Michel Berger : 5 choses que vous ignoriez peut-être de lui

Michel Berger s'est éteint il y a 25 ans, jour pour jour. C'était le 2 août 1992. Un quart de siècle plus tard, retour sur la face cachée de l'artiste.

Il y a 25 ans, Michel Berger mourrait d'une crise cardiaque suite à une partie de tennis dans sa propriété de Ramatuelle. Fils d'un professeur de médecine et néphrologue réputé et d'une concertiste (Anne Haas), mari de la chanteuse France Gall, il s'éteint à l'âge de 44 ans, laissant derrière lui une épouse éplorée, deux orphelins et de nombreux fans attristés. Un quart de siècle après, la mort de Michel Berger émeut encore. Et si son oeuvre semble avoir laissé une trace indélébile, certains aspects de sa vie privée restent encore méconnus du grand public, à commencer par son véritable nom de famille. 

VIDEO. Michel Berger, 25 ans déjà

Né Michel Jean Hamburger, le 28 novembre 1947, celui qui se fait connaître à tout juste 16 ans aurait choisi de porter un nom différent de son paternel pour une raison bien précise. Ce qui nous amène à une seconde chose que vous ignoriez peut-être encore du chanteur : abandonné par son père lorsqu'il était encore très jeune, Michel Berger aurait depuis eu une peur inconcevable de l'abandon. Suite à une opération, pour laquelle il aurait refusé l'anesthésie, afin de pouvoir suivre les événements, Jean Hamburger se serait par la suite réveillé avec une énorme perte de mémoire, comme le rapporte Gala. Femme, enfants, rien ne lui serait revenu alors que tout s'était pourtant bien passé au bloc. Il aurait finalement décidé de partir du foyer, sans faire le moindre adieu.

"Mourir jeune"

Troisième chose que vous ignoriez peut-être de Michel Berger : le chanteur a toujours su "qu'il allait mourir jeune", a affirmé Grégoire Colard, son attaché de presse, à France Dimanche, à l'occasion des 25 ans de sa mort. Décès de son frère aîné, suite à une sclérose en plaques, disparitions de ses amis Balavoine et Coluche, tous ces drames lui faisaient penser qu'il partirait également à un jeune âge. Discret sur ses problèmes de santé, Michel Berger avait du cholestérol. "Un an [avant sa mort], il avait fait un mois de régime sans sel, sans beurre, avant de se rebel­ler, à sa façon toujours très mesu­rée. Il s'était mis à fumer deux ciga­rettes par jour, boire un verre de vin pour lutter contre son sort… Il hurlait : 'Je ne veux pas mourir'", rapporte Yves Bigot dans Quelque chose en nous de Michel Berger.

Parmi les nombreux drames de sa vie, il y a aussi la maladie de sa fille. Née de sa relation avec France Gall, Pauline souffrait de la mucoviscidose. Michel Berger a gardé secrète cette maladie, pour protéger au mieux sa fille et plus généralement sa famille. La jeune femme mourra cinq ans après lui, à peine un mois après avoir fêté ses 19 ans. Enfin, dernier élément méconnu de la vie du chanteur, son idylle avec Béatrice Grimm, pour qui il aurait voulu quitter France Gall à la fin de sa vie. "Elle est Allemande, top model, présentatrice de talk-show, grande avec son mètre 78 et très belle, mannequin à Paris. Il la rencontre dans un dîner. Elle travaille pour une grande agence. [...] Elle songe à entamer une carrière de chanteuse", relate encore Yves Bigot, au Soir. Premier à avoir couché sur le papier cette relation en 2012, le journaliste affirme ne jamais être parvenu à la retrouver. Depuis la mort du chanteur en 1992, Béatrice Grimm aurait coupé les ponts avec son passé.

Article le plus lu : Tariq Ramadan accusé de viol et de menaces : voir les actualités

Michel Berger