polémique sur leur utilité. Argument marketing utilisé pour justifier ces tarifs ou vrai bénéfice pour la voiture, le débat est vif.

Quelle est la part des taxes dans le prix de l'essence ?

Quelle est la part des taxes dans le prix de l'essence à la pompe ? D'après Total, les taxes représentent "la part la plus importante du prix du carburant". En 2018, selon l'entreprise, les taxes perçues par l'Etat représentaient par exemple "63% du prix du Sans Plomb 95-E10 et 60% de celui du gazole". La taxe sur l'essence se divise en fait en deux taxes différentes : la TVA, et la taxe intérieur de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). On retrouve également la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP). La TICPE est, aussi, plus importante sur l'essence que sur le gazole. En fonction des tarifs de l'essence, la TICPE représente près de 70 centimes sur l'essence, 60 centimes sur le prix d'un litre de gazole.

Quel est l'impact de la taxe carbone sur les prix de l'essence ?

La taxe carbone est une taxe sur les émissions de CO2. Elle a été mise en place en 2014. Elle devait augmenter au 1er janvier 2019 et ajouter 3 centimes de plus au prix du litre de gazole et 6 centimes au prix du litre de Sans Plomb. Il n'en a rien été : le gouvernement a décidé d'annuler son augmentation alors qu'elle aurait pu rapporter 3,9 milliards d'euros de recettes supplémentaires à l'Etat. Cette décision fait suite à la grogne des gilets jaunes à la fin de l'année 2018. A noter que la taxe carbone, composante de la TICPE, ne finance que "très peu" la transition écologique.

Selon un rapport du Sénat portant sur les recettes de l'année 2016, "sur les 4 milliards d'euros de recettes supplémentaires attendues de la composante carbone en 2016, 3 milliards d'euros sont restitués aux entreprises au titre du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), et 1 milliard d'euros aux ménages, au travers des taux réduits de TVA applicables aux travaux de rénovation énergétique des logements et en faveur du logement social et du logement intermédiaire". Pour le Sénat, l'augmentation de la taxe carbone résulte donc d'une "logique de rendement budgétaire" et ne sert pas particulièrement à financer la transition écologique.