Confinement en Europe : fin de l'état d'urgence en Espagne, restrictions allégées en Belgique

Alors que l'Espagne s'apprête à lever l'état d'urgence, la Belgique autorise de nouveau les voyages non-essentiels dans l'UE. Royaume-Uni, Portugal, Italie... Quel est le plan de déconfinement de nos voisins européens face à la troisième vague de Covid-19 ? Le point par pays.

[Mis à jour le 20 avril 2021 à 10h44] Les pays européens font actuellement face à la troisième vague de Covid-19, entre nouvelles mesures restrictives et déconfinement progressif au printemps. Au Royaume-Uni, la situation sanitaire s'est nettement amélioré depuis quelques semaines, permettant la réouverture des terrasses, des commerces non essentiels, des salles de sport ou encore des bibliothèques le 12 avril dernier.

En Espagne, le gouvernement ne prolongera pas l'état d'urgence sanitaire au-delà du 9 mai 2021, lequel avait été décrété en octobre 2020. Une plus grande mobilité est ainsi attendue entre les communautés autonomes, ainsi qu'un redémarrage des voyages nationaux

Les cafés et restaurants de Belgique pourront rouvrir leurs terrasses le samedi 8 mai en limitant le nombre de consommateurs par table, a indiqué à l'AFP une source gouvernementale, confirmant des informations des médias. La Belgique a également annoncé qu'elle a rouvert ses frontières aux déplacements au sein de l'Union européenne (UE) le 19 avril. Toutefois, ces déplacements restent "déconseillés", a déclaré le premier ministre belge, Alexander De Croo. Pour les déplacements hors de l'UE, les règles européennes restent en application, a-t-il précisé.

Gérée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), une carte unique de zones rouges, vertes, oranges et grises en fonction du taux de contamination permet aux voyageurs de mieux s'y retrouver (disponible ICI et mise à jour le 8 avril 2021). Au total, une vingtaine de pays de l'UE, dont la France, la Belgique, les Pays-Bas ou encore l'Italie apparaissent en rouge en raison de leur situation sanitaire. Aucun pays n'apparait totalement en vert en cette mi-avril. La Norvège, la Finlande, le Portugal, l'Irlande et quelques régions espagnoles sont en orange.

© ECDC

A noter : pour des informations plus complètes sur trois pays très prisés - Espagne, Italie et Portugal - n'hésitez pas à consulter nos focus dédiés. Ils comprennent toutes les informations pratiques pour préparer votre voyage et vivre des vacances sereines, même en cette période délicate :

Plan de déconfinement au Royaume-Uni

Confiné pour la troisième fois début janvier (avec des régions comme Londres confinées dès la mi-décembre), le Royaume-Uni a vu sa situation sanitaire nettement s'améliorer depuis quelques semaines notamment grâce à une politique de vaccination de masse. Le pays compte désormais moins de 3 000 cas et moins de 50 décès par jour.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dit ambitionner un retour à la quasi-normale pour l'été, en présentant une stratégie de déconfinement. Les élèves ont progressivement repris le chemin de l'école au mois de mars. Les rencontres et les sports en extérieur sont autorisés depuis ce lundi 29 mars en Angleterre, où la deuxième phase du déconfinement progressif a débuté. Les magasins non essentiels, les coiffeurs, les terrasses et les pubs rouvrent ce lundi 12 avril. La réouverture de la restauration en salle n'est prévue que lors de la prochaine étape du déconfinement, le 17 mai, en même temps que les hôtels, salles de spectacles et tribunes des stades, avec des capacités limitées.

Côté loisirs, les Anglais peuvent retourner dans les salles de sport, les spas, les bibliothèques, faire un tour au zoo et partir en vacances en Angleterre, tant qu'ils restent entre membres du même foyer.

Quarantaine obligatoire en Irlande pour les Français

L'Irlande a décidé de durcir les conditions pour les "passagers arrivant de France". A partir du 15 avril 2021, les voyageurs devront subir une quarantaine de 14 jours obligatoire et seulement dans les hôtels désignés par le gouvernement.  La réservation doit être faite avant le départ. La réservation dans les hôtels désignés par le gouvernement est consultable ICI, les autorités rappellent que tous les frais sont à la charge des passagers et que la non-application de la quarantaine est une infraction grave.

Pour information, le prix du forfait standard tout inclus, est fixé à 1 875 euros et pour 12 nuits. Le gouvernement irlandais se charge du transfert vers l'établissement de quarantaine, que les voyageurs arrivent par voie maritime ou aérienne.

En Espagne, bientôt la fin de l'état d'urgence

Le gouvernement espagnol ne prolongera pas l'état d'urgence sanitaire au-delà du 9 mai 2021. Une plus grande mobilité est ainsi attendue entre les communautés autonomes, ainsi qu'un redémarrage des voyages nationaux. Le couvre-feu est maintenu chaque soir à partir de 22h, selon les régions.

