DIRECT. Coronavirus en France : 5 327 nouveaux cas, les hôpitaux franciliens sous pression

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : 5 327 nouveaux cas, les hôpitaux franciliens sous pression"

DIRECT. Coronavirus en France :  5 327 nouveaux cas, les hôpitaux franciliens sous pression CORONAVIRUS. Dans son dernier bilan de ce lundi, Santé publique France fait état d'une hausse des indicateurs du Covid-19, à commencer par les hospitalisations et les admissions en réanimation. Face à cette dégradation de la situation sanitaire, les hôpitaux d'Île-de-France devront déprogrammer près de la moitié des opérations.

Cas, morts... Dernier bilan du coronavirus

D'après le dernier bilan du Covid-19 en France, mis en ligne ce lundi 8 mars 2021, 5 327 personnes ont été détectées positives au Covid-19 ces dernières 24 heures, ce qui représente 614 cas de plus par rapport au bilan de lundi dernier. Les hôpitaux ont recensés 259 décès imputables au virus, tandis que les hospitalisations s'élèvent à 25 195 patients, un chiffre en hausse depuis deux jours, dont 864 nouvelles admissions. Côté réanimation, le nombre de patients en soins intensifs est en hausse constante depuis les fêtes de fin d'année. En une semaine, le bilan est en augmentation de 34 patients en réanimation, par rapport à lundi dernier, avec 194 nouvelles admissions : 

  • 3 909 560 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 5 327 de plus
  • 88 933 décès au total (Ehpad compris), soit 359 de plus
  • 63 759 décès à l'hôpital, soit 359 de plus
  • 25 195 hospitalisations en cours, soit 377 de plus
  • 3 849 personnes actuellement en réanimation, soit 106 de plus
  • 1 584 nouveaux admis à l'hôpital (+864) et 381 en réanimation (+194)
  • 266 096 personnes sorties de l'hôpital, soit 801 de plus
  • Taux de positivité des tests : 7,2%, soit -0,1 point de moins

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut') présentés juste en dessous.

Les infos du lundi 8 mars

  • L'Agence régionale de la santé (ARS) d'Île-de-France a donné "l'ordre ferme" de déprogrammer 40% des activités médicales et chirurgicales dans les hôpitaux privés et publics franciliens alors que la barre des 900 patients admis en réanimation a été dépassé. Le directeur de l'ARS, Aurélien Rousseau, a demandé à ce que les établissements s'organisent pour faire grimper le nombre de lit en réanimation à 1 577, la semaine prochaine au plus tard. Sur France Info, le professeur Gilles Pialoux estime que c'est un "aveu d'échec vis-à-vis du contrôle de l'épidémie".
  • Cette direction déprogrammation des actes chirurgicaux, dans les hôpitaux comme les cliniques privées d'Île-de-France à compter de ce lundi, a pour but de libérer des anesthésistes réanimateurs. "Nous ne sommes plus sur un mode alerte mais sur un mode tension maximale avec la perspective qu'au cours de la semaine prochaine on dépasse le plafond de malades connu en vague 2", a écrit le patron de l'ARS dans un courrier adressé aux responsables hospitaliers. 
  • En Île-de-France et à Paris, les indicateurs épidémiques montent doucement mais sûrement, ce qui inquiète les autorités sanitaires. "La situation épidémique est très préoccupante", a déclaré sur France Inter Anne Hidalgo, la maire de Paris, jugeant que "les services de réanimation sont sous tension avec plus de 80 % des lits occupés à Paris".
  • La pression continue de monter sur les hôpitaux. Selon le dernier bilan de Santé publique France, ce lundi, le nombre de malades du Covid-19 actuellement en réanimation n'avait pas été aussi haut depuis le mois de novembre, au coeur de la deuxième vague et en plein confinement. Alors qu'ils étaient 2 600 début janvier, ces patients en soins intensifs sont désormais au nombre de 3 849. Les nouvelles contaminations quotidiennes s'élèvent à 5 327 nouveaux cas recensés en 24 heures, un chiffre généralement plus faible le lundi mais qui reste en hausse de 614 cas supplémentaires par rapport au bilan de lundi dernier.
  • Selon Anne-Claude Crémieux, professeure en maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Louis à Paris et membre de l’Académie de médecine, le vaccin AstraZeneca est efficace. "Il y avait une ambiguïté sur ce vaccin mais on apprend de plus en plus. Lorsque l’on fait une seconde vaccination avec ce vaccin trois mois après la première dose son efficacité, de 85 %, est aussi importante que les autres vaccins", a-t-elle tenu à faire savoir sur France Info ce lundi.
  • Ces dernières 24 heures, près de 108 000 personnes ont reçu une première dose de vaccin. Depuis le 1er mars, près de 978 700 personnes ont reçu une première dose, a précisé ce lundi le ministère de la Santé. Depuis le 5 janvier, 835 837 professionnels ont reçu au moins une première dose de vaccin et 62% d'entre eux ont reçu la seconde dose.

