Sondages municipales : la grande synthèse avant les municipales

Sondages municipales : la grande synthèse avant les municipales A quelques jours du scrutin, les sondages sur les municipales se multiplient. Que faut-il en retenir ? Sondages à Paris, Marseille, Lyon ou Nantes... Voici une synthèse des enquêtes d'opinion au niveau national, mais aussi dans les principales villes.

[Mis à jour le 21 mars 2014 à 19h38] Pour les élections municipales des 23 et 30 mars 2014, c'est la droite qui est donnée gagnante avec 40 % des souhaits de victoire des listes UMP-UDI-DVD selon un sondage réalisé par Ifop pour le "Le Journal du Dimanche" début février. UMP et UDI atteindraient seules 29 % des suffrages au niveau national, le PS 21 %, le FN 17 %, le Front de gauche 11 % et EELV 8% selon la même enquête. Un sondage un peu plus récent de CSA pour BFMTV, Orange et "Le Figaro" donne des tendances similaires pour les résultats des municipales : 46 % pour les listes de droite dans leur ensemble au premier tour, 43 % pour la gauche, c'est-à-dire le PS enrichi cette fois des Verts, des communistes, des radicaux et autres divers gauche. Le FN quant à lui avoisine les 10 %.

Les sondages sur le FN aux municipales attirent l'attention. Le Rassemblement bleu Marine, derrière lequel se réfugient les candidats frontistes ou sympathisants aux municipales, représente une menace pour les principaux partis. Si les sondages donnent un taux d'intentions de vote limité (sous les 20 %), le FN pourrait jouer les troubles fêtes dans certaines villes ou des triangulaires sont annoncées. Il pourrait aussi remporter quelques villes au cas par cas comme Hénin-Beaumont ou encore Perpignan. Mais plus que le score en lui-même, c'est la progression des idées du FN qui inquiète lors de ces municipales. Selon un sondage TNS Sofres pour France Info, Le Monde et Canal+, 34 % des personnes interrogées adhèreraient aux idées du Front national.

Sondages à Paris, Lyon, Marseille...

Les sondages des municipales à Paris donnent Anne Hidalgo vainqueure sur Nathalie Kosciusko-Morizet. Un récent sondage Ifop-Fiducial, publié le 12 mars, offrait l'avantage à la candidate socialiste au premier tour avec 38 % des suffrages contre 35,5 % à NKM. Au second tour, Anne Hidalgo s'imposerait avec 43 % des voix contre 37 % pour sa rivale de l'UMP. A noter que les autres listes obtiendraient au premier tour 7,2 % pour le FN et 6,5 % pour EELV entre autres. Des scores trop faibles pour espérer se qualifier à l'échelle de la ville au second tour.

Le précédent sondage de l'Ifop pour Europe 1 ne disait pas autre chose. Selon lui, la candidate socialiste rassemblerait 39,5 % des voix au premier tour le 23 mars contre 36,5 % pour NKM. Le FN arriverait troisième à l'issue des résultats à Paris, avec 8 %, la candidate du Front de Gauche Danielle Simonnet quatrième avec 6 %, ce qui laisserait augurer un simple duel PS-UMP au second tour le 30 mars (seules les listes ayant obtenu 10 % étant qualifiées). Toujours selon l'Ifop, c'est encore Anne Hidalgo qui s'imposerait alors avec un écart assez confortable : 54 % contre 46 % pour NKM.

Les sondages à Lyon donnent eux aussi un large avantage au maire socialiste sortant Gérard Collomb. Ce dernier obtiendrait selon l'Ifop 36 % des suffrages au premier tour contre 29,5 % pour son rival UMP-UDI Michel Havard. Les intentions de votes pour Christophe Boudot (FN) sont de 12,5 %, ce qui qualifierait sa listes au second tour pour des triangulaires. Etienne Tête (EELV) et Nathalie Perrin-Gilbert (FDG) suivent avec 8 %. Les électeurs lyonnais n'ont été interrogés que sur un duel au second tour. Gérard Collomb obtiendrait alors une large victoire avec 57 % des voix et Michel Havard n'enregistrerait que 43 % des votes exprimés.

Pour les municipales à Marseille, les sondages ont tendance à se resserrer dans la dernière ligne droite. Mais Jean-Claude Gaudin est tout de même donné en tête des intentions de votes sur la Canebière avec 41 % des suffrages au premier tour selon un sondage BVA pour RTL et Aujourd'hui en France. Le socialiste Patrick Mennucci n'obtiendrait que 26 % des résultats des municipales à Marseille. Deux autres listes pourraient se qualifier au second tour, celles du frontiste Stéphane Ravier qui obtiendrait 16 % des votes et la liste Front de gauche de Jean-Marc Coppola qui atteindrait les 11 %. Au second tour, Jean-Claude Gaudin s'imposerait avec 45 %, Patrick Mennucci récolterait 39 % des voix et Stéphane Ravier resterait cantonné à 16 %, faute de réserve de voix.

Tandis qu'à paris où Lyon l'avantage semble aller clairement à la gauche, Marseille est l'une des grandes villes où le scrutin des municipales sera des plus serrés. Longtemps, un départ de Jean-Claude Gaudin, 74 ans, a été pressenti. Mais après avoir subtilement écarté ses principaux adversaire, dont celui qu'on annonçait comme son dauphin Renaud Muselier, il a fini par rempiler, malgré une santé qu'on dit vacillante. Plombé par l'image délétère de la ville en termes de criminalité, il aura donc fort à faire face à un Patrick Menucci conquérant mais encore en deçà de ses espérances dans les sondages.

Les sondages des municipales Nice offrent quant çà eux une très large victoire au maire UMP sortant Christian Estrosi. Selon un sondage BVA pour Le Parisien et France Inter, ce dernier serait relativement proche d'une élection dès le premier tour avec 47 % des suffrages contre un minuscule 19 % pour son rival socialiste (allié à EELV) Patrick Allemand. Le FN de Marie-Christine Arnautu pourrait se qualifier pour le second tour avec 14 % des résultats à Nice aux municipales. Au second tour selon l'enquête d'opinion, Christian Estrosi s'imposerait avec 54 % des votes contre 32 % à Patrick Allemand et 14 % à Marie-Christine Arnautu.

A Bordeaux, les sondages des municipales sont cette fois sans appel. Alain Juppé sera à coups sûrs réélu maire de la cité girondine. Un sondage Ifop pour Sud Ouest et France Bleu le donne même vainqueur dès le premier tour avec le score écrasant de 57 % des suffrages, soit un résultat des municipales à Bordeaux sans appel. Le candidat PS-EELV Vincent Feltesse ne récolterait que 24 % des voix, Vincent Maurin (FDG) 7 %, Jacques Colombier (FN) 6 % et l'ancien candidat à la présidentielle Philippe Poutou (NPA) 3 %.

Les sondages des municipales à Lille sont plus serrés pour la maire sortante, la socialiste Martine Aubry, en tout cas au premier tour. BVA pour Le Parisien et France Inter lui offre 45 % des voix le 23 mars 2014, le candidat UMP-UDI n'engrangeant que 24 % des suffrages. Le candidat FN à Lille Eric Dillies parviendrait à qualifier sa liste pour une triangulaire si l'on en croit ce sondage avec 14 % des votes exprimés au premier tour. Au second tour, Martine Aubry s'imposerait avec 56 % contre 27 % à Jean-René Lecerf et 17 % à Eric Dillies. L'ancienne patronne du PS serait dotée de 62 % sans triangulaire contre 38 % pour son rival UMP. 

A Strasbourg, les municipales donnent des sondages serrés. Le 6 mars, CSA pour Le Figaro et BFMTV donnaient un écart de trois points entre le maire sortant Roland Ries (PS) et celle qu'il avait délogée de l'hôtel de ville en 2008 Fabienne Keller (UMP). Et c'est bien elle qui serait en tête avec 32% des voix contre 29% à Ries. Le candidat du FN Jean-Luc Schaffhauser serait quant à lui tout près d'une qualification avec 11 % des suffrages pronostiqués selon les sondages à Strasbourg. Le Vert Alain Jund serait lui aussi tout proche, mais sous la limite légale des 10 %. Il est crédité de 9% des intentions de votes. Au second tour, Roland Ries devrait profiter d'une réserve de voix de gauche pour s'imposer sur le fil. Il obtiendrait 47% des voix contre 42% à Fabienne Keller en cas de triangulaire avec Jean-Luc Schaffhauser, crédité de 11%. En cas de duel, le match Ries-Keller devrait être encore plus incertain avec un pronostic assez rare de 50-50 pour les deux candidats.

A Nantes, la candidate socialiste Johanna Rolland part favorite. Selon une enquête TNS-Sofres-Sopra publiée mi-mars, cette protégée de Jean-Marc Ayrault réunirait 37% des voix au premier tour, contre 26% à la liste de Laurence Garnier (UMP). Le 30 mars, le résultat des élections municipales à Nantes verrait la tête de liste socialiste bénéficier d'une fusion avec la liste EELV de Pascale Chiron (13% au 1e tour) et de l'apport des voix PCF pour arriver en tête au second tour. Johanna Rolland recueillerait 59% des voix contre 41% à son adversaire de droite.

Article le plus lu - Un acteur accuse Asia Argento d'agression sexuelle › Voir les actualités

Annonces Google