Fabrice éliminé de Koh Lanta : "les conseils étaient des épreuves pour moi" [INTERVIEW]

Fabrice éliminé de Koh Lanta : "les conseils étaient des épreuves pour moi" [INTERVIEW] Doyen de Koh Lanta les 4 terres, Fabrice a quitté l'aventure suite à une épreuve d'immunité. Il se livre sur son aventure en interview.

On dit souvent que, dans Koh Lanta, les doyens sont les premiers candidats à être éliminé. Fabrice, 55 ans, a fait mentir tous les pronostics dans Koh Lanta les 4 terres. Aventurier aussi apprécié par ses camarades que précieux pour son apport en nourriture à toute la tribu, ce garagiste du Nord a prouvé sa valeur à maintes reprises. Il quitte l'aventure dans l'épisode 12 après être arrivé dernier à l'épreuve d'immunité, sans qu'un vote n'ait été porté contre lui, tout comme Bertrand-Kamal cette saison. Pour Linternaute.com, il revient sur une aventure difficile mais dont il est très fier.

Comment vous sentiez-vous au sein de la tribu réunifiée ?

Je me sentais super bien. Effectivement, mon nom est sorti à certains conseils mais je ne me sentais jamais en danger. Peut-être que je ne voyais pas bien le truc arriver mais je me suis toujours bien senti.

En parlant des conseils, j'ai l'impression que vous avez eu beaucoup de mal à vous situer sur les votes d'élimination. Vous avez eu du mal à vous mettre au cœur des stratégies ?

C'est exact, bien vu. J'avais du mal à me mettre dans la stratégie parce qu'à chaque fois c'était voter contre quelqu'un qu'on appréciait. Le premier vote c'était contre Marie-France, donc j'avais beaucoup de mal à voter contre elle. Après, j'ai dû voter contre Joaquina, ça m'avait fendu le cœur. A chaque conseil, c'était hyper difficile. Je m'étais mis plus dans des alliances que dans une stratégie offensive.

Le fait que vous appréciez à peu près tout le monde ne vous a sans doute pas aider...

Exactement. Comment voulez-vous mettre le nom d'un pote quand vous appréciez tout le monde ? Pour moi, les épreuves c'étaient les conseils, pas les jeux. A chaque fois que je partais en conseil, je me disais "Holala"...

"Angélique et Lola étaient mes deux filles de l'aventure"

On a vu se développer entre vous et Lola une vraie relation tout au long de la saison, à tel point qu'elle parle de vous comme d'un membre de sa famille. Comment l'expliquez-vous ?

Quand on s'est rencontré, on s'est tout de suite bien entendu avec les Violets. On a bien discuté. Elle était sympa, souriante, communicative, pleine d'entrain... J'ai tout de suite vu que ses valeurs étaient les miennes. Elle m'a dit "Tu pourrais être mon papa, tu as le même âge. Tu te rends compte, je fais l'aventure avec mon papa !" Ça a tout de suite matché. Elle a 20 balais, j'en ai 55 et tout de suite ce côté protecteur m'est venu sans que je le contrôle. Avec Angélique aussi, c'étaient mes deux filles de l'aventure. Je les aurais protégées jusqu'au bout. J'ai rencontré les parents de Lola après, ce sont des gens avec des super valeurs. On est un peu fiers de notre région dans le Nord mais cette région elle représente des valeurs et ses parents aussi. Ce sont des valeurs exceptionnelles.

"J'ai eu un coup de bol phénoménal"

Cette année, c'est la première fois qu'on voyait les régions représentées de cette manière. Ça apportait un vrai plus aux candidats ?

Oui, nos efforts étaient décuplés quand on a appris qu'on représentait nos régions. Mais c'était quand même une pression supplémentaire. Faire l'aventure pour soi, c'est déjà difficile mais représenter une région c'est aussi une pression. Parce qu'il ne faut pas la décevoir. Il faut se battre doublement. Je pense que ça a décuplé mes capacités à tenir jusqu'au bout, jusqu'au 35e jour. Depuis le début, même au casting, je mettais en avant ma région. J'ai eu un coup de bol phénoménal que cette année-là soit celle des 4 terres.

Avec Sébastien, vous avez été parmi les seuls candidats cette année à montrer que vous étiez capables de vraiment survivre et de trouver de la nourriture. C'est une fierté ?

Dans les épreuves, je n'étais pas mauvais mais j'étais dans le milieu et je m'étais dit que je devais prendre ma place sur le camp. Il faut aller chercher de la nourriture, que tout le monde soit bien sur le camp. Il n'y a pas que les épreuves dans Koh Lanta, il y a le camp aussi. C'est ce qu'on a fait avec Sébastien. On s'est défoncé pour nourrir notre tribu à aller chasser, à aller trapper des crabes... Ça a bien fonctionné parce qu'il y a eu pas mal de retours positifs. Avec Sébastien, on a fait un super duo. Après ça, on avait notre place dans l'aventure. Et les aventuriers me l'ont bien rendu parce que je suis allé assez loin dans l'aventure quand même.

Lorsque vous êtes seul face à Ava, lors de l'épreuve d'immunité, qu'est-ce qui vous passe dans la tête ?

J'essayais de bien respirer, de me calmer parce que j'étais énervé. Dès le début j'étais stressé et après j'étais énervé parce que j'y arrivais pas. J'essayais de souffler... Je pensais la petite Faustine dont la maman tient une association pour les enfants en situation de handicap. J'essayais de m'évader, je me disais "Il faut que tu fasses ça pour elle." J'essayais de me calmer mais je n'y arrivais pas. Je devenais fou.

Vous diriez que c'est ce moment-là qui a été le plus dur dans votre saison ?

C'était un moment difficile mais il y en a eu des plus difficiles que d'autres. Celui-là, ça a été le couperet. Je voyais que tout s'arrêtait. Ça s'est arrêté là. Y en a eu d'autres, quand Bertrand-Kamal est parti ça a été difficile pour tous les aventuriers... Et quand je dois partir, laisser mes copains sur la place... C'était un moment difficile.

A ce moment-là dans l'aventure, vous sentiez-vous capable d'aller plus loin ?

Je pense que c'était le tournant de l'aventure. C'est aussi ça qui m'a fait me mettre de la pression. Parce que je me disais qu'en passant cette épreuve, c'était bon pour aller jusqu'à l'orientation. Mais je me suis mis trop de pression...

"Ce n'était pas une mince affaire mais j'en suis fier"

Que retiendrez-vous de votre aventure Koh Lanta ?

Que j'ai fait une belle aventure. J'ai fait confiance aux autres et ils m'ont fait confiance. J'ai tout donné à chaque épreuve et ils l'ont bien ressenti. Dans l'aventure, je disais que c'était pas une mince affaire et c'est vrai. C'était pas une mince affaire mais j'en suis fier. J'ai aussi amené du bonheur autour de moi. C'était important parce que depuis le début de la diffusion, on est tous sur un petit nuage tous les vendredis soirs. Ça amène plein de bonheur ! Je croise des enfants dans la rue, ils sont super contents, je signe des autographes et je fais des photos. Il y a un avant, un pendant et un après Koh Lanta.