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de Covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Voir

08/03/21 - 23:41 - Un peu plus de 835 000 professionnels de santé ont reçu une dose de vaccin

FIN DU DIRECT - Ce lundi soir, Santé publique France a communiqué sur le nombre de professionnels de santé vaccinés contre le Covid-19. Depuis le 5 janvier, 835 837 professionnels ont reçu au moins une première dose de vaccin et 62% d'entre eux ont reçu la seconde dose.

08/03/21 - 23:25 - Fin des opérations de "confort" dans les hôpitaux d'Île-de-France ?

Alors que l'ARS Île-de-France a exigé la déprogrammation de 40% des opérations dans les hôpitaux franciliens dès ce lundi, le chef du service de réanimation de la clinique Ambroise-Paré a expliqué les effets concrets de cette décision. Selon Pierre Squara, cette mise en place va passer par une déprogrammation des "opérations de confort", afin de permettre aux hôpitaux de créer des lits de réanimation et de libérer du temps pour les anesthésistes et les infirmiers. Exemple : "Les chirurgies orthopédiques qui ne sont pas de la traumatologie". "On va opérer les fractures mais les prothèses de hanche peuvent être repoussées de quelques semaines", a-t-il évoqué sur LCI ce lundi, en référence aux chirurgies "qui ne sont pas immédiatement urgentes".

08/03/21 - 23:07 - Un taux d'incidence très élevé à Mayotte

D'après les données arrêtées au 8 mars, Mayotte observe un taux d'incidence de 264 cas pour 100 000 habitants, alors que l'incidence moyenne en France est de 217 cas pour 100 000 habitants. La tension hospitalière est très élevée, à 144%. Cela signifie que les patients Covid19 occupent plus de lits de réanimation qu'il n'y en avait avant l'épidémie, explique le site de datavisualisation CovidTracker. Le taux de positivité des tests est quant à lui de 13,7%. Dans ce département ultra-marin, un camion itinérant a été mis en place par l'Agence régionale de santé (ARS), afin de dépister les cas de Covid-19 même dans les zones les plus reculées de l'île.

08/03/21 - 22:43 - L'afflux de touristes responsable de la hausse du taux de positivité dans le bassin d'Arcachon ?

Le taux de positivité au Covid-19 est en hausse à Arcachon, à 6%, au cours de la semaine du 22 au 26 février, a dévoilé le Centre hospitalier d'Arcachon sur Twitter ce lundi. D'après Sud-Ouest, cette augmentation serait liée à l'afflux de touristes dans le bassin d'Arcachon lors des vacances de février. Dans un précédent reportage ce samedi, le journal remarquait que le couvre-feu n'était pas tout à fait respecté sur la plage, en raison notamment de l'allongement des journées ensoleillées. Pour autant, les patrouilles de police veillent, pour dresser des amendes aux contrevenants.

08/03/21 - 22:22 - En Nouvelle-Aquitaine, le variant britannique est majoritaire

En Nouvelle-Aquitaine, le variant britannique du Covid-19 est désormais majoritaire, rapporte l'AFP dont se fait l'écho Sud-Ouest ce lundi. À l'échelle de l'Hexagone, plus de 50% des cas positifs sont liés au variant britannique dans 57 départements, d'après Santé publique France. Ce taux est de 60% en Nouvelle-Aquitaine, avec des départements au-dessus de la moyenne nationale, dont la Gironde (72,9%), la Charente (73,7%) et le Lot-et-Garonne (72,6%). Selon les générations testées, des disparités s'observent en fonction de l'âge, avec près de 65% des cas positifs chez les 0-9 ans concernant le variant britannique (contre 41% des plus de 90 ans).