Si aucune mise en quarantaine n'est en vigueur à l'entrée sur le territoire espagnol, l'Espagne oblige toutefois les voyageurs provenant de 65 "pays à risque", dont la France, à présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures à leur arrivée sur le territoire espagnol. Si cette mesure s'appliquait "dans les points d'entrée" dans le pays, c'est-à-dire les aéroports et les ports uniquement jusque maintenant, un test PCR négatif de moins de 72 heures est désormais exigé pour toute personne souhaitant passer la frontière terrestre française pour se rendre en Espagne. A partir du mois de juin, les touristes arrivant en Espagne avec le certificat sanitaire de l'Union européenne (UE) pourront entrer sans avoir à se soumettre à des quarantaines ou à fournir des tests de dépistage négatifs

  •  À Madrid, tout est ouvert : les bars, les restaurants, les lieux culturels et les musées. Toutefois, tout ferme à 21h le soir et un couvre-feu est décrété à 22h. Les terrasses sont prises d'assaut alors que les discothèques sont également ouvertes.
  • Le port du masque est obligatoire pour toute personne de plus de 6 ans, dans les transports publics, dans les espaces publics ou dans les lieux recevant du public, y compris les hôtels et les commerces, lorsqu'une distance d'un mètre cinquante ne peut être respectée entre deux personnes.
  •  Tout passager souhaitant se rendre en Espagne par avion devra compléter un formulaire personnel et non transférable : une fois ce formulaire complété et signé, le voyageur recevra un QR code associé à son voyage qu'il devra conserver sur son téléphone portable ou imprimer afin de pouvoir passer le contrôle sanitaire aéroportuaire.

En Italie, prolongement des restrictions jusqu'au 30 avril

L'Italie a décidé de prolonger les restrictions pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, dont la fermeture de restaurants, commerces et musées jusqu'au 30 avril, selon un nouveau décret signé par le Premier ministre Mario Draghi. Cela rend obligatoire la vaccination pour les personnels de santé, mais garde ouvertes les écoles primaires, et prévoit que des mesures d'assouplissement pourront être décidées avant la fin du mois d'avril en cas d'amélioration de la situation sanitaire.

Comme le rappelle le Quai d'Orsay dans ses conseils aux voyageurs, les personnes entrant en Italie en provenance de France " doivent présenter le résultat négatif d'un test moléculaire (PCR) ou antigénique réalisé moins de 48h avant le voyage et se signaler dès l'arrivée à l'autorité sanitaire régionale. Ils doivent en outre se soumettre à un isolement de 5 jours et ce même si le premier test est négatif, à l'adresse indiquée aux autorités sanitaires (adresse privée ou hôtel) et refaire un test à la fin de l'isolement. "

Confinement et restrictions prolongés en Allemagne

L'Allemagne a classé la France en " zone à haut risque " face à la pandémie de Covid-19, ce qui entraine de nouvelles restrictions à l'entrée sur son territoire. Le ministre des affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, a annoncé que le dispositif prévoyait " des contrôles aléatoires sanitaires plus renforcés que ce qui existait jusqu'à présent, avec tests obligatoires et quarantaine conseillée ". Pour les travailleurs frontaliers, des discussions sont en cours avec les régions concernées pour " essayer d'adapter le mieux possible ces mesures et faire en sorte que ces salariés soient le moins pénalisés possible ". " Mais il y aura obligation de tests sanitaires ", a-t-il tout de même noté.

Le taux d'incidence national est passé au-dessus du seuil symbolique de 100 (à 103,9), qui déclenche des "freins d'urgences", à savoir de nouvelles restrictions au niveau local. Tant est si bien que l'assouplissement des restrictions anti-Covid n'est plus d'actualité. Au contraire: plusieurs Länder (régions) allemands plaident pour une prolongation de ces mesures. Il est nécessaire que le pays "prolonge" jusqu'à une date encore à déterminer précisément en avril toutes les restrictions de déplacement, insiste le document.

La population doit porter des masques médicaux dans les magasins et les transports en commun, et une interdiction de se déplacer à plus de 15 km de chez soi est imposée dans les villes dépassant le taux d'incidence de 200 nouveaux cas pour 100 000 habitants en une semaine. Il est vivement recommandé aux voyageurs de vérifier auprès du Land de leur lieu de séjour quelle est la législation applicable et quelles exceptions sont prévues.

