Les secrets de Pierre Richard, comédien hors norme

Par Elodie Leman

Il a un diplôme de kiné "pour rassurer sa grand-mère"

L'inimitable acteur français Pierre Richard est toujours sur tous les fronts : cinéma, théâtre... Rien ne l'arrête. À plus de 80 ans, "le Grand Blond" se livre peu sur sa vie privée. Quels sont ses secrets ?

Il a décroché un diplôme de kinésithérapeute

Après quatre années passées au cours Dullin (une école qui se qualifie comme "Un laboratoire d'essais dramatiques"), il devient figurant dans plusieurs pièces. Pour rassurer sa grand-mère sur le plan professionnel, il passe un diplôme de kinésithérapeute. Il raconte, amusé : "On a ouvert un cabinet. Lanoux et ma première femme [Danielle Minazzoli, une danseuse qu'il a rencontré à l'école NDLR] jouaient les faux patients pour faire croire qu'il y avait du monde". Il fait ses premiers pas de comédien en 1961 dans les cabarets avant de monter sur les planches du théâtre.

Il s'est marié à une ancienne mannequin brésilienne

Pierre Richard a été marié une première fois avec la danseuse et comédienne Danielle Minazzoli qu'il a rencontré à l'école Dullin. Ils ont eu deux enfants puis, ils ont fini par divorcer. Désormais, et depuis plus de vingt ans maintenant, il file le parfait amour avec sa seconde femme, une mannequin brésilienne du nom de Ceyla Lacerda. Ensemble, ils possèdent une petite usine de confection de tricot au Brésil.
Alors qu'elle se destinait à une carrière de journaliste, elle change d'orientation en 1981 quand elle quitte les bancs de l'université. Elle rejoint alors les maisons de coutures internationales et défile pour Yves Saint Laurent et Chanel. Elle a lancé sa propre marque "CR Lacerda".

Il est à la tête d'une famille nombreuse

Pierre Richard est né sous le véritable nom de Pierre-Richard Maurice Léopold Defays. Marié depuis 20 ans avec une mannequin brésilienne, il a deux fils, issus de son précédent mariage. Les deux garçons sont des professionnels de la scène, mais côté musique. Olivier Defays est saxophoniste et joue dans le duo "Blues Trottoir" et Christophe Defays est contrebassiste.
Il est six fois grand-père : Emiliano, Arthur (qui est aujourd'hui devenu mannequin), Noémie, Lucille et Mae. Une belle tribu qui s'agrandit sous l’œil bienveillant de leur clown de grand-père.

Pierre Richard et Gérard Depardieu : le duo inséparable

Gérard Depardieu et lui ont été partenaires face à la caméra plus d'une fois. Ils ont tourné ensemble "La Chèvre" en 1981, "Les Compères" en 1983 et "Les Fugitifs" en 1986. Depuis, une grande amitié est née entre eux. Les deux acteurs se retrouvent régulièrement pour partager de bons moments et l'amitié demeure intacte, encore aujourd'hui. Outre le cinéma, les deux hommes ont plusieurs passions communes. Tous deux partagent un amour réel pour la Russie et sa culture, mais ils leur seconde passion est l'agriculture viticole.
Gérard Depardieu est l'heureux propriétaire du Château de Tigné, un domaine viticole de 100 hectares dans la vallée de la Loire en Anjou, depuis 1989. Il possède d'autres vignobles en Italie et au Maroc.

Pierre Richard : acteur et viticulteur

Tout comme son ami Gérard Depardieu, Pierre Richard est propriétaire d'un vignoble à Gruissan (dans l'Aude) depuis 30 ans. Il possède une vingtaine d'hectares de vignes dans le Languedoc dont il tire 80 000 bouteilles par an, du Château Bel Évêque : "Je suis acteur, mais je suis aussi viticulteur. Finalement, ce sont des métiers très complémentaires" a-t-il expliqué. "Faire un film c'est donner du plaisir aux gens et boire un verre de vin c'est avoir aussi du plaisir. Ce sont des plaisirs qui ne sont jamais aussi forts que quand on les déguste ensemble. J'ai choisi d'élever ces vins pour leur audace et leur caractère affirmé."
Sans jamais oublier ses amis russes, l'acteur a également révélé qu'il a du aménager des heures de visite tout spécialement pour ses admirateurs et touristes venus pour le rencontrer et pour goûter son vin.