08/03/21 - 22:01 - Les vétérinaires aussi concernés par la vaccination contre le Covid-19 ?

Dans une lettre ouverte adressée au ministère de la Santé, le député (LREM) Loïc Dombreval a proposé que les vétérinaires contribuent à l'effort de vaccination contre le Covid-19, relaye ce lundi Le Parisien. Ancien vétérinaire, cet élu marcheur des Alpes-Maritimes a estimé que cette proposition était "tout sauf farfelue". "Les vétérinaires sont des personnels de santé, certes de santé animale mais il faut sortir de cette idée qu'on ne veut pas être traité comme un chien", a-t-il fait savoir, en rappelant que les vétérinaires vaccinent chaque année 9 millions de chiens et de chats et 6,5 millions de bovins, pour un total de 42 millions d'animaux vaccinés. À l'heure actuelle, l'idée n'est pas encore à l'ordre du jour, alors que les médecins généralistes ont protesté contre l'impossibilité cette semaine de se réapprovisionner en flacons, au profit des pharmacies.

08/03/21 - 21:28 - Les médecins privés de vaccin cette semaine, une décision "stupide"

Depuis ce lundi, les pharmaciens sont autorisés à commander des vaccins contre le Covid-19. Mais les médecins devront eux attendre la semaine prochaine pour pouvoir à nouveau s'approvisionner en flacons. Une décision "stupide", selon les termes de Jean-François Janowiak, le président du conseil de l'Ordre des médecins de la Loire. "On n’a pas augmenté le nombre de doses, on a transféré le nombre de doses destinées aux médecins vers les pharmaciens, a-t-il ajouté au micro de France Bleu, ce lundi. C’est ahurissant comme décision, qui ne repose sur rien." Selon Yannick Frézet, président du syndicat CSMF 42, laisser la possibilité de vacciner aux officines de pharmacie est "une perte de chance pour les patients". Également interrogé par nos confrères de France Bleu, ce médecin généraliste de Rive-de-Gier estime que "ce n'était pas le moment de faire ça". Selon lui, "quand nous aurons des doses supplémentaires, nous pourrons ouvrir à d'autres professionnels de santé, qui pourront être approvisionnés sans difficulté".

08/03/21 - 21:04 - La difficile prévention du virus en prison

Ce lundi, Dominique Simonnot a alerté (à nouveau) sur les risques sanitaires au sein de la surpopulation carcérale, en plein pandémie de Covid-19. Dans un entretien accordé à France Info, la contrôleuse générale des prisons a affirmé que "dans les maisons d'arrêt, il devient impossible d'appliquer les mesures minimales de prévention". "Les détenus âgés de plus de 75 ans ont été vaccinés, ils représentent 240 personnes. Pas les autres. Mais je m'inquiète surtout de la remontée des contaminations, a-t-elle ajouté, inquiète que les lieux de privation de libertés soient les grands oubliés de la crise. Les directeurs de prisons sont aussi inquiets car ces établissements sont bondés."

08/03/21 - 20:45 - Un deuxième cluster en six mois sur la base de Sécurité civile d'Eure-et-Loir

Un nouveau cluster a été détecté dans la base de Sécurité civile de Nogent-le-Rotrou, en Eure-et-Loir, dévoile ce lundi France 3. Avec 76 cas positifs et 146 cas contacts, il s'agit du second cluster en six mois. D'après les sources interrogées par la chaîne publique, le port du masque au sein du régiment était "une véritable utopie", d'autant que les personnes testées positives étaient autorisées à rester au régiment. "Souvent, on est jusqu'à vingt, sans masque, dans le même bureau. Les entrainements en feu de forêt continuent sans qu'aucune précaution ne soit prise", évoque même une source anonyme. De son côté, la préfecture a assuré le contraire. "Les gestes barrières et les mesures de prévention y sont respectés", a-t-elle fait savoir auprès de France 3. Aucun membre du personnel n'aurait été hospitalisé et les cas positifs seraient "isolés pendant que les familles sont tenues au courant de l'évolution de la situation".