Réouverture partielle des restaurants et bars en Belgique et voyages autorisés

La Belgique va autoriser à partir du 8 mai la réouverture des terrasses des bars et restaurants, fermés depuis fin octobre dernier. Le Premier ministre Alexander De Croo a annoncé mercredi que le gouvernement adoptait une approche "prudente". "L'apparence de l'épidémie a changé. Nous ne combattons pas le même virus qu'il y a un an. Le virus et ses variants sont désormais plus virulents, plus contagieux et plus agressifs", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. 

Les écoles ont rouvert ce 19 avril, jour également de la levée de l'interdiction des voyages à l'étranger non impérieux. Le Premier ministre a cependant invité les Belges à voyager le moins possible. L'étape suivante sera la réouverture des coiffeurs et des commerces non-essentiels le 26 avril, puis celle des brocantes, des parcs de loisirs et des salles de sport (dans la limite de 25 personnes) à partir du 8 mai.

Les passagers arrivants dans les aéroports belges depuis la France sont soumis à une quarantaine de 7 jours, avec tests obligatoires de dépistage de la Covid-19 le premier et le septième jour. Des exceptions sont prévues pour les travailleurs essentiels, les étudiants devant passer des examens ainsi que pour les résidants partis à l'étranger pour des raisons professionnelles. Tous les voyageurs se rendant en Belgique, quel que soit le moyen de transport utilisé, doivent remplir le Formulaire de Localisation du Passager.

Les Pays-Bas mettent en place un couvre-feu

Le gouvernement néerlandais déconseille fortement de se rendre à l'étranger avant le 16 avril, tout particulièrement dans les régions touchées par la Covid-19 (régions classées " orange " ou " rouge " dans la typologie observée par les autorités néerlandaises) et demande la mise en quarantaine à domicile pendant dix jours aux voyageurs à leur arrivée aux Pays-Bas. Le pays a décidé de rouvrir les écoles et certains commerces fin février malgré la hausse des cas, mais le couvre-feu reste de vigueur jusqu'à fin mars.

Les passagers se rendant aux Pays-Bas par voie aérienne doivent remplir un formulaire de déclaration de santé avant l'embarquement. Dans le cas où un voyageur présente l'un des symptômes énumérés dans le formulaire de déclaration de santé, il ne sera pas accepté sur le vol. Ceci est également applicable pour les passagers en transit.

Le Portugal a débuté son plan de déconfinement progressif

Le gouvernement portugais a annoncé la réouverture des crèches, des écoles primaires et de certains commerces non essentiels (salons de coiffures, libraires, bibliothèques...) depuis le 15 mars, première étape de son plan de levée des mesures contre le Covid-19. Début avril, ce sera au tour des collèges, des terrasses des cafés et des restaurants, ainsi que des monuments et musées de rouvrir. Les lycées, les universités, les théâtres et les salles de restaurant, dans la limite de quatre personnes par table, rouvriront à la mi-avril, tandis que les grands évènements seront autorisés à partir du 3 mai, avec quelques restrictions.

En accord avec l'Espagne, le Portugal a décidé de prolonger " les contrôles aux frontières terrestres et fluviales " jusqu'à la fin de la journée du 15 avril, a indiqué le gouvernement portugais, ajoutant que le transport ferroviaire restait également suspendu. Cette mesure ne s'applique pas aux travailleurs frontaliers et aux services d'urgence notamment. L'interdiction n'empêche pas non plus le retour au pays des ressortissants portugais et des personnes ayant un titre de séjour, ni la sortie des citoyens étrangers, souligne le ministère.

Les voyageurs se rendant au Portugal par voie terrestre, en provenance de pays où le taux d'incidence au Covid-19 est égal ou supérieur à 500 cas pour 100 000 habitants, comme la France, devront continuer à se mettre à l'isolement pendant 14 jours à leur arrivée, précise le ministère de l'Intérieur.

Quelles conditions à respecter en Grèce ?

Un confinement généralisé est toujours en vigueur en Grèce, comprenant un couvre-feu strict qui s'applique à tout le pays entre 21h00 et 5h00 ; dans certaines régions il s'entend entre 18h00 et 5h00. Seules les sorties pour des raisons professionnelles et privées impérieuses, dûment autorisées, seront possibles. Resteront ouverts les supermarchés, les pharmacies et les établissements hospitaliers.

Tous les voyageurs, quelle que soit leur nationalité et provenance, doivent remplir un formulaire en ligne au moins 48h avant le voyage. Surtout, la Grèce exige qu'ils présentent à l'embarquement les résultats rédigés en anglais d'un test négatif au coronavirus (RT-PCR) de moins de 72h pour toutes les arrivées. Le test PCR Covid-19 n'est pas exigé pour les enfants nés en 2011 et après. Un dépistage aléatoire au virus peut être demandé à l'arrivée des voyageurs qui, s'il est positif, entraîne une quarantaine de 14 jours (au moins 7 jours pour les cas contacts) dans une structure désignée par les autorités sanitaires.