Amoureux de la Russie

Là encore, tout comme son ami Gérard Depardieu, le comédien français porte une affection particulière à la Russie. Seulement, contrairement à son complice de toujours, l'acteur n'envisage pas de quitter la France, à part pour partir de temps à Rio de Janeiro, pour rejoindre son épouse. Pierre Richard a pourtant déjà envisager de s'expatrier dans ce pays qu'il aime tant, mais son amour pour sa famille prend amplement le dessus sur cette envie.
"La différence avec Gérard c'est que j'ai beaucoup de petits-enfants. Je serais ravi d'avoir la nationalité russe, mais je ne pourrai pas vivre en Russie en laissant mes petits enfants en France. J'ai une vie de famille et lui ne l'a pas. Il peut donc s'installer dans tous les pays du monde. Il a choisi la Russie, je le comprends. Moi, je suis heureux de revenir chaque fois en Russie, mais je ne pourrai pas me séparer de ma famille". 

Pierre Richard est lassé des fausses rumeurs sur sa mort

À 82 ans, Pierre Richard est bien vivant et il va très bien. Pourtant, l'acteur est souvent la proie de fausses rumeurs concernant sa disparition et cela l'agace particulièrement. Dans une interview accordé au JDD, il s'énerve et dénonce l'usage trop aléatoire de la toile. "Les réseaux sociaux ne me font pas rire du tout. Le premier con venu peut donner son avis. On y a même annoncé ma mort trois fois. C'est dégueulasse !"
Des rumeurs souvent infondées, qui ne doivent pas être particulièrement bien accueillies par la famille et les proches de Pierre Richard. Il est par ailleurs bien sur scène dans "Petit Éloge de la nuit" au Théâtre du Rond-Point à Paris, mais également au cinéma dans la comédie "Un profil pour deux".

Les femmes de sa vie sur le grand écran

Pierre Richard a tourné plusieurs fois avec l'anglaise Jane Birkin, notamment dans "La moutarde me monte au nez" en 1974. Dans son autobiographie, il parle d'être comme étant "aussi drôle que belle", "qui n'avait jamais peur du ridicule".
Dans le long-métrage de George Lautner, la jolie blonde Miou-Miou interprète à son tour le rôle de Christine, la femme de Pierre Richard dans "On aura tout vu", en 1976.
Mireille Darc est certainement la partenaire à l'écran la plus célèbre de Pierre Richard, notamment pour le rôle de son épouse dans "Le grand blond avec une chaussure noire". C'est ce fameux film qui a valu à l'acteur français son surnom.
À cette liste, il faut en autre ajouter Jane Fonda et Anny Duperey.

Il s'offusque des élections présidentielles

Se définissant lui-même comme un "socialiste romantique", Pierre Richard s'est confié à L'Obs le jeudi 6 avril 2017. Dans un coup de gueule, l'acteur s'offusque de la candidature de certains candidats et tape du poing sur la table.
Il se confie à nos confrères : "Je ne comprends pas. Je vois les débats politiques, aujourd'hui, et je me dis que, sur les cinq candidats principaux, il y en a deux qui ne devraient pas être autorisés à se présenter. Mis en examen ! Où est passée la dimension éthique ? Des candidats à la magistrature suprême, inquiétés par la justice ? On rêve !" "Quant à Sarko, ce n'est pas une casserole, c'est une batterie de cuisine. Curieusement, les Français ne semblent pas choqués".
Le rêveur romantique semble en perte de repères idéologiques et politiques mais, comme à son habitude, il ne mâche pas ses mots pour entrer dans une case. Fidèle à lui-même.

Il a tourné gratuitement dans un film

En 1974, alors qu'il est sur le tournage de "La Moutarde me monte au nez", il rejoint un projet abracadabrantesque. Il tourne dans le film "Les naufragés de l'île de la tortue" de Jacques Rozier, un réalisateur de la Nouvelle Vague, connu pour ses méthodes non-traditionnelles et conventionnelles.
Le cinéaste embarque son équipe sans scénario, une caméra qui tourne non-stop jusqu'à l'épuisement des comédiens. Le film se construit au jour le jour mais dénonce les aléas de la télé-réalité, avec trente ans d'avance.
Les acteurs eux, dont Pierre Richard fait partie, ne sont pas payés. 