08/03/21 - 20:21 - Les Hauts-de-Seine sont le département le plus endeuillé ces dernières 24 heures

D'après le dernier bilan de Santé publique France, en date de ce lundi 8 mars, les Hauts-de-Seine sont le département où les hôpitaux ont recensé le plus de décès imputables au Covid-19. Ces dernières 24 heures, 22 personnes ont perdu la vie des suites de la maladie, ce qui porte à 2 072 le nombre de morts du virus depuis le début de l'épidémie. Le Nord comptabilise 21 décès dans les hôpitaux, soit un total de 2 716, suivi par les Bouches-du-Rhône, avec 20 morts (2 764).

08/03/21 - 20:01 - L'hôpital "déborde", selon le chef des urgences d'un hôpital de Seine-Saint-Denis

Alors que l'Agence régionale de santé (ARS) a demandé la déprogrammation de 40% des opérations en Île-de-France ce lundi, Mathias Wargon a réagi à cette décision dans un entretien au micro de LCI. Selon le chef des urgences de l'hôpital Delafontaine (Saint-Denis), "l'hôpital déborde". "On est au maximum, a-t-il déploré. On est un peu soulagés car c'est très difficile de trouver des lits."

08/03/21 - 19:38 - Près de 2 millions de Français ont reçu deux doses de vaccin

La campagne de vaccination se poursuit en France. D'après les derniers chiffres communiqués par la direction générale de la Santé, 3 978 421 de personnes ont reçu une première dose de vaccin, ce qui représente 5,9% de la population totale et 7,6% de la population majeure. 1 988 752 de personnes ont reçu deux injections de vaccin, soit 3% de la population totale et 3,8% de la population majeure. Dans les deux prochaines semaines, le rythme de livraison des doses devrait s'accélérer, pour dépasser les deux millions hebdomadaires, a annoncé Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie, sur Radio Classique ce lundi.

08/03/21 - 19:14 - Fort taux d'incidence en région PACA

Parmi les régions les plus touchées par le virus, la Provence-Alpes-Côte d'Azur affiche un taux d'incidence de 325 cas pour 100 000 habitants. Du côté de l'Île-de-France, ce taux s'élève à 347 cas pour 100 000 habitants, quand la moyenne nationale est à 217 cas pour 100 000 habitants. Du côté des hôpitaux, la tension hospitalière est de 107% en région PACA et de 86% en région francilienne. L'épidémie progresse dans ces deux régions, avec un taux de reproduction du virus supérieur à 1.

08/03/21 - 18:53 - La situation sanitaire très préoccupante dans les Hauts-de-France

Alors qu'un confinement a été décrété ce weekend dans le Pas-de-Calais, la situation est critique dans les Hauts-de-France. La région observe un taux d'incidence de 327 cas pour 100 000 habitants, d'après un bilan arrêté ce lundi 8 mars. Ce taux figure parmi les plus élevés de France, alors que l'incidence moyenne est de 217 cas pour 100 000 habitants. La pression hospitalière est de 111 % tandis que le taux de reproduction du virus, le "R", est de 1,04. Pour rappel, quand ce taux est supérieur à 1, cela signifie que l'épidémie progresse.

08/03/21 - 18:29 - D'après le dernier bilan, les indicateurs du Covid-19 continuent de se dégrader

Ces dernières 24 heures, 5 327 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en France, soit 614 cas de plus que lors du bilan de lundi dernier. Ce lundi 8 mars, les hôpitaux ont comptabilisé 25 195 patients hospitalisés en raison du Covid-19, un chiffre en hausse ces derniers jours. Les indicateurs se dégradent également du point de vue des réanimations : 3 849 personnes sont actuellement en soins intensifs, une hausse constante depuis les fêtes de fin d'année. Du point de vue des nouvelles admissions à l'hôpital, Santé publique France recense 191 nouvelles admissions de plus que lundi dernier, et 34 patients supplémentaires en réanimation.

