Le Mans 66 : faut-il voir le film avec Matt Damon et Christian Bale ? Les critiques LE MANS 66 - En salles ce mercredi 13 novembre, Le Mans 66 revient sur l'épique compétition entre Ford et Ferrari. Réalisé par James Mangold, on y retrouve Matt Damon et Christian Bale. Qu'en disent les critiques ?

[Mis à jour le jeudi 14 novembre 2019 à 14h40] Christian Bale et Matt Damon envoyés à 300 km/h dans des courses épiques. Voilà ce qui attend les spectateurs qui iront découvrir Le Mans 66. Réalisé par James Mangold, ce long-métrage retrace la rivalité entre Ford et Ferrari lors des 24 heures du Mans de 1966. Dans les années 1960, Henry Ford II donne une mission presque impossible à Carroll Shelby (Matt Damon) : vaincre la firme automobile italienne sur la course où elle est reine, la célèbre course sarthoise. Pour cela, Carroll Shelby fait appel à Ken Miles (Christian Bale), un pilote britannique totalement atypique. Bataillant contre le capitalisme, ces deux passionnés d'automobiles vont pourtant réaliser un véritable exploit sportif et mécanique. Pendant 2h30, le public est transporté entre le drame intime et des courses intenses dignes des plus grands films d'action.

Le Mans 66 qui réunit à l'écran Matt Damon et Christian Bale vaut-il le coup ? C'est le cas, à en croire les premières critiques presses. Celles-ci sont relativement unanimes : pour la presse, Le Mans 66 est un divertissement très efficace qui a tout pour séduire les amateurs de courses automobiles, mais pas seulement. Le Parisien a interrogé d'anciens pilotes de voiture afin de connaître leur sentiment sur le réalisme du film. Le Mans 66 n'a pas déçu : "L'impression générale était très positive, ce qui est assez rare pour des pilotes en matière de films sur les courses automobiles", décrit Gérard Larrousse, qui a remporté Le Mans deux fois, à l'occasion d'une projection organisée pour d'anciens pilotes. Cependant, ils ont tout de même trouvé le film "hollywoodiens", notant quelques erreurs techniques que seuls des pilotes de course peuvent remarquer.

Mais avant d'être un film de voitures, Le Mans 66 est un biopic sur l'amitié complexe et tumultueuse qui lie Carroll Shelby et Ken Miles. Pour Le Point, Le Mans 66 est "une quête ambitieuse" sur des "fous du volant", tandis que Télérama salue "un divertissement rutilant". Le Figaro classe cette production dans sa sélection des films à voir absolument cette semaine, et L'Obs est dithyrambique : "Ce film est un pur bonheur", écrit le journaliste, vantant la peinture de l'Amérique que propose le film, le spectacle proposé, et la dernière séquence du film, celle centrée uniquement sur Les 24 heures du Mans. Idem pour Première, qui qualifie ce biopic de "divertissement de bonne tenue".  Le média spécialisé salue également le propos politique sous-jacent de cette production au casting cinq étoiles : "Mangold raconte aussi l'histoire d'une certaine Amérique, celle qui n'hésite pas à laisser sur le côté les accidentés [...] Le Mans 66 est un film beaucoup plus politique qu'on croit". Un divertissement qui a donc des chances de rassembler tous les publics.

L'avis de la rubrique Auto de Linternaute.com

Le Mans 66 tient ses promesses : le film réussira à réunir les passionnés d'automobile comme les néophytes, grâce à un scénario qui va au-delà de la simple course de voitures et une mise en scène extrêmement soignée. Parce qu'avant de se lancer dans les 24 Heures du Mans, Ford a dû construire son monstre sur roues, la GT40, qui allait mettre fin à la suprématie de Ferrari. Et c'est avant tout cela que Le Mans 66 raconte, mettant en images la genèse du programme d'endurance de Ford dans les années 60, et l'épopée de Carroll Shelby, passant de son garage miteux où il bricolait ses premières voitures de sport à un énorme hangar d'aéroport. Une épopée automobile qui sent bon la gomme et l'huile de vidange, en somme.

Le film s'achève évidemment par la reconstitution de la course de la 34e édition des 24 Heures du Mans. Un moment de cinéma exceptionnel qui justifie à lui seul d'aller voir Le Mans 66, tant il fait bien ressentir les émotions par lesquels les pilotes passent durant vingt-quatre heures de course acharnée. Des détails, certes nécessaires au bon fonctionnement de ce show hollywoodien, viennent toutefois dénaturer la reconstitution : les pilotes n'ont de cesse de se lancer des regards à 350 km/h dans la ligne droite des Hunaudières – ce qui n'arrive jamais dans la réalité – et les accidents sont parfois un peu trop spectaculaires pour être vrais. Au registre des défauts, on notera également quelques longueurs dans la première partie du film, et une bande-son trop en retrait. Le Mans 66 restera quoi qu'il arrive comme un grand film automobile, qui fait honneur à la légende des 24 Heures du Mans.

Vous avez vu Le Mans 66 ? Donnez votre avis sur Linternaute.com

En savoir plus

Synopsis - En 1966, le choc des titans se prépare pour Les 24 heures du Mans. Cela fait deux fois que l'écurie Ford se fait battre par Ferrari, et il est temps de mettre un terme à ce règne. Pourtant les Ford montrent des signes de surchauffe et une instabilité à grande vitesse. Mais Ken Miles, le pilote, va prendre tous les risques.

Le tournage du Mans 66

Pour Le Mans 66, James Mangold a souhaité donné une impression d'authenticité et de réalisme. Avant le tournage, Christian Bale a pris des cours de conduite pour être plus convaincant dans le rôle de Ken Miles. Il se retrouve derrière le volant de quelques voitures à l'écran : "On avait d'excellents pilotes qui ont travaillé sur ce film et qui conduisent sur Le Mans, précise l'acteur. J'adorerai dire que j'ai été capable de conduire les voitures et de faire les scènes moi-même, mais ça n'aurait pas été aussi excitant que dans le film. Il faut laisser faire les professionnels".

Pour les besoins du tournage, presque toutes les séquences ont été tournées en décors réels et des véhicules d'époque ont été utilisés. Cependant, il a fallu reconstituer la cours des 24 heures du Mans, où se déroule la dernière partie du film. La séquence n'a pas été tournée dans la ville ville sarthoise : la célèbre course française a été recréée en Georgie, dans un coin connu pour ses paysages ruraux. "Cela a demandé des mois et des mois de travail. Il fallait tout coordonner" a décrit le chef décorateur François Audouy.

Le Mans 66 inspiré d'une histoire vraie

Derrière Le Mans 66, on retrouve un véritable exploit que les passionnés de courses automobiles connaissent bien. Au début des années 1960, Henry Ford II espère racheter des parts de Ferrari, afin d'allier le plus grand constructeur automobile au champion italien. Les négociations avancent bien jusqu'à ce qu'Enzo Ferrari décide de tout annuler. Un affront que Ford refusera de laisser passer. Il se lance pour défi de vaincre Ferrari sur son propre terrain, Les 24 heures du Mans. Il confie la mission à Carroll Shelby, ancien pilote qui a remporté la course par le passé et qui s'est depuis reconverti dans l'ingénierie et la vente automobile. Le Texan va devoir créer un prototype de voiture de course Ford, la GT 350. Après plusieurs échecs, il conçoit la GT40 avec l'aide de son ami Ken Miles. Encore faut-il convaincre le constructeur américain de laisser le pilote britannique, exceptionnel mais très caractériel, conduire l'engin aux 24 heures du Mans. En 1966, c'est une course exceptionnelle qui va opposer les deux géants de l'automobile, dont on ne révélera pas l'issue pour laisser le plaisir au spectateur qui désire la découvrir sur grand écran.

Le Mans 66, film sur l'amitié

Avant d'être un long-métrage sur une rivalité historique entre deux géants de l'automobile, ou simplement une spectaculaire course de voiture, Le Mans 66 est un film sur l'amitié tumltueuse qui lie Carroll Shelby et Ken Miles. "L'important pour moi dans ce film, c'était l'amitié, la camaraderie, l'idée d'accomplir quelque chose ensemble", confie James Mangold en conférence de presse. "J'ai essayé de faire un film qui fonctionne comme un drame pour adultes, avec de l'action". Une volonté affichée par le casting, dont Christian Bale : "Il y a une obsession partagée entre ces personnages, un but commun [...] Ça a transcendé le film : au lieu de n'être qu'un film de course de voiture, c'est une histoire d'amitié".

Le Mans 66 – sortie cinéma le 13 novembre 2019

Photos