Il avoue ne rien comprendre aux nouvelles technologies

L'acteur est à l'affiche d'un film comique "Un profil pour deux", dans lequel il incarne un vieil homme acariâtre et manipulateur, qui tente de trouver l'amour sur un site de rencontres. Tout comme son personnage, Pierre Richard avoue ne rien comprendre à la nouvelle technologie : "J'ai adoré mon personnage : vieux, grognon, grincheux et manipulateur. Ça m'amuse, parce que ça ne m'est pas arrivé souvent de jouer un tel rôle". Dans le film, on voit le personnage de Pierre Richard ouvrir une vraie fenêtre lorsqu'on lui conseille d'ouvrir celle de son d'ordinateur pour accéder à un fichier. "Quand j'ai lu la scène, ça ne m'a pas fait rire car je n'ai même pas compris ce qu'il y avait de drôle", confie-t-il avec humour et sincérité.
Heureusement pour lui, son petit-fils est là pour l'aider : "Avec le téléphone, les mails ou WhatsApp qu'on m'a installé, je m'en sors. Mais en dehors de ça... Je demande de l'aide à mon petit-fils mais l'ordinateur sait que je ne l'aime pas et il me le rend bien".

Pierre Richard se salit toujours quand il mange

Le cinéaste Francis Veber raconte la première rencontre entre Gérard Depardieu et Pierre Richard, pour la réalisation de son célèbre film "La Chèvre". Avant de mettre les deux acteurs sous sa caméra, il organise un premier tête-à-tête.
Le réalisateur avait d'abord pensé à Lino Ventura pour ce rôle mais doit finalement trouver un autre comédien. On lui propose alors le nom de Depardieu, qui n'avait jamais fait de film comique. Pour voir si le duo fonctionne, Francis Veber organise un dîner entre les deux acteurs pressentis. "Pierre quand il mange, non seulement il se salit lui-même mais il salit celui qui est en face. Et il s'est mis à cracher du ketchup et des miettes d'œuf dur sur Depardieu, qui pour la première fois a eu le regard de Campana. J'ai vu que la chimie allait marcher." Le réalisateur ne s'est pas trompé. 

Il a eu la révélation en regardant Danny Kaye

À la libération après la guerre, ses parents l'envoient en pension à Valenciennes. Ce qui aurait pu être une prison pour bon nombres d'enfants, est vécu comme des années de grande liberté pour le comédien en devenir. Pourtant, même si il s'y plait, Pierre Richard s'en échappe dès qu'il en a l'occasion. Aujourd'hui il parle avec humour de ses années de jeunesse. Il explique que c'est grâce à cela qu'il a eu la révélation de sa vie, celle qui allait déterminer le reste de sa vie: "Je suis devenu très fort en école buissonnière. À 16 ans, lors de l'une de ces escapades, je vais voir au cinéma "Un fou s'en va-t-en guerre" avec Danny Kaye. Ça a été une révélation. Danny savait danser, chanter, jouer, faire rire, le tout avec une rapidité époustouflante. C'était ce que je voulais faire."

Il est sensibilisé à la cause environnementale

Lorsqu'il rencontre le tristement célèbre chef Raoni à la COP21, l'acteur Pierre Richard s'est intéressé de près à la cause des locaux et à la déforestation en Amazonie. Il l'a accueilli chez lui, dans son appartement du 16e arrondissement.
Dans le JDD d'Europe 1, il se confie sur cette rencontre et sur son engagement : "Je trouve le monde plus con qu'avant. Si je devais faire un film engagé, il porterait sur l'écologie. Dommage que je ne sois pas milliardaire : je me payerais les 20 meilleurs avocats du monde pour attaquer les chefs d'État pour non-assistance à planète en danger. On ravage l'Amazonie et tout le monde s'en fout. On dit que cette forêt est le poumon du monde, mais il n'en restera bientôt qu'une moitié puis un quart, grande comme la forêt de Rambouillet. Tout ça au nom d'intérêts économiques : on plante du soja OGM vendu ensuite en France pour nourrir nos animaux."

"J'aurais aimé être Che Guevara"

En 1987, Pierre Richard a réalisé un court documentaire baptisé "Parlez-moi du Che". Dans une interview du Nouvel Obs, le comédien se confie sur ses héros de jeunesse "J'aurais bien aimé être Guevara. A 18 ans, mon héros, c'était Salvatore Giuliano. J'ai adoré aussi toute la période anarchiste : Eugène Dieudonné, Marius Jacob."
Lorsqu'il interroge Fidel Castro pour le tournage, son ami Depardieu lui dit qu'il devrait avoir honte d'aller chez un dictateur. Plein d'humour et de lucidité, Pierre Richard répond au Nouvel Obs : "L'enfoiré ! Et dix ans plus tard, il faisait du commerce de pétrole avec lui. Gérard va là où est l'argent. Il est hors norme, Gérard. On ne peut donc pas le juger comme un type normal. J'ai beaucoup de tendresse pour lui. Ça ne m'empêche pas de me dire qu'il charrie un peu. Comme quand il affirme que Poutine est un démocrate. Il est comme ça ; on le prend ou on ne le prend pas. Moi, je le prends."

"Le public est ma drogue"

En octobre 2016, Pierre Richard était à Tahiti pour rencontrer son public d'outre-mer et jouer "Pierre Richard III". Le comédien est tombé amoureux du peuple polynésien, de son public et de sa culture. À cette occasion, il se confiait à la Dépêche de Tahiti. Il parlait de sa passion pour son métier et de ce lien si spécial qui l'unit avec son public, qu'il compare à une addiction : "Ce n'est pas une corvée pour moi, je me fais plaisir aussi à jouer devant 800 personnes qui rient. C'est le meilleur médicament, ce n'est pas la peine de picoler ou de se droguer. Le public est une drogue merveilleuse". Une belle histoire qui dure depuis longtemps et qui n'est pas prêt de s'arrêter. 

Pierre Richard est propriétaire d'une web-TV

Aujourd'hui chargé du développement à l'étranger des productions de "Carrot Entertainment", basé à Montréal, Jérôme Grange est dans l'air du temps. Le jeune producteur a lancé une web-télé consacrée à Pierre Richard en 2014. L'année de ses 80 ans, l'acteur français diffuse avec son partenaire des vidéos qui lui sont consacrées, parfois en caméra cachée.  La collaboration entre les deux hommes n'est pas une première : Jérôme Grange avait joué aux côtés de Pierre Richard dans le film "Le Bonheur de Pierre", sorti en 2008.
"C'est un plaisir de travailler avec Pierre Richard, confie Jérôme, c'est quelqu'un de très drôle, très sympathique, qui garde une fraîcheur et une vivacité exceptionnelle malgré son grand âge. Il a 80 ans. Il est distrait, il en joue pour notre plus grand plaisir".

Son pire souvenir de tournage : sa dernière réalisation

Avoir une grande carrière n'empêche en rien d'avoir quelques ratés en cours de route. En 1997, alors qu'il réalise son septième et dernier film "Droit dans le mur", l'acteur vit ce qu'il appelle "son pire souvenir de tournage". Embourbé dans la production de ce film (qui sera un véritable échec), Pierre Richard ne se rend compte de la difficulté dans laquelle il s'est mis, seulement un mois avant le début de tournage.
Si le film voit le jour, le personnage principal de Roman fait défaut, beaucoup trop éloigné de la réelle nature de l'acteur. Il se confie sur cet échec cuisant : "Ça s'appelait "Droit dans le mur" et c'est ce qui s'est passé. Je ne sais pas ce qui m'a pris de jouer un paumé sombre, alors que je suis un paumé solaire".

Le César d'honneur a été sa première récompense

En 2006, alors qu'il n'avait jamais reçu la moindre récompense tout au long de sa carrière, Pierre Richard se voit attribuer un prestigieux César d'honneur des mains de Clovis Cornillac. Lorsqu'il appris qu'il était récompensé, il avait déclaré : "Quand j'ai appris que j'allais avoir le César d'honneur, j'ai foncé voir mon docteur pour lui demander 'c'est si grave que ça, je n'en ai plus pour longtemps ?' Je vais très bien. Ce César je le prends avec joie. J'ai envie de le partager avec tout ceux qui ne l'auront jamais… " Son discours, plein d'humour et d'émotions, avait provoqué une standing innovation. 
Pour l'anecdote, Pierre Richard ne voulait pas se rendre à la cérémonie, mais sa femme et sa famille ne lui ont pas laissé le choix. Pour l'occasion, il est arrivé à la cérémonie en smoking mais avec des baskets blanches. Décalé, comme toujours.

Alice Pol a été comparée à "une Pierre Richard au féminin"

Lorsqu'elle était à l'affiche de "Raid Dingue" avec Dany Boon en février dernier, la jeune actrice Alice Pol a été qualifiée de "Pierre Richard au féminin". Particulièrement touchée par cette comparaison, elle s'est confiée à Gala : "On m'a effectivement dit que dans Raid Dingue j'étais le Pierre Richard féminin, ce qui est le plus beau des compliments. Il fait partie de ces acteurs qui peuvent faire rire tout le monde, tous les âges, tous les milieux sociaux-culturels… Et puis son regard perdu est inimitable."
Espérons qu'Alice Pol embrasse une aussi belle carrière.