08/03/21 - 18:11 - La septième dose des flacons Pfizer gaspillée

Les flacons Pfier-BioNTech renferment bien sept doses de vaccin, le médecin généraliste Jean-Paul Hamon a refait le calcul sur le plateau de BFMTV : "C'est assez facile à comprendre. Il y a 0,45 ml de vaccin dans chaque flacon, et le protocole c'est d'ajouter 1,8 ml de sérum physiologique, si on a aucune perte, au final ça fait 2,25 ml à injecter, soit sept doses". Mais l'utilisation de la dernière dose fait encore débat. D'abord elle n'est permise que par un type de seringue plus précise qui limite les pertes de liquide. Or, les livraisons de vaccin ne sont pas systématiquement accompagnées de ce genre de seringue, et lorsqu'elles le sont, l'ARS interdit le prélèvement de cette septième dose. Interrogée par France, l'autorité sanitaire indique : "L’ARS ne préconise pas la recherche d’une septième dose dans les flacons de Pfizer/BioNTech car celle-ci est source d’erreur (erreur de dilution, erreur de prélèvement)" avant de nuancer "si un préleveur, au regard du matériel reçu et en respectant les bonnes pratiques est en capacité de prélever une septième dose, il peut l’utiliser". Jean-Paul Salomon estime que le gaspillage de cette septième dose n'est pas tolérable et qu'il faut y remédier.

08/03/21 - 18:02 - Des hospitalisations toujours élevées dans les Bouches-du-Rhône

D'après Santé publique France, les Bouches-du-Rhône sont le département où les hospitalisations en raison du Covid-19 sont les plus élevées de France. Dans le détail, 1 475 personnes sont actuellement hospitalisées, soit 51 patients supplémentaires par rapport au précédent bilan de samedi. En réanimation, 262 patients sont admis actuellement, soit six patients de plus en 24 heures.

08/03/21 - 17:43 - Gilles Pialoux : "On perd clairement le contrôle"

Le professeur Gilles Pialoux, chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital Tenon à Paris voit en l'obligation de déprogrammer 40% des activités médicales et chirurgicales "l'aveu d'un échec vis-à-vis du contrôle de l'épidémie" a-t-il confié à France Info. En Île-de-France, 973 lits de réanimation sont occupés sur 1050 disponibles en tout, et le nombre de réanimation grimpe de 2% tous les jours selon le professeur. "A un tel niveau de circulation du virus, un tel niveau de remplissage autour de 75% de la réanimation, il faut des semaines pour descendre ce niveau. On va avoir des semaines extrêmement difficiles sur le terrain, en hospitalisation, tout ça étant en cascade. On perd clairement le contrôle", avoue-t-il résigné. 

08/03/21 - 17:16 - L'objectif de vacciner 20 millions de Français pour mi-mai difficilement atteignable

Le gouvernement a félicité les efforts et dispositifs déployés ce week-end pour accélérer la vaccination et s'en sert d'argument pour prouver qu'il est possible de vacciner 20 millions de Français avec une première dose avant mi-mai. Or LCI a fait les calculs, et pour atteindre l'objectif il faudrait réaliser 220 000 injections par jour, sept jours sur sept. Même ce week-end, avec les moyens conséquents, l'ouverture d'une centaine de centres supplémentaires, les horaires d'ouverture étendus et les personnels soignants plus nombreux, on comptabilise 182 000 premières doses administrées vendredi et 186 000 samedi. En temps normal, la moyenne des injections tourne autour de 129 000 premières doses quotidiennes. Outre la question du rythme, il faut s'assurer de recevoir les doses en nombre suffisant mais aussi de disposer de personnels soignants et d'autres professionnels à même de vacciner. Si l'un ou l'autre venait à manquer, la campagne de vaccination ralentirait et les délais sont trop court pour se le permettre.

