Impôt sur le revenu : déclarer des revenus de l'économie collaborative

Impôt sur le revenu : déclarer des revenus de l'économie collaborative IMPOTS 2018 - Leboncoin, Blablacar ou Airbnb... Les revenus issus des plateformes d'économie collaborative sont en théorie soumis à l'impôt sur le revenu. Mais certains peuvent y échapper... Lesquels devez-vous déclarer ?

[Mis à jour le 24 mai 2018 à 18h17] La date limite de dépôt des formulaires 2042 papiers était fixée au jeudi 17 mai 2018 à minuit. Il n'est donc plus possible de renseigner l'administration via imprimé papier. Par ailleurs, l'échéance pour déclarer ses revenus en ligne est également passée dans les 19 premiers départements ainsi que pour les non-résidents. Les assujettis des départements 20 à 49 disposent d'une petite semaine encore et les contribuables des départements 50 à 974/976 ont encore deux semaines pour renseigner le fisc :

Date limite pour la déclaration en ligne
Zone 1 (départements 01 à 19 et non-résidents) Mardi 22 mai 2018 à minuit
Zone 2 (départements 20 à  49) Mardi 29 mai 2018 à minuit
Zone 3 (départements 50 à 974/976) Mardi 5 juin 2018 à minuit

Quels revenus issus de l'économie collaborative doivent être déclarés ?

En 2016, l'administration a posé le cadre juridique et fiscal des revenus issus de l'économie collaborative. Sont depuis distingués les revenus tirés d'activité de services et les revenus "d'activité de co-consommation". En d'autre termes, les revenus de services rendus à d'autres particuliers sont bien imposés. Mais il se différencient des revenus visant non pas à gagner de l'argent mais à partager des frais. Ces derniers revenus ne sont quant à eux pas imposables.

Il s'agit par exemple des revenus tirés de plateforme collaboratives, comme dans le cas de covoiturage ou de "co-cooking". Dans ce cas, les revenus sont exonérés d'impôt, à la seule condition que la participation demandée par celui qui propose le service ne corresponde qu'à une quote-part des frais effectivement supportés (prix du carburant et des péages pour le covoiturage, par exemple).

Tous les autres gains issus de prestations de services rendues à d'autres particuliers sont en revanche imposables. C'est par exemple le cas des revenus issus d'opérations d'achat et de revente, de prestations de service ou des locations meublées contre rémunération, y compris à titre occasionnel. Pour vous aider à y voir plus clair, le site impots.gouv met à votre disposition des fiches explicatives de chaque régime d'imposition, en fonction de la nature de ces revenus non-salariés.

Article le plus lu : Macron : un échange musclé avec Poutine ? : voir les actualités

Impôt sur le revenu

Annonces Google