Billie Eilish, Christine and the Queens... Les artistes en soutien du Black Lives Matter

Billie Eilish, Christine and the Queens... Les artistes en soutien du Black Lives Matter Après la mort de George Floyd, devenu symbole de la violence policière, nombreux sont les artistes à exprimer leur indignation et dénoncer le racisme.

"I Can't Breath". Cette phrase, prononcée par George Floyd lors de sa longue agonie, le cou écrasé par le genou d'un policier, est devenue un symbole. Partout dans le monde, ce mardi 2 juin, c'est une vague noire qui déferle sur les réseaux sociaux, où les témoignages indignés contre les violences policières et racistes pleuvent par centaines de milliers. La mort de George Floyd, cet Américain de 46 ans, lors de son interpellation par la police à Minneapolis, dans le Minnesota, aux Etats-Unis, a enflammé l'Amérique, créant des dizaines de manifestations. L'insoutenable vidéo des faits elle, tourne en boucle depuis ce week-end. Parmi ces millions d'anonymes sur les réseaux sociaux ou dans la rue, de nombreuses personnalités se sont elles aussi exprimé contes ces violences.

Billie Eilish, sur son compte Instagram, s'agace du slogan "All Lives Matter" ("Toutes les vies comptent"), quand le sujet est le racisme, avec un autre slogan, "Black Lives Matter" ("La vie des Noirs compte"). "Personne ne dit que votre vie est sans importance. Personne ne dit que votre vie n'est pas difficile. (…) Tout ce que vous faites c'est de trouver un moyen de tout ramener à vous. Il ne s'agit pas de vous. Vous n'êtes pas dans le besoin. Vous n'êtes pas en danger (...) Vous êtes privilégiés que ça vous plaise ou non. La société vous donne des privilèges simplement parce que vous êtes Blancs. Vous pouvez être pauvre et rencontrer des difficultés, votre couleur de peau vous donne plus de privilèges", écrit la chanteuse sur Instagram.

Et de renchérir : "Si toutes les vies comptent, pourquoi les personnes noires sont-elles tuées simplement parce qu'elles sont noires ? Pourquoi les immigrés sont-ils persécutés ? Pourquoi les personnes blanches ont-elles des opportunités que les gens avec une autre couleur de peau n'ont pas ? Pourquoi les personnes blanches ont-elles le droit de manifester en portant un semi-automatique ? Pourquoi les personnes noires peuvent se faire traiter de malfrats lorsqu'elles manifestent contre le meurtre d'une personne innocente ? Vous savez pourquoi ??? Le putain de privilège blanc."

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

#justiceforgeorgefloyd #blacklivesmatter

Une publication partagée par BILLIE EILISH (@billieeilish) le

"Nous avons tous assisté à son meurtre en plein jour. Nous sommes brisés et écoeurés . Nous ne pouvons normaliser cette douleur. Je ne m'adresse pas qu'aux gens de couleur. Que vous soyez blanc, noir, marron ou quoi que ce soit entre les deux, je suis sûre que vous vous sentez désemparé face au racisme qui existe aujourd'hui en Amérique. Nous ne pouvons plus regarder ailleurs. George est notre famille parce qu'il est Américain. Trop de fois nous avons vu ces meurtres violents, et aucune conséquence. Oui, quelqu'un a été mis en examen (le policier Derek Chauvin qui écrasait le cou de George Floyd avec son genou ndlr), mais la justice est loin d'être rendue", explique la chanteuse Beyoncé à ses 147 millions d'abonnés sur Instagram. Elle partage par ailleurs la pétition réclamant "justice pour George Floyd", qui totalise plus de 12 millions de signatures, un record pour le site.

Et les chanteuses américaines ne sont pas les seules à s'exprimer sur le sujet sur les réseaux sociaux. En France, nombreux sont les artistes à s'indigner des violences policières et du racisme aux Etats-Unis, mais aussi sur le territoire français. La chanteuse Christine and the Queens appelle, sur Instagram, à se rendre au rassemblement prévu ce mardi 2 juin à 19 heures devant le Tribunal de Paris (qui vient d'être interdit par la préfecture de police de Paris). "Le silence est un renoncement qui me devient de plus en plus insupportable", écrit-elle en légende d'un carré noir, symbole partagé sur des milliers de comptes, dont beaucoup d'artistes comme Julien Doré, Juliette Armanet, Eddy de Pretto, Tim Dup, Woodkid, AngèleSuzane, Kiddy Smile, Matthieu Chedid, Roméo Elvis, Jain, Lomepal et bien d'autres...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

As we are, Trapped in our bodies In the beauty of it they are both poetry and politics Poetry, for I shall love you, poetry for a memory lingers in the bone But politics, Politics ! Politics through the muscles crushed on the floor, politics deep under the skin ; the thick pulse of the blood, rushes of fury That thick pulse is in everyones ears now, As it should be. Trapped in our bodies, Yearning for something eternal, maybe dignity, maybe the right to a rich, sweet, full life, Some have to learn early on how to deflect, how to run faster Some protect their faces from the beating up, some are not allowed to be trusted, some have to remain calm because any muscle twitch can turn them into a moving target And this is the tragedy of human experience that we do not all seem ready to hear how unfair this is. We did invent those words, though : justice, love, life. We do utter them often. We hear them on TV. They need to mean something again. Justice. This fragile blessing that is upon us, life, this fragile blessing taken away Anyone that is somehow escaping the narrow definition of what is supposed to be neutral knows how violently politics are hissing just under the skin ; neutral meant white. Normal meant cis. Their patience is measured. And their impatience kills. We shall not be silent. Justice, life, love, here lies our dignity, and the hurt needs to stop. Some had to learn how to live in a world that was not made for them to succeed. Injustice calls for everyone to stand up and ask for safe spaces. Black lives matter. A demain pour ceux qui peuvent sur Paris, au rassemblement devant le tribunal de Paris a 19 heures. Justice pour tous. Le silence est un renoncement qui me devient de plus en plus insupportable.

Une publication partagée par Chris (@christineandthequeens) le

L'industrie musicale à l'arrêt

Des carrés noirs ont donc envahi les réseaux sociaux et particulièrement Instagram, où un hashtag ressort : #TheShowMustBePaused, en écho bien sûr à la chanson The Show Must Go On ("Le spectacle doit continuer"), pour dénoncer les violences policières et le racisme aux Etats-Unis. Un rassemblement créé par Jamila Thomas et Brianna Agyemang, "deux femmes noires de l'industrie musicale" outre-Atlantique qui travaillent chez Atlantic Records et Platoon, lit-on dans un message posté sur le compte Instagram de l'initiative, en réponse "au racisme de longue date et à l'inégalité. Nous ne continuerons pas à travailler comme d'habitude sans respect pour les vies noires."

Les artistes ne sont pas les seuls de l'industrie musicale à s'engager pour le Black Lives Matter : ce mardi, jour donc de "Blackout Tuesday" ("mardi débranché"), Spotify, Apple Music ou Deezer, les géants du streaming musical, ont diffusé plusieurs messages à leurs abonnés. "Ce 2 juin c'est le 'Blackout Tuesday', une journée de déconnexion collective du travail destinée à aider les gens à réfléchir et à se rassembler pour soutenir la communauté noire. En ce jour - et tous les jours - Spotify soutiendra nos employés, amis, partenaires, artistes et créateurs dans la lutte contre le racisme, l'injustice et les inégalités", peut-on ainsi lire dans un communiqué posté sur le site de Spotify.