08/03/21 - 16:47 - Les taux de vaccination disparates selon les départements

Les personnels soignants, pompiers et secouristes ont mis les bouchées doubles ce week-end pour accélérer la campagne de vaccination, et les chiffres sont bons avec plus d'un demi-million de personnes vaccinées en plus. Mais le taux de vaccination n'est pas homogène, le département le plus avancé est l'Allier avec 9,8% de la population vaccinée suivi de la Creuse (9%) et de la Nièvre (8,9%). Loin d'être les zones les plus touchées, elle figurent surtout parmi les moins peuplées du pays. A Paris ou dans le sud-est, où la population est plus nombreuse mais surtout où le virus circule plus, les taux de vaccination sont moins importants. On atteint 6,8% dans les Alpes-Maritimes après plusieurs efforts et renforcements des dispositifs, mais en Seine-Saint-Denis, le chiffre dépasse à peine 3,2%.En tout, depuis le 27 décembre, date de lancement de la campagne, 5,4% des Français ont reçu la première dose du vaccin. La route est encore longue mais le gouvernement espère encore vacciner 30 millions de personnes d'ici l'été.

LIRE PLUS

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Santé publique France a publié dans la soirée du jeudi 4 mars son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus dans le pays pour la semaine 08 (du 22 au 28 février 2021). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés chaque soir, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, on déplore un retour à la hausse de la circulation du Covid-19, mais les effets de la vaccination se font concrètement sentir avec une baisse des indicateurs chez les 75 ans et plus. A l'hôpital, la pression reste haute, mais les nouvelles hospitalisations ou admissions en réanimation n'explosent pas. Découvrez ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique :

  • La circulation du Covid-19 est à nouveau en augmentation. 149 307 nouveaux cas ont été rapportés en semaine 08, ce qui représente une hausse de 7% par rapport à la semaine 07. La hausse des indicateurs se confirme également en semaine 08, avec un taux de positivité des tests qui reste stable à hauteur de 7,3% et un taux national d'incidence qui a augmenté de 7%. Désormais, on compte 222 cas positifs pour 100 000 habitants en France.
  • Quels effets de la vaccination ? Lancée fin décembre dernier, la campagne de vaccination produit ses premiers effets avec la diminution du taux d'incidence chez les plus de 75 ans (-0,3 points), alors qu'il augmente pour toutes les autres tranches d'âges. Le même constat s'observe pour le taux d'incidence (-7%). Concernant les hospitalisations, on notait déjà en semaine 07 une baisse chez les personnes âgées, conséquence également de la vaccination, ce qui doit être confirmé en semaine 08 après consolidation des données.
  • Les variants continuent leur propagation en France et leur caractère majoritaire. Selon les estimations de Santé publique France, basées sur les données SI-DEP,  59,5% des tests positifs criblés correspondaient en semaine 08 à une suspicion de variant britannique (contre 49,3% en S07) et 6,3% à une suspicion de variant sud-africain ou brésilien (5,6% en S07). SPF fait remarquer que "parmi les 95 départements métropolitains présentant des données interprétables, 86 affichaient une proportion de suspicions de variant 20I/501Y.V1 (UK) supérieure à 30%, dont 57 avec une proportion supérieure à 50%".
  • Une légère augmentation est à noter concernant les nouvelles hospitalisations pour Covid-19, à hauteur de +3% entre les semaines 07 et 08. En semaine 08, on note 9 613 nouvelles hospitalisations, contre 9 362 en S07. Dans le détail, le taux hebdomadaire d’hospitalisations était en augmentation en Centre-Val de Loire (+22%), Occitanie (+17%), Pays de la Loire (+13%), Île-de-France (+12%), Hauts-de-France (+8%) et Nouvelle Aquitaine (+7%), mais il était stable ou en diminution dans les autres régions de France métropolitaine. Concernant les nouvelles admissions en réanimations, après plusieurs semaines de stabilité des chiffres, on note également une légère augmentation. 1 871 patients ont rejoint les services de soins intensifs en S08 contre 1 807 en S07, soit +4%.
  • Concernant les décès, les données de la semaine 08 ne sont pas consolidées, indique Santé publique France, qui publie précise malgré tout que la tendance de la mortalité liée au Covid-19 est à la baisse. Après consolidation, on notait une diminution de 13,2% des décès entre les semaines 06 et 